240 av. J.-C. à 1962 - La difficile gestation de la nation algérienne - Herodote.net

240 av. J.-C. à 1962

La difficile gestation de la nation algérienne

Le territoire de l'actuelle Algérie entre dans l'Histoire avec Massinissa, chef des tribus numides tiraillé entre Carthage et Rome.

Intégré à l'empire romain, il en devient une province prospère. Dans les premiers siècles du christianisme, il s'honore de quelques grands esprits dont le plus célèbre est Saint Augustin.

Les Vandales (barbares venus d'outre-Rhin) et les Byzantins ne font qu'y passer. Les Arabes musulmans s'en emparent enfin au prix de quelques difficultés. Au Moyen Âge se multiplient de petits royaumes arabo-berbères, farouchement attachés à leur indépendance. Ils déclinent à partir du XVe siècle et disparaissent sous les coups portés par les Turcs, les Barbaresques, les Espagnols ou encore les Marocains.

Jusqu'à la conquête française, seule est reconnue par les chancelleries la Régence d'Alger, inféodée au sultan d'Istamboul.

Naissance d'un État

Un corps expéditionnaire français investit Alger en1830 pour des raisons de politique intérieure, le roi Charles X cherchant à redorer son blason.

Les Français s'en tiennent d'abord à l'occupation du littoral. Mais, en 1839, une révolte suscitée par Abd el-Kader les entraîne malgré eux dans la conquête de l'arrière-pays. S'ensuit une longue, brutale et meurtrière guerre, comparable par ses excès à la guerre livrée aux Vendéens par la Convention.

Les Français doivent soumettre le pays village après village, tandis qu'il leur suffira d'un accord d'État à État pour imposer un protectorat au Maroc et à la Tunisie !

L'apaisement ne survient qu'en 1871. À ce moment-là, tournant le dos au rêve de Napoléon III de créer un « royaume arabe » sous protectorat français, la IIIe République transforme l'Algérie en colonie de peuplement. L'égoïsme des colons et leurs craintes d'être submergés par la majorité indigène privent celle-ci de l'espoir d'améliorer son sort.

Après l'invasion de la France par la Wehrmacht en 1940 puis l'occupation de l'Algérie par les Alliés anglo-saxons, quelques poignées de militants algériens se prennent à rêver d'indépendance.

Le massacre de Sétif (8 mai 1945) et la « Toussaint rouge » (1er novembre 1954) inaugurent une guerre d'indépendance impitoyable, marquée par des cruautés insignes dans tous les camps.

L'Algérie devient enfin indépendante le 3 juillet 1962 (la proclamation officielle de l'indépendance a lieu deux jours plus tard). Dans le même temps, les protectorats voisins du Maroc et de la Tunisie auront recouvré leur indépendance aussi aisément qu'ils l'avaient perdue, par un accord d'État à État.

Enfance douloureuse

La lente descente aux enfers de l'Algérie « socialiste » des années 1970 et la guerre civile des années 1990 témoignent de la difficulté de la nation algérienne à trouver son identité, entre la modernité occidentale et le repli islamiste.

Avec le retour d'une relative stabilité politique, l'apaisement des relations avec la France, illustré par la légitimation officielle de la langue française en 2004, et l'occidentalisation des moeurs, dont témoigne un indice de fécondité proche de celui des Européennes, l'Algérie semble en ce début du XXIe siècle bien engagée dans la voie de la paix.

Il n'empêche que ses représentants éprouvent toujours le plus grand mal à aborder leur Histoire avec sérénité.

À la différence de l'Union indienne, par exemple, qui sait gré aux colonisateurs britanniques de lui avoir donné son unité et une langue de communication, à la différence du Vietnam qui regarde résolument vers l'avenir et se soucie comme d'une guigne de ses guerres passées avec les Français et les Américains, l'Algérie indépendante n'en finit pas de ruminer son passé, cherchant dans la colonisation une excuse à ses difficultés de l'heure.

Alban Dignat

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès