2 janvier 1492

Chute de Grenade et fin de la Reconquista

Le 2 janvier 1492, la reddition de Boabdil, dernier rejeton de la dynastie nasride, met fin au royaume musulman de Grenade.
- C'en est fini de la présence musulmane en Espagne, active pendant sept à huit siècles.
- C'en est fini aussi de la première croisade engagée par les chrétiens d'Occident contre les envahisseurs musulmans, la Reconquista (Reconquête).

Celle-ci avait débuté sous le règne de Charlemagne et l'un de ses premiers faits d'armes avait été la mort de Roland au col de Roncevaux, victime de pillards basques.

André Larané

La fin de huit siècles de présence musulmane

Les grands vainqueurs de la conquête de Grenade sont les souverains de deux royaumes anciennement rivaux, l'Aragon et la Castille. 

Isabelle 1ère de Castille et de Leon (22 avril 1451, Madrigal de las Altas Torres ; 26 novembre 1504, Medina del Campo)Isabelle est la fille de Jean II de Castille et de León, auquel succède le 20 juillet 1464 son fils sous le nom d'Henri IV. 

Violemment contesté, le roi ne peut imposer sa fille dite « la Beltraneja » pour lui succéder et c'est en définitive sa demi-soeur Isabelle qui lui succède le 12 décembre 1474, non sans contestation. 

Avec Henri IV s'éteint la descendance mâle de la Maison de Trastamare.

Cinq ans plus tôt, Isabelle a pu épouser en secret du roi son cousin, par ailleurs héritier du royaume d'Aragon et de Navarre ainsi que du comté de Barcelone.

Ferdinand II d'Aragon (10 mai 1452, Sos ; 23 janvier 1516, Madrigalejo)Celui-ci monte sur le trône d'Aragon et de Navarre à la mort de son père Jean II, le 19 janvier 1479, sous le nom de Ferdinand II.

À ce moment se trouve réalisée l'union personnelle des deux couronnes. Elle va perdurer après la mort des deux époux et jusqu'à nos jours.

Ferdinand renforce hardiment l'autorité de la monarchie, en faisant détruire les châteaux forts, en recrutant des conseillers dans la bourgeoisie, en améliorant la collecte des impôts, enfin en obtenant du pape un droit de regard sur les nominations aux principales fonctions ecclésiastiques. 

Francisco Ximenez, ou Jimenez de Cisneros, un prêtre devenu sur le tard confesseur de la reine et archevêque de Tolède, convainc le couple royal de parachever l'unité de la péninsule en détruisant le dernier royaume musulman, qui inclut Grenade ainsi qu'Alméria et Malaga.

Unité territoriale, unité religieuse

Entrée des Rois Catholiques à Grenade (fresque de l'Alhambra du XVIe siècle) >L'entreprise est facilitée par une guerre dans le royaume nasride entre deux clans ennemis, les Abencérages et les Zégris. 

Avec la prise de Grenade, l'unité de la péninsule est désormais complète (à l'exception du Portugal). L'exploit vaut à Isabelle et Ferdinand de recevoir du pape Alexandre VI Borgia (un Espagnol) le titre émérite de « Rois Catholiques ».

Une légende veut que Boabdil, sur le chemin de l'exil, se soit retourné en pleurs vers sa chère Grenade, au lieu-dit « le dernier soupir du maure ». Sa mère lui aurait alors lancé : « Pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme ! »

Dans les faits, le roi nasride a pu obtenir de ses vainqueurs une généreuse capitulation avec le droit pour ses sujets de conserver leur religion, leurs armes et leur droit. Mais ces bonnes intentions ne vont pas résister longtemps à l'intolérance...

À peine ont-ils reçu la reddition du roi Boabdil que les souverains espagnols ordonnent l'expulsion de tous les juifs de leurs royaumes à moins qu'ils ne se convertissent avec sincérité au catholicisme. Cette mesure d'expulsion prend effet le 31 mars 1492. Elle viole, notons-le, l'engagement de respecter les juifs de Grenade, engagement inscrit dans le traité conclu avec Boabdil.

Pas moins de 160 000 juifs quittent précipitamment la péninsule et vont chercher refuge en Afrique du nord ou auprès du sultan ottoman (dans leur pays d'accueil, ils se feront connaître sous le nom de Sépharades, du nom donné à l'Espagne en hébreu). L'Inquisition, tribunal religieux au service de la monarchie, se charge de traquer les faux convertis.

Le sort des musulmans n'est guère meilleur. En 1499, l'archevêque de Tolède Cisneros, qui a obtenu entretemps la pourpre cardinalice, convainc les Rois catholiques d'en finir avec eux et de les convertir de force, contre l'avis de l'archevêque de Grenade Hernando de Talavera.

Les habitants de Grenade sont rassemblés sur la place publique, aspergés d'eau bénite et dès lors considérés comme baptisés. Ceux qui refusent ouvertement leur nouvelle condition sont expulsés du pays comme les juifs une décennie plus tôt. À Albaicín, en 1502, une tentative de révolte est violemment réprimée par le comte de Tendilla, vice-roi de Grenade.

Beaucoup de musulmans choisissent de rester sur place et de pratiquer leur foi en secret. Ces faux convertis, appelés Morisques, seront expulsés un siècle plus tard, en 1609, dans des conditions dramatiques, à l'initiative du duc de Lerma, conseiller du roi. Ces expulsions successives vont parachever l'unité religieuse de la péninsule mais aussi priver le pays d'éléments dynamiques et l'entraîner dans un irrépressible déclin.

En attendant, heureuse de sa victoire sur les Maures de Grenade, Isabelle se rend disponible pour de nouvelles conquêtes. C'est ainsi qu'elle reçoit Christophe Colomb et soutient son projet démentiel de rejoindre l'Asie des épices en traversant l'océan Atlantique.

Publié ou mis à jour le : 2019-12-23 15:47:49

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net