Guerre en Ukraine

Le monde d'après

3 mars 2024. Entamée en 2014 dans le Donbass (l’Est russophone de l’Ukraine), la guerre a connu une brutale accélération le 24 février 2022 avec l’ouverture de plusieurs fronts par l’armée russe sur toute la frontière russo-ukrainienne. Après deux ans d’offensives et de contre-offensives, le front est à nouveau en train de se stabiliser dans le Donbass.

Cet exposé clinique ne saurait faire oublier les aspects humains de ce conflit insensé : la moitié de l’Ukraine pilonnée par les bombes, des dizaines de milliers de morts parmi les combattants, des millions de familles déplacées et six ou sept millions de femmes et d’enfants réfugiées à l’Ouest, enfin des horreurs sans nom imputables à l’agresseur russe. Sa brutalité nous révulse à juste titre mais elle ne justifie pas le risque d’embrasement de notre continent.

Trois scénarios sont envisageables pour la sortie de guerre : l'improbable, le probable et le souhaitable (sans compter l'horrifique)...

Craignons que soit engagée la troisième guerre de destruction de l'Europe. Cette tentative de suicide, venant après 14-18 et 39-45, nous sera-t-elle fatale ? Sur les autres continents, beaucoup de gens l’espèrent, par haine des anciens colonisateurs. Il n’est que de voir le grand nombre de pays qui refusent de sanctionner la Russie...

De rares gouvernants comme le chancelier Olaf Scholz (avec constance) et le président Macron (par intermittence) tentent d’éviter la catastrophe et redonner ses chances à la diplomatie. Mais des forces plus puissantes annihilent leurs efforts.

La propagande de guerre a contaminé les esprits et nous renvoie aux principes énoncés par Lord Ponsoby en 1928 (note). Dans le genre burlesque, il y a la victoire de l’Ukraine à l’Eurovision, en 2022, dont s’est félicité le secrétaire général de l’OTAN. Il y a aussi l’idée que Poutine, qui a déjà le plus grand mal à sécuriser son territoire (17 millions de km2, 15% des terres émergées), pourrait vouloir annexer aussi l’Estonie (45 000 km2), voire envahir l’Union européenne.

La Russie acculée et déchaînée

Dans  Les causes politiques de la guerre (9 mars 2022), j’ai analysé le processus qui a conduit à l’invasion de l’Ukraine et j’émettais l’espoir que les négociations russo-ukrainiennes engagées à Istanbul aboutissent rapidement. Le président Zelensky avait déjà fait savoir qu’il renonçait à une entrée formelle dans l’OTAN et l’on s’orientait à petits pas vers un compromis honorable avec l’autonomie du Donbass et le retour de la Crimée à la Russie en cas de référendum favorable.

Là-dessus a été révélé le massacre de Boutcha, au nord de Kiev. Le samedi 26 mars 2022, à Varsovie, le président Biden, de façon très peu diplomatique, a qualifié de « boucher » le président Poutine et promis au président Zelensky toutes les armes qu’il pourrait souhaiter pour reconquérir le Donbass et la Crimée. Les négociations d’Istanbul ont été suspendues et la guerre a pu reprendre avec ses horreurs et ses crimes. Le 26 avril 2022, à Kiev, le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a exprimé ses buts de guerre : « Nous voulons voir la Russie affaiblie, incapable de mener le type d’actions qu’elle a lancé sur l’Ukraine. »

- La Russie dans l’abîme :

Rappelons les étapes de cette descente aux enfers. En 1989-1991 tombent le Mur de Berlin et l’Union soviétique sans quasiment aucune mort d’homme, grâce au sang-froid de Mikhaïl Gorbatchev et des autres dirigeants soviétiques. Le Pacte de Varsovie, créé en 1955 pour faire front à l’OTAN, disparaît par la même occasion. Rien ne justifie plus le maintien de l’OTAN, créée en 1949 au plus fort de la guerre froide. Mais elle est liée à trop d’intérêts pour qu’il soit envisageable de la supprimer : combien de généraux et d’industriels y perdraient leur statut ?

À tout le moins, les Russes demandent que l’OTAN ne s’élargisse pas à l’Est, au risque de devenir à nouveau une menace pour eux (note). Dans les années 1990, la Russie est mise en coupe réglée par les Américains avec la complicité des oligarques russes ; il s’agit d’ex-dirigeants communistes qui ont fait main basse sur les ressources du pays.

Dans le même temps, les anciens satellites de Moscou et les républiques baltes demandent leur entrée dans l’Union européenne et surtout l’OTAN. La Pologne entre dans l’alliance atlantique dès 1999 et dès 2003, elle se fait gloire de participer à l’agression de l’Irak, contre l’avis de l’ONU ainsi que de Paris, Berlin… et Moscou. Cheval de Troie des intérêts américains en Europe, la Pologne a soin de ne s’équiper qu’en armements américains. Il ferait beau voir qu’elle affiche une préférence pour les Rafale français !

- Le rebond russe :

C’est dans ce contexte critique que Vladimir Poutine accède au pouvoir en 1999. L’OTAN, couverture du Pentagone, bombarde Belgrade et va obtenir, en complète violation du droit international, que le Kossovo soit détaché de la Serbie. Poutine, qui a fort à faire avec ses Tchétchènes, ferme les yeux.

Le président russe remet au pas les oligarques russes et, jusqu’à la crise ukrainienne de 2014, va redresser de façon spectaculaire son pays ainsi que l’a souligné l’anthropologue Emmanuel Todd pour Herodote.net : mortalité infantile, espérance de vie, taux de suicide… Tous les indicateurs passent du rouge à l’orange ou au vert.

En 2001, s’exprimant à Berlin devant le Bundestag, Vladimir Poutine plaide pour un partenariat entre l’Union européenne et la Russie, sans exclure quiconque ni renier le lien privilégié des Européens avec Washington. Invité au sommet de l’OTAN à Bucarest en avril 2008, il autorise le transit par la Russie de matériel destiné à l’Afghanistan. Mais il dénonce aussi la promesse faite le 3 avril par l’OTAN à l’Ukraine et à la Géorgie de pouvoir entrer un jour dans l’alliance. Il y voit « une très grande erreur stratégique ».

Son avis est partagé par le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel. Celle-ci déclarera plus tard à Die Zeit : « Je pensais que c’était une erreur de vouloir faire adhérer à l’OTAN l'Ukraine et la Géorgie. Ces pays n'étaient pas en état de le faire et les conséquences d'une telle décision n'avaient pas été réfléchies, tant en ce qui concerne l’OTAN que l’attitude de la Russie vis-à-vis de la Géorgie et de l'Ukraine ».

Le 7 août 2008, se croyant couvert par Washington, le président géorgien attaque le territoire séparatiste de l’Ossétie du sud. Dès le lendemain, l’armée russe vient au secours de celle-ci et envahit la Géorgie.

Vladimir le Sage devient dès lors Ivan le Terrible. Ayant perdu toute illusion sur la « Maison commune européenne » (Gorbatchev) et « l’Europe de l’Atlantique à l’Oural » (de Gaulle), il ne cache plus son mépris pour les Européens. Il va s’appliquer à moderniser son armée qui en a bien besoin, mettre l’économie russe en situation de résister à un blocus occidental et créer un nouveau système d’alliance eurasiatique avec l’Asie centrale, la Chine et l’Inde.

La rupture survient comme l’on sait en 2014. Les États-Unis ne se cachent pas de militer activement pour le rapprochement de l’Ukraine avec l’Union européenne et l’OTAN. La Secrétaire d’État adjointe Victoria Nuland chiffre ainsi à 5 milliards de dollars le montant dépensé depuis 1991 pour détacher l’Ukraine de la Russie et l’amener dans l’Union européenne et l’OTAN.

Ce projet ne coule pas de source car, en dépit des vicissitudes de l’Histoire, la Russie et l’Ukraine demeurent étroitement imbriquées par leurs économies et leurs peuples : il n’est pas de famille russe ou ukrainienne qui n’ait un parent de l’autre côté.

- La guerre !

Le 22 février 2014, à l'issue de plusieurs mois de manifestations violentes dans les rues de Kiev (Euromaïdan), le président pro-russe de l’Ukraine est destitué par le Parlement et celui-ci enlève à la langue russe son statut de deuxième langue officielle. Il affirme son souhait d’entrer au plus vite dans l’Union européenne et surtout l’OTAN.

Pour Moscou, il s’agit d’un casus belli. Cela veut dire par exemple que des navires de guerre américains pourront mouiller dans le port de Sébastopol, en Crimée. En d’autres temps, pour des faits similaires en sens opposé, l’installation de fusées soviétiques à Cuba, Washington avait menacé le monde de l’apocalypse nucléaire. Et que dirait-on aujourd’hui si Cuba ou le Mexique concluaient une alliance avec la Chine et lui offraient des bases militaires à portée de canon des États-Unis ?

La suite est encore dans toutes les mémoires. Le Donbass russophone se soulève avec le soutien actif de Moscou et la Russie récupère la Crimée. C’est le début de la guerre en Ukraine. Les accords de Minsk de 2015 laissent entrevoir une solution de compromis mais deux des participants et non des moindres, le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel, confieront plus tard qu'il ne s'agissait que de donner du temps au gouvernement ukrainien et à son armée pour reprendre le terrain perdu.

Le 24 février 2022, la guerre va connaître un brusque coup d’accélérateur à la surprise générale. Pourquoi ? L’armée ukrainienne s’est rapprochée de l’OTAN dès 2003-2008 en participant à l’agression de l’Irak. À partir de 2014, membre de facto de l’alliance, elle a bénéficié grâce aux Américains d’un armement et d’un entraînement de très haut niveau. Sa pression sur le Donbass et la Crimée s’est accentuée au fil des mois et elle a fait craindre à Poutine une offensive ukrainienne sur le Donbass ou une asphyxie de la Crimée qui auraient ruiné ses efforts et humilié comme jamais la Russie. Il a donc fait le pari d’attaquer l’Ukraine avant d’en arriver là.

Pari largement perdu puisque l’armée russe, plus mal en point qu’il ne devait lui-même le penser, a échoué dans sa tentative de « guerre-éclair ».

Une guerre sans vainqueur

Préparons-nous aujourd’hui à une guerre de longue haleine avec, pour la Russie, l’objectif a minima de sécuriser la Crimée, défendre ses conquêtes du Donbass et fermer la mer d’Azov aux Ukrainiens et donc à l’OTAN, c’est-à-dire à son ennemi irrémédiable, l’Amérique.

Le champ des possibles est ouvert :

- Une défaite rapide de la Russie et un changement de gouvernement :

Si l’armée russe devait complètement se retirer d’Ukraine, il s’ensuivrait le retour de la Crimée et du Donbass à Kiev. Mais il s’ensuivrait aussi le réveil de toutes les revendications nationalistes en Russie même : Tchétchènes, Ingouches, Bouriates, Cosaques, Caréliens, etc., etc.

Parmi les dommages collatéraux prévisibles, la petite Arménie risquerait de disparaître en tout ou partie s'il prenait à ses voisins, la Turquie et l'Azerbaïdjan, l'envie de réaliser leur jonction via la région du Nakhitchivan. La Russie ne serait plus en état de jouer les arbitres et les Européens et les Américains seraient en peine de la secourir.

Qui sait si la Chine et même le Japon n’en profiteront pas aussi pour relancer leurs revendications sur les territoires russes d’Extrême-Orient et l’île de Sakhaline, enlevés à la faveur des traités inégaux ?...

Étrange situation pour la Russie, qui conservera malgré tout son siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, eu égard à son rôle primordial et ses sacrifices immenses dans la lutte contre le IIIe Reich. Ce siège lui laissera la faculté d’entraver toutes les décisions de l’ONU, sachant qu’il sera exclu de le réattribuer à un autre pays car cela conduirait à des conflits sans fin au sein de l’organisation.

La Russie a aussi tout à craindre, comme dans les années 1990, du pillage de ses ressources naturelles par les consortiums américains. Avec une armée humiliée, un État brisé et soumis aux puissances étrangères, sans doute plus corrompu qu’il ne l’aura jamais été, les Russes ne verront plus d’avenir dans leur patrie. Il s’ensuivra un nouveau plongeon de la fécondité et un sauve-qui-peut par l’émigration, alors que jusqu’ici, la Russie attirait des immigrants, y compris d’Ukraine.

Dans cette hypothèse d’une victoire rapide et totale, qui reste la moins probable, qu’en sera-t-il du vainqueur, l’Ukraine ? Depuis son indépendance en 1991 et jusqu’en 2021, l’Ukraine figurait parmi les grands perdants de la décomposition de l’URSS, avec un PIB en baisse rapide et une population tombée de 52 millions à 45 millions d’habitants avant l’invasion (30 à 35 millions aujourd’hui). Cela ne s’est évidemment pas arrangé avec la guerre, ses destructions, ses victimes, ses déplacés et ses millions de réfugiés, parmi lesquels beaucoup ne reviendront pas au pays.

Avec la récession économique qui se profile en Occident, l’Ukraine ne pourra compter que très modérément sur l’Union européenne et les États-Unis pour se reconstruire, d’autant qu’elle n’a pas grand-chose à offrir en échange, à part des céréales, des poulets et du colza. Ses oligarques n’ont pas disparu par enchantement. Ils seront toujours là pour intercepter les capitaux qui pourraient malgré tout entrer dans le pays.

Que gagnera l’Ukraine à son entrée dans l’Union européenne ? Au mieux une accélération de l’émigration vers la Pologne où de nombreux Ukrainiens servent déjà depuis plusieurs années de main-d’œuvre à bas coût dans les usines (la Pologne comptait déjà 1,3 million d’Ukrainiens en 2019, avant l’invasion russe).

- Une guerre de longue durée :

Les Russes, nourris depuis plusieurs siècles par le souvenir des invasions et des oppressions en tous genres (Mongols, Polonais, Français, Allemands), ont une claire conscience des conséquences d’une défaite.  On peut penser que, le dos au mur, ils feront front comme en 1812 ou en 1941… ou comme les Ukrainiens aujourd’hui !

Selon cette hypothèse, qui est la plus probable, nous sommes en passe de nous installer pour plusieurs décennies dans une nouvelle guerre non plus « froide » mais « tiède » avec, dans le Donbass, une ligne de cessez-le-feu par-dessus laquelle on continuera de se canonner de temps à autre.

Cette éventualité n'a rien d'extraordinaire. Il en va ainsi depuis 70 ans sur le 38e parallèle qui sépare la Corée du nord de la Corée du sud tout comme depuis 50 ans à Chypre ! L'île a été brutalement envahie par la Turquie qui n'admettait pas qu'elle rejoigne la Grèce. Depuis lors, elle est coupée en deux par une ligne de cessez-le-feu qui ne gêne personne : la partie grecque de l'île appartient à l'Union européenne cependant que la Turquie conserve sa place au sein de l'OTAN.

Les Russes se sont préparés à cette éventualité depuis 2008 en cultivant l’autarcie et en nouant de nouvelles alliances. Ils n’ont rien à craindre des sanctions économiques qui, pour l’heure, affectent davantage les économies européennes que la leur. Eux-mêmes continuent à vendre leur gaz par l’intermédiaire de l’Inde et s’approvisionnent en munitions autant qu’ils le souhaitent auprès de l’Iran et la Corée du nord. Dans le même temps, les Européens et les Américains sont devenus incapables d’approvisionner en munitions les soldats ukrainiens condamnés à rester l’arme au pied.

Faut-il s'en étonner ? L’Histoire nous enseigne que tous les blocus et embargos se sont révélés inefficaces et même contre-productifs, depuis le Blocus continental jusqu’à Cuba, la Corée du nord et l’Iran en passant par Berlin.

Dans cette guerre d'usure qui se profile, les Ukrainiens pourraient perdre ce qui leur reste de sève vitale. Sans égaler leur malheur, les Européens ont aussi du souci à se faire. Ils n’échapperont pas à une crise économique et sociale majeure, du fait des pénuries et des hausses de prix sur les hydrocarbures, les matières premières, les céréales, etc. Qui plus est, la France perdra ses derniers fleurons industriels : Renault, secoué par la perte de son principal marché à l’étranger (la Russie) ; le secteur de l’armement, très affecté par le forcing de ses concurrents américains auprès des Européens, etc. Les « jours heureux » ne sont pas pour demain.

- Un compromis diplomatique :

En marge de ces perspectives sombres, il existerait une troisième voie plus rassurante. C’est celle de la diplomatie, qui a été tentée à Istanbul. Les points de discussion vont sans dire : neutralité de l’Ukraine ; évacuation du Donbass par les troupes russes et ukrainiennes ; référendums sous contrôle international dans le Donbass et la Crimée avec éventualité d'une large autonomie du Donbass au sein de l'Ukraine et d'une rétrocession de la Crimée à la Russie, etc. Soit dit en passant, cette solution laisserait à la Russie (et non à l’Europe) la charge de la reconstruction du Donbass, ravagé par la guerre…

Avec de la bonne volonté des deux côtés, un accord pourrait très vite être conclu de façon que chacun sorte du conflit la tête haute et que l’on reparte de l’avant en oubliant les crimes passés. C’est le sens du mot amnistie (dico).

Cette attitude est celle qu’auraient adoptée des diplomates européens tels Talleyrand ou Metternich. Malheureusement, elle est contraire aux principes qui guident les conseillers de la Maison Blanche et du Pentagone. À la différence des Européens forts de mille ans d’expérience, les dirigeants de Washington conçoivent la guerre comme devant conduire à l’extermination de l’ennemi ou à sa défaite inconditionnelle (Indiens, Mexicains, Espagnols, Japonais, etc.). C’est leur côté obscur.

- Une victoire de la Russie (hypothèse horrifique) :

Aux trois éventualités précédentes, on n'ose en ajouter une quatrième : un effondrement de l'armée ukrainienne. Il pourrait advenir,  fin 2024 ou 2025, du désengagement américain, suite à l'élection de Donald Trump et surtout à l'incapacité de l'industrie américaine (et bien sûr européenne) d'approvisionner l'armée ukrainienne en munitions. Cette éventualité qui a fait le succès du livre d'Emmanuel Todd, La Défaite de l'Occident (2024), serait, après la chute de Kaboul (2021), une nouvelle humiliation difficile à encaisser par Washington. D'autre part, elle ne serait pas dans l'intérêt de la Russie, qui devrait assumer le poids de l'occupation et la reconstruction de toute l'Ukraine.

Le président Poutine, s'il raisonne sur le long terme, aura plutôt intérêt à négocier un armistice avant que ses troupes n'atteignent Kiev et n'en chassent l'actuel gouvernement ! Il serait en position de force pour obtenir enfin tout ce qui lui importe : la récupération de la Crimée, l'autonomie ou l'annexion du Donbass, la neutralisation du reste de l'Ukraine... Ce serait un retour à la sagesse d'Ancien Régime, quand les belligérants cherchaient un compromis honorable plutôt qu'une victoire totale mais illusoire. 

« L’Europe, c’est la guerre ! »

Le drame ukrainien nous amène à réviser notre perception de l’Europe. En 1950 a été fondée la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier). L’opinion publique y a vu la promesse d’une paix durable. On nous serine encore aujourd’hui : « L’Europe, c’est la paix ! Grâce à elle, nous n’avons plus eu de guerre depuis 1945 ».

Triple erreur :

  1. Si l’Allemagne et ses voisins ne se font plus la guerre, c’est simplement qu’en 1945, saignée à blanc, tourmentée par le souvenir des crimes nazis, avec un territoire occupé sans limite de durée par les vainqueurs, mutilée et divisée en deux États, l'Allemagne a été immunisée à jamais contre tout désir de revanche.
  2. La CECA et la construction européenne qui a suivi ont été conçues non comme des instruments de paix mais comme des armes dans la guerre froide entre Washington et Moscou (déjà !), pour éviter à l’Europe occidentale et à l’Allemagne de l’Ouest de tomber dans l’orbite de Moscou. Cela est si vrai que la guerre « chaude » a repris sur le continent européen sitôt que la menace soviétique a disparu. Alliée de l’Amérique, les pays européens ont participé avec l’OTAN en 1999, il y a seulement vingt-cinq ans, au bombardement de Belgrade, ville des plus européennes.
  3. Enfin, l’Union européenne elle-même est devenue une bouilloire prête à exploser. Après s’être coupée de son membre le plus éminent, le Royaume-Uni, berceau de la démocratie moderne, voilà qu’elle s’ampute de son versant oriental. Elle a fait de la Russie (Tolstoï, Dostoïevski, Tchaïkovski…) son ennemie irréductible cependant que la Turquie s’est exclue d’elle-même… avec son armée forte de 800 000 hommes, presque aussi nombreuse que l’armée russe et trois et cinq fois plus nombreuse que les armées française et allemande.

Par inculture, par bêtise et par idéologie, les dirigeants européens pourraient commettre l’irréparable. Puissent-ils prendre au sérieux l’avertissement de Poutine ce 29 février 2024 : « Ils (les Occidentaux) ont parlé de la possibilité d’envoyer en Ukraine des contingents militaires occidentaux (…) Mais les conséquences de ces interventions seraient vraiment plus tragiques », a-t-il déclaré. « Ils doivent comprendre que nous aussi avons des armes capables d’atteindre des cibles sur leur territoire. Tout ce qu’ils inventent en ce moment, en plus d’effrayer le monde entier, est une menace réelle de conflit avec utilisation de l’arme nucléaire et donc de destruction de la civilisation », a poursuivi le président russe, qui, à la différence de nos dirigeants qui vivent dans l'immédiateté, est pénétré par une vision personnelle de l’Histoire longue. « Ils ne comprennent donc pas cela ? »

2024, c'est 1914… en pire !

Beaucoup de commentateurs comparent la période actuelle aux mois qui ont précédé la Grande Guerre. La comparaison est largement inappropriée.
Début 1914, l’Europe dominait le monde comme aucune autre civilisation dans l’Histoire humaine. Tous les grands États étaient surarmés et craignaient d’être attaqués mais aucun (pas même Guillaume II) ne projetait sciemment d’attaquer son voisin ! Un historien a qualifié les dirigeants de cette époque de « somnambules » car ils sont allés à la guerre par un enchaînement de microdécisions fatales, sans l’avoir voulu ni en avoir conscience.
Toute autre est la situation actuelle. Désindustrialisée et désarmée, ouverte à tous les vents, avec une population vieillissante, déclinante et en voie d’appauvrissement, l’Europe a perdu ses griffes. Malgré cela, sa classe dirigeante appelle ouvertement à une guerre totale contre la Russie jusqu’à la Victoire, quoiqu’il en coûte ! C’est la négation de mille ans de difficile apprentissage de la gestion des conflits (note).

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2024-05-12 17:21:58

Voir les 23 commentaires sur cet article

Christian (18-04-2024 18:08:48)

Vieille de plus de cinquante ans, la chanson de Georges Brassens "Mourir pour des idées" est, hélas, plus que jamais d'actualité : "Les Saint Jean bouche d'or qui prêchent le martyre le plus souve... Lire la suite

Christian (14-04-2024 11:11:03)

Décidément, le monde d'après ressemble de plus en plus au monde d'avant, celui de la guerre dite "froide" avec deux abcès de fixation principaux : la guerre de Corée puis celle du Vietnam, d'une ... Lire la suite

Christian (18-03-2024 14:13:33)

On a pris l'habitude d’opposer deux "blocs" plus ou moins rivaux, quoique disparates, l'Occident collectif et le Sud global. Je me demande s'il ne faudrait pas en imaginer un troisième, que l'on po... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net