Afrique - Une Histoire de six millions d'années - Herodote.net

Afrique

Une Histoire de six millions d'années

Le continent africain se signale par son aspect massif, à cheval sur l'équateur et les tropiques : 30 millions de km2, soit le quart des terres émergées ; 9000 kilomètres du nord au sud, d'Alger au Cap ; 6500 kilomètres d'ouest en est, de Dakar à Djibouti. Il est admis par la plupart des paléontoloques que les hominidés sont apparus il y a six millions d'annéees en Afrique, ce qui fait d'elle le « berceau de l'humanité ». Notre grand-tante, Lucy y a vu le jour il y a trois millions d'années.

Les deux premières sorties d'Afrique

Il y a un à deux millions d'années environ, des représentants de l'espèce Homo erectus effectuèrent une « première sortie d'Afrique ». Ils donnèrent naissance il y près de 500 000 ans, en Eurasie, à l'homme de Néandertal.

Les Homo erectus demeurés en Afrique donnèrent quant à eux naissance à l'homme moderne (Homo sapiens), un peu plus tard, il y a 300 000 ans « seulement ». Il est difficile de savoir à quoi ressemblaient les premiers Homo sapiens. Ils devaient s'apparenter aux Khoisans et Pygmées à peau cuivrée qui survivent encore au sud du Sahara ou aux actuels Négritos du sud-est asiatique. Ces populations au phénotype noir (peau noire, cheveux crépus, nez épaté) pourraient être les ultimes survivants des Homo sapiens qui occupèrent à un moment donné le pourtour de l'océan indien.

Il y a 70 000 ans (c'était avant-hier !), quelques Homo sapiens effectuèrent une « deuxième sortie d'Afrique ». Ils se croisèrent avec les Néandertaliens qui vivaient alors au Moyen-Orient, ainsi qu'avec leur cousin, l'homme de Denisova. Leurs descendants communs ont donné naissance aux actuelles populations eurasiennes (blancs, jaunes, dravidiens, mélanésiens...).

Ces différentes populations se seraient constituées à la suite de quelques mutations génétiques, il y a environ 30 000 ans, à une époque où les effectifs humains était encore très peu nombreux (quelques centaines de milliers d'individus en tout et pour tout). Il s'ensuit qu'une mutation génétique en accord avec l'environnement à un endroit donné pouvait conduire le groupe humain concerné à croître beaucoup plus vite que ses voisins et à les surclasser rapidement...

Les noirs qui occupent aujourd'hui très majoritairement l'Afrique subsaharienne (exception faite des Khoisans et Pygmées ainsi que des blancs d'Afrique du sud), sont apparus il y a environ 30 000 ans, comme les groupes eurasiens modernes. Ils seraient eux-mêmes issus de quelques mutations génétiques entre le Niger et le Cameroun. Ces noirs n'ont donc pas connu de mélange avec les Néandertaliens, à la différence des Homo sapiens qui ont franchi l'isthme de Suez quelques dizaines de milliers d'années plus tôt ou se sont établis au nord du Sahara.

Un continent aux fabuleuses ressources

Des cultures très évoluées se développèrent au Sahara, il y a environ dix mille ans, caractérisées par les plus anciennes poteries que l'on connaisse. Mais l'assèchement progressif du Sahara entre le VIe et le IVe millénaires av. J.-C. isola peu ou prou le centre du continent du reste du Vieux Monde... Il s'ensuit que l'usage de l'écriture n'arriva en Afrique subsaharienne qu'au deuxième millénaire de notre ère, avec l'expansion de l'islam et la colonisation européenne.

Tandis que l'Afrique du nord et l'Égypte devinrent partie intégrante du monde méditerranéen et moyen-oriental, l'Afrique subsaharienne ou Afrique noire a suivi un parcours historique particulier jusqu'à l'arrivée de l'islam au VIIe siècle de notre ère. 

Pays, peuples et langues en Afrique (carte : Spiridon Ion Cepleanu)[Voir la carte en grandes dimensions]

Les Bantouphones à la peau noire, qui vivaient dans le bassin du Niger, acquirent la maîtrise de l'agriculture il y a environ dix mille ans, en même temps que les habitants du Moyen-Orient. Au Ier millénaire avant notre ère, ils maîtrisèrent aussi la métallurgie du fer. Bénéficiant de ce fait d'une forte croissance démographique, ils occupèrent peu à peu toute l'Afrique intertropicale en absorbant ou en chassant devant eux les chasseurs-cueilleurs à peau cuivrée ou sombre qui y étaient établis (Khoisans, Pygmées, Hottentots). La destruction de ces populations autochtones, peut-être les plus authentiques représentants de l'Homo sapiens originel, arrive aujourd'hui à son terme. On peut y voir le premier « génocide » de l'Histoire. 

Les premiers États africains connus sont nés à la fin du Ier millénaire et au début du second millénaire de notre ère. Il s'agit de royaumes sahéliens rapidement islamisés, tel le Ghana, le Mali ou encore le Songhaï. Ils ont prospéré grâce au commerce transsaharien de l'or, du sel et des esclaves. On compte aussi des royaumes proprement animistes, tel le Kongo, à l'embouchure du fleuve du même nom.

Les navigateurs portugais furent les premiers Européens à aller à la rencontre des peuples africains. À la fin du XVe siècle, ils convertirent même un roi du Kongo à la foi catholique. Deux siècles plus tard, une poignée de calvinistes hollandais et français s'établirent à la pointe de l'Afrique, encore peuplée par les Khoisans. À la fin du XIXe siècle, les Européens se lancèrent dans la « course au drapeau » et prétendirent affirmer leur puissance en soumettant à leur autorité le plus possible de territoires.

Vers une troisième sortie d'Afrique ?

En 2018, la population de l'Afrique s'élève à 1,250 milliard d'habitants (près de 20% de la population mondiale), dont 250 sur la façade méditerranéenne et 1 milliard au sud du Sahara. Cette région, qui ne comptait que 95 millions d'habitants en 1900, connaît depuis le milieu du XXe siècle une croissance démographique exceptionnellement forte. Elle se partage en une quarantaine d'États généralement très pauvres, en dépit de ressources naturelles très importantes, qu'il s'agisse du sol ou du sous-sol.

En ce XXIe siècle, les noirs d'Afrique ont franchi pour la première fois de leur Histoire la barrière du Sahara et atteint l'Europe occidentale. Ils sont entraînés par une fécondité exubérante et un grand appétit de vie qui a vu - et verra - leur population tripler ou quintupler en cinquante ans selon les pays.

Cette migration reproduit d'une certaine manière les migrations des premiers Homo sapiens qui, il y a 70 000 ans, traversèrent l'isthme de Suez pour former les populations actuelles d'Europe et d'Asie. On peut y voir une « troisième sortie d'Afrique ».

Maurice Delafosse : Les Noirs de l'Afrique (1922)

Les Européens ont entamé l'exploration de l'Afrique noire ou subsaharienne il y a à peine deux siècles. Son Histoire ancienne fait encore l'objet de grandes incertitudes du fait de la rareté de témoignages écrits et de vestiges archéologiques.
L'ouvrage de Maurice Delafosse, que nous avons mis en ligne, reflète la connaissance que l'on avait, il y a un siècle, de l'Histoire de l'Afrique. Elle n'est pas si éloignée de celle que nous en avons aujourd'hui. L'auteur, ancien gouverneur des colonies, marié à une Sénégalaise, se révèle être un chercheur éclairé et pénétrant. Il mérite d'être lu...


Épisode suivant Voir la suite
L'Afrique des origines
Publié ou mis à jour le : 2019-07-09 09:57:39

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux