D'Isabelle de Castille à Philippe VI - Une longue succession de mariages heureux - Herodote.net

D'Isabelle de Castille à Philippe VI

Une longue succession de mariages heureux

Isabelle de Castille et Ferdinand d'AragonL'Espagne actuelle tire son identité d'une succession de mariages heureux - du point de vue patrimonial s'entend -.

Cela commence avec l'union à Valladolid, le 14 octobre 1469, d'Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon. Dix ans plus tard, les deux jeunes gens reçoivent la couronne de Castille pour l'une, d'Aragon pour l'autre.

Après la chute du dernier royaume musulman de la péninsule, le 2 janvier 1492, et à l'exception du Portugal, l'unité de la péninsule ibérique ne sera plus remise en cause pendant cinq siècles, jusqu'à la poussée indépendantiste de la Catalogne, anciennement dépendance du royaume d'Aragon.

Des « Rois Catholiques » aux Habsbourg

Grâce à Christophe Colomb et Magellan, la couronne d'Espagne étend son autorité jusqu'en Amérique d'un côté, aux Philippines de l'autre. Celles-ci doivent d'ailleurs leur nom au roi Philippe II d'Espagne, arrière-petit-fils des « Rois Catholiques » Isabelle et Ferdinand. Ainsi note-t-on que l'Espagne a enrayé l'avance musulmane à ses deux extrémités, en Andalousie et aux Philippines.

Par le biais d'un nouveau mariage, ce royaume sur lequel « le soleil ne se couche jamais » tombe dans l'escarcelle des Habsbourg, une famille de l'Europe danubienne et alpine. Jeanne de Castille, héritière d'Isabelle et Ferdinand, épouse en effet Philippe le Beau, fils de l'empereur Maximilien 1er de Habsbourg.

Philippe le Beau étant mort prématurément en 1516, c'est son fils Charles qui lui succède sur le trône d'Espagne puis, en 1519, à la mort de Maximilien 1er, sur les possessions des Habsbourg et à la tête du Saint Empire romain germanique. Il est dès lors connu sous le nom de Charles Quint.

Philippe II d'Espagne (Sofonisba Anguissola, 1565, musée du Prado, Madrid)En 1555, usé par les épreuves, le prestigieux empereur abdique : il cède ses domaines germaniques et le titre impérial à son frère Ferdinand et ses domaines espagnols, flamands et italiens à son fils Philippe II.

Ce dernier se fait le défenseur de la foi catholique face au sultan, aux calvinistes hollandais, aux huguenots français, aux païens du Nouveau Monde et d'Asie et aux « faux convertis » de la péninsule (juifs et musulmans. Il tente aussi de s'emparer du Portugal mais celui-ci saura retrouver son indépendance.

À sa mort, le 13 septembre 1598, l'Espagne est la plus grande puissance européenne. Elle bénéficie des métaux précieux (or et surtout argent) du Nouveau Monde. Elle montre déjà des signes d'épuisement mais, forte de sa puissance et des richesses accumulées, elle va connaître son Siècle d'Or avec des artistes et des écrivains comme Velasquez et Cervantès.

Le nouveau roi, Philippe III, se laisse dominer par ses favoris (validos) dont le duc de Lerma qui le convainc d'expulser les Morisques (faux convertis musulmans).

À Bordeaux, le 25 novembre 1615, Philippe III marie son fils, le prince des Asturies, à la fille d'Henri IV et Marie de Médicis, Élisabeth de France. Il donne par ailleurs sa fille Anne d'Autriche en mariage au Dauphin Louis, futur Louis XIII.

Une génération plus tard, le 9 juin 1660, les enfants respectifs des deux couples convolent en justes noces à Saint-Jean-de-Luz. Ils ont nom Louis XIV et Marie-Thérèse d'Espagne et sont deux fois cousins germains !

Philippe IV, le père de la mariée, a succédé à son père le 31 mars 1621 et, comme lui, il a confié le gouvernement à un favori, le comte-duc d'Olivares. Il se laisse entraîner dans la guerre de Trente Ans, qui signera le déclin irrémédiable de l'Espagne. Elle ne sera plus après cela qu'une puissance secondaire sur le théâtre européen en dépit de son immense empire colonial.

Charles II, fils et successeur de Philippe IV, monte sur le trône le 17 septembre 1665 à l'âge de quatre ans. Victime de la consanguinité familiale, c'est un personnage maladif qui se révèlera aussi stérile.

À l'approche de sa mort, chacun en Europe se demande à qui il cèdera la couronne, parmi les prétendants en lice... C'est en définitive vers Philippe, duc d'Anjou et petit-fils de Louis XIV et Marie-Thérèse, qu'il se tourne, de préférence au candidat des Habsbourg d'Autriche.

Proclamation du duc d'Anjou roi d'Espagne, 16 novembre 1700 (François Gérard, château de Chambord)

Les Bourbons pour le meilleur et le pire

Quand Charles II meurt le 1er novembre 1700, le vieux Roi-Soleil accepte son héritage pour le compte de son petit-fils, qui devient dès lors Philippe V et inaugure la branche dynastique des Bourbons d'Espagne, toujours sur le trône au XXIe siècle avec Juan Carlos 1er et son fils Philippe VI (...). 


Publié ou mis à jour le : 2016-07-27 15:03:19

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès