Politique française

Les origines de l'extrême-droite

Extrême droite. De nos jours, le terme est accolé au Rassemblement national et à quelques groupuscules royalistes et catholiques intégristes. Mais quand apparaît-il pour la première fois ? Et quelle force politique désignait-il alors ?

Contrairement à une idée reçue, cette appellation n’est pas née avec l’Action française et l’apparition des Ligues au début du XXe siècle. Elle émerge dans la vie publique sous cette étiquette d’extrême droite avec la Restauration monarchique qui suit la chute de Napoléon Ier. Elle qualifie alors l’ultracisme, cette force politique royaliste qui refuse farouchement la Charte constitutionnelle de 1814, considérant ce texte « octroyé » par Louis XVIII comme un affaiblissement voire une trahison de la monarchie, et un compromis inacceptable avec la Révolution. Elle entre en conflit avec la droite libérale ou orléaniste plus modérée.

Allégorie sur le retour des ultraroyalistes en 1815 (estampe anonyme du musée Carnavalet, Paris)

Le terme ultra évoque la surenchère et l’intransigeance dans lesquels s’enfermeront ces royalistes jusqu’au-boutistes menés par deux notables provinciaux, le comte de Villèle et La Bourdonnaye, avant qu’ils ne soient incarnés à la tête du pays par Charles X, dans leur conception passéiste de la France post-révolutionnaire. 

Joseph, comte de Villèle, vers 1850, Jean-Sébastien Rouillard (coll. particulière).Dès cette époque, la presse emploie abondamment le terme d’extrême-droite pour qualifier les députés de l’ultracisme qui siègent sur les bancs les plus à droite de la Chambre.

Ainsi, dès le 6 octobre 1822, Le Constitutionnel, d’obédience bonapartiste et libérale, évoquant une brochure concernant Villèle écrit : « L'apologiste de M. de Villèle ne ménage pas beaucoup les membres de l'extrême droite de la chambre (…) il nous assure que le centre droit gémit souvent des inconséquences de l'extrême droite, et qu'il ne s'accommode ni des déclamations ni des divagations qu'il est souvent condamné à entendre. » 

De même, dans son édition du 3 janvier 1822, l’hebdomadaire La France chrétienne, à la ligne catholique antilibérale, évoque les positions respectives de chaque force politique lors d’un vote au sein de l’Assemblée : « Presque tout le centre droit, une grande partie de la droite, et même une partie du centre gauche se lèvent pour l’ordre du jour ; mais on voit se réunir contre, plusieurs membres de l’extrême droite, qui votent comme l’extrême gauche. »

François-Régis de La Bourdonnaye, comte de La Bretèche, vers 1839, J.D. Dallet. Il fut brièvement ministre de l'Intérieur en 1829. En agrandissement, Jules de Polignac, École française, XIXe siècle.À la veille des élections de 1824 qui vont accoucher d’une « chambre retrouvée » avec une écrasante majorité ultra-royaliste, Le Constitutionnel (26 février) ne cache pas l’assimilation des ultras à l’extrême droite : « Toujours est-il que, quand nous rencontrons de francs ultra-royalistes, des hommes de l'extrême droite, nous avons plus à nous en louer que des fonctionnaires ; car l'indépendance même de l'esprit de parti est préférable à la servilité de l'intérêt personnel. »

Ce journal fait également état d’un synonyme au mot extrême-droite : « Ce que le président du Conseil désire, ce qu'il dit qu'il espère, c'est une chambre dépendante. Il n'y veut ni de nous, ni des membres de l'extrême droite, auxquels il donne, le nom trivial de pointus. » Le Temps (21 novembre 1829) constate au sujet du prince de Polignac qui dirige le ministère : « On lui crie de toutes parts qu’il a perdu l’appui de l’extrême droite, le seul sur lequel il pût vraiment compter. »

La sortie de la marginalité

Au début de la Troisième République, l’historien et journaliste Paul Thureau-Dangin consacre, en 1872, une étude intitulée Royalistes et Républicains qui sera l’objet d’une seconde édition en 1888. Il confirme les origines de l’extrême droite : « À côté, au-delà de la droite, et trop souvent dans la droite, la compromettant et l'entraînant, est un parti qui prétend avoir les mêmes principes et les exagère, qui montre un grand zèle pour les mêmes causes et ne fait, en général, que leur nuire ou même les perdre. Le nom de ce parti a varié suivant les temps. Sa prétention, d'ailleurs, a toujours été de se confondre avec la droite, d'être lui-même la vraie et l'unique droite. En 1815 on disait les « ultras », plus tard les « pointus », la « défection » ou la « contre-opposition ». Pour plus de facilité, disons l'extrême droite, bien que ce nom semble plutôt appartenir à notre vocabulaire actuel qu'à celui du commencement du siècle. Si l'on voulait rechercher la généalogie de l'extrême droite, il faudrait remonter jusqu'aux débuts de la Révolution. On la voit dès lors à l'oeuvre : elle contribue, avant 1792, à perdre la monarchie, en empêche le rétablissement après le 9 thermidor, contrarie, souvent combat ouvertement les patriotiques efforts des grands royalistes, de Mounier, de Malouet, de Mallet du Pan, et même de Cazalès. Ouvrez au hasard les écrits de Mallet, de 1789 à 1800, vous y trouverez, gravés d'une main vigoureuse et souvent irritée, les traits de ce parti qu'il a rencontré sur son chemin, chaque fois qu'il a tenté de défendre ou de relever la cause royale. »

Caricature de R. Fuzier sur les manifestations nationalistes provoquées par la révocation du préfet de police Chiappe (natif de Corse). Parmi les ligueurs, Léon Daudet et Charles Maurras, Le Populaire, n° 4017, 6 février 1934. En agrandissement, manifestations fascistes à Paris à la suite des événements du 6 février 1934, Regards, 27 avril 1934.Si la dénomination « extrême droite » fait irruption pendant la Restauration sur le terreau de la Contre-Révolution théorisée par Joseph de Maistre, Louis de Bonald et Edmond Burke, ce concept s’avèrera plutôt flou tout au long de l’Histoire car il ne reflète pas une doctrine très précise.

Aux ultras de la Restauration a succédé le populisme du général Boulanger et son culte du chef. Puis, l’Action française symbolisée par Charles Maurras, les différentes ligues du début du XXe siècle, adeptes de la violence physique, ont superposé le nationalisme à la vieille idéologie contre-révolutionnaire, réussissant mal à dissimuler leurs divergences stratégiques et leurs querelles de chapelles à l’aide du ciment de la xénophobie et de l’antisémitisme, de l’intégrisme catholique et du rejet du parlementarisme.

La Révolution nationale du maréchal Pétain est apparue comme le réceptacle de ces différents courants mais elle n’est pas parvenue à unifier cette extrême droite quelque temps stimulée par le fascisme italien et les premières victoires du nazisme. Assoupie au début de la IVe République, une fraction de cette extrême droite a ressuscité à la faveur de la guerre d’Algérie, notamment à travers les partisans de l’Algérie française et les membres de l’OAS qui n’ont pas hésité à s’affronter au général de Gaulle.

Marine Le Pen et Jordan Bardella déposent une gerbe de fleurs aux pieds de la statue de Jeanne d'Arc, 1er mai 2020, @rassemblementnational.frCertains de ces activistes se sont retrouvés ensuite dans les rangs du Front national fondé en 1972 par les responsables d’Ordre nouveau, mouvement nationaliste-révolutionnaire, et dirigé par Jean-Marie Le Pen auquel a succédé sa fille Marine qui a transformé le nom de son parti en Rassemblement national. En participant deux fois au deuxième tour de l’élection présidentielle (2002 et 2017), et en jouant le jeu des institutions, l’extrême droite est sortie de sa marginalité. Mais elle n’a plus rien à voir avec l’ultracisme…

Jean-Pierre Bédéï
Publié ou mis à jour le : 2021-04-08 19:14:43

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net