La papauté des origines à l'An Mil

L'évêque de Rome devient le chef de l'Église

On aurait sans doute étonné les premiers chrétiens comme les officiels romains qui les persécutèrent en tant qu’adeptes d’une religion déraisonnable et hostile si on leur avait dit qu’un jour le christianisme serait le marqueur de la romanité !

En effet, en faisant de l'évêque de Rome le chef de l'Église universelle, la chrétienté occidentale a fini par s'identifier à l’universalisme romain. Mais ce fut une transition chaotique et douloureuse, à peine achevée à l'orée de l'An Mil.

Thomas Tanase

Saint Érasme (vers 253 - 303) flagellé en présence de l'empereur Dioclétien, fresque byzantine, VIII e siècle, musée national de Rome.

Saint Pierre, premier évêque de Rome

La communauté chrétienne de Rome revendique sa filiation avec les apôtres Pierre et Paul, mis à mort dans la Ville éternelle vers l’an 67, sous le règne de Néron. La prédication chrétienne avait touché l’importante communauté juive de la capitale dès les années 40 si l’on en croit l'historien Suétone. Celui-ci évoque en effet l'expulsion par l’empereur Claude « des Juifs qui fomentaient des troubles à l’instigation de Chrestus ».

À la fin du Ier siècle, l'évêque Clément, qui a connu Pierre, donne le martyre des deux apôtres en modèle dans une lettre destinée à la communauté de Corinthe. À Rome comme dans les autres cités d'Occident, les communautés chrétiennes tirent en effet leur force de leur « apostolicité ». C'est le fait d'avoir été fondées par un des apôtres ou l'un de leurs disciples.

Clément, évêque de Rome, successeur d’Anaclet ou Pierre selon les sources, Juan Correa de Vivar, XVIe siècle, musée du Prado, Madrid.Toutes ces communautés s’organisent autour d’un « superviseur » (episcopos en grec, d’où le terme français d’« évêque »).

L'évêque de Lyon saint Irénée dresse vers l’an 189 une liste des premiers successeurs de saint Pierre et saint Paul à la tête de Rome : Lin, Anaclet, Clément.

Plus tard, au VIe siècle, les notices biographiques compilées dans le Liber Pontificalis fixent la liste devenue canonique à partir du seul saint Pierre considéré comme le premier évêque de Rome (tandis que saint Paul est laissé de côté).

La tombe de saint Pierre

Crucifixion de Pierre et décapitation de Paul, La Chronique de Nuremberg, XVe siècle, Hartmann Schedel.Les recherches archéologiques menées sous la basilique Saint-Pierre au cours des années 1950 ont mis à jour une nécropole à proximité de l’ancien cirque de Caligula où, selon la tradition, l’apôtre a été crucifié.

C'est là que se trouvait l’obélisque qui trône aujourd’hui au milieu de la place Saint-Pierre.

Des inscriptions prouvent que déjà au deuxième siècle, les croyants venaient vénérer l’apôtre en ce lieu, au-dessus duquel trône aujourd’hui le baldaquin de bronze conçu par le Bernin. Le pape Paul VI n'hésita pas en 1968 à déclarer qu'il s'agissait bien du lieu d'inhumation de saint Pierre.

La vision de la Croix par Constantin, Chambre de Constantin, Les chambres de Raphaël, XVIe siècle, musées du Vatican, Rome.

La conversion de Constantin, une divine surprise

Venant juste après les persécutions de chrétiens par Dioclétien, la conversion de Constantin au début du IVe siècle est une surprise de l’Histoire. 

À Rome, où l'empereur ne réside plus, l’évêque devient le nouveau personnage central de la ville. Comme tous les évêques, il est désigné par l'assemblée des fidèles et se fait appeler avec déférence pape (du grec pappas« père »).

Saint-Jean de Latran et le palais attenant, première construction monumentale chrétienne dans Rome, sont édifiés sur un terrain impérial afin de servir d’église cathédrale. 

L’empereur Constantin  présentant un modèle de la ville à la Sainte Vierge Marie. Mosaïque de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople,  Istanbul, Turquie.À l’autre bout de l’agglomération, Constantin lance la construction d’une basilique sur le tombeau de saint Pierre, sur la colline du Vatican. Une autre basilique est construite sur la route d’Ostie, sur le lieu de sépulture de saint Paul.

Les catacombes, aux portes de la cité, sont aménagées pour commémorer les martyrs romains.

Le prestige de l’évêque de Rome se fait sentir en Italie, voire même parfois en Gaule ou dans la province romaine d’Afrique (la Tunisie d’aujourd’hui). Il occupe dans l'Église primitive la même place d'honneur que les quatre autres patriarches : Antioche, Alexandrie, Constantinople et Jérusalem. 

Néanmoins, son rôle est limité. C'est que le centre de gravité du christianisme demeure en Orient : c’est là que se trouvent les provinces les plus riches et l'on ne saurait oublier que le grec est la langue de rédaction des Évangiles

Un signe ne trompe pas : en 324, la fondation de la deuxième Rome sur les rives du Bosphore, appelée à devenir capitale chrétienne de l'empire.

Les théologiens se déchirent sur le dogme

L’unité doctrinale est garantie par les assemblées d'évêques et surtout l’empereur. Justement, Constantin réunit en 325 un premier concile oecuménique à Nicée en vue de définir une profession de foi commune aux chrétiens, le Credo (« Je crois en Dieu... »).

Le concile de Nicée (325), icône du monastère des Meteores, Thessalie, Grèce. L’empereur Constantin est au centre. Arius, condamné, se trouve au fond de l’icône.Les théologiens commencent malgré cela à se diviser entre des écoles de cultures différentes, syrienne (autour d’Antioche), égyptienne (autour d’Alexandrie) ou gréco-impériale.

Toutes ces querelles sont ressenties à Rome comme de dangereuses subtilités orientales et l'évêque de Rome commence à faire entendre sa différence. Dès lors, d'un concile au suivant, il va s'aligner sur la voie majoritaire, choisissant en toute occasion de s’en tenir à la tradition catholique ou « universelle » (en grec) dont Rome est la dépositaire.

Ce point de vue convient à l'empereur qui règne à Constantinople, toujours soucieux d'affirmer son autorité dans les différents conciles.

Rencontre entre  Léon Ier le Grand et Attila, fresque XVIe siècle,  chambres d’Héliodore, Les chambres de Raphaël, musées du Vatican, Rome.

De saint Léon à saint Grégoire, la papauté affirme son autonomie

Un tournant a lieu en 451 avec le concile de Chalcédoine. En se fondant sur une lettre du pape Léon 1er  (440-461), reconnu comme le gardien de la tradition apostolique, il fixe de manière définitive le dogme de la double nature du Christ, humaine et divine, ainsi que le dogme de la Sainte Trinité.

Mais tandis que débattent les évêques à Chalcédoine, la décomposition de la partie occidentale de l’empire s'accélère. Rome est pillée par les Goths en 410, les Francs s’installent en Gaule et les Huns menacent l’Italie. Le pape Léon 1er convainc en 452 Attila de renoncer à entrer dans la Ville éternelle. Ainsi la papauté se substitue-t-elle au pouvoir politique défaillant, tandis que ses bureaux reprennent les usages impériaux et leur centralisme juridique.

Fort opportunément, entre le IVe et le Ve siècle, la figure de saint Pierre, désormais qualifié de « prince (princeps) des apôtres », fait passer au second rang celle de saint Paul en vertu du fameux texte de l’Évangile selon Matthieu : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je fondrai mon église ».

Le pape saint Léon le Grand, illustration du Manuel  de  patrologie : les Pères de l’Église, Sœur Gabriel Peters, Migne.En conséquence de quoi le pape saint Léon le Grand revendique la vocation de sa ville à devenir le centre de la chrétienté. On commence à parler de Rome comme d'une ville à part : le « Siège apostolique ».

Le pape lui-même, qui s'affirme comme le grand pape du Ve siècle (il est le seul avec Grégoire 1er et Nicolas 1er à porter le qualificatif de Grand), se présente comme le vicaire de saint Pierre. Il est le premier à se faire inhumer au Vatican, auprès de l'apôtre.

Un peu plus tard, en 494, dans une lettre à l’empereur Anastase qui fera date, le pape Gélase (492-496) établit la distinction entre l'Église représentée par le pontife et l'empereur.

Le pape Gélase Ier.Dans son esprit, il ne s’agit que de souligner la nécessité pour les deux pouvoirs de travailler en bonne harmonie. Mais plus tard, à partir du XIe siècle et de la réforme grégorienne, cette division entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel sera aussi utilisée pour affirmer la primauté de l’autorité des papes sur le pouvoir des souverains.

En attendant, la première moitié du VIe siècle voit la reconquête de l’Italie par Justinien. Mais les troupes de l'empereur ne s'y attardent pas.

C’est dans ce contexte trouble que se déploie l'action du pape Grégoire le Grand (590-604).

Animé par une dévotion intense, il signe ses lettres d’une formule qui deviendra rituelle : Servus servorum dei (« serviteur des serviteurs de Dieu »).

Premier pape évangélisateur, il encourage aussi la prédication dans les confins barbares. Dans les instructions qu'il donne aux missionnaires, il insiste sur la nécessité de respecter les coutumes locales et de faire confiance au temps pour amener les païens au christianisme : « Après tout, quand on veut arriver au sommet d'une montagne, on monte pas à pas, on ne s'élève pas par bond »

Ainsi envoie-t-il en 594 un bénédictin de Rome, Augustin, auprès des Saxons de l’ancienne Britannia où il fonde l’évêché de Canterbury. Sur le continent même, les moines irlandais se montrent particulièrement actifs. Le plus célèbre d’entre eux, saint Colomban, arrive jusqu’à Bobbio, en Italie du nord. 

Grégoire et Colomban ont un point commun : ils emploient tous les deux le mot « Europe » pour désigner ce nouveau monde chrétien en train de naître au nord du continent, aux marges de ce qui avait été l’empire romain ; un monde construit autour de l’Église, dépositaire de la culture antique et connecté à Rome.

Saint Grégoire le Grand, maître Theodoric, 1370, Couvent Sainte-Agnès, Galerie nationale de Prague.

La papauté et l'invention de l’Europe

Le VIIe siècle voit la désunion du monde méditerranéen avec la naissance de l’islam. Les troupes musulmanes arrivent devant Constantinople. À l’ouest, elles font la conquête de l'Afrique du nord puis débarquent en Espagne avant de se heurter à Poitiers à Charles Martel en 732.

Charles Martel est le maire du palais d'un lointain descendant de Clovis. C'est l'homme fort du Regnum francorum, le « Royaume des Francs » établi sur les ruines de l'empire romain d'Occident, de part et d'autre du Rhin et de la Meuse. Lorsqu’en 751, son fils et successeur Pépin le Bref veut prendre le titre royal en lieu et place du roi mérovingien de la dynastie de Clovis, il sollicite l'avis du pape Zacharie.

Mosaïque figurant Léon III, VIIIe siècle, palais du Latran, Rome (noter le nimbe rectangulaire qui entoure la tête du saint).Celui-ci, confronté à la menace des redoutables Lombards, ne peut plus compter sur la protection de l'empereur de Constantinople, lequel a d'autres soucis avec les Bulgares et les Arabes. L’empereur a, qui plus est, décidé d’interdire les images religieuses. Or, le pape condamne formellement l’iconoclasme byzantin.

Soucieux d'entrer dans les bonnes grâces des Pippinides, la famille de Charles Martel et Pépin, Zacharie donne son assentiment au changement de dynastie : « Il vaut mieux appeler roi celui qui a plutôt que celui qui n'a pas le pouvoir », dit-il en substance. En 754, son successeur le pape Étienne II (752-757) passe les Alpes et procède à Saint-Denis au sacre de Pépin et de ses fils, Carloman et Charles, futur Charlemagne.

En retour, Pépin descend avec ses guerriers dans la péninsule italienne pour soumettre les Lombards.

Mieux encore, il fait don au pape de l’Italie centrale, c’est-à-dire pour l’essentiel l’ancien domaine byzantin dont s’étaient emparés les Lombards. Le pape devient ainsi le maître d’une véritable principauté, le « patrimoine de Saint Pierre » : c’est la naissance des États pontificaux. Ils vont plus ou moins garantir jusqu'en 1870 l'indépendance du souverain pontife à l'égard des autres souverains.

Mosaïque réalisée par Léon pour le triclinium du Latran investissant Léon et Charlemagne, Palais du Latran, Rome.Devenu à son tour seul roi des Francs en 771, le futur Charlemagne poursuit avec plus d'ampleur la politique de son père et de son grand-père.

Il ceint la couronne des rois lombards. Il convertit de force les Saxons. Il commence aussi à regarder vers les terres slaves.

Il compte sur l’Église pour structurer ce qui va devenir son empire : c’est autour des grandes abbayes carolingiennes que se fait le décollage culturel du monde franc.

Charles se veut le restaurateur d’une société chrétienne idéale, unie par l’Église et placée sous le commandement du roi des Francs, nouveau David.

Lorsque les Byzantins réunissent un nouveau concile à Nicée en 787 pour condamner l’iconoclasme, ils en transmettent les actes à Rome.

Les représentants de l'Église franque, réunis à Francfort en 794 autour de Charles, prennent aussi connaissance de ces actes mais sur la base d’une traduction latine erronée. Sur ce malentendu, ils condamnent les conclusions du concile de Nicée.

Un deuxième malentendu va survenir à propos de la formule du filioque employée dans le Credo : « Le Saint-Esprit procède du Père et du Fils » ! Contre l'avis des Orientaux, Charles en impose l'usage lors d'un concile tenu à Aix-la-Chapelle en 809.

 Épisodes de la Vie du Pape Sylvestre (314-335), Fresque du XIIIe siècle, Scène 7 : Donation de Constantin, église des Quattro Santi Coronati, chapelle Saint-Sylvestre,  Rome.

Quel protecteur pour le pape ?

Le siège apostolique de Rome ne veut pas rompre avec Byzance pour si peu. Il valide donc les conclusions du concile de Nicée. Et malgré les pressions de Charlemagne, le pape Léon III (795-816) refuse également d’adopter le filioque et de valider les décisions de l’Église franque.

Léon III, d’origine modeste, voit son autorité contestée par les grandes familles romaines. C'est au demeurant un homme de mœurs discutables et ses adversaires y voient un motif de le renverser en 799. Léon III réussit à s’enfuir auprès du roi des Francs.

En 800, celui-ci franchit les Alpes, arrive à Rome et rétablit le pape dans ses droits. En retour, le jour de Noël, alors que Charles se rend dans la basilique Saint-Pierre, le pape le couronne et lui confère le titre inédit d'« Empereur des Romains ». Ainsi le roi des Francs entre-t-il en concurrence avec l'autre empereur, celui de Constantinople, qui est alors... une femme, Irène.

Charlemagne devient le partenaire privilégié du pape. « Pendant que l'empereur combat, le pape élève les mains vers le ciel », écrit-il dans une lettre. Notons cependant que Léon III a couronné Charles avant de le faire acclamer par les siens, signifiant par là que c’est le pape qui fait l'empereur, le peuple ne faisant que suivre.

Après la mort de Charlemagne en 814, sa dynastie et son empire se décomposent très vite. Rome elle-même se voit à nouveau menacée. En 846, des pirates musulmans venus de Sicile remontent le Tibre et mettent à sac la basilique Saint-Pierre. En réponse, le pape Léon IV (847-855) fait construire des murailles autour de sa résidence du Vatican, formant ce qu'il est convenu d'appeler aujourd'hui la « cité léonine ».

Épisodes de la Vie du Pape Sylvestre (314-335), Fresque du XIIIe siècle, Scène 1 : Constantin, atteint de la lèpre, rassure des femmes et leurs enfants sur leur sort, église des Quattro Santi Coronati, chapelle Saint-Sylvestre, Rome.

Vraies et fausses décrétales : sacrées histoires !

En dépit de ces épreuves, l’idée d’une primauté pontificale n’est pas oubliée. Des clercs rédigent vers 850 une importante collection de décrétales fausses ou réécrites. Passées à l’histoire sous le nom de Décrétales pseudo-Isidoriennes, elles exaltent la primauté de l'évêque de Rome sur l'Église universelle.

C’est dans ces Décrétales qu’apparaît pour la première fois un des « faux » les plus célèbres de l’Histoire : la Donation de Constantin. Le document reprend une légende élaborée au Ve siècle autour de la figure de Constantin.

L’empereur romain, malade de la lèpre, aurait finalement été guéri par le baptême que lui aurait administré le pape Sylvestre. Pour manifester sa reconnaissance, il serait allé à la rencontre du pape et, humblement, aurait guidé son cheval par les rênes. Puis il aurait décidé de partir en Orient, en abandonnant au pape le pouvoir impérial pour la partie occidentale de l’empire, non sans oublier d’affirmer la primauté du pontife romain sur les Églises d’Orient.

Peut-être ce document a-t-il été composé à Rome un siècle plus tôt, à l’époque d’Étienne II et de Pépin. Toujours est-il que c’est à partir de l’œuvre des faussaires francs que la Donation commence à circuler. Elle est explicitement citée pour la première fois en 979 dans un acte pontifical.

Le pape Nicolas 1er (858-867) se sert de ces Fausses Décrétales dès 864 pour intervenir dans le mariage du roi Lothaire II et faire sentir son autorité aux grands prélats francs.

Plus encore, il brave le basileus qui règne à Constantinople. En effet, un coup de force de sa part avait amené sur le trône patriarcal de la capitale byzantine un grand lettré, Photios, avec l’accord des légats romains.

Mais Nicolas 1er désavoue ces derniers, refuse de reconnaître Photios et informe les Grecs qu’il a le droit de destituer les clercs de quelque diocèse que ce soit, y compris Constantinople ! Il entre également en rapport avec les Bulgares, à l’époque de dangereux voisins pour les Byzantins.

Constantinople répond en excommuniant le pape en 867 et ne se prive pas de critiquer les usages occidentaux à commencer par l’ajout unilatéral du filioque. Comme Photios est destitué à son tour, avant de redevenir patriarche après la mort de son rival, le « schisme photien » se résorbe rapidement ; il n’en a pas moins valeur de signal.

Saint Cyrille et saint Méthode reçus par le pape saint clément, XIe siècle, Basilique Saint-Clément, Rome.

Rome et Constantinople en concurrence auprès des Slaves

Au Xe siècle, sous la pression des Byzantins et des Francs, l'Europe orientale est à son tour gagnée par le christianisme.

Icône Saint Cyrille et saint Méthode.La Moravie, un royaume slave d'Europe centrale, demande des missionnaires au patriarche Photios. Il leur envoie les deux frères Cyrille et Méthode qui vont mettre au point l’alphabet dit cyrillique en vue de faciliter la prédication dans les langues slaves. 

Malgré ou à cause de leur zèle, ils sont expulsés de Moravie et doivent chercher refuge à Rome, où Cyrille meurt en 869. Son frère obtient le soutien du pape Adrien II (867-872). Il est cependant emprisonné dès son retour en Moravie. Après sa mort, ses disciples sont expulsés par le parti franc, avec l’aval du pape Étienne V (885-891). Ils se replient vers la Bulgarie, déjà convertie au christianisme grec.

Ainsi, malgré leurs interventions, les papes n’ont guère d'influence dans la conversion de ces peuples qui passent sous l'influence de Constantinople et de son patriarche (à part les Polonais et les Hongrois).

Le Pape Formose et Etienne VI - Concile cadavérique de 897, Jean-Paul Laurens, 1870, musée des Beaux-Arts, Nantes.

Scandales en série au palais du Latran

Si le IXe siècle n'a pas profité à la papauté, c'est bien pire avec le siècle suivant. À cela une raison : avec la décrépitude des rois carolingiens, les papes se voient privés de leur protecteur naturel. Le trône de Saint Pierre devient ainsi le jouet des grandes familles romaines qui manipulent à leur aise l'assemblée des fidèles en charge de l'élection de leur évêque. Elles font élire des papes insignifiants et/ou indignes.

Ainsi, en janvier 897, un certain Étienne VI fait-il exhumer et juger (!) la dépouille d'un prédécesseur, Formose, qui l'avait offensé de son vivant. Après ce « concile cadavérique », la dépouille est jetée dans le Tibre.

Le pape Jean XI, J. William Gnecchi, 1910, Library of Congress, Washington, États-Unis.Serge III (904-911) fait la fortune du clan de Tusculum, représenté par le comte Théopylacte et son épouse Théodora. Ses opposants l'accusent d’être l’amant de leur fille Marousie.

Pour autant que l’on puisse en juger avec des sources très médisantes comme la chronique de Liutprand de Crémone, Jean X (914-928) est à son tour accusé d’être devenu pape pour avoir été l’amant de Théodora. Il finit en tout cas assassiné par sa fille Marousie.

Le pape Jean XI (931-936) est lui-même le fils de Marousie et, d’après les racontars de l’époque, de Serge III.

Un autre fils de Marousie, Albéric, devient faiseur de papes après avoir fait enfermer sa mère et son frère Jean XI. Il finit par faire désigner un de ses fils illégitimes, Octavien (18 ans). Celui-ci, une fois pape, décide pour la première fois de changer de nom : il se fait appeler Jean XII (955-963).

Jouisseur invétéré, Jean XII prend le parti du roi de Germanie Otton contre le roi d'Italie Bérenger II. Il lui confère en 962 le titre d'empereur d'Occident pour le remercier de l'avoir secouru. Ainsi renaît le titre impérial laissé en jachère par les descendants de Charlemagne.

Mais à peine Otton 1er a-t-il le dos tourné que Jean XII se rallie à son ancien ennemi ! L'empereur est obligé de revenir sur ses pas. Le 6 novembre 963, il fait déposer le pape pour immoralité et le remplace par Léon VIII.

Les Romains, qui ne veulent rien devoir au nouvel empereur, rappellent Jean XII. Celui-ci châtie avec férocité ceux qui l'ont trahi mais il meurt l'année suivante. Les rumeurs parleront de mari jaloux qui l’aurait assassiné ou de crise d’apoplexie en plein adultère ! Les Romains élisent à sa place Benoît V. Mais Otton sévit une nouvelle fois et châtie les partisans de Benoît.

L'empereur et ses successeurs ne vont dès lors cesser d'intervenir dans les affaires  italiennes, en s'autorisant un droit d'intervention sur les élections pontificales, en concurrence avec les grandes familles romaines.

Bien sûr, ces scandales ont fait les délices des historiens allemands du XIXe siècle qui ont parlé de « pornocratie », en écho à la légende noire de l’âge féodal, décrit de manière excessive comme une période de barbarie absolue et de superstition.

L'histoire de Théodora et Marousie a pu aussi donner naissance à la légende de la « papesse Jeanne », une moniale qui aurait réussi à se faire élire en cachant son sexe et aurait même accouché pendant une procession. Cette légende en a inspiré une autre selon laquelle le sexe de tout nouveau pape aurait été dès lors vérifié par palpation sur une chaise percée.

Le salut va venir du clergé régulier, celui qui vit selon une règle monastique.

L’avènement d’une papauté féodale

L’empereur Otton III, enluminure de l'abbaye de Reichenau, Évangéliaire d'Otton III, v. 1000, Bayerische Staatsbibliothek, Munich.À l'orée de l'An Mil, en Occident, le pouvoir se fractionne en une multitude seigneuries liées les une aux autres par les allégeances féodales. Le pouvoir d'une famille passe bien des fois par le contrôle d’une église ou d’un monastère. Aussi les abbés et les évêques sont-ils bien souvent issus de la noblesse et mènent une vie peu dévote et nourrie d’intrigues politiques.

Cependant, les ferments de renouveau s'affirment avec l'abbaye de Cluny. Fondée en 910 et ne relevant que de l'autorité pontificale, elle porte l’idée d’une Église dégagée des intrigues seigneuriales.

Et surtout, alors que plus aucun pouvoir temporel n’est en mesure d’unir l’Occident, un nouveau mot désigne ce qui l'unit : « chrétienté ».

Le jeune empereur allemand Otton III, au tournant du millénaire, rêve de l'associer à l’universalisme romain.

Le pape Sylvestre II, gravure, XVIIe siècle.Il impose sur le trône de saint Pierre son précepteur Gerbert d’Aurillac, qui devient pape sous le nom de Sylvestre II (999-1003). Tout un programme.

Ensemble, Otton et Sylvestre rejouent pour l’An Mil la geste de l’empereur Constantin et de Sylvestre Ier.

Mais en 1001, à Rome, une émeute chasse l'empereur, qui meurt dans la foulée. C'en est fini du rêve d'unité impériale.

Bibliographie

Ph. Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, 2003,
Y.-M. Hilaire (dir.), Histoire de la papauté. 2000 ans de tribulations, Paris, 2003,
J. Chélini, Histoire religieuse de l’Occident médiéval, Paris, 1991,
Y. Sassier, Royauté et idéologie au Moyen Âge : Bas-Empire, monde franc, France (IVe-XIIe siècle), Paris, 2012.

Publié ou mis à jour le : 2020-02-26 10:54:44

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net