Savoie - Petit comté deviendra grand... - Herodote.net

Savoie

Petit comté deviendra grand...

Qui l'eut cru ? la Savoie, aujourd'hui réduite à deux départements français, a réussi durant le précédent millénaire à s'émanciper de ses puissants voisins, France et Saint Empire, jusqu'à devenir elle-même la matrice d'un grand État, l'Italie moderne !

Romaine, franque puis burgonde, la Savoie tomba dans l'escarcelle du Saint Empire en l’An Mil. Au même moment, un seigneur parvint à l'élever au rang de comté. Ce fut le premier représentant de la Maison de Savoie, qui allait régner jusqu'en 1946.

En l’espace de trois siècles, la seigneurie alpine s'est élevée au même rang que le duché de Bourgogne pour finalement le surpasser. Par un jeu d’alliances et de stratégies, elle accrut encore sa puissance lorsque le duc Emmanuel-Philibert, dit « Tête de Fer » (tout un programme) transféra sa capitale de Chambéry à Turin, de l'autre côté des Alpes. C'est ainsi que, de française, la principauté devint italienne, passionnément, jusqu'à unifier la péninsule en 1861...

Charlotte Chaulin

Hannibal vainqueur contemple pour la première fois l’Italie depuis les Alpes, 1771, Francisco Goya, Asturies, Fondation Selgas-Fagalde. L'agrandissement montre Chambéry vers 1780, à l'époque ville du royaume de Sardaigne, aujourd'hui du département de la Savoie, Joseph-François-Marie De Martinel, musée d'Art et d'Histoire de Chambéry.

La Savoie médiévale intègre le Saint Empire

Vers le IIIème siècle après J.-C. apparaît le terme « Sapaudia » (« Pays des sapins ») pour désigner la région montagneuse à l’est de Lugdunum (Lyon) et du Rhône. De là dérive le nom de la Savoie. Suite à d’éprouvantes batailles, l’empire romain concède la région à des Burgondes.

Édith et Otton Ier à Magdebourg  vers 1250 in World Archeology n° 43, sept.-octobre 2010. L'agrandissement montre les statues d'Adélaïde et Otton Ier, Allemagne, Cathédrale de Meissen XIIIe siècle.Elle intègre ensuite le royaume franc de Clovis en 534 puis l’empire de Charlemagne au IXème siècle. Le traité de Verdun (843) organise le partage de l’empire entre ses petits-fils. La Savoie revient à Lothaire Ier. En 888, elle fait partie du royaume de Bourgogne.

La dynastie des Ottoniens, qui règne alors sur le Saint Empire, se rapproche des rois de Bourgogne. L’empereur Otton Ier épouse en 951 Adélaïde, la fille du roi Rodolphe II. Les souverains ottoniens se posent en protecteurs du royaume de Bourgogne et s’immiscent de plus en plus dans ses affaires par un système d’alliances et en entretenant le culte de saint Maurice, patron de la monarchie bourguignonne.

La tutelle est telle que Rodolphe III de Bourgogne prête en 1016 un hommage de main à l’empereur Henri II et lui promet de lui laisser sa succession s’il venait à mourir sans héritier.

Chose promise, chose due. En 1032, Rodolphe III meurt sans héritier direct et laisse sa couronne à l’empereur Conrad II le Salique, fils de Henri II. Le royaume de Bourgogne intègre alors le Saint Empire. Mais le pouvoir ottonien se heurte à la résistance d’une grande partie de l’aristocratie savoyarde, dont un personnage en particulier, le fameux Humbert Ier.

La charte du roi Rodolphe III de Bourgogne datant de 996, Archives départementales de Savoie, DR. L'agrandissement présente la couronne impériale de Conrad II le Salique. Trésor séculier de Vienne.

L’émergence de la Maison de Savoie

En 996, l'évêque de Moutiers ayant reçu le pouvoir comtal sur la région, celle-ci est élevée au rang de comté. Au début du XIème siècle, le comté échoit à un guerrier remarquable qui restera dans l'Histoire sous le nom d'Humbert Ier aux Blanches-Mains. Il est le chef historique de la Maison de Savoie, laquelle serait issue d’une famille locale gallo-romaine.

Humbert Ier aux Blanches-Mains, gravure d'Abate Ferrero di Lavriano, Turin, 1701. L'agrandissement montre le cénotaphe de Humbert Ier de Savoie dans la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne.Récompensé pour avoir aidé Rodolphe III puis Conrad II le Salique, Humbert Ier étend ses possessions sur une partie de la Maurienne, du Chablais, de la Tarentaise.

Par des mariages, des achats et au prix de guerres, le comte et ses descendants vont agrandir méthodiquement leur domaine et acquérir des territoires de chaque côté des Alpes. Le comte Thomas Ier de Savoie achète le bourg de Chambéry le 5 mars 1232 pour environ 90 000 francs-or et le dote quelques années plus tard de sa première charte municipale.

En 1295, le comte Boniface achète le château de Chambéry et y installe son administration centrale, faisant de la ville la nouvelle capitale de l’État savoyard. Ses successeurs prendront grand soin de rénover l’édifice qui prendra une nouvelle dimension au XIVème siècle par des travaux de grande ampleur.

Pour conserver sa position privilégiée, stratégiquement située entre la France, le Saint Empire et l’Italie, la dynastie savoisienne joue de diplomatie et retourne sa veste maintes fois, passant d’un camp à un autre lors des luttes médiévales entre l’Empire et le Saint-Siège.

Sa politique changeante lui permet d’étendre son territoire et son influence. Au XIVème siècle, l’empereur Charles IV accorde aux comtes le titre de « vicaires impériaux » du royaume d’Arles mais ils préfèrent déjà s’étendre vers l’Italie.


Publié ou mis à jour le : 2019-11-19 10:18:53

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net