Clovis (466 - 511) - Le barbare qui enfanta l'Occident - Herodote.net

Clovis (466 - 511)

Le barbare qui enfanta l'Occident

Clovis est l'héritier de l'un des petits royaumes barbares établis sur les ruines de l'empire romain d'Occident.

Il va rassembler sous son autorité un immense territoire, des Pyrénées à la Rhénanie et, par son baptême dans la foi catholique, il va rallier à lui les élites gallo-romaines et assurer l'avenir de sa dynastie sur le Regnum Francorum, ou royaume des Francs, qu'il aura fondé.

Des Francs aux origines obscures

En 481, Clovis (15 ans) est élu roi des Francs Saliens, un peuple germain établi de part et d'autre du Rhin, fort d'environ 200 000 personnes. À peine élu, il complète la conquête de la Gaule et bat Syagrius, un général qui s'intitule « roi des Romains » et maintient l'illusion d'une permanence de l'empire romain entre la Meuse et la Loire.

Clovis le païen découvre alors un milieu très romanisé et de religion catholique. Il est subjugué par Remi, évêque de Reims, comme le montre l'anecdote du « vase de Soissons ». En 492, après un traité avec le roi burgonde Gondebaud, Clovis épouse  Clotilde, nièce de celui-ci.

En 496, Clovis reçoit un appel à l'aide de son homologue, le roi des Francs rhénans, menacé par les Alamans, une tribu germanique à laquelle nous avons emprunté le nom de l'Allemagne. Il bat les Alamans devant la place forte de Tolbiac (en allemand, Zülpich), près de Cologne, en 496.

Clovis est poussé à se convertir par sa femme, pieuse catholique, ainsi que par l'évêque Remi et Geneviève, une sainte femme auxquels les Parisiens sont reconnaissants de les avoir préservés des Huns. Il passe enfin à l'acte deux ans plus tard, le jour de Noël.

Pour le clergé catholique, qui craignait une victoire de l'hérésie arienne, sa conversion a un caractère providentiel. « Votre foi est notre victoire ! » lui écrit Avit, évêque de Vienne, en pays burgonde... L'empereur de Constantinople, qui dirige en théorie tout l'empire romain depuis la déposition du dernier empereur d'Occident en 476, témoigne aussi de sa satisfaction en conférant au roi franc le titre symbolique de « Consul des Romains ».

Le roi des Francs tire parti de sa conversion pour achever la conquête de la Gaule. Il repousse au-delà des Pyrénées les Wisigoths qui occupent le sud de l'hexagone (l'Aquitaine).

L'ancienne Lutèce, qui a pris le nom des premiers habitants de la région, les Parisii, accède pour la première fois au statut de capitale. Et l'on ne désigne plus la région sous le nom de Gaule mais sous le nom de «Regnum Francorum» - ou royaume des Francs -, dont la postérité fera Francie puis France.

Les invasions barbares au Ve siècle

Cliquez pour agrandir
Dès le IIIe siècle de notre ère, les Romains se montrent impuissants à contenir l'invasion des Germains. Ces derniers sont eux-mêmes poussés en avant par les Huns. Mais ces derniers ne font qu'une apparition dans l'empire romain à l'agonie, tandis que s'y installent définitivement les envahisseurs germains, donnant souvent le nom de leur tribu à un pays ou une province : Alamans (Allemagne), Burgondes (Bourgogne), Francs (France), Lombards (Lombardie), Vandales (Andalousie)...
 

Publié ou mis à jour le : 2019-08-25 09:47:51

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net