Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>
Politique française
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Charles Maurras (1868 - 1952)

La grande solitude de l'Action française


Charles Maurras, poète et écrivain originaire de Martigues devenu sourd pendant l'adolescence, fut tout au long de sa vie le maître à penser de l'Action française. Il transforma cette revue née de l'Affaire Dreyfus en un quotidien de grande audience couplé à un mouvement politique de masse.

Nationalistes par-dessus tout, l'Action française et son chef se convertirent au monarchisme et même à un catholicisme sans foi par une argumentation spécieuse qui faisait de la tradition le meilleur rempart de la France contre l'adversité.

L'Action française annonce les partis totalitaires de l'entre-deux-guerres sur le plan idéologique mais aussi en pratique avec les Camelots du Roi, une force paramilitaire qui défend ses idées à coup de gourdin...

Charles Maurras (20 avril 1868, Martigues ; 16 novembre 1952, Saint-Symphorien-lès-Tours)

« Il faut que revienne le roi »

Charles Maurras, poète et écrivain né à Martigues, près de Marseille, connaît dans sa petite enfance « de beaux jours filés d’or ». Mais la mort de son père et les premiers symptômes de la surdité vont assombrir son caractère, l'obliger à renoncer à sa vocation de marin et contribuer à lui faire perdre la foi.

Élève brillant et prometteur, il doit renoncer à des études longues en raison de son handicap et s'engage par défaut dans le journalisme. Il s'impose très vite comme un critique brillant et noue des liens amicaux avec Maurice Barrès et son aîné Anatole France avant de se tourner vers la littérature de langue provençale et le Félibrige, un mouvement régionaliste fondé par Frédéric Mistral en 1854.

Reporter aux premiers Jeux Olympiques, à Athènes en 1896, il croit percevoir l'abaissement de la France et commence à songer à la monarchie comme à une solution pour restaurer la grandeur de la nation : « il nous fallait enfin rétablir ce régime si nous ne voulions être les derniers des Français. Pour que vécût la France, il fallait que revînt le roi. »

L'Affaire Dreyfus le décide à franchir le pas. Il entre résolument en politique dans le camp antidreyfusard, au côté de l'Action française. À peine âgé de trente ans, il publie de virulents articles dans lesquels il appelle à la « lutte contre les quatre États confédérés qui menaçaient la France : juif, protestant, métèque et franc-maçon ».

Puis il publie en 1901 L'Enquête sur la monarchie afin de convertir ses amis de l'Action française au « nationalisme intégral ». (...)


Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2017-07-14 15:39:04

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle ville a pu être appelée « l’Athènes de l’Italie » ?

Réponse
Publicité