18 décembre 2022

Poutine : comment l'OTAN a fabriqué un monstre

Dans un entretien avec le journal Die Zeit, le 7 décembre 2022, l’ex-chancelière Angela Merkel valide hélas notre analyse des origines de la guerre en Ukraine et surtout notre prémonition quand, dès 2015, nous avons entrevu la guerre et l'assujettissement de l’Europe à Washington (la preuve ici). « Mais ce n’est pas parce qu’on a contribué à créer un monstre qu’il ne faut pas lui résister... » (Hubert Védrine, Le Figaro, 24 février 2022).
NB : cette analyse est réfutée par l'historien François Godement...

Un an après son départ de la chancellerie, Angela Merkel a révélé les dessous de la diplomatie euro-atlantique. Elle a regretté l’offre faite en 2008 à la Géorgie et à l’Ukraine d’entrer dans l’OTAN et surtout confessé que l’accord entre Kiev et Moscou, signé à Minsk en 2015, avait seulement pour but de gagner du temps et de permettre à l'Ukraine de renforcer son armée en vue d'un affrontement jugé inévitable. C'est la confirmation que Kiev ne s'est jamais résigné à l'autonomie du Donbass et l'émancipation de la Crimée, malgré le souhait exprimé par leurs habitants.

Cet entretien avec Die Zeit dont nous donnons les extraits significatifs en allemand (note) éclaire les zones d’ombre du processus qui, en vingt ans, a conduit à l'ensauvagement de la Russie et à la ruine de l'Ukraine.

Le 25 septembre 2001, Vladimir Poutine, tout nouveau président de la Russie, était ovationné par les députés du Bundestag après un discours en allemand dans lequel il en appelait à une coopération mutuellement profitable entre l’Union européenne et la Russie. Dans le même temps, les États-Unis, inquiets pour leurs approvisionnements en hydrocarbures, devaient renoncer à mettre la main sur les gisements russes.

Au printemps 2008, changement de décor. Les États-Unis sont englués en Afghanistan. Mais ils sont par ailleurs rassurés par la perspective d’exploiter leur gaz de schiste et de devenir exportateurs d’hydrocarbures.

Au sommet de l’OTAN à Bucarest, où il est invité, le président russe témoigne de sa bonne volonté en apportant un soutien logistique aux forces américaines engagées en Afghanistan. Quelle n’est pas sa déception quand l’OTAN propose à la Géorgie et l’Ukraine de la rejoindre ! Cette invitation est un défi à la Russie qui voit l’ancienne ennemie à ses portes.

Angela Merkel ne s’y trompe pas : « Je pensais que c’était une erreur de vouloir faire adhérer à l’OTAN l'Ukraine et la Géorgie. Ces pays n'étaient pas en état de le faire et les conséquences d'une telle décision n'avaient pas été réfléchies, tant en ce qui concerne l’OTAN que l’attitude de la Russie vis-à-vis de la Géorgie et de l'Ukraine, » déclare-t-elle à Die Zeit, le 7 décembre 2022, dans un long entretien curieusement intitulé : « Hatten Sie gedacht, ich komme mit Pferdeschwanz ? » (« Pensiez-vous que je viendrai avec une queue de cheval ? »).

Pour ne rien arranger, en février 2008, le Kosovo proclame son indépendance avec le soutien des Occidentaux et en violation des accords internationaux. C’est un autre camouflet pour la Russie, incapable de protéger les Serbes.

En août 2008, Poutine change donc d’attitude. Dr Jekyll devient Mr Hyde. Il lance ses chars contre la Géorgie et la fait rentrer dans le rang. Il découvre par la même occasion le délabrement de son armée et entreprend de la réformer. Les Ukrainiens, de leur côté, ramènent à la présidence en 2010 un fidèle de Moscou, Viktor Ianoukovitch. Cela ne dissuade pas les Allemands de poursuivre les travaux du gazoduc Nord Stream 1, entamés en 2005 sous la mer Baltique. Ayant renoncé au nucléaire, ils ont besoin du gaz russe en appoint de leurs éoliennes et doivent sécuriser leurs approvisionnements en évitant la Pologne ou l’Ukraine !

Tout se gâte brusquement en 2014. La population de Kiev est remuée par les Américains soucieux de détacher l’Ukraine de la Russie. C’est l’objectif revendiqué par le conseiller de la Maison Blanche Zbigniew Brzezinski. Victoria Nuland, Secrétaire d’État adjointe dans le gouvernement de Barack Obama, évalue le 13 décembre 2013 à 5 milliards de dollars les sommes dépensées par les États-Unis depuis 1991 pour cet objectif. Il s’ensuit la révolution « EuroMaïdan » : de violentes manifestations chassent le président ukrainien et installent un nouveau parlement pro-européen et qui plus est pressé d’entrer dans l’OTAN.

Le nouveau régime n'a rien de plus pressé que d'abolir le statut de deuxième langue officielle dont bénéficie le russe. L'Est russophone du pays se révolte aussitôt avec le soutien de la Russie cependant que la Crimée vote par référendum son retour à la Russie. L’annexion se déroule sans qu’une goutte de sang soit versée et, du point de vue du droit international, elle est moins répréhensible que l’indépendance du Kosovo en 2008… ou la séparation de Mayotte d’avec les Comores en 1974.

Pour éteindre l’incendie, l’Allemagne et la France réunissent les protagonistes à Munich (!) et obtiennent successivement la conclusion de deux accords à Minsk (Biélorussie). Le second, signé le 11 février 2015, prévoit l’autonomie du Donbass (l’Est russophone de l’Ukraine) en attendant un accord de paix en bonne et due forme.

Duplicité de l’OTAN et de Washington

Le 15 février 2015, Herodote.net complétait son analyse du 2 décembre 2014 sur Europe-Russie : les occasions manquées par ces mots : « Les événements de ce début d'année 2015 valident nos pires craintes. (…) Le Secrétaire d'État américain John Kerry s'est montré très remonté, prêt même à livrer des armes à l'Ukraine. De quel droit ? Les États-Unis sont-ils menacés par la Russie post-soviétique ? Ont-ils reçu un mandat du Ciel pour imposer l'ordre sur la planète ? Si c'est le cas, la pagaïe qu'ils ont produite au Moyen-Orient laisse craindre le pire. L'absurdité de la situation pourrait s'expliquer par un calcul de Washington pour transformer définitivement l'Europe en un protectorat à sa main. (…) En relançant les hostilités avec Moscou, Washington va rendre l'alliance réellement incontournable et, dans la foulée, va pouvoir relancer les négociations sur le traité de libre-échange transatlantique. C'en sera fini de l'espoir d'une Europe unie et pleinement souveraine. Et cette Europe se verra interdire de collaborer avec son voisin le mieux à même de la soutenir face aux défis islamistes qui montent de l'autre côté de la Méditerranée. Poutine, de son côté, lève un tabou en faisant savoir qu'il n'exclut plus l'usage tactique de l'arme nucléaire en cas d'atteinte grave aux intérêts russes. (…) Le traité conclu à l'arraché à Minsk le mercredi 11 février 2015 prévoit un statut d'autonomie pour le Donbass russophone et, ensuite, le retrait des troupes séparatistes et pro-russes. Les velléités bellicistes d'une bonne partie des Ukrainiens et de leurs gouvernants font douter de l'application de ce traité dit Minsk 2. Il pourrait s'ensuivre un gel de la situation sur le terrain, sans espoir de rétablir à moyen terme la concorde entre les Européens. »

N'étant pas dans le secret des dieux, nous ignorions toutefois ce qui se tramait sur le plan militaire du côté de l’OTAN. L’ex-chancelière allemande nous l’apprend aujourd’hui et ses mots font froid dans le dos : « L'accord de Minsk était une tentative de donner du temps à l'Ukraine. Elle a également utilisé ce temps pour devenir plus forte, comme vous pouvez le voir aujourd'hui. L'Ukraine de 2014/15 n'est pas l'Ukraine d'aujourd'hui. Comme vous l'avez vu lors de la bataille de Debaltseve [ville ferroviaire du Donbass] début 2015, Poutine aurait facilement pu les envahir à l'époque. Et je doute fort que les pays de l'OTAN auraient pu faire autant qu'ils font maintenant pour aider l'Ukraine. Il était clair pour nous tous que le conflit était gelé, que le problème n'avait pas été résolu, mais cela a procuré à l'Ukraine un temps précieux. »

L’ex-chancelière approuvait cette duplicité. Fille d’un pasteur luthérien qui avait fui la République Démocratique allemande, elle nourrissait une répulsion viscérale pour tout ce qui venait de Moscou. Ainsi écrivions-nous dans notre analyse du 15 février 2015 : « La chancelière Angela Merkel a tissé un rapprochement entre l'annexion de la Crimée par la Russie et l'érection du Mur de Berlin, comme si elle tenait pour acquis le retour aux pires moments de la guerre froide. »

Elle-même dévoile son ressentiment à Die Zeit : « La guerre froide n'a jamais vraiment pris fin parce que la Russie n'était fondamentalement pas en paix. Lorsque Poutine a envahi la Crimée en 2014, il a été expulsé du G8 et l’OTAN a envoyé des troupes dans les pays baltes pour montrer que nous étions prêts à nous défendre. En outre, au sein de l'Alliance, nous avons décidé de consacrer 2 % du produit intérieur brut de chaque pays à la défense. »

À la lumière de ces propos, il est désormais avéré que l’OTAN a tout fait pour réveiller les mauvais penchants de la Russie. C’est ce que nous écrivions déjà dans notre analyse du 24 mars 2022 sur les origines de la guerre d’Ukraine : « Selon des politologues comme le Français Hubert Védrine ou l’Américain John Mearsheimer, Poutine a été acculé à la guerre par l'OTAN. Et c’est afin de sécuriser le Donbass et la Crimée qu’il a attaqué l’armée ukrainienne.  Si cette interprétation des faits est juste, Poutine et son camp ne cèderont rien car de leur point de vue, une défaite face à l’Ukraine, surarmée par les États-Unis et leurs alliés, signerait la fin de la nation russe. Autant dire que les gouvernants européens feraient bien de réfléchir à une issue diplomatique rapide plutôt que d’escompter l'assassinat de Poutine ou une révolution en Russie… »

Las, dix mois plus tard, un point de non-retour a été franchi. La résistance héroïque des Ukrainiens et la brutalité de l'armée russe et de son chef éloignent les perspectives de paix. Il semble qu’il soit trop tard pour échapper à notre destin. Maudits soient les Cassandre, Jérémie et autres Ézéchiel…

Les eaux troubles du gazoduc Nord Stream 2

Dans le même entretien à Die Zeit, Angela Merkel a tenté de justifier son choix de lancer la construction du gazoduc Nord Stream 2 en dépit des tensions avec la Russie. C’est qu’à l’époque, l’Allemagne était devenue très dépendante du gaz à cause de son choix du « tout-éolien » (plus on a d’éoliennes, plus on doit brûler de gaz pour pallier les longues périodes sans vent) et ne pouvait plus se passer du gaz russe.

« Notre dépendance à la politique énergétique est née du fait qu'il y avait moins de gaz en provenance des Pays-Bas et de Grande-Bretagne et des volumes de production limités en Norvège. Nous aurions dû acheter du GNL plus cher au Qatar ou en Arabie saoudite, les États-Unis ne sont devenus disponibles en tant que pays exportateur que plus tard. Cela aurait considérablement aggravé notre compétitivité, » explique-t-elle laborieusement.

Beaucoup moins cher (et moins polluant) que le GNL américain ou qatari, le gaz russe n’a cessé toutefois d’exciter la convoitise des industriels et dirigeants allemands en dépit de tout. Leurs espoirs ont été balayés par le sabotage mystérieux qui a détruit les deux gazoducs de la Baltique.

C’était le 2 octobre 2022. Deux mois après, nous ne savons encore rien des auteurs de cet acte de piraterie et, comme un seul homme, la presse occidentale a incriminé le Kremlin (on ne prête qu’aux riches). Mais si cela était, le contre-espionnage américain en aurait rapidement rapporté les preuves avant que celles-ci ne se dissolvent dans les eaux de la Baltique. Gageons que l’ouverture des archives de la CIA ou du MI5 britannique apporteront la réponse à nos descendants dans un demi-siècle… à moins que l’ex-chancelière ne veuille bien nous renseigner dans un prochain entretien.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2023-01-26 09:47:41
Thiel (25-05-2023 00:56:30)

Pour ma part, j'ai fui tout ce bruit, toute cette agitation du monde qui fait que l'on ait une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Je vis à présent dans mon havre de paix depuis près de quinze an... Lire la suite

Christian (12-01-2023 10:38:34)

Le pape François a lancé lundi dernier un nouvel appel à mettre fin immédiatement au conflit "insensé" en Ukraine, "dont les effets se font sentir dans des régions entières en raison de ses répercussi... Lire la suite

Jonas (08-01-2023 09:39:13)

Monsieur Larané, Si je vous lis bien , le pauvre Poutine est victime des Etats-Unis et de l'OTAN. Même la répression contre les opposants , la suppression de la presse libre , la fermeture de ... Lire la suite

Christian (05-01-2023 18:14:53)

Je suis perplexe au sujet de la dernière annonce de Poutine qui a proclamé "un régime de cessez-le-feu sur toute la ligne de contact entre les parties en Ukraine à partir de 12h00 le 6 janvier de cett... Lire la suite

Christian (05-01-2023 05:31:52)

En ce début d'année, Poutine piétine en Ukraine, ce qui ne l'empêche pas d'avancer ses pions en Afrique. Le Burkina Faso du capitaine Traoré semble en effet suivre les traces du Mali du colonel Goïta ... Lire la suite

Christian (31-12-2022 19:41:04)

Selon l'AFP, Poutine aurait rendu hommage au défunt pape Benoît XVI en tant que «défenseur des valeurs traditionnelles chrétiennes», dont Poutine lui-même se voudrait également l’apôtre. Que l'on ... Lire la suite

Sylvie (31-12-2022 18:16:01)

Merci.

Christian (27-12-2022 02:41:40)

Pour la première fois, l’Église orthodoxe d’Ukraine a fêté cette année la Nativité le 25 décembre, rompant avec le calendrier du patriarcat de Moscou, qui retient la date du 7 janvier.

Jean (26-12-2022 16:33:39)

L'Otan fabrique un monstre. Ce propos montre bien et cherche à excuser notre aveuglement et celui de l’Europe. Poutine. Un homme qui emprisonne ses opposants, n’hésite pas à leur offrir une boisson e... Lire la suite

Christian (26-12-2022 08:04:45)

Dans un message diffusé ce dimanche 25 décembre, Poutine se déclare prêt à ouvrir des "négociations" tout en accusant l'Occident de vouloir diviser la "Russie historique". Comme il a déclaré à plusieu... Lire la suite

bastaya (25-12-2022 21:46:24)

que méritent les poutino-trolls, au service du médiocre boucher de Grozny???

souverand (25-12-2022 12:18:03)

Enfin l’aveu . Poutine vient de déclarer que son objectif était d’unir le peuple russe, donc d’annexer l’Ukhraine . Les pays baltes peuvent se réjouir d’avoir adhéré à l’otan , sinon ils n’existeraie... Lire la suite

ludo (24-12-2022 10:22:38)

Merci à Herodote .net de fournir des infos sur le long terme, différentes des usuelles qui ne prennent en compte que le court terme.

Christian (23-12-2022 06:58:20)

Je ne suis pas "otaniste" mais je n'arrive pas à digérer l’agression brutale et criminelle lancée par la Russie contre l'Ukraine, qui n'a pas plus de justifications que celle des Etats-Unis contre l'I... Lire la suite

dholbach (22-12-2022 18:52:09)

"Elle éclaire les zones d’ombre du processus qui, en vingt ans, a conduit à l'ensauvagement de la Russie et à la ruine de l'Ukraine." La Russie était sauvage bien avant ces 20 dernières années (cf Lé... Lire la suite

Yub (22-12-2022 14:58:22)

M. Larané, vous blanchissez la Russie des soupçons de sabotage de l'oléoduc de la Baltique. Vous sortez de votre rôle d'historien. Quelle est votre compétence pour écrire "si cela était, le contre-esp... Lire la suite

Jean (22-12-2022 12:46:52)

Merci, M. Larané pour votre article et pour votre courage. La preuve, les OTANistes n'arrivent pas à le digérer.

Donnat (21-12-2022 11:05:28)

Bonjour, « Emu » par la lecture de votre article « Poutine : comment l'OTAN a fabriqué un monstre » j'avais l'intention pour une fois de prendre la plume... Mais avant cela j'ai pris le temps de lir... Lire la suite

Christian (21-12-2022 06:33:57)

Je crois utile d'apporter quelques précisions sur le référendum de 1991 en Crimée. Pour mémoire, avant sa dissolution, l'URSS se composait de quinze "républiques soviétiques" (la Russie, l'Ukraine,... Lire la suite

Bertrandbdk (20-12-2022 19:07:39)

M. Larané, permettez moi de vous féliciter pour la clarté et la justesse de vos analyses. A contrario, je suis interloqué par la violence de certains commentaires et la faiblesse des arguments avanc... Lire la suite

Pierre Blanchard (20-12-2022 17:51:15)

Poutine : Comment l'OTAN a fabriqué un monstre La dépendance accrue des hydrocarbures russes promue sous Merkel appelait au désastre et expliquerait-elle en partie ses dernières révélations, soucie... Lire la suite

Christian (20-12-2022 13:21:41)

Même s'il m'est arrivé de minorer la gravité de certains agissements de Poutine en raison du comportement arrogant des pays occidentaux (expansionnisme de l'OTAN et guerre du Kosovo, entre autres), ri... Lire la suite

Georges (19-12-2022 16:42:18)

Vous mentionnez une question des frontières et semblez sous-entendre implicitement donc que des rectifications pourraient donc y répondre; détacher l’Ukraine de la Russie: il est évident que la majori... Lire la suite

Rémy Volpi (19-12-2022 15:37:37)

Cet article, ainsi que la plupart des commentaires qui s'y rapportent, jette une lumière crue sur l'archaïsme de la grille de lecture. On y sent à plein nez ce bon vieux XIXè siècle, où les relations ... Lire la suite

Bénard (19-12-2022 13:12:03)

Tout à fait d'accord avec François. La dérive russophile de M. Larané risque d'être préjudiciable à l'excellent site Herodote.net.Herodote.net répond :Permettez-moi une confidence : je suis russophile... Lire la suite

PTilmont (19-12-2022 12:25:52)

Autonomie du Donbass, émancipation de la Crimée ! Souhaits exprimés par ses habitants ! De qui se moque t-on? Herodote, voie de Poutine en France.Herodote.net répond : La Crimée avait déjà exprimé sa ... Lire la suite

Gentilhomme (19-12-2022 12:25:40)

Monsieur Larané, votre article sur l'Ukraine sent à plein nez le révisionnisme. Seriez vous financé par quelque fond étranger. Vous oubliez le G8, que Me Merkel avait bien raison de d'imaginer que l'... Lire la suite

Georges (19-12-2022 10:17:39)

Dans la même veine et raisonnement, on pourrait trouver des justifications à la politique de Hitler au cours des années 35-39 vis-à-vis des sudètes et de la Tchécoslovaquie.Herodote.net répond :Dans l... Lire la suite

François (19-12-2022 08:39:06)

Monsieur Larané, il y a trop de manipulations de langage, d'interprétations érigées en vérités pour accorder de la crédibilité au contenu votre article... Ça ressemble aux titres racoleurs de Yahoo Ne... Lire la suite

Christian (19-12-2022 07:03:37)

Témoignage de François Hollande sur les négociations de Minsk (février 2015) dans «Les leçons du pouvoir»: (Vladimir Poutine) est d’autant plus raide qu’il nie avoir un contact direct avec les chef... Lire la suite

Michel Rosset (18-12-2022 23:49:36)

Ce qui m'a le plus étonné dans les jours qui ont suivi l'invasion de l'Ukraine par la Russie, c'était justement l'étonnement général devant ce désastre, alors qu'un regard sur les trois derniers siècl... Lire la suite

Papito (18-12-2022 18:23:58)

Enfin un article qui fustige la ' duplicité' de l'Ukraine a reprendre des forces après l'invasion russe en 2014 et l'impérieuse nécessité pour la Russie 'acculée' de poursuivre cette invasion ... J'a... Lire la suite

Desmons (18-12-2022 16:37:22)

Merci M.Larané, Grâce à vos rappels de faits historiques contemporains, je comprends enfin en quoi la situation actuelle en Ukraine est le produit d'un épouvantable malentendu. Comment L'OTAN a-t-e... Lire la suite

HERVE TRIBOT LA SPIERE (18-12-2022 16:33:36)

Nous vous avons trouvé mieux inspiré, Monsieur Larané... Que faites-vous donc du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ? Toutes vos explications, quelle qu'en soit la pertinence, me semblent bien d... Lire la suite

Jean MUNIER (18-12-2022 16:20:09)

"l'impérialisme de l'OTAN" a contribué à cette guerre , le Général Vincent Desportes l'a affirmé dès le 28/02/2022 sur France 5 , et développé sur ELUCID . mais il y a un agresseur et un agressé. l'a... Lire la suite

alain (18-12-2022 15:58:06)

C'est une bonne analyse qui souffre toutefois de quelques raccourcis. Mais comme le dit souvent E.Todd, qui ne désavouerait pas cet article, si j'avais a choisir entre les US et la Russie pour vivre,... Lire la suite

Alain (18-12-2022 15:33:07)

Excellent article. L'horreur du début de cette guerre apparaît cruellement dans le film tourné en 2015 par la journaliste Anne-Laure Bonnel intitulé "Donbass", film écarté par les media mainstream ma... Lire la suite

Louis 73 (18-12-2022 13:55:25)

Sauf erreur le referendum de Crimée en 2014 était "accompagné" de l'aide "amicale" de troupes étrangères "non identifiées" mais qui semblaient être arrivées par "l'Est", non?Herodote.net répond :Le ré... Lire la suite

Anna (18-12-2022 13:43:30)

Herodote devrait s'intéresser aux recherches récentes et ne pas se fonder que sur l'historiographie pro-soviétique : il existe bien une nation et un peuple ukrainien (partiellement forgés au fil des e... Lire la suite

suzanne (18-12-2022 13:04:11)

excellent article mais effectivement le titre ambigu peut être interprété dans le sens contraire de l'article.le mostre c'est le deep state americain et ses vassaux en Europe

Bernard (18-12-2022 12:42:47)

Les propos irresponsables d'Angela Merkel apportent un élément supplémentaire à son bilan, déjà très lourd : abandon irréfléchi du nucléaire, priorité aux sources d'énergie non pilotables (panneaux so... Lire la suite

Phf (18-12-2022 12:30:18)

Vous avez raison, nous aurions dû faire confiance à M. Poutine qui n’aurait jamais attaqué l’Ukraine, ni la Géorgie et serait devenu notre ami, et à l’occasion notre protecteur (bien plus sûr que les ... Lire la suite

Michel (18-12-2022 12:22:36)

Je ne suis pas un fin connaisseur de l'histoire contemporaine. En tout cas, cet article me paraît plus cohérent. Je suis sidéré par une espèce de pensée unique au service de l'Ukraine. J'aimerais être... Lire la suite

Georges (18-12-2022 12:16:22)

Beaucoup de trolls russes sur ce site !

simplex (18-12-2022 12:15:35)

J'ai rarement vu un article aussi tendancieux sue cette malheureuse affaire d'Ukraine. Bien sûr personne n'est tout blanc ou tout noir , comme toujours. Mais faire porter l'entière responsabilité su... Lire la suite

Georges (18-12-2022 12:15:21)

Mais pourquoi ne rappelez-vous pas la signature en 1994 à Budapest d’un mémorandum d’accord entre l’Ukraine, la Russie, les États Unis, la Grande Bretagne pour garantir l’intégrité territoriale de l’U... Lire la suite

Souverand (18-12-2022 12:00:32)

Un article très surprenant qui fait de l’OTAN un agresseur et de Poutine un gentil démocrate qui défend la Russie (attaquée par qui ?) La volonté d’indépendance des Ukhrainiens y compris ceux de Crimé... Lire la suite

Romanin (18-12-2022 11:48:48)

pour une fois, moi qui ne fait aucun commentaire et me nourrit de tous vos articles, je dénote un parti pris qui est particulièrement désagréable. Quid de l'analyse du régime de Poutine ? quid de sa r... Lire la suite

Bevout (18-12-2022 11:34:18)

l'Allemagne toujours égale à elle-même. Il fallait la diviser en petits Etats comme avant 1871. . En réoccupe d'une autre façon l'europe comme en 1943

Jacques (18-12-2022 11:23:13)

Le titre est malheureux: Poutine n'est pas un monstre, mais le président de la Russie dont il défend l'existence avec compétence et détermination. S'il y a un monstre, c'est bien le régime ukrainien ... Lire la suite

h. (18-12-2022 10:22:47)

Une chose que les stratèges de l'OTAN ont du mal à comprendre : pour la Russie, l'Ukraine, ce n'est pas l'ouest, c'est le sud. Et en particulier l'accès à la Méditerranée via la mer Noire. D'où l'impo... Lire la suite

Bourdon (18-12-2022 10:03:37)

L'agresseur n'est pas Poutine mais cette organisation terroriste l'Otan. Et Joe le tricheur qui ont mis à la tête de l'Ukraine un escroc. je souhaite la victoire de la Russie.

Christian (18-12-2022 05:21:07)

Les propos de Merkel sont les suivants: "L'accord de Minsk était une tentative de donner du temps à l'Ukraine. Elle en a profité, comme on le voit aujourd'hui. L'Ukraine de 2014/2015 n'est pas l'Ukrai... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net