1973-2023

Un demi-siècle de violations du droit international

12 septembre 2023 : nous avons pu croire après les horreurs de la première moitié du XXe siècle que la guerre sortirait de l'Histoire et que nous pourrions nous reposer enfin sur nos acquis hérités de plusieurs siècles de sacrifices. Mais le survol du dernier demi-siècle atteste qu'il n'en est rien.
L'invasion de l'Ukraine par la Russie s'inscrit dans une longue suite de violations du droit international auxquelles nous avons notre part. À considérer le nombre de victimes, elle « pèse » bien moins, par exemple, que l'agression de l'Iran par l'Irak (soutenu par l'Occident) ou l'agression du même Irak par les États-Unis, pour ne rien dire de la guerre entretenue au Kivu par le Rwanda ou de l'invasion du Yémen par l'Arabie, notre indéfectible cliente...
Aussi pouvons-nous comprendre l'isolement de l'« Occident collectif » dans sa condamnation de la Russie.

Le 24 février 2022, l’indignation a été unanime dans les chancelleries occidentales : le président russe Vladimir Poutine avait violé le droit international ! Son armée avait franchi les frontières d’un État souverain, l’Ukraine, sans même prendre la peine de lui poser un ultimatum et lui déclarer la guerre comme on le faisait encore en août 1914.

Annexion de la Crimée en 2014 par la Fédération de Russie à Perevalne.Huit ans plus tôt, les 11-18 mars 2014, c’est de façon plus civile que Vladimir Poutine avait convaincu le gouvernement de la province de Crimée de proclamer son indépendance puis son rattachement à la Russie après un référendum vite expédié.  L’affaire s’était déroulée sans que l’armée russe eut à tirer un coup de feu.

Ces deux initiatives du Kremlin ont indigné les Occidentaux. Bénéficiant depuis près de huit décennies d’un confort sans pareil et d’une sécurité quasi-absolue, ils ont été révulsés par ces violences commises à leurs portes. Ils y ont vu un coup de tonnerre dans un ciel serein et une réminiscence de pratiques d’un autre âge.

Il est vrai que le monde a connu deux décennies moins violentes que jamais (2001-2021). Malgré cela, la guerre n’a jamais tout à fait quitté notre continent, encore moins le reste de la planète. Il y a vingt ans, l’ex-Yougoslavie sortait à peine d’une succession de conflits d’une très grande brutalité.

Quant aux « violations du droit international », elles n’ont jamais cessé d’être pratiquées sans que nous nous en émouvions outre-mesure. Tenons-nous-en au dernier demi-siècle pour nous en convaincre...

Cinquante nuances de violations

Nous ne nous attarderons pas sur la guerre du Kippour : le 6 octobre 1973, l’armée égyptienne traverse le canal de Suez et pénètre dans le Sinaï cependant que son alliée syrienne se rue sur le plateau du Golan. Ces attaques sans déclaration de guerre n’ont rien toutefois d’une violation du droit international car elles visent à reprendre des territoires que les Israéliens ont occupé à la faveur de la guerre des Six Jours, sept ans plus tôt (1352).

1973 : premier défi lancé à l’Occident

La guerre du Kippour marque, notons-le, une rupture dans le domaine militaire avec pour la première fois l’apparition de missiles et de drones (avions sans pilote) sur le champ de bataille. C’est une rupture historique aussi avec l’entrée en scène des pays exportateurs de pétrole qui décrétèrent un embargo pétrolier et augmentèrent de concert le prix du baril.

Ce « choc pétrolier » apparaît comme le premier défi lancé aux Occidentaux depuis…  leur victoire sur la flotte turque à Lépante, quatre siècles plus tôt. Il traduit l’irruption à l’avant-scène du « tiers-monde » que l’on préfère appeler aujourd’hui : « Sud global ».

Sur l'heure, rien ne laissa penser à un tel basculement géopolitique. Les États-Unis paraissaient toujours aussi dominants malgré leur échec au Vietnam. D'une part, la flambée du prix du baril de pétrole faisait les affaires des compagnies américaines autant sinon plus que des pays exportateurs. D'autre part, en Amérique latine, Washington ne se gênait pas plus que précédemment pour faire tomber le régime de Salvador Allende au Chili et installer un régime plus conforme à leurs voeux...

1974 : l’invasion de Chypre par la Turquie

Un nouveau défi est jeté à la face de l’Occident par la Turquie ! L’affaire se passe à Chypre, une île moyen-orientale grande comme la Corse, à moins de cent kilomètres de la Syrie et de la Turquie. Mgr Makarios, président de la République chypriote, résiste aux nationalistes grecs qui, alliés aux colonels qui gouvernent à Athènes et soutenus en sous-main par Washington, voudraient réunir l’île à la Grèce. Le 15 juillet 1974, Makarios est renversé par les officiers grecs de sa Garde nationale et l’Enosis (rattachement à la Grèce) proclamée.

Les Turcs, prétextant une menace pour les habitants turcophones, envahissent aussitôt le nord de l'île et procèdent à l'expulsion de 250 000 Grecs vers le sud. Le 13 février 1975, ils proclament la formation d’un État autonome dans leur zone d'occupation.

Invasion de Chypre par les Turcs en 1974. Agrandissement : le Nord de Chypre célèbre les quarante ans de l'invasion turque en 2014.

Depuis lors, à la République de Chypre (hellénophone) s'oppose la République turque de Chypre du nord, reconnue seulement par la Turquie. La première compte environ 700 000 habitants, la seconde 200 000, dont 60 000 colons turcs venus d'Anatolie et 40 000 militaires turcs.

En dépit de leur violation brutale du droit international, les Turcs n’ont eu à subir aucune sanction de l’Occident. L’Union européenne a avalisé le fait accompli en accueillant en son sein la République de Chypre et l’OTAN s’accommode encore et toujours de compter parmi ses membres un État-voyou, la Turquie, en situation de guerre avec pratiquement tous ses voisins et occupant militairement le territoire d’un État membre de l’Union européenne !

C’est que la Turquie détient un atout maître : située à la charnière de l’Europe et du Moyen-Orient, elle a une frontière commune avec l’ex-URSS et tient les Détroits par lesquels doit transiter la flotte soviétique/russe de la mer Noire. Aussi Washington et l’OTAN sont-ils prêts à avaler toutes les couleuvres pour maintenir la Turquie dans leur camp. Les dirigeants turcs le savent et en jouent sans scrupule.

Pour ne pas allonger à l’infini notre exposé, nous ne détaillerons donc pas les violations du droit international dont le régime d’Erdogan s’est rendu coupable dans les dernières années : traque des Kurdes en Irak et en Syrie, étranglement de l’Arménie avec le concours de l’Azerbaïdjan, incursion dans les eaux grecques, tentative d’appropriation de l’espace méditerranéen oriental…

1975 : Mayotte, française par effraction

Le 22 décembre 1974, entre l’Afrique et Madagascar, dans l’archipel des Comores qui est la dernière colonie de la France, les habitants votent pour leur indépendance. Mais les habitants de l’île de Mayotte se distinguent en s’y opposant pour la simple raison qu’ils ne veulent pas à la tête du futur État le postulant choisi par la France. Embarrassé, le président Giscard d’Estaing décide l’année suivante de détacher Mayotte du reste des Comores et de la maintenir sous la tutelle française.

Cette décision, prise contre l’avis de ses diplomates et notamment de Stéphane Hessel (Indignez-vous !),  est une violation du droit international en tous points comparable à la sécession de la Crimée d’avec l’Ukraine en 2014, à cette différence près que la Crimée a une population très majoritairement russe et était encore russe 60 ans plus tôt, tandis que les habitants de Mayotte n’ont eu avec la France, depuis 1841, qu’un lien de sujétion ténu comme les habitants des autres colonies d’Afrique subsaharienne.

Cinquante ans après, le résultat dépasse l’entendement : l’île, très pauvre et ne produisant rien, est devenue un immense camp d’immigrants, sans doute le plus grand du monde. Les Mahorais, minoritaires sur leur île, fuient celle-ci pour la Réunion ou la métropole, cependant que l’État français tente vaille que vaille de maintenir un semblant d’ordre.

1975 : Timor, perdue et retrouvée

Des soldats indonésiens posent en novembre 1975 à Batugade, au Timor oriental, avec un drapeau portugais capturé.Le 7 décembre 1975, profitant de ce que le Portugal est secoué par la chute de la dictature et la « révolution des œillets », l'armée indonésienne envahit la petite colonie portugaise de Timor-Est. C'est le début de deux décennies de violences. Elles entraîneront la mort d’un tiers du million d’habitants de ce morceau d’île de 15000 km2.

C’est seulement la crise financière de 1997 qui va sauver cette communauté catholique du bout du monde. L’économie indonésienne est ébranlée comme le reste de l’Asie et le président Suharto chassé du pouvoir. Son successeur, pour gagner la confiance des créanciers, consent à un référendum d’auto-détermination à Timor-Est. Le territoire devient enfin indépendant le 20 mai 2002 sous le nom de République du Timor oriental.

1975 : le Sahara occidental, un État ?

Il est peu probable que le Sahara occidental accède quant à lui à l'indépendance et il est difficile en l'occurrence de parler d'une violation du droit international. Ce morceau de désert grand comme la moitié de la France et peuplé d'un demi-million de nomades berbères de la tribu des Sanhadja a été occupé par l'Espagne à la fin du XIXe siècle.

En novembre 1975, le roi du Maroc Hassan II l'a annexé unilatéralement cependant que l'Algérie a fomenté un front indépendantiste, le Polisario, en vue de contester cette annexion. En 1979 a été proclamée une République arabe sahraouie et l'ONU a demandé un référendum d'autodétermination mais il est improbable que le royaume chérifien l'accepte car il équivaudrait à une défaite face à l'Algérie.

1980 : Saddam Hussein champion de l’Occident contre l’Iran islamiste

Le 22 septembre 1980, l'Irak laïc du dictateur Saddam Hussein attaque l'Iran islamique de l'imam Khomeiny, avec les encouragements des Américains, des Européens (Français inclus), des Soviétiques et bien sûr des autres pays arabes. Les uns et les autres veulent profiter de l'affaiblissement apparent du régime khomeyniste pour lui donner le coup de grâce. L'Iran ne trouve pour seul allié que l'État d'Israël !

Quand Saddam Hussein recourra à des armes chimiques (gaz sarin et gaz moutarde) contre ses ennemis iraniens ou ses opposants kurdes, personne ne bronchera dans le camp occidental bien que ces armes soient formellement interdites par les conventions internationales (on consentira à s'en souvenir seulement quand elles seront employées en Syrie en 2013).

La guerre durera huit ans et fera plusieurs centaines de milliers de morts, essentiellement parmi les soldats. Elle aura pour principal effet de ressouder le peuple iranien autour des mollahs ainsi que de relancer le conflit pluriséculaire entre Perses et Arabes, chiites et sunnites.

Comparable à la Première Guerre mondiale par sa violence et l’acharnement des belligérants, cette guerre est aussi la première guerre d’agression délibérée depuis l’invasion de la Pologne par la Wehrmacht en 1939.

La guerre Iran-Irak photographiée par le photojournaliste Amir Ali Javadian. Agrandissement : L'ayatollah Khomeyni devant la tombe des martyrs de la guerre Iran-Irak.

1990 : Saddam Hussein envahit le Koweït

Saddam Hussein s’irrite en 1990 de ce que l'émir du Koweït refuse d'annuler une dette de 15 milliards de dollars contractée par l'Irak pendant la guerre contre l'Iran, l'ennemi commun de tous les Arabes ! Il se souvient opportunément que l’émirat faisait partie de son pays avant que les Britanniques ne l'en détachent en 1932. Le 25 juillet 1990, il convoque l'ambassadrice américaine à Bagdad et lui fait part de son intention d'envahir le Koweït. L'ambassadrice ne bronche pas. Dans le même temps, le Département d'État américain rappelle qu'aucun accord de défense ne lie les États-Unis au Koweït ! Le piège se referme.

L’invasion de l'émirat, le 2 août 1990, se déroule sans résistance notable si ce n'est l'incendie de quelques puits de pétrole. Mais le dictateur irakien est surpris par la violence des réactions internationales. Le Conseil de sécurité de l'ONU exige le retrait de ses troupes et ordonne le blocus économique et financier de l'Irak.

À la tête de la coalition internationale destinée à libérer le Koweït, les Américains vont saisir l’occasion pour installer une base militaire en Arabie séoudite, au milieu des champs pétrolifères du Golfe Persique.

Triomphant sans mal de l’armée irakienne, Washington se retient toutefois de renverser le dictateur. C’est afin d’étouffer lentement l’Irak, pendant la décennie qui va suivre, dans un embargo incluant même les livraisons de médicaments et de nourriture. Les organisations humanitaires chiffrent en centaines de milliers le nombre d’enfants victimes de cet embargo. Le président français Jacques Chirac s’en émeut en vain, déclarant en 1997, au sommet de la francophonie à Hanoï : « Nous voulons, nous, convaincre et non pas contraindre. Je n'ai jamais vraiment observé que la politique de sanctions ait eu des effets positifs ».

1994 : Rwanda : les victimes deviennent bourreaux

Le 6 avril 1994, le petit Rwanda, au cœur de l’Afrique, plonge dans le dernier génocide du siècle. En trois mois, huit cent mille malheureux sont massacrés à coup de machettes. Les bourreaux n’en sont pas moins chassés du pouvoir par les Tutsis de Paul Kagame. Celui-ci ne s’en tient pas là. Il poursuit ses ennemis jusque dans leur refuge du Kivu, une province du Congo-Kinshasa limitrophe du Rwanda.

Il en profite pour envahir la région et piller ses ressources minérales (or, diamant, etc. etc.). Il s'ensuit une « guerre des Grands Lacs » ou « guerre du Kivu » qui aurait déjà fait des millions de morts et des millions de déplacés et se poursuit encore aujourd’hui, loin des caméras.

Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018Qui se souvient d’une manifestation à Paris, Londres, Varsovie ou ailleurs contre cette violation criminelle du droit international ? Il est vrai que les bonnes âmes occidentales, garantes des « valeurs universelles », ont pu néanmoins soulager leur conscience à bon compte en octroyant le Prix Nobel de la Paix 2018 au médecin congolais Denis Mukwege qui soigne les femmes victimes de viols de masse dans cette région.

D’habitude si prolixe, le président français Emmanuel Macron s’est obstinément refusé à désigner le Rwanda comme coupable des crimes sans nom et sans visage commis au Kivu quand il a été interpellé à Kinshasa par le président du Congo Félix Tshisekedi, le 4 mars 2023.

1999 : l’OTAN intervient au Kossovo et frappe Belgrade

Les guerres de Yougoslavie, consécutives à l’effondrement du bloc soviétique, conduisent l’ONU à envoyer sur place une force d’interposition. En septembre 1995, l’organisation demande à l’OTAN d’intervenir elle-même contre les positions militaires serbes, qui ne respectent pas les accords de cessez-le-feu.

En 1998, les différentes républiques yougoslaves ayant acquis leur indépendance, reste le cas de la province serbe du Kossovo, majoritairement peuplée d’Albanais musulmans. Le 15 janvier 1999, le massacre de 45 d’entre eux dans le village de Raçak scandalise l'opinion occidentale et l'OTAN y trouve prétexte à intervenir de nouveau contre les Serbes par des bombardements « ciblés » pendant 78 jours, y compris sur le cœur de Belgrade. Ces frappes sont émaillées de meurtrières bévues et font environ deux mille victimes, surtout des civils, en violation du droit humanitaire international.

L’alliance en vient à envahir le Kossovo en juin 1999 sans attendre l'aval de l'ONU. Elle place la province sous sa protection jusqu’à ce que le 17 février 2008, le Parlement kosovar proclame unilatéralement l'indépendance de la province, au grand dam de l'ONU. En contradiction avec le droit international, les Occidentaux reconnaissent le nouvel État, à quelques exceptions près (comme l'Espagne, qui craint que ce précédent ne soit exploité par la Catalogne).

2003 : les États-Unis agressent l’Irak

Les États-Unis ont obtenu de l’ONU l’aval pour traquer en Afghanistan les responsables des attentats du 11 septembre 2001 contre le Pentagone et les tours du World Trade Center. Mais le président George Bush Jr n’attend pas d’avoir complètement éliminé les terroristes d’Al-Qaida et le régime des talibans pour retourner ses forces contre le dictateur irakien Saddam Hussein. Pour se justifier, il fait valoir que le dictateur menacerait le monde avec des « armes de destruction massive ».  Porté par ce mensonge sans fondement, il lance son armée à l’attaque de l’Irak en violation de toutes les conventions internationales.

Chars M1 de la 1re Division blindée américaine à Bagdad devant les mains de la victoire commémorant la guerre Iran-Irak.

Forts de leur succès militaire sur une armée démunie et désorganisée, les Américains entreprennent de reconstruire l'État irakien selon les préceptes occidentaux (« un homme, un vote ») mais réveillent ce faisant les vieux antagonismes entre Arabes, Turcs, Kurdes et Persans, chiites et sunnites, etc. Ils entraînent aussi la marginalisation des laïcs et des modernistes irakiens ainsi que des persécutions contre les dernières communautés de chrétiens orientaux... On chiffre à trois cent mille environ les victimes de cette forfaiture et pendant ce temps, les talibans, profitant de l’enlisement américain en Irak, reprennent peu à peu le contrôle de leur pays.

L’intervention de 2003 en Irak mérite de rester dans les annales historiques comme le prototype de la guerre injuste, injustifiable et absurde. 

2008 : la Russie envahie la Géorgie

Confrontée à la sécession de la petite province musulmane d'Ossétie du Sud, la Géorgie tente le 7 août 2008 de la réduire par la force. La Russie prend prétexte de cette agression pour aussitôt envahir son voisin. C'est la première intervention militaire du président russe Vladimir Poutine hors de ses frontières, une intervention au demeurant peu brillante qui révèle les insuffisances de l'armée russe...

2011 : l’OTAN intervient en Libye

Dans la foulée du « printemps arabe », une révolte éclate en Libye, à Benghazi. Le dictateur Kadhafi, de son fief de Tripoli, entreprend de la réprimer. En France et à l'ONU, on s'alarme du risque que la population de Benghazi ne soit massacrée en cas de victoire des kadhafistes. Le président Sarkozy se laisse convaincre par l'intellectuel Bernard-Henri Lévy d'intervenir et son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé convainc le Conseil de sécurité de l'ONU d'organiser une zone d'exclusion aérienne autour de Benghazi.

Rapidement, l'OTAN déborde le cadre de la mission qui lui a été confiée par l'ONU et traque les kadhafistes jusqu'en Tripolitaine, permettant aux insurgés de lancer une contre-offensive laborieuse mais victorieuse. La Russie, membre du Conseil de sécurité, qui a autorisé du bout des lèvres l'intervention en Libye, manifeste son irritation devant l'initiative de l'OTAN, qui outrepasse le cadre de sa mission et viole une nouvelle fois le droit international.

2015 : la Russie annexe la Crimée

À Kiev, capitale de l’Ukraine, le gouvernement russophile de Viktor Ianoukovitch est emporté par de violentes manifestations de rue. Le nouveau régime, partisan d’un rapprochement avec l’Union européenne et d’une adhésion à l’OTAN, n'a rien de plus pressé que d'abolir le statut de deuxième langue officielle dont bénéficie le russe.

L'Est russophone du pays se révolte aussitôt avec le soutien intéressé de la Russie. Par ailleurs, le Conseil suprême de Crimée proclame son indépendance et celle-ci est validée par un référendum le 16 mars 2014. Le lendemain, la Russie reconnaît l’indépendance de la Crimée. Et le surlendemain, est conclu un traité de rattachement à la Fédération de Russie. L’annexion, sans une goutte de sang versée, n’est pas moins condamnée par l’ONU (comme celles de Mayotte, du nord de Chypre ou encore du Sahara occidental).

2015 : l’Arabie séoudite agresse le Yémen

Le Yémen, que l’on appelait il y a très longtemps « Arabie heureuse », a été atteint par l’agitation islamiste dès le début du XXIe siècle. Les chiites locaux (zaydites) s’étaient ralliés à un mouvement proche de l’Iran khomeyniste et en étaient venus à s’emparer des deux grandes villes du pays en 2014, la capitale Sanaa et le port Aden.

C’en est trop pour le riche voisin du Yémen, l’Arabie séoudite. Le roi Salmane (79 ans) et son fils Mohammed Ibn Salmane al Séoud (MBS, 29 ans) envoient leur aviation (appareils français, pilotes pakistanais) bombarder le pays, bien évidemment sans en référer à quiconque. Les 25 millions de Yéménites entrent dans la pire période de leur Histoire, la guerre civile se conjuguant à la famine et aux épidémies.

Le droit international, depuis lors, a encore été maltraité, que ce soit en 2019, quand le président Xi Jinping a rompu le traité signé avec le Royaume-Uni en 1997 par lequel la Chine s'engageait à respecter au moins jusqu'en 2047 l'autonomie de Hongkong, ou plus  gravement en 2022 quand le président Vladimir Poutine a lancé son armée à l'attaque de l'Ukraine.

Parfois formelles, parfois aussi très meurtrières et violentes (Irak, Yémen, Ukraine,..), ces forfaitures témoignent de ce que l'Histoire est une matière vivante, soumise à des pressions contradictoires qui peuvent parfois aboutir à des explosions. Il appartient aux dirigeants de prévenir celles-ci et les anticiper autant que possible pour en réduire l'impact. Encore faut-il pour cela qu'ils aient une vision lucide des enjeux. Est-ce bien le cas quand par exemple, depuis la fin du XXe siècle, le gouvernement américain manoeuvre pour rompre les liens de l'Ukraine (et de la Géorgie) avec la Russie ?... 

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2023-09-13 06:23:25

Voir les 24 commentaires sur cet article

Ouallonsnous ? (11-04-2024 14:42:42)

Il me semble que la majorité de ces commentaires puent le déni des faits et de l'histoire, a savoir la propagande atlantiste anglo-yankee basée sur la négation du droit international et du droit d... Lire la suite

Christian (06-01-2024 08:05:36)

La Russie ne serait pas la seule à transférer de force des enfants ukrainiens sur son territoire. La Biélorussie se livrerait, elle aussi, à cette pratique illégale, susceptible de constituer un ... Lire la suite

Christian (04-01-2024 09:28:47)

La situation au Yémen est particulièrement complexe et ne saurait se résumer à une agression unilatérale de l’Arabie saoudite, d’autant que l’Iran et les Emirats arabes unis y jouent leur p... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net