Des origines au XXe siècle - L'esclavage en Afrique - Herodote.net

Des origines au XXe siècle

L'esclavage en Afrique

L'Afrique noire ou subsaharienne a connu l'esclavage dès les temps anciens, comme toutes les autres régions du monde. Cet esclavage traditionnel a pris une dimension d'autant plus importante que l'Afrique noire a ignoré la propriété foncière jusqu'à l'ère contemporaine.

L'esclavage traditionnel

Dans l'Afrique ancienne, la terre étant propriété commune, l'enrichissement et l'élévation sociale dépendaient de la possibilité de cultiver un maximum de surface. D'où l'intérêt pour les chefs de famille de disposer d'une main-d'oeuvre nombreuse. Plus un homme possédait d'esclaves et de femmes, plus il pouvait cultiver de terres et plus il était riche... et plus il était riche, plus il était en situation d'accroître son cheptel de femmes et d'esclaves.

« Pour autant que la notion de la propriété de la terre n'existait pas, les hommes et les femmes constituaient la seule source de richesse. Leur capture et leur commerce, par la guerre ou autrement, animaient les conflits entre les royaumes », rappelle l'historien Marc Ferro (*).

D'après les récits des premiers voyageurs occidentaux qui ont visité l'Afrique noire, comme l'Écossais Mungo Park (1771-1805), on estime qu'un quart des hommes avaient un statut d'esclave ou de travailleur forcé. C'étaient des prisonniers de guerre ou des prisonniers pour dettes, ou encore des descendants d'esclaves (« captifs de case »).

Leur sort n'avait toutefois rien de commun avec celui des esclaves noirs employés dans le monde musulman ou sur les plantations américaines. Les « captifs de case » étaient généralement intégrés au cercle familial et traités comme des domestiques ou des cousins. Ils pouvaient éventuellement servir comme guerriers.

Les témoignages de voyageurs ne font pas état de sévices et de maltraitance particulière à leur égard et, au temps de la colonisation, beaucoup d'Européens, tels Faidherbe ou Gallieni, répugnèrent à détruire cette forme de servitude avec le système social qui la soutenait.

Dans le régime matrimonial de l'Afrique noire, le statut des femmes n'était guère différent de celui des esclaves. À leur entrée dans l'âge nubile, les adolescentes étaient vendues par leur propre père à leur futur maître et époux. Elles vouaient le restant de leur vie à rembourser celui-ci de son investissement par leur travail et leurs prestations sexuelles.

La polygamie, toutefois, restait dans l'Afrique ancienne le privilège des élites, comme chez la plupart des autres peuples anciens tels les Chinois ou les Germains.

Ainsi que le note l'anthropologue Tidiane N'Diaye, ces formes d'esclavage ne débouchaient pas sur des déportations massives, meurtrières, mutilantes et traumatisantes. Elles étaient acceptées avec résignation par les populations et intégrées à leur mode d'existence (*). Mais elles ont préparé les Africains à la traite orientale (arabo-musulmane) ou à la traite occidentale (européenne), avec l'exil forcé de dizaines de millions d'hommes et de femmes vers le monde musulman ou le monde américain.

La traite arabe

Marché d'esclaves en Afrique orientaleDès les premiers temps de l'islam, des caravaniers arabes puisent de nombreux esclaves au Soudan (d'après une expression arabe qui désigne le « pays des noirs ») en vue de les castrer et les revendre au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord.

Des chefs noirs se mettent à leur service. Ils lancent des guerres contre leurs voisins et revendirent les prisonniers aux marchands musulmans.

Il s'ensuit un trafic de 5 000 à 10 000 esclaves par an en direction des pays musulmans. En témoignage de ce trafic, le mot arabe abid qui désigne un serviteur ou un esclave, est devenu synonyme de noir.

Au XIXe siècle, des musulmans de confession chiite (*) en provenance du Golfe persique s'établissent sur une île de l'Océan indien proche du littoral africain. Ils l'appellent Zanzibar (de Zenj et bahr, deux mots arabes qui signifient « littoral des noirs ») et y créent de fructueuses plantations de girofliers sur lesquelles travaillent des esclaves noirs arrachés au continent.

Esclaves en Afrique orientale à la fin du XIXe siècleLes conditions de travail y sont épouvantables : « La mortalité était très élevée, ce qui signifie que 15 à 20% des esclaves de Zanzibar (soit entre 9 000 et 12 000 individus) devaient être remplacés chaque année », écrit Catherine Coquery-Vidrovitch (*).

Très vite, Zanzibar devient un important marché d'exportation d'esclaves à destination du Golfe arabo-persique. Les comptes précis tenus par l'administration du sultan ont permis d'évaluer à plus de 700 000 le nombre d'esclaves qui ont transité par l'île entre 1830 et 1872.

Aujourd'hui encore, en ce début du XXIe siècle, les habitants noirs de Zanzibar conservent un statut de quasi-esclave.

Traite atlantique

La traite atlantique pratiquée par les Europées de la fin du XVIe siècle au début du XIXe siècle a peu à voir avec la précédente.

Jusqu'au XIXe siècle, pratiquement aucun Européen n'a jamais pénétré à l'intérieur du continent africain en raison des risques de fièvres et d'agressions. Aussi les capitaines de navires qui désiraient commercer avec les Africains devaient-ils attendre sur le littoral que ceux-ci veuillent bien leur proposer des marchandises. Les Africains offraient un peu d'or, de l'ivoire et surtout des esclaves, le plus souvent des captifs de case qui étaient nés dans la servitude et donc relativement dociles. En échange, ils attendaient des Européens des armes à feu, des bijoux et différents produits manufacturés. Ainsi la traite atlantique n'a-t-elle été rendue possible que grâce à la présence de trafiquants parmi les Africains eux-mêmes.

Flagellation - ou chicotte - d'un travailleur forcé (Congo belge, début du XXe siècle)

De l'esclavage au travail forcé

Les colonisateurs européens ont mis fin à ces pratiques au début du XXe siècle mais ont eux-mêmes introduit en Afrique le travail forcé, croyant de cette façon développer le continent. Dans l'État indépendant du Congo, en fait propriété personnelle du roi des Belges Léopold II, il a donné lieu à d'épouvantables abus à la fin du XIXe siècle, en raison de l'âpreté des colons spécialisés dans le commerce du caoutchouc et de l'ivoire.

Dans les colonies françaises, y compris dans les actuels départements et territoires d'outre-mer, le travail forcé n'a été aboli que le 11 avril 1946, à l'initiative du député Félix Houphouët-Boigny, plus tard président de la Côte-d'Ivoire.

L'Afrique indépendante a partout interdit l'esclavage mais celui-ci demeure présent sous diverses formes et tend à se renouveler sous l'effet des crises, des guerres et des inégalités croissantes. Des adolescentes continuent d'être vendues par leur géniteur soit à de vieux polygames (parfois installés en Europe), soit à des employeurs, et il n'est pas rare que des garçonnets le soient aussi, en vue du travail agricole ou domestique. 

Le souvenir de la traite demeure par ailleurs très vif au sud du Sahara où les noirs de la forêt, chrétiens ou animistes, gardent un vif ressentiment à l'encontre des nomades musulmans « blancs » de la savane. Ce ressentiment se traduit par des conflits sans fin à la lisière des deux régions, de la Mauritanie au Soudan en passant par le Mali, le Nigeria, la Centrafrique... 

Alban Dignat
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès