Le livre noir du colonialisme - Le colonialisme et l'Occident - Herodote.net

Le livre noir du colonialisme

Le colonialisme et l'Occident

Nous avons lu : Le livre noir du colonialisme, XVIe-XXIe siècle : de l'extermination à la repentance sous la direction de Marc Ferro (Robert Laffont, janvier 2003, 845 pages, 29 euros).

Le livre noir du colonialisme

Quelques années après avoir publié le polémique Livre noir du communisme, l'éditeur récidive dans un souci d'équilibre quelque peu convenu avec Le livre noir du colonialisme.

Nous ne nous en plaindrons pas. Les historiens et les esprits ouverts auront tout lieu d'apprécier cette somme de plus de 800 pages qui traite de l'expansion européenne jusqu'à nos jours.

Survolant l'histoire de l'esclavage en Occident, Marc Ferro rappelle les origines lointaines de ce mal endémique, solidement enraciné dans les sociétés africaines où le commerce des esclaves suppléait à l'absence de propriété foncière.

Esclavage

Du IXe siècle à la fin du XIXe siècle, pendant un millénaire, les musulmans ont pratiqué à grande échelle le trafic d'esclaves à travers le Sahara. De ces esclaves noirs, dont le nombre dépasse les dix millions, il ne reste plus de trace en raison des mauvais traitements et d'une excessive mortalité (castrations, mutilations, massacres....). Concernant la traite atlantique, on évalue à 14 millions le nombre d'Africains qui débarquèrent dans le Nouveau Monde, du XVIe siècle au début du XIXe siècle. Les descendants de ces esclaves, noirs ou métis, sont aujourd'hui environ 200 millions.

Lorsqu'à la fin du XVIIe siècle, leur nombre tendit à dépasser celui des colons blancs, ces derniers commencèrent à élaborer des statuts juridiques contraignants, en vue de se préserver des révoltes et... du mélange des races.

Catherine Coquery-Vidrovitch met en évidence l'exacerbation du sentiment de supériorité des Européens sur les Noirs à partir de cette époque. « Paradoxalement, le siècle des Lumières fut aussi celui où l'infériorité du Noir fut poussée à son paroxysme » écrit-elle (*). Voltaire, par exemple, n'échappe pas aux préjugés racistes. Cette montée du racisme est en rupture avec l'universalisme chrétien.

L'aventure, c'est l'aventure

A la lecture des contributions sur l'Amérique hispanique, l'activité des Hollandais en Indonésie ou encore l'origine des Indes britanniques, il apparaît que l'expansion européenne, du XVe siècle au début du XIXe siècle, a été le fait de quelques individus entreprenants et sans scrupules (conquistadores au Mexique et bandeirantes au Brésil) ou de quelques compagnies privées de commerçants (VOC en Indonésie, EIC aux Indes).

Les monarchies européennes, jusqu'au début du XIXe siècle, ont régulièrement tenté de freiner les exactions des individus et des commerçants. Mais leurs lois et règlements se sont montrés de peu d'effet à plusieurs milliers de lieux de leur capitale (*).

À noter que la conquête des Indes par les Britanniques n'a pas relevé d'un plan préétabli mais seulement de l'addition de nombreuses ambitions individuelles.

On peut faire le parallèle avec les Vikings et les Varègues, ces mauvais garçons qui, mille ans plus tôt, quittèrent les paisibles sociétés rurales de Scandinavie pour mettre à feu et à sang les rivages européens... et bâtir des États modernes en Normandie, Angleterre, Sicile, Ukraine et Russie !

Très tôt, des Occidentaux se sont interrogés sur le bien-fondé des entreprises ultramarines. « Il est important de souligner que l'impérialisme espagnol engendra sa propre contestation du système, et, à juste titre, Las Casas est considéré aujourd'hui comme un précurseur des droits de l'homme » écrit Carmen Bernand (*). Marcel Merle note un peu plus loin que « les Européens ont été les seuls, parmi les grands colonisateurs que furent Rome puis l'Islam, à avoir suscité un mouvement de contestation interne » (*).

Portugaises à Goa (d'après le Livre de Babur, XVIe siècle)

Course au drapeau

La situation change au XIXe siècle avec l'émergence des États-Nations et la diffusion d'idéologies « progressistes » chez les bourgeois libéraux d'Europe.

Alphonse de Lamartine, Victor Hugo, Jules Ferry, Rudyard Kipling et même Léon Blum dissertent sur les conquêtes coloniales, la mission civilisatrice de leur pays et d'une manière générale la vocation des Européens à régenter l'humanité (*).

On peut rapprocher ces idéologies colonialistes des idéologies totalitaires de la première moitié du XXe siècle (communisme, nazisme). Dans l'un et l'autre cas, on a affaire à des minorités dirigeantes qui s'arrogent le droit de faire le bonheur de leurs congénères contre leur volonté et par tous les moyens, y compris les pires.

En concurrence les uns avec les autres, les gouvernements européens se lancent dans la « course au drapeau ». C'est à qui occupera le plus de terres. Il n'est plus question de laisser aux marchands et aux aventuriers le soin de conquérir les terres lointaines.

Les préjugés racistes et le mépris pour les civilisations non-européennes remontent pour l'essentiel à cette période.

Rares furent les esprits clairvoyants. L'économiste libéral Jean-Baptiste Say est de ceux-là et sa désapprobation des conquêtes coloniales rejoint le sentiment du peuple, peu soucieux d'expéditions lointaines et coûteuses (*).

Défauts mineurs

Bien écrit, d'une lecture facile et richement documenté (sauf quelques erreurs et omissions), Le livre noir du colonialisme vaut le détour. A noter une incohérence sur le nombre de musulmans tués pendant la guerre d'Algérie : « les historiens hésitent entre 200 000 - un minimum - et 500 000 » (Yves Bénot, page 556) et quelques pages plus loin : « Il faut rappeler, en fin de course, que la guerre d'Algérie causa environ un million de morts parmi les Algériens, contre 60.000 chez les Français » (Catherine Coquery-Vidrovitch, page 560).

Je déplore quelques monographies hors-sujet, sur la Guyane française par exemple, et de rares outrances : « L'Australie est devenue, à la place de l'Afrique du Sud, la plus réactionnaire et la plus raciste de toutes les anciennes colonies britanniques » (*).

Je déplore aussi quelques oublis notables. Rien par exemple sur les relations de la Chine et de l'Occident au XIXe siècle ni sur la guerre de l'opium (l'une des faces les plus sombres de l'expansion européenne). Rien non plus sur certains méfaits de la colonisation française en Afrique.

La contribution relative au Japon laisse circonspect... Voulait-on élargir le champ aux impérialismes extra-européens? Il eut fallu évoquer aussi la colonisation des Balkans par les Turcs, l'expansion de la Chine vers sa périphérie occidentale, les ravages des Mongols en Russie, le massacre des Timorais par les Indonésiens et pourquoi pas ? l'extermination des Pygmées, plus anciens habitants de l'Afrique, par les Bantous.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net