Reliques - Dieu à portée de main - Herodote.net

Reliques

Dieu à portée de main

Le culte des reliques a pris au Moyen Âge, en Occident, une dimension exceptionnelle. Il est apparu dès le IIe siècle, quand l’empire romain était encore en pleine vigueur (note).

Dans Trésors sacrés, un petit livre délicieux paru en 2018, l’historien Michel Pierre raconte les péripéties auxquelles la chasse et la vénération des reliques ont donné lieu pendant plus de quinze siècles dans la chrétienté. C’est de la lecture de ce livre qu’est sorti le présent article.

Saint-Louis recevant la Sainte-Couronne, la Sainte-Croix, la Sainte-Lance et d’autres reliques, enluminure du XIVe siècle.

Les traces matérielles de la Foi

Tout commence donc au milieu du IIe siècle. À Smyrne (Asie mineure), le proconsul romain décide de sévir et, après avoir sacrifié quelques chrétiens aux bêtes féroces dans l’arène, il s’en prend au vieil évêque de la ville, Polycarpe, et l’envoie au bûcher.

L'Invention de la Croix, Agnolo Gaddi, 1380, Florence.« Nous recueillîmes ses ossements d’une plus grande valeur que les pierres précieuses, pour les déposer en un lieu convenable. C’est là que, dans la mesure du possible, nous nous réunirons dans la joie et l’allégresse, pour célébrer, avec l’aide du Seigneur, l’anniversaire du jour où Polycarpe est né à Dieu par le martyre », écrit l’une de ses ouailles. C’est le premier témoignage d’une dévotion populaire pour les reliques.

Le culte des reliques prend forme pour de bon deux siècles plus tard, quand Hélène, mère de l’empereur Constantin le Grand, se rend en Terre Sainte, à Jérusalem. Elle entame alors des fouilles pour retrouver des traces de la crucifixion du Christ. C'est ainsi qu'elle retrouve la Vraie Croix et  d'autres instruments de la Passion ! 

Elle divise en trois les morceaux de bois. Les uns restent à Jérusalem dans une nouvelle basilique qui lui est dédiée, d’autres partent à Constantinople, les derniers enfin à Rome.

Des reliques et des saints pour intercéder auprès de Dieu

La statue reliquaire de sainte-Foy à Conques.En 401, le concile de Carthage fiit obligation de célébrer la messe sur un autel renfermant des reliques.

À l’époque carolingienne, vers l’an 800, avec l’évangélisation en profondeur des campagnes, on se mit donc en quête de reliques pour les nouvelles églises, y compris dans les plus modestes villages, et, pour pourvoir à la demande, on eut vite fait d’invoquer la sainteté de tel prédicateur ou ermite des temps anciens dont la sépulture avoisinait le futur édifice.

Les tombeaux des saints devinrent très tôt des lieux de pèlerinage. Il n’est que de citer Saint-Martin-de-Tours, Sainte-Foy-de-Conques et surtout Saint-Jacques-de-Compostelle pour comprendre ce que pouvait être l’attrait des reliques et les déplacements de populations qu’elles engendrèrent.

Au besoin, on vole aussi des reliques pour sanctifier son village, son abbaye ou sa ville. C'est ce que fit tel moine de l'abbaye de Conques au milieu du IXe siècle. Il alla dérober à Agen les reliques de sainte Foy et les ramena dans sa chère abbaye dont elles firent très vite la renommée et la prospérité grâce à quelques miracles opportuns.

Un commerce de grande ampleur

Après l’An Mil, les reliques en vinrent à occuper une place prépondérante dans la société et le cœur des fidèles. Il n’est pas de corporation ou de métier qui ne veuille les siennes. 

L'Ostension des reliques de la Sainte-Chapelle, Paris, musée de Cluny, musée national du Moyen Âge.Dans les communautés villageoises et les paroisses urbaines, lors de la fête anniversaire du saint patron de l’église, on ne manque pas de sortir en procession ses reliques pour les présenter en « ostension » à la vénération des fidèles. On renouvelle aussi les ostensions dans les périodes de crise, en cas de disette, de maladie ou de guerre. Chacun demande alors au saint protecteur, de toute la force de sa foi, de bien vouloir intervenir auprès de Dieu pour que la communauté soit épargnée par le malheur.

La qualité des reliques importe beaucoup : dans une ville ou une abbaye, un saint patron réputé peut en effet attirer nombre de pèlerins et faire la fortune du lieu ! D’où la chasse aux reliques, qui prend parfois l’allure d’un polar ou la dimension d’une affaire d’État.

Saint Louis, le saint mendiant, Vie et miracles de saint Louis, Guillaume de Saint-Pathus, Paris, BnF.  La scène représente l'installation des célèbres reliques dans leur nouvelle châsse. Au centre, le roi couronné est en prières; à droite, la châsse est conçue pour laisser voir en transparence les objets sacrés qu'elle contient, posés sur des linges liturgiques.Par piété mais aussi par sens politique, le roi Louis IX, futur saint Louis, ambitionne de hisser sa capitale à la hauteur des grandes villes saintes du monde chrétien, Jérusalem, Byzance, Rome. Et pour cela, il va se porter acquéreur d'un morceau de la Vraie Croix et de quelques autres reliques de la Passion du Christ dont la Couronne d'épines ! Et il y met le prix : 135 000 livres, soit la moitié de son budget annuel. Il va encore dépenser 40 000 livres pour ériger sur l'île de la Cité un écrin qui leur soit digne. Ce sera la Sainte Chapelle, consacrée en 1248.

Ces montants permettent de mesurer l'ampleur du commerce des reliques au coeur du Moyen Âge... Bien évidemment, les sommes que n'hésitent pas à investir les fidèles et le haut clergé suscitent la convoitise des marchands, en premier lieu les Vénitiens qui ont vite fait de trouver en Orient des reliques prestigieuses et bien entendu « certifiées » authentiques.

Cela se comprend. La dévotion pour les reliques, passionnelle et touchante, exprime une aspiration universelle et ô combien humaine. Par la matérialité d’un objet que l’on peut toucher ou contempler tout en priant, elle permet d’approcher Dieu de façon point trop abstraite ni intellectuelle (tout le monde n’est pas Pascal !).


Publié ou mis à jour le : 2019-02-12 18:11:24

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net