Turbulents scandinaves

Les Vikings à la conquête du monde

Depuis les premiers raids vikings jusqu'au développement des grands royaumes scandinaves, revivez quatre siècles d'Histoire particulièrement trépidants ! Ce peuple aura tutoyé l'Asie, l'Afrique et l'Amérique, et il aura fondé des États puissants comme en Russie et en Normandie...

Vincent Boqueho (L'Histoire des Vikings comme si vous y étiez !, Armand Colin)

À ses débuts, la Scandinavie englobait les actuels Danemark, Suède et Norvège en un unique ensemble culturel. Il a connu un premier apogée dès l’âge du bronze entre 1800 et 500 av JC : c’est de cette époque que date le célèbre char solaire de Trundholm, les nombreux pétroglyphes tracés à des fins religieuses, et les premiers bateaux de pierre qui servent de sépulture aux principaux dirigeants. La vitalité semble ensuite s’atténuer à partir de l’âge du fer, sans doute en raison du refroidissement intense qui trouve son paroxysme sous l’antiquité tardive.

L’Europe occidentale était à cette époque encore divisée entre le monde germanique et l’empire romain. Mais au Ve siècle, l’irruption des Huns va provoquer une puissante vague de migrations vers l’ouest. En particulier, les Jutes, les Angles et les Saxons n’ont plus d’autre choix que de prendre la mer pour coloniser l’Angleterre. C’est comme une répétition générale des grandes expéditions vikings qui auront lieu quatre siècles plus tard.

Le redoux du Haut Moyen Age va jouer un grand rôle dans l’essor de la civilisation viking. Dès le VIIIe siècle, tous les Scandinaves parlent des langues voisines qu’on appelle le vieux norrois : dans la suite, je distinguerai les Danois, les Suédois et les Norvégiens sur des critères purement géographiques.

Ce sont d’abord les Suédois qui se montrent les plus vigoureux grâce au commerce sur la Baltique. Ils se lancent notamment dans la revente d’esclaves baltes et slaves. Puis au VIIIe siècle, le développement du califat arabe entraîne l’ouverture de nouvelles routes commerciales plus à l’est, notamment sur la Volga. Dès l’an 753, les marchands suédois qu’on appelle les Varègues fondent un premier comptoir à Staraïa Ladoga.

Plus à l’ouest, le royaume franc est alors en pleine expansion sous l’impulsion de Charlemagne. La fuite des Saxons entraîne une surpression dans le Jutland qui pousse les Danois vers l’Angleterre, exactement comme les Anglo-Saxons 4 siècles plus tôt. C’est en l’an 793 qu’a lieu le célèbre pillage de l’abbaye de Lindisfarne qui fait partie du royaume de Northumbrie. L’énorme butin motive tout le monde à faire pareil et les pillages se multiplient. Ca contribue à affaiblir la Northumbrie et la Mercie au profit du Wessex qui s’agrandit à partir de l’an 825.

Plus au nord, ce sont surtout les Norvégiens qui dominent les mers : ils entreprennent la  colonisation des Shetlands, des Orcades et des Hébrides, et poussent jusqu’en Irlande. Les pillages concernent aussi l’empire franc et se prolongent jusque dans le royaume des Asturies en Espagne.

Dans les années 840, démarre la 2e phase : les Vikings commencent à fonder des établissements permanents sur les îles fluviales, ce qui leur permet de pousser leurs raids plus loin vers l’intérieur des terres. En 845, la ville de Paris est pillée et Charles le Chauve doit verser un énorme tribut pour qu’ils repartent. La Seine, la Loire, la Charente et la Garonne sont les fleuves les plus exposés ; la Francie Médiane est mieux défendue car la ligne de côtes à protéger est beaucoup plus réduite.

Plus au sud, l’émirat omeyyade n’est pas épargné : les côtes espagnoles sont pillées de fond en comble. En 860, des Vikings font carrément tout le tour de la péninsule et ils remontent le Rhône jusqu’à Valence.

Le califat abbasside commence à péricliter tandis que l’empire byzantin reprend des couleurs : ça contribue à déporter le commerce des Varègues de la Volga vers le Dniepr. Dès l’an 845, les Suédois fondent la ville de Novgorod et imposent leur autorité sur tous les Slaves des environs : en l’an 862, Riourik devient prince de Novgorod et fonde un État qui forme l’embryon de la future Russie.

Plus à l’ouest, les Vikings retirent un butin de plus en plus maigre de leurs razzias et décident donc d’amorcer la colonisation des territoires conquis. En l’an 865, deux chefs entreprennent la conquête de l’Angleterre à la tête d’une puissante armée. Seul le Wessex résiste : en l’an 878, son roi Alfred le Grand remporte une victoire décisive qui cantonne les Vikings sur la moitié orientale. Ils imposent leurs lois aux Anglo-Saxons sous la forme de petits royaumes, constituant l’espace du Danelaw. C’est aussi à cette époque que les Norvégiens commencent à s’implanter en Islande qui va devenir une nouvelle terre scandinave. Ce mouvement est amplifié par les tentatives d’hégémonie d’Harald à la Belle Chevelure en Norvège : celui-ci constitue un 1er royaume unifié, mais qui va s’avérer éphémère.

À l’est, les Varègues sont tout aussi vigoureux : en l’an 879, Oleg le Sage succède à Riourik et agrandit son État jusqu’à la ville de Kiev. Il y installe sa capitale, fondant ainsi ce qu’on appelle la « Rus’ de Kiev ». Les décennies suivantes alterneront entre un commerce fructueux avec Byzance et des guerres récurrentes. Peu à peu, les dirigeants varègues vont fusionner avec la population slave jusqu’à former un peuple russe homogène.

Au début du Xe siècle, l’implantation des Vikings en Normandie et en Bretagne s’intensifie tellement que le roi breton doit s’exiler outre-Manche. Le roi de Francie Occidentale Charles le Simple prend alors une décision drastique : il confie au Viking Rollon la défense de la Seine autour de Rouen, ce qui pose les bases du futur duché de Normandie. Rollon est baptisé et ses successeurs vont se fondre très vite dans la culture française. Son fils Guillaume Longue Epée étend son territoire vers l’ouest : dès l’an 933, la Normandie atteint ses frontières modernes.

Le roi breton en exil réalise qu’il doit reconquérir son royaume avant que les Normands ne s’en chargent : il débarque à Dol en 936 et parvient à en chasser les Vikings avec l’aide du royaume franc.

Partout les Vikings païens commencent à refluer : en Angleterre, le Wessex poursuit son expansion et achève la reconquête du Danelaw en l’an 954, ce qui marque la première unification de l’Angleterre.

Les Vikings christianisés sont moins inquiétés par les attaques des royaumes chrétiens. C’est ainsi que le baptême du roi Harald à la Dent Bleue en l’an 965 marque un tournant avec la première unification durable du Danemark. C’est aussi le début d’un siècle d’or pour les pierres runiques qui permettent de consigner certains hauts faits des rois.

Sven à la Barbe Fourchue lui succède en 986, consolide le royaume et l’agrandit jusqu’au sud de la Norvège. Ça a surtout pour effet de réveiller la dynastie norvégienne qui reforme un royaume unifié et chasse les Danois en 995. La capitale est implantée à Trondheim et la christianisation du pays s’amorce ; mais ce royaume ne cessera d’osciller entre l’indépendance et la soumission au Danemark dans les décennies à venir.

Pendant ce temps-là, le Norvégien Erik le Rouge part explorer le Groenland depuis l’Islande et il amorce sa colonisation. Son fils Leif va pousser les explorations encore plus loin et découvrir la côte nord-est de l’Amérique, mais sans parvenir à y fonder des colonies durables.

Enfin c’est aussi l’époque où un royaume de Suède se construit depuis Uppsala et s’étend vers le sud. Son roi Olof se convertit au christianisme en 1008. Cinq ans plus tard, le roi Sven du Danemark utilise le prétexte de l’ancien Danelaw pour s’emparer du royaume anglo-saxon. L’héritier du roi d’Angleterre Edouard le Confesseur trouve alors refuge en Normandie, dont la culture des dirigeants est devenue beaucoup plus française que viking. C’est d’ailleurs la même évolution dans la Rus’ de Kiev qui se détache de plus en plus de la culture scandinave, notamment depuis le baptême de Vladimir le Grand en 988. Dans le même temps, les Vikings perdent pied en Irlande, notamment après leur défaite de Clontarf en 1014, et ils ne conservent plus que les petites îles du nord. L’expansion remarquable du Danemark masque donc un reflux inéluctable de la civilisation viking.

Le roi Knut succède à Sven au Danemark et s’empare de la Norvège en 1028, fondant ainsi un véritable empire scandinave.

Mais sa mort en 1035 provoque sa fragmentation en 3 parties, et l’Anglo-Saxon Edouard le Confesseur en profite pour récupérer son trône en Angleterre.

Il meurt sans héritier en 1066, ce qui provoque une lutte entre 3 prétendants : le comte anglo-saxon Harold, le roi de Norvège Harald, et le duc de Normandie Guillaume. Harold remporte une victoire contre Harald à la bataille de Stamford Bridge, mais qui tend à affaiblir ses forces : ça permet à Guillaume le Conquérant de remporter la bataille d’Hastings et de marcher sur Londres où il se fait proclamer roi.

C’est fini : l’âge des Vikings est terminé. Ils viennent de passer le relais aux peuples qu’ils ont redynamisé, notamment en Normandie et en Russie. La christianisation de la Scandinavie va s’achever progressivement, écrasant définitivement l’ancienne culture. Mais celle-ci sera conservée dans les grandes sagas, transmises d’abord oralement avant d’être couchées par écrit au XIIIe siècle. Celles-ci joueront un grand rôle dans la fascination que cette civilisation exerce encore aujourd’hui.


Épisode suivant Voir la suite
Histoire de la Suède
Publié ou mis à jour le : 2022-04-27 15:43:49

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net