Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> XVIIe siècle
Le Grand Siècle en fête
Le Grand Siècle en fête
• 26 janvier 1637 : André Le Nôtre jardinier de Louis XIII
• 30 juin 1643 : Molière fonde l'Illustre-Théâtre
• 23 février 1653 : Le roi danse !
• 17 août 1661 : les Fâcheux à Vaux-le-Vicomte
• 5 mai 1664 : les Plaisirs de l'île enchantée
• 14 octobre 1670 : le Bourgeois gentilhomme
• 23 avril 1671 : bal tragique à Chantilly
• 21 octobre 1680 : fondation de la Comédie-Française
• 26 décembre 1714 : création de l'Opéra-Comique
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

XVIIe siècle

Le « Siècle des libertins »


Le XVIIe siècle français, siècle de Louis XIII (1610-1643) et Louis XIV (1643-1715), est le siècle des contrastes par excellence. Ce n'est pas pour rien que les peintres de cette époque ont cultivé le clair-obscur !

En matière de pensée et de moeurs, des mystiques et des dévots d'une rigueur encore inconnue à cette date côtoient des « libertins » de haut vol, puissants aristocrates ou fins lettrés, qui conjuguent liberté de pensée et licence sexuelle, impiété et amoralisme.  

La Femme entre les deux âges (école de Fontainebleau, vers 1575, 117 x 170 cm, musée de Rennes)

Siècle des Saints, siècle des libertins

Ce siècle a pu être qualifié de « Siècle des Saints » car il a connu des personnalités mystiques de très grande envergure : Saint François de Sales, la famille Arnaud et les Messieurs de Port-Royal, Saint Vincent de Paul... ainsi que de grands prédicateurs comme Fénelon, Bossuet et le rival de celui-ci, Bourdaloue.

Anne-Geneviève de Bourbon, duchesse de Longueville (Vincennes, 28 août 1619 - Paris, 15 avril 1679) Mais il pourrait être qualifié aussi de « Siècle des libertins » car, à la cour et dans les salons parisiens, la débauche parfois teintée d'athéisme côtoyait la dévotion, les mêmes personnes passant parfois de l'une à l'autre. Ainsi Madame de Longueville (1619-1679).

Si aujourd'hui le mot libertin rime avec coquin, il n'en a pas toujours été ainsi. Traduction du latin libertinus, il a été d'abord employé comme synonyme d'affranchi de la religion. À ses origines, le libertinage a eu donc un contenu plus subversif que sexuel.

C'est sous le règne d'Henri IV que la foi commence à flancher chez les élites lettrées ; elle est mise à l'épreuve par la découverte des auteurs antiques, qui leur apporte de nouvelles références philosophiques, et surtout par les guerres de religion et les conversions plus ou moins forcées qui les conduisent  à se poser des questions sur la pertinence du dogme.

Dès le siècle précédent, on a eu affaire à de premiers écrits mettant en cause les vérités officielles et même l'existence de Dieu, ce qui a valu le bûcher à Michel Servet ou encore Giordano Bruno.

Libertins « érudits » et licencieux

Le « libertinage », qui définit l'attitude d'un libertin, peut être banalement hédoniste ou « érudit » selon le mot de l'historien René Pintard (1943). 

Le premier « libertin érudit » fut Pierre Gassendi (1592-1655), un prêtre et mathématicien aux mœurs irréprochables qui a redécouvert la pensée d'Épicure. Avec lui aimaient à converser quelques jeunes gens spirituels et libres de moeurs, tels le mémorialiste Tallemant des Réaux (1619-1692), auteur des Historiettes, ou le poète Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655).

Mme de Sévigné (1626-1696), qui a sans doute fréquenté ces personnes, se dit elle-même « libertine » par sa manière spontanée d'écrire.

Théophile de Viau (1590, Clairac, Agenais - 25 septembre 1626, Paris)Simultanément, dans la période troublée qui sépare l'assassinat d'Henri IV (1610) de la reprise en main du pays par Richelieu (1630), quelques grands esprits se lâchent dans tous les sens du mot.

À la fois licencieux et athées, ils rejettent les conventions morales et les conventions religieuses dans une soif irrépressible de liberté individuelle.Le premier est le poète de cour Théophile de Viau (1590-1626), qualifié par ses contemporains de « Prince des poètes ».

Né dans un milieu protestant et contraint de passer au catholicisme, il est de fait athée. Bisexuel, il s'illustre par un recueil de poèmes licencieux, le Parnasse des poètes satyriques (1622) qui lui vaut une condamnation au bûcher ; il y échappe grâce à ses amis qui plaident en sa faveur et le cachent.

La haute aristocratie viole la morale publique

En 1661, après que Louis XIV eut affirmé son autorité personnelle sur le royaume, il ne fit plus bon afficher son impiété à la cour et dans les salons. Molière témoigne à sa manière du nouveau cours politique avec, le 15 février 1665, au Palais-Royal, la première de Dom Juan ou le Festin de Pierre. La pièce met en scène un grand seigneur cynique et jouisseur qui ne craint pas de défier la puissance divine.

Est-ce à dire que la Cour s'aligne sur la morale janséniste ? Il s'en faut de beaucoup ! De grands aristocrates démontrent une totale indifférence à la religion et à la plus élémentaire morale, comme c'était déjà le cas à la génération précédente avec la coterie qui entourait Gaston d'Orléans (1608-1660), le propre frère du roi Louis XIII.

Au grand désespoir de son successeur Louis XIV, de jeunes princes ne craignent pas de violer la loi et la simple humanité par des jeux infâmes : tortures de prostituées, meurtres gratuits de manants, viols d'enfants etc. Dans cette bande de pédérastes se retrouvent l'un des enfants adultérins du roi, le comte de Vermandois, mais aussi un fils de Colbert, un neveu de Condé etc. Bien entendu, leur statut leur assure discrétion et impunité.

Que la fête commence, film de Bertrand Tavernier, avec Philippe Noiret, Marina Vlady, Jean Rochefort et Monique Lejeune (1975)

Liberté et morale

Quand s'ouvre le Siècle des Lumières, à la mort de Louis XIV (1715), la haute aristocratie trop longtemps tenue en bride s'en donne à coeur joie avec la complicité du régent Philippe d'Orléans, lui-même débauché et indifférent en matière religieuse... En 1782, à la veille de la Révolution, Choderlos de Laclos, officier de cavalerie, a stigmatisé ces comportements dans un roman épistolaire à succès : Les liaisons dangereuses.

Revenons à la Régence : le retour de la paix et les avancées en matière scientifique favorisent la croissance économiques et la montée d'une richissime classe de financiers. Cette bourgeoisie, si fortunée qu'elle soit, entend profiter de la vie avec mesure. 

Elle va faire la fortune des artisans décorateurs et en particulier du peintre Antoine Watteau. Il invente pour elle un nouveau genre pictural qui va se prolonger jusqu'à l'avant-veille de la Révolution : les « fêtes galantes ». Dans ces conversations pleines de sous-entendus érotiques entre jeunes gens, on perçoit une forme adoucie et idéalisée du libertinage aristocratique.

Chez les hommes de lettres, le libertinage subversif du siècle précédent laisse la place à une aspiration à la liberté commune. C'est désormais la société qu'il s'agit de libérer et non plus soi-même. Cette aspiration va se développer tout au long du Siècle des Lumières sous la plume des « philosophes » et des « encyclopédistes ».

Ces hommes et ces femmes de talent ont dépassé la question religieuse. La plupart s'affichent agnostiques, anticléricaux ou simplement déistes. Rares sont ceux qui se déclarent athées (Diderot). Leur comportement est celui des hommes de leur temps. Ils aiment la vie et les plaisirs de la chair à de rares exceptions (Rousseau). Ils respectent la morale commune à de rares exceptions (Mirabeau). Ils ont de la compassion pour les humbles (Voltaire un peu moins que les autres).

Le Repas au retour de la chasse (Nicolas Lancret, avant 1725, 90,3x123,5 cm, musée du Louvre)
Le marquis de Sade, le dernier libertin

Libertin perdu en son siècle, le marquis Donatien de Sade (1740-1814) fait figure d'extraterrestre. Grand seigneur égocentrique et violent, il lui arrive de maltraiter prostituées et domestiques. Il est en conflit aussi avec sa belle-famille, ce qui lui vaut d'être incarcéré au total  pendant vingt-sept années, notamment à Vincennes et à la Bastille. En prison, faute de mieux, il se pique d'écrire et  développe l'idée que l'homme est foncièrement mauvais, s'il n'est contraint par la morale et l'éducation (Justine ou les malheurs de la vertu, Les 120 jours de Sodome...).

Avec la Révolution et le triomphe de la bourgeoisie industrieuse, c'en fut fini du libertinage sous toutes ses formes : la liberté de conscience s'accommoda d'une Église devenue garante de la morale civique et il devint loisible à chacun d'afficher soit son incroyance soit sa foi ; d'autre part, les avancées démocratiques et la réduction progressive des inégalités sociales mirent fin pendant deux siècles aux excès les plus voyants de l'oligarchie.


Épisode suivant Voir la suite
Madame de Longueville
Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2014-04-05 15:06:16

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

GERALD (02-04-201411:28:28)

ok

deMailly (02-03-201310:32:47)

bonjour, jr viens de lire un bouquin sur Ninon de L enclos et mon avis est que cette femme était une libertine des plus douée, qui trouverait facilement sa place en ce XXI éme siècle, mais avec beaucoup plus de concurrence car les filles de ce siècle lui feraient de l'ombre à n'en pas douter, vicomte de Mailly, pour vous etre agréable, et marquis de Rubempré à votre service


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle est la première défaite des armées de Napoléon 1er ?

Réponse
Publicité