Ronald Reagan (1911 - 2004)

Le grand retour de l’Amérique !

Portrait officiel de Ronald Reagan comme président des États-Unis en 1981 et 1985, Ronald Reagan Presidential Library.Quarantième président des États-Unis, de janvier 1981 à janvier 1989, Ronald Reagan est crédité d’avoir précipité la fin de l’URSS et de la « guerre froide », en parallèle avec le pape Jean-Paul II.

Il a aussi engagé le tournant néolibéral (dico) aux États-Unis, de concert avec Margaret Thatcher au Royaume-Uni. Son héritage politique inclut l’effacement des stigmates de la guerre du Vietnam, l’arrivée au pouvoir des « néoconservateurs » et le démantèlement de l’État-providence issu du New Deal de Roosevelt.

Par ses talents de « grand communicateur » et sa capacité à mobiliser les classes populaires et les mouvements évangélistes, il apparaît aussi comme un lointain précurseur de Donald Trump et les deux hommes se font élire sur le même slogan : « Make America great again » (ils ont aussi en commun d’être les présidents les plus âgés de l’Histoire américaine, avant Joe Biden, et les seuls à ce jour à avoir divorcé !).

Gabriel Solans et André Larané

Ronald Reagan (au 2e rang, le premier à gauche), en classe, âgé de 8 ans, Ronald Reagan Presidential Library.

Un optimiste né

Ronald Wilson Reagan est né le 6 février 1911 à Tampico, un petit village de l’Illinois. Il a grandi à Dixon, où il aurait découvert selon ses mots le « dur travail ». Cette enfance dans l’Amérique rurale lui a donné une vision idyllique de l’Amérique des « petites villes ». Lui-même apparaîtra toute sa vie comme un homme simple, souriant, chaleureux et d’un contact facile.

Ronald Reagan vers 1922, aux alentours de 11 ans.Si sa famille paternelle est d’origine irlandaise catholique, sa mère est une protestante écossaise convertie aux Disciples du Christ. Cette Église a une vision très optimiste de la vie, loin de la prédestination calviniste. Ronald Reagan a appris d’elle que « tout finit par s’arranger au mieux » et même s’il ne se rend que très rarement à l’église, même s’il sera le premier président à avoir divorcé, il se montrera toujours très croyant.    

Dépourvu de culture générale et peu ardent au travail, Ronald Reagan bénéficie d’une voix envoûtante qui lui vaut de débuter à la radio, dans  l’Iowa. Après quoi, il se présente à Hollywood où il est embauché rapidement par la Warner et devient un acteur majeur de séries B.

Ronald Reagan dans le film Knute Rockne, All American en 1940. Agrandissement : Jane Wyman et Ronald Reagan arrivent à la première du film d'anthologie américaine Tales of Manhattan à Los Angeles en 1942.Ses origines modestes et son admiration pour le président Franklin Delanoo Roosevelt le portent vers le camp démocrate, autrement dit la gauche américaine. Il s’engage aussi dans le syndicalisme. En 1940, il se marie avec l’actrice Jane Wyman dont il aura deux enfants. Le couple se séparera en 1948.

Une tempête politique secoue Hollywood en mars 1945 quand le syndicat CSU (Conference of Studio Unions), auquel on prête des affinités avec les communistes, entreprend une grève massive. Celle-ci débouche six mois plus tard, le 5 octobre 1945, sur de violentes rixes. C’est le Hollywood Black Friday, qui survient alors que débute la « guerre froide » entre le camp occidental mené par Washington et le camp communiste mené par Moscou.

C’est un choc pour Reagan qui milite de son côté à la SAG (Screen Actors Guild), un syndicat d’acteurs fort de cent mille membres. Élu président de ce syndicat en 1946, il affiche sa conviction en l’existence d’un complot communiste et apporte son soutien au mouvement du sénateur McCarthy. Il collabore ouvertement avec les autorités contre l’infiltration supposée des Soviétiques. Il est fiché à ce titre comme l’informateur T-10 du FBI.

Photographie des fiançailles officielles de Ronald Reagan et Nancy Davis, 1952, White House Photographic Collection. Agrandissement : Les nouveaux mariés Ronald Reagan et Nancy Reagan coupent leur gâteau de mariage chez les Holden à Toluca Lake, Californie, 1952Les années 50 voient la fin de sa carrière cinématographique et sa transition vers la carrière politique. En 1952, il épouse en secondes noces l’actrice Nancy Robbins. Le couple aura deux enfants, Patricia et Ron, et se portera jusqu’à la fin une très vive affection, sans rechigner aux effusions publiques, même à la Maison Blanche. C’est Nancy qui amènera Ronald à rejoindre le parti républicain en 1962.

En 1954, Reagan signe un contrat avec General Electric pour être leur porte-parole tant en interne qu’en externe. Ses succès lui valent d’entrer en correspondance avec le vice-président républicain Richard Nixon qui sent son potentiel médiatique et l’invite à participer à près de 200 meetings de campagne lors des élections de mi-mandat de 1962.

Le grand soir a lieu le 27 octobre 1964 : dans le cadre de la campagne présidentielle du candidat républicain Barry Goldwater, il prononce à San Francisco un discours retransmis sur NBC. Appelé « A time for choosing » et surnommé The Speech par ses supporters, prononcé sur un ton lyrique, il fait un triomphe chez les militants. Cela n’empêche pas la défaite de Goldwater et l’élection de son rival démocrate Lyndon Baines Johnson. Mais un groupe d’hommes d’affaires californiens convainquent Reagan de se présenter aux élections pour devenir gouverneur de Californie.

Ronald et Nancy Reagan célèbrent la victoire au poste de gouverneur au Biltmore Hotel de Los Angeles, le 11 août 1966.Élu gouverneur du Golden State en 1966 puis en 1971, il dirigera pendant dix ans cet État, qui est aussi le plus riche des États-Unis. Ses adversaires le décrivent alors comme un « roi fainéant », maîtrisant mal ses sujets et laissant faire ses collaborateurs. Ceux-ci sont tenus de lui présenter des rapports n’excédant pas deux pages ! Mais, fort de son timbre de voix et de son talent d’acteur, il a l’art de séduire les foules et les persuader du bien-fondé de sa politique, ce qui lui vaut d’être aussi surnommé « le grand communicateur ».

Reagan double le budget de l’État californien et justifie ces dépenses par le déficit budgétaire laissé par son prédécesseur. Il légalise l’avortement en 1967, fait grimper en flèche le budget du département de l’Éducation, crée deux nouvelles agences gouvernementales pour l’environnement, soutient la création d’un parc naturel. Son second mandat est axé sur la lutte contre l’État providence, perçu comme un « narcotique », et contre les fraudes aux aides sociales, prélude de ce que sera sa présidence. 300.000 fraudeurs sont rayés des listes.

Ronald Reagan donnant son discours d'acceptation à la Convention nationale républicaine, Detroit, 17 juillet 1980. Agrandissement : Ronald Reagan fait campagne avec Nancy Reagan à Columbia, en Caroline du Sud le 10 octobre 1980, Ronald Reagan Presidential Library.

Le candidat des « néoconservateurs »

Candidat malheureux à la primaire républicaine pour l’élection présidentielle en 1976, qui voit l’élection du très pâle Jimmy Carter, Ronald Reagan se présente à nouveau contre lui en 1980 et va réussir à enchaîner deux mandats successifs comme l’y autorise la Constitution.

Ronald reagan en campagne en Floride, 1980.Dans la campagne électorale de 1979, il s’oppose frontalement à Jimmy Carter sur la politique étrangère et la place de l’Amérique dans le monde : il se présente comme le candidat du refus du déclin américain, après l’arrivée des sandinistes (communistes) au Nicaragua en 1979, la crise des otages de Téhéran la même année, l’amnistie par Carter de tous les Américains qui ont refusé de servir au Vietnam.

Reagan s’inscrit dans le sillage de la « Nouvelle Droite » (New Right). Inspiré par les néoconservateurs, il est partisan d’une politique de grande fermeté face à l’URSS et choisit de soutenir les dictatures et les guérillas anticommunistes partout dans le monde. Pour lui, les États-Unis sont le « leader du monde » et un « îlot de liberté ».

Lui-même très religieux, le candidat républicain séduit les protestants évangéliques, rassemblés politiquement au sein de la Moral Majority créée en 1979 par Jerry Falwell. Entrés en politique suite à l’ouverture du droit à l’avortement en 1973 et à la fin de la prière à l’école, ils ont l’oreille d’un tiers des Américains à la fin des années 1970 et constituent un vivier militant et électoral majeur du Parti républicain.

Le président Reagan saluant la foule juste avant d'être abattu lors d'une tentative d'assassinat, Washington Hilton Hotel, Michael Evans, 30 mars 1981.Le 31 mars 1981, soit deux mois après son investiture, il est victime d’un attentat perpétré par un déséquilibré mental et échappe d’extrême justesse à la mort (tout comme, six semaines plus tard, le pape Jean-Paul II, autre grand combattant du communisme). Il acquiert la conviction qu’il a survécu parce que Dieu lui a assigné  et convaincu d’être investi d’une mission divine dans sa lutte contre « l’Empire du Mal » (le communisme).

À la Maison Blanche, ses journées de travail sont courtes et l’on estime qu’il aura passé durant ses huit ans de présidence l’équivalent d’un an entier dans sa résidence californienne de Santa Barbara. Entouré du petit cercle de collaborateurs californiens qui le suit depuis une décennie, il s’en remet très largement à eux et, du fait de sa méconnaissance des grands dossiers, son équipe limite ses communications à la presse pour lui éviter des bourdes, malgré son grand talent d’orateur.

Ronald Reagan donnant une allocution télévisuelle depuis le Bureau ovale afin de présenter son plan de réduction d'impôts le 27 juillet 1981, White House Photographic Collection.

Le triomphe du capitalisme financier

En matière économique, le nouveau président est adepte de la théorie de l’offre formulée par l’économiste Milton Friedman et « l’école de Chicago », qui s’oppose à Keynes et à sa théorie de la demande.

Le président Ronald Reagan et Margaret Thatcher devant la peinture de Winston Churchill lors d'une visite au Royaume-Uni au 10 Downing Street à Londres, le 08 juin 1982, White House Photographic Collection.Reagan arrive au pouvoir juste après Thatcher, elle aussi néolibérale assidue. D’emblée, dans son discours d’investiture du 20 janvier 1981, il annonce la couleur : « Dans cette crise, l’État n’est pas la solution à notre problème ; l’État est le problème »

La même année, Jack Welch, charismatique président de General Electric, préconise de privilégier désormais dans la gestion des entreprises la « valeur actionnariale », autrement dit le taux de profit et le dividende versé aux actionnaires, estimant -bien à tort- que les actionnaires sont les plus sûrs garants de la viabilité d’une entreprise.

Dans la foulée, le président entreprend de soutenir la production en diminuant les impôts pour relancer une économie en berne pénalisée par les deux chocs pétroliers de 1973 et 1978. Il s’agit rien moins que de démanteler l’héritage du New Deal de Roosevelt.

Mais il doit composer avec une Chambre des représentants à majorité démocrate tout en bénéficiant d’un Sénat républicain entre 1980 et 1986. Il doit par ailleurs faire face à son aile la plus conservatrice, menée par le futur Speaker de la Chambre Newt Gingrich et refusant tout compromis avec les Démocrates. Tout en souhaitant conserver certains programmes sociaux auxquels tiennent ses électeurs comme la Social Security, l’aide aux seniors, le Medicare, il lance de vastes coupes budgétaires de 49 milliards de dollars en 1982. Seul le Pentagone est épargné, du fait de la guerre froide.

Newt Gingrich avec Ronald Reagan, le 20 mai 1985.

Le deuxième point de son programme économique, qualifié de Reaganomics, est la réforme fiscale, basée sur la loi ERTA (Economic Recovery Tax Act) votée au Congrès et signée en 1981. Il s’agit de la plus grande baisse d’impôts jamais votée dans l’histoire américaine, faisant baisser de 750 milliards de dollars les recettes de l’État fédéral, réforme qui a surtout profité aux plus aisés.

Si Reagan est très populaire au début, la crise économique de 1981-1982 vient perturber son mandat, débouchant sur des élections de mi-mandat désastreuses en 1982 pour le Parti républicain. Le retour à la croissance est toutefois spectaculaire dès 1983 avec 9% par trimestre, une hausse de l’activité industrielle et de la consommation.

Les dirigeants du G-7 au Grand Trianon Palace à Versailles. De gauche à droite: Gaston Thorn, Zenko Suzuki, Margaret Thatcher, Ronald Reagan, François Mitterrand, Helmut Schmidt, Pierre Trudeau, Giovanni Spadolini, Wilfried Martens, 4 juin 1982.

Le « tombeur » de l’URSS

La présidence Reagan reste avant tout marquée par la lutte contre le communisme soviétique. Le président, sans être particulièrement belliciste, ne conteste pas l’utilité de la guerre du Vietnam mais estime que, dès lors que la guerre avait été engagée, il fallait se donner les moyens de la victoire : « Notre pays ne doit plus demander à ses jeunes hommes de se battre et de mourir dans une guerre que nous craignons de les laisser gagner ! »

Il entreprend dès lors d’essouffler l’URSS dans la course aux armements et de refouler les communistes partout dans le monde.

La crise des euromissiles :

Le premier défi à relever concerne le Vieux Continent. Dès 1977, les Soviétiques ont déployé en Europe centrale et orientale des missiles nucléaires tactiques de moyenne portée, les SS 20. D’une portée de seulement 5500 km, ils ne peuvent atteindre les États-Unis mais menacent directement les bases de l’OTAN situées en Europe occidentale.

En cas d’attaque de ces bases, les États-Unis seraient obligés de riposter en déclenchant l’apocalypse nucléaire avec des missiles intercontinentaux. Comme il apparaît douteux que les Américains mettent en péril New York et Chicago pour venger Londres et Paris, les Soviétiques invitent sans le dire les Européens à se détacher des États-Unis et se concilier avec eux.

Pour surmonter ce dilemme, l’OTAN et le président Jimmy Carter ont donc prévu dès 1979, à l’issue du sommet de la Guadeloupe, de déployer en Europe occidentale des missiles Pershing et Cruise d’une portée suffisante pour frapper l’Europe orientale.

Mouvements pour le désarmement en Europe, ici en 1983 à La Haye (Pays-Bas) sous la présidence de Reagan.

Arrivé à la Maison Blanche, Ronald Reagan, en apôtre de la paix, demande à Leonid Brejnev de retirer ses euromissiles contre la promesse de ne pas déployer les siens. C’est « l’option zéro ». Devant le refus soviétique, les États-Unis commencent dès 1983 à déployer leurs propres euromissiles. L’extrême-gauche allemande, toujours en retard d’une guerre, manifeste son opposition autour de l’idée : « Plutôt rouges que morts ! » C’est alors que le président français François Mitterrand lève les hésitations du gouvernement allemand en lançant devant le Bundestag une formule qui fera date : « Les fusées sont à l’Est, les pacifistes à l’Ouest ! »

La crise se conclut le 8 décembre 1987 par le traité de Washington sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI). En grands hommes d’État qu’ils sont, le président Ronald Reagan et le secrétaire du PCUS Mikhaïl Gorbatchev conviennent de retirer et, mieux encore, de détruire dans les trois ans tous les euromissiles, y compris les missiles de courte portée. C’est une première historique : jamais encore on n’avait convenu de détruire une  catégorie d’armement !

La guerre des étoiles :

Dès son avènement, Reagan avait porté le budget du Pentagone à 1500 milliards de dollars. Il était passé de 1981 à 1988 de 5% à 7% du PNB, augmentant de 50% en dollars constants. L’armée s’était dotée de nouvelles armes comme le bombardier B1 et l’avion Awacs. Mais les Soviétiques, qui ont eu la mauvaise idée de s’engager en Afghanistan, relèvent le défi et portent eux-mêmes leur budget militaire à 14% de leur PNB.

Le 23 mars 1983, Reagan riposte avec un magistral coup de bluff. Il dévoile un projet révolutionnaire, l’IDS (Initiative de défense stratégique), vite qualifié de « guerre des étoiles » par les journalistes en référence à Star Wars (George Lucas, 1977). L’IDS consiste à édifier un bouclier spatial grâce auquel les Américains pourront détruire à coup de rayons laser tout missile qui viendrait à les menacer !

Le président Reagan s'adressant à la nation sur la sécurité nationale et annoçant l'IDS, 23 mars 1983, Ronald Reagan Presidential Library.

Les Européens craignent que ce projet ne les éloigne des États-Unis, ceux-ci n’ayant plus besoin d’une présence en Europe pour garantir leur sécurité. Les Soviétiques sont encore plus inquiets car, si l’IDS devait aboutir, « l’équilibre de la terreur » deviendrait vain et ils n’auraient plus moyen de se défendre contre une offensive américaine. Les voilà donc obligés de relancer à grands frais leurs recherches militaro-spatiales à un moment où l’Armée rouge s’enlise en Afghanistan et où leur économie s’effondre littéralement ! S’ensuit  deux ans plus tard l’accession de Gorbatchev à la tête de l’URSS. C’est le début de la fin du système soviétique et, pour Reagan, une victoire au bluff.

De fait, l’IDS était un projet illusoire qui réclamait un minimum de dix ans de recherches et des dépenses démesurées, même à l’échelle des États-Unis. Il n’avait guère de chance d’aboutir et dès 1993, le président Clinton allait y mettre un terme.

La CIA en soutien des guérilleros :

1988, avant-dernière année de la présidence Reagan, voit la conclusion de ses combats contre les mouvements communistes de par le monde.

Ronald Reagan et Nancy Reagan sur la Place Rouge à Moscou, le 6 janvier 1988. Agrandissement : le président Reagan et le secrétaire général Gorbatchev sur la Place Rouge, lors du sommet de Moscoule 31 mai 1988, Ronald Reagan Presidential Library.Tandis que l’Armée rouge se retire d’Afghanistan, le président américain est accueilli en triomphe à Moscou au mois de mai et déambule bras dessus, bras dessous avec Gorbatchev dans les rues de la capitale.

En mars de cette même année, au Nicaragua, Contras et sandinistes concluent une trêve. En août 1988, l’Iran, abandonné par l’URSS (et Israël), est contraint d’accepter un cessez-le-feu dans la guerre qui l’oppose à l’Irak de Saddam Hussein (et à ses alliés occidentaux). En décembre 1988, les troupes cubaines se retirent d’Angola.

Dès son accession au pouvoir en janvier 1981, Ronald Reagan a nommé son directeur de campagne William (Bill) Casey à la tête de la CIA (Central Intelligence Agency) avec mission de refouler les agents soviétiques partout où cela est possible dans le monde (depuis la « diplomatie du ping-pong » amorcée par le président Nixon dix ans plus tôt, les relations avec la Chine communiste sont pour leur part relativement paisibles).

La CIA va dès lors apporter un soutien actif à tous les adversaires de Moscou. Il s’agit en premier lieu des pacifiques ouvriers polonais du syndicat Solidarnosc, qui bénéficient également du soutien actif du pape. Il s’agit également de guérilleros : les Contras du Nicaragua, en guerre contre le gouvernement sandiniste de Daniel Ortega ; les moudjahidines et les militants islamistes d’Afghanistan, en guerre contre le gouvernement pro-soviétique ; les rebelles du FPLT (Front Populaire de Libération du Tigré) en lutte contre le dictateur éthiopien Mengistu, appuyé par La Havane et Moscou ; les rebelles du RENAMO (Mozambique) et de l’UNITA (Angola), etc.

Rencontre du président Reagan avec des chefs moudjahidines dans le Bureau ovale, en février 1983, onald Reagan Presidential Library.

En Afghanistan, la CIA ne craint pas de faire alliance avec les islamistes, dont un certain Oussama Ben Laden… En Amérique centrale, dans sa volonté d’abattre le gouvernement sandiniste du Nicaragua, elle renforce le dictateur du Salvador voisin, le très réactionnaire et très brutal Napoleon Duarte. Par ailleurs, elle en vient à miner en totale illégalité les ports du Nicaragua afin d’asphyxier le pays.

Révélée par la presse, l’opération suscite l’ire du Congrès qui décide en avril 1984 de couper les fonds destinés à la Contra. Il s’ensuit un nouveau scandale à porter au débit de la Maison Blanche. Celle-ci, en effet, se tourne vers l’Arabie et Brunei pour financer malgré tout la Contra, puis elle vend des armes illégalement à l’Iran avec le même objectif. C’est le scandale de l’Irancontragate, révélé par la presse en novembre 1986, dont le président aura le plus grand mal à se dépêtrer.  

Le 25 novembre 1986, dans le Bureau ovale, le président Ronald Reagan rencontre, de gauche à droite, le secrétaire à la Défense Caspar Weinberger, le secrétaire d'État George P. Shultz, le procureur général Edwin Meese et le chef de cabinet de la Maison Blanche pour échanger sur l'affaire Iran-Contra.

Autre déconvenue dans l’Orient « compliqué » où l’administration Reagan connaît une sévère humiliation, la seule de la décennie. En juin 1982, le gouvernement israélien dirigé par Menahem Begin a  envahi le « pays du Cèdre ». Trois mois plus tard, le président libanais Béchir Gemayel est assassiné et, en représailles, des Palestiniens sont massacrés dans les camps de Sabra et Chatila. L’ONU décide aussitôt l’envoi d’une force d’interposition notamment composée de soldats français et américains. Le 23 octobre 1983, un double attentat frappe à Beyrouth tant les Américains (241 morts) que les Français (58 morts). Washington rapatrie sans attendre son corps expéditionnaire.

Membres de la Force de défense des Caraïbes orientales participant à l'opération Urgent Fury, 25 octobre 1983. Agrandissement : Des soldats de l'armée américaine du 1st Platoon A Co. en patrouille à la Grenade lors de l'opération Urgent Fury en octobre 1983.Le 25 octobre 1983, soit deux jours après l’attentat de Beyrouth, voilà qu’un coup d’État survient aux Antilles, sur l’île de la Grenade, un petit État du Commonwealth dont Elizabeth II est la souveraine. Le Premier ministre Maurice Bishop, qui était lui-même arrivé au pouvoir par un coup d’État en 1979 avec le soutien de Fidel Castro, est assassiné par de plus extrémistes que lui, qui lui reprochent un semblant de rapprochement avec Washington !

Des soldats étasuniens et de différentes nations antillaises débarquent à Grenade dans le cadre de l’opération Urgent Fury, officiellement pour protéger leurs concitoyens. Ils battent sans mal l’armée de Grenade et ses alliés cubains. Des élections législatives sont organisées trois mois plus tard et mettent en place un gouvernement bon teint. C’est la première opération de l’armée américain depuis son humiliante fuite de Saigon, en 1975.

Ronald Reagan va se prévaloir de ce succès le 27 octobre 1983 en lançant la campagne de sa réélection avec la formule : « America is back ». À l’été 1984, les Jeux Olympiques de Los Angeles sont un succès en dépit de leur boycott par les Soviétiques et leurs affidés, qui se vengent ainsi de ce qu’en 1980, 65 nations du camp occidental avaient refusé de se rendre à Moscou pour cause d’invasion de l’Afghanistan.

Portraits officiels de Ronald Reagan en 1984 et 1985 sous les colonnades de la Maison Blanche, Ronald Reagan Presidential Library. Le président est réélu triomphalement avec 59% du vote populaire même si la forte croissance et la baisse du chômage sous le seuil de 7% masquent une hausse des inégalités criante : le nombre de familles vivant sous le seuil de pauvreté revient à un niveau des années 60 tandis que les revenus des 5% les plus riches augmente de 13%.

Le président Reagan s’offrira encore le luxe de bombarder Tripoli (Libye) et le palais présidentiel de Mouammar Kadhafi, le 15 avril 1986, après que le dictateur aura fomenté un attentat contre les troupes américains stationnées à Berlin.

Le 20 janvier 1989, quand il cède la Maison Blanche à son vice-président George W. Bush, Ronald Reagan est au sommet de sa popularité. Il peut se targuer dans son discours d’adieu d’avoir « changé un monde ». Cinq ans plus tard, il confessera publiquement être atteint de la maladie d’Alzheimer (tout comme Margaret Thatcher). À sa mort, le 5 juin 2004, à 93 ans, les Américains lui accordent des funérailles nationales.

Bibliographie

Il n’existe, semble-t-il, aucune biographie en français de Ronald Reagan. À défaut, nous recommandons un manuel excellent et très didactique : Les Présidents américains de 1945 à nos jours (Marion Delattre et Éric Nguyen, Studyrama, 2022, 256 pages, 12 euros).


Épisode suivant Voir la suite
Les États-Unis
Publié ou mis à jour le : 2022-11-04 16:35:02

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net