Histoire du français - Le bel avenir de la langue française (3/3) - Herodote.net

Histoire du français

Le bel avenir de la langue française (3/3)

Après être remontés aux sources de notre langue et avoir illustré sa transformation en langue littéraire et universelle, voyons comment elle est rentrée dans le rang à l'ère des démocraties... et des nationalismes.

La secousse révolutionnaire et les guerres qui en découlent jusqu'en 1815 ont pour résultat d'éveiller les identités nationales partout en Europe et même au-delà (Amérique latine, Orient).

La langue devient le vecteur principal de ces identités ainsi que l'expriment deux grands penseurs allemands :
- « Les hommes sont beaucoup plus formés par la langue que la langue n'est formée par les hommes » (Johann Fichte, Discours à la Nation allemande, 1808).
- « Entre l'âme d'un peuple et sa langue, il y a identité complète ; on ne saurait imaginer l'un sans l'autre » (Wilhelm von Humboldt, Introduction à l'œuvre sur le kavi, 1836).

Isabelle Grégor
Jean Jaurès, Croquis pour servir à illustrer l’histoire de l’éloquence (1910, Eloy-Vincent, musée Jean Jaurès, Castres)
« Les langues sont comme la mer… »

En 1827, la préface de la pièce Cromwell de Victor Hugo signe la naissance du théâtre romantique. Dans ce texte, le jeune auteur (25 ans) clame sa volonté de moderniser l’art dramatique, qu’il trouve trop sclérosé. C’est l’occasion pour lui d’évoquer son attachement à notre langue dont il admire la capacité à se renouveler sans cesse…

« [la langue] tient en laisse la grammaire. Elle peut oser, hasarder, créer, inventer son style : elle en a le droit. Car, bien qu’en aient dit certains hommes qui n’avaient pas songé à ce qu’ils disaient, et parmi lesquels il faut ranger notamment celui qui écrit ces lignes, la langue française n’est pas fixée et ne se fixera point. Une langue ne se fixe pas. L’esprit humain est toujours en marche, ou, si l’on veut, en mouvement, et les langues avec lui. Les choses sont ainsi. Quand le corps change, comment l’habit ne changerait-il pas ? Le français du dix-neuvième siècle ne peut pas plus être le français du dix-huitième, que celui-ci n’est le français du dix-septième, que le français du dix-septième n’est celui du seizième. La langue de Montaigne n’est plus celle de Rabelais, la langue de Pascal n’est plus celle de Montaigne, la langue de Montesquieu n’est plus celle de Pascal. Chacune de ces quatre langues, prise en soi, est admirable, parce qu’elle est originale. Toute époque a ses idées propres, il faut qu’elle ait aussi les mots propres à ces idées. Les langues sont comme la mer, elles oscillent sans cesse. À certains temps, elles quittent un rivage du monde de la pensée et en envahissent un autre. Tout ce que leur flot déserte ainsi sèche et s’efface du sol. C’est de cette façon que des idées s’éteignent, que des mots s’en vont. Il en est des idiomes humains comme de tout. Chaque siècle y apporte et en emporte quelque chose. Qu’y faire ? cela est fatal. C’est donc en vain que l’on voudrait pétrifier la mobile physionomie de notre idiome sous une forme donnée. C’est en vain que nos Josués littéraires crient à la langue de s’arrêter ; les langues ni le soleil ne s’arrêtent plus. Le jour où elles se fixent, c’est qu’elles meurent. — Voilà pourquoi le français de certaine école contemporaine est une langue morte. » (Victor Hugo, préface de Cromwell, 1827)

Ensemble… contre tous les autres !

Pierre-Joseph-Célestin François, Portrait de l’Abbé Grégoire, 1800, Nancy, Palais des ducs de LorraineLa France révolutionnaire entame le combat contre les langues régionales à l’initiative de l’abbé Henri Grégoire, éminent humaniste surtout connu pour ses actions en faveur des juifs et des Noirs. Il remet à la Convention, le 16 prairial An II (4 juin 1794) un « Rapport sur la nécessité et les moyens d'anéantir les patois et d'universaliser la langue française ».

Pour les révolutionnaires, il y a urgence car la langue française, telle qu'on la parle à Paris, n’est encore maîtrisée à la fin du XVIIIe siècle que par à peine 12 % de la population... 

Avec de graves conséquences pour la cohésion nationale ainsi que l’exprime rudement le conventionnel Bertrand Barère le 8 Pluviôse An II (27 janvier 1794) : « Le fédéralisme et la superstition parlent bas-breton; l'émigration et haine de la République parlent allemand... La Contre-révolution parle l'italien et le fanatisme parle basque. Cassons ces instruments de dommage et d'erreurs » !

Les méthodes envisagées pour sa diffusion vont s'avérer assez efficaces : emprisonner les fonctionnaires récalcitrants, demander aux futurs mariés de prouver leur parfaite connaissance de la langue et également généraliser l'enseignement en français. Afin d’imposer la norme républicaine et de remplacer les curés dans leur rôle traditionnel d'enseignants, on commence à former des instituteurs dans des Écoles « normales ».

À la génération suivante, après la tourmente révolutionnaire, les gouvernements de la Restauration et du Second Empire se soucient assez peu des particularismes locaux et mettent l'accent sur l'instruction. Par la loi du 28 juin 1833, François Guizot, ministre de l'Instruction publique du roi Louis-Philippe 1er, instaure un enseignement primaire public et obligatoire. L'effort sera poursuivi par les ministres Victor Duruy (1863) et Jules Ferry (1882).

Les conquêtes coloniales et l'expansion de l'Europe contribuent à la diffusion de la langue française dans le monde. Elle devient langue officielle de la nouvelle Belgique mais aussi de la République d'Haïti et bien sûr de la Confédération helvétique.

André Gill, caricature de Littré parue dans L'Eclipse, 1874, château de CompiègneCheveux au vent, les écrivains romantiques soufflent une bourrasque de modernité dans le lexique en introduisant de nombreux termes populaires ou exotiques (voir par exemple « Les Djinns »  de Victor Hugo) ou populaires.

Les avancées scientifiques concourent aussi à l'enrichissement du vocabulaire avec des néologismes comme « dinosaure », « usinage », « hypnotiser »...

Portés par leur passion pour la politique, les Français témoignent enfin de la vitalité de leur langue dans les joutes oratoires et les discours de tribune. Jaurès et Clemenceau peuvent soutenir sans rougir la comparaison avec Cicéron.

Pour toutes ces raisons, il faut accélérer la mise à jour des dictionnaires et l'on ne peut se satisfaire pour cela des réunions hebdomadaires de l'Académie ! Émile Littré se met donc au travail pour boucler en 1873 son très détaillé Dictionnaire de la langue française, qui fait toujours référence. Le public populaire lui préfère néanmoins celui de Pierre Larousse, publié en 1876... Les enfants n'ont pas fini de recevoir des dictionnaires en cadeau !

Histoire du français, un livre numérique illustré

Histoire du français (ebook, éditions Herodote.net)Vous pouvez retrouver l'ensemble de notre récit dans un livre numérique de 52 pages (formats pdf et epub), richement illustré. Ainsi pourrez-vous l'imprimer, le lire plus à votre aise et le faire circuler.

Ce livre numérique peut être lu sur mobiles, tablettes, liseuses et ordinateurs (3,30 euros, gratuit pour les Amis d'Herodote.net).

Histoire du français

Henri Jules Jean Gooffroy, Un Futur savant, 1880, Rouen, musée national de l'ÉducationAu tournant du XXe siècle, la IIIe République, soucieuse de rassembler tous les Français, reprend avec véhémence le combat de la Convention contre les dialectes, patois et langues vernaculaires.

Dans les écoles de village, les instituteurs, qualifiés par Charles Péguy d'« hussards noirs de la République », usent d’un procédé redoutable pour les éradiquer. Chaque matin, ils donnent un bâton sculpté, le « signal », au premier de leurs élèves surpris à parler patois.

Le malheureux n’a ensuite d’autre obsession que de le repasser à un camarade qu’il aura à son tour pris en flagrant délit langagier. À la fin de la journée, le maître récupère le bâton et inflige une punition à celui qui l’aura alors en main. C’est une retenue ou quelques dizaines de lignes à copier...

Publié ou mis à jour le : 2019-05-02 17:31:10

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net