Abbé Grégoire (1750 - 1831) - Chrétien et révolutionnaire - Herodote.net

Abbé Grégoire (1750 - 1831)

Chrétien et révolutionnaire

Henri Grégoire est le fils d'un paysan lorrain. Ayant montré des dispositions pour les études, il est éduqué au collège jésuite de Nancy, ordonné prêtre en 1776 et nommé curé à Embermesnil, en Lorraine.

Déjà quadragénaire quand éclate la Révolution, il va révéler une générosité sans égale au service de causes inédites, de l'instruction pour tous à l'émancipation des juifs en passant par l'abolition de l'esclavage. 

Pierre-Joseph-Célestin François, Portrait de l’Abbé Grégoire, 1800, Nancy, Palais des ducs de Lorraine

Un homme de convictions

Très ouvert aux idées généreuses des « Lumières », l'abbé publie en 1788 un Essai sur la régénération physique, morale et politique des juifs qui est distingué par l'Académie de Metz.

La même année, le 19 février 1788, avec quelques nobles libéraux comme les marquis de Mirabeau, de Lafayette et de Condorcet, il fonde la « Société des Amis des Noirs ». Elle est calquée sur une société fondée quelques mois plus tôt par des Quakers anglais.

Député du clergé du baillage de Nancy aux états généraux en 1789, l'abbé est l'un des premiers à voter la réunion du bas-clergé au tiers-état. Lors de la séance du 14 juillet 1789, il préside par intérim de l'Assemblée nationale quand les députés décident de siéger en permanence.

Il fait voter la Constitution civile du clergé (1790) puis l'égalité des droits civils pour les juifs (1791). Élu évêque assermenté de Blois , il siège à la Convention, dans les rangs de la Montagne (la gauche révolutionnaire).

Son action réformatrice ne faiblit pas. C'est ainsi qu'il fait voter l'abolition de l'esclavage (1794) et se penche sur les patois et dialectes en vue d'établir la suprématie définitive du français, défini comme langue de la liberté et de la démocratie. Grégoire contribue également à la fondation de l'Institut et du Conservatoire des Arts et Métiers.

On lui doit l'invention du mot vandalisme, en référence à des Barbares qui saccagèrent Rome en 455. Il emploie ce mot dans un rapport adressé à la Convention le 11 janvier 1794 où il dénonce les destructions intempestives de monuments et d'oeuvres d'art par les armées républicaines. Avec lui émerge donc le concept de protection du patrimoine.

Absent lors du procès de Louis XVI en 1793, Grégoire se prononce pour sa condamnation tout en réclamant l'abolition de la peine capitale. Après la chute de Robespierre, il devient membre du Conseil des Cinq-Cents (1795-1798) puis du Corps législatif (1800), enfin sénateur (1802).

À la signature du Concordat, il démissionne de son évêché de Bourges. Il se range dans l'opposition libérale sous l'Empire et sous la Restauration. Sa plume ne chôme pas et il publie sans trêve de nombreux traités, en particulier contre le racisme et l'image négative accolée aux Noirs.

Ainsi publie-t-il en 1808 un traité : De la littérature des nègres, dans lequel il soutient que les premiers pharaons étaient Nubiens et qu'en conséquence, les Noirs pouvaient être regardés comme à l'origine de la civilisation égyptienne et pourquoi pas ? de toutes les civilisations occidentales.

À sa mort, il est interdit de sépulture chrétienne en raison de ses engagements passés. Ses funérailles n'en sont pas moins l'occasion d'une grande manifestation populaire, jusqu'à réunir vingt mille personnes.

Fabienne Manière
Publié ou mis à jour le : 2018-02-05 10:35:40

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès