Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 789 à 1956
Histoire du Maroc
Le Maroc (cartes : Alain Houot pour Herodote.net
• 5 février 789 : fondation du Maroc par Idriss 1er
• 4 août 1578 : bataille «des Trois Rois» à Ksar el-Kébir
• 12 avril 1591 : victoire sur le Songhai
• 31 mars 1905 - 1er juillet 1911 : du coup de Tanger au coup d'Agadir
• 30 mars 1912 : le Maroc devient protectorat français
• 27 mai 1926 : fin de la guerre du Rif
• 20 août 1953 : le sultan est déposé par les Français
• 2 mars 1956 : indépendance du Maroc
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

789 à 1956

Le Maroc : douze siècles de luttes


De tous les États musulmans actuels, le Maroc est l'un des très rares à avoir préservé son indépendance pendant plus d'un millénaire.

Il n'y a guère qu'au XXe siècle que le pays a dû se soumettre à une puissance étrangère, la France. Encore ce protectorat n'a-t-il duré qu'un demi-siècle à peine, de 1912 à 1956 (moins longtemps par exemple que l'occupation de la Pologne par les Soviétiques et les Allemands de 1939 à 1989 !).

Un pont entre l'Occident et l'Orient

le drapeau du MarocÀ la pointe occidentale du continent africain, le Maroc (32 millions d'habitants) s'étire le long de la côte Atlantique, sur une superficie de 450 000 km2 (710 000 km2 en incluant le Sahara occidental).

Le Maroc actuel (droits réservés : Alain Houot et Herodote.net)Le royaume compte quatre « villes impériales », héritières de sa longue Histoire : l'actuelle capitale Rabat ainsi que les précédentes capitales Fès, Marrakech et Meknès.

La métropole économique est néanmoins le port de Casablanca, développé par les Français.

Une Histoire agitée

Les Romains, qui ont soumis à leur loi tous les rivages de la Méditerranée, n'ont pas épargné le Maroc, que l'on appelait à l'époque Maurétanie tingitane (autrement dit le pays des Maures de la région de Tanger). Ils ont bâti au pied du massif du Zehroun la cité de Volubilis dont il nous reste de belles ruines.

Dans les montagnes qui couvrent la plus grande partie du pays, les tribus berbères ont résisté aux Romains comme elles résisteront à tous les envahisseurs qui leur ont succédé. D'ailleurs, dès le règne de l'empereur Dioclétien, à la fin du IVe siècle, les Romains ne maintiennent plus qu'une maigre présence sur la côte, autour de Tanger.

Les Arabes qui déferlent au VIIe siècle, peu après la mort de Mahomet, amènent avec eux leur langue et surtout la religion musulmane.

– Les Idrissides (789 - Xe siècle)

Le mausolée d'Idriss 1er à Moulay Idriss

Un prince arabe issu d'Ali et Fatima, la fille de Mahomet, se réfugie dans le Moyen Atlas et les Berbères locaux le portent à leur tête en 789 sous le nom d'Idriss 1er

Il est assassiné par un agent du calife abbasside mais son fils posthume, Idriss II, arrive à fonder la première dynastie royale du Maroc, avec Fès pour capitale.

Peu avant l'An Mil, les Idrissides disparaissent, victimes des Fatimides, envahisseurs arabes venus d'Égypte, et des Ommeyyades de l'émirat de Cordoue, en Espagne.

Une nouvelle dynastie, proprement berbère, se lève dans les dunes du Sahara, au sein de la tribu des Sanhadja, proches parents des Touaregs.

– Les Almoravides (1069 - 1147)

Ces Almoravides détruisent le royaume africain du Ghana, sur les bords du Niger, en 1058, avant de remonter vers le nord. Ils fondent Marrakech, deuxième ville impériale du Maroc, qui donnera son nom au pays.

Il traverse enfin le détroit de Gibraltar pour secourir les émirs omeyyades, en butte à l'offensive du roi chrétien de Castille Alphonse VI (assisté d'un fameux chevalier, le Cid).

– Les Almohades (1147 - 1248)

Dans le Haut Atlas, un lettré du nom d'Ibn Toumert prêche le retour à une foi en l'unicité de Dieu. Après sa mort, ses disciples, les Almohades (d'un mot arabe qui désignent ceux qui proclament l'unicité de Dieu) partent en guerre contre les Almoravides.

Ils vont régner avec brio sur l'empire marocain pendant un demi-siècle, jusqu'à ce qu'ils soient eux-mêmes défaits par les chrétiens en 1212 à Las Navas de Tolosa.

– Les Mérinides (1248 - 1548)

Au Maroc proprement dit, le chef berbère Abou Yahia chasse les derniers Almohades et fonde la dynastie des Mérinides. Après quelques belles réalisations dans les domaines artistiques et culturels, les Mérinides manifestent leur faiblesse face à l'expansion des Portugais qui occupent le port de Ceuta, près du détroit de Gibraltar, en 1415, et commencent de grignoter le littoral.

– Les Saâdiens (1548 - 1660)

Au début du XVIe siècle, les Saâdiens, des Berbères venus de la vallée du Draâ, exaspérés par les offensives chrétiennes, se révoltent contre les Mérinides et chassent ceux-ci du pouvoir.

Fondant leur propre dynastie, ils entament une guerre sainte contre les Portugais. C'est ainsi qu'Agadir est reprise en 1541... Dans le même temps, les Saâdiens s'allient aux Espagnols pour faire face à la menace turque !

Le bouquet final a lieu le 4 août 1578, près de Ksar el-Kébir (ou Alcazar Quivir), où s'affrontent Marocains et Portugais. Cette bataille, appelée «bataille des Trois Rois», allait entraîner deux ans plus tard l'annexion du Portugal par l'Espagne !

Ahmed IV el-Mansour porte la dynastie saâdienne à son apogée. Une expédition victorieuse contre l'empire africain du Songhaï, en 1591, va lui permettre d'enrichir sa capitale avec l'or du Soudan.

– Les Alaouites (1660 -)

Les Saâdiens ne tardent pas à être victimes de nouveaux-venus, les Alaouites du Tafilalet, qui tirent leur nom d'une lointaine parenté avec Ali, le gendre du Prophète ! C'est l'héritier de cette dynastie qui dirige aujourd'hui le Maroc.

Le fils du fondateur, Moulay Ismaïl, contemporain de Louis XIV, déplace sa capitale à Meknès, à 60 kilomètres de Fès et non loin de l'antique Volubilis. Il repousse différentes offensives européennes et lutte  contre les tribus berbères insoumises des montagnes. On lui doit l'embellissement de sa capitale et en particulier la construction de la fameuse porte monumentale Bab el Mansour.

La porte Bab el-Mansour, à Meknès (1732), DR
– Parenthèse du protectorat français (1912 - 1956)

Ses héritiers, moins vigoureux, doivent faire face à la pression croissante des Européens

Retour triomphal du sultan Mohamed V à Rabat en 1955

À la veille de la Première Guerre mondiale, en 1912, au terme d'un bras de fer entre Berlin et Paris, le pays devient un protectorat français cependant que la région de Tétouan, au nord, et celle d'Ifni, au sud, sont tenues par l'Espagne.

Résident général auprès du sultan, le général Hubert Lyautey modernise hardiment les infrastructures tout en respectant les institutions du sultanat.

Mais Lyautey est désavoué par son gouvernement lorsque survient le soulèvement d'Abd el-Krim. Après son rappel en France, Paris tente par le dahir berbère du 16 mai 1930 de soustraire les tribus berbères à l'autorité du sultan.

C'est le début d'une agitation nationaliste qui ne cessera qu'un quart de siècle plus tard avec le retour du pays à l'indépendance.

Le sultan troque son titre contre celui de roi, sous le nom de Mohamed V. Le 26 février 1961 lui succède son fils Hassan II.


Épisode suivant Voir la suite
Les villes impériales
Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2015-12-24 15:53:13

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Mustapha (16-08-200615:07:09)

Cet article est très interessant et assez complet. En fait, j'aimerais répondre à Borki Jamal Eddine concernant les Saadiens. Ces derniers ont vécu et fait racine dans le sud du Maroc. Dans la région de Zagora exactement..
Peu importe leurs origines... Leurs ancêtres se sont intégrés chez les Berbères et c'est grâce aux Berbères qu'ils sont arrivés au pouvoir. Alors, dire qu'ils sont Berbères n'est pas une erreur. Quand quelqu'un arrive au Maroc et s'intègre dans un village berbère il d... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle relique a abrité la Sainte Chapelle de Paris ?

Réponse
Publicité