ça s'est passé un... - 15 novembre - Herodote.net

ça s'est passé un...

15 novembre

Événements

15 novembre 1315 : Victoire des Trois Cantons à Morgarten

Le 15 novembre 1315, à Morgarten, au sud de Zurich, des montagnards repoussent les troupes du duc Léopold d'Autriche, seigneur de Habsbourg...

Suite de l'article

15 novembre 1793 : Naissance de la baguette de pain

La traditionnelle baguette de pain, symbole de l'identité française, remonte à la Révolution. Le 15 novembre 1793 (26 brumaire An II selon le calendrier républicain), un décret de la Convention stipule que tous les Français doivent manger le même pain : « La richesse et la pauvreté devant également disparaître du régime de l'égalité, il ne sera plus composé un pain de fleur de farine pour le riche et un pain de son pour le pauvre. Tous les boulangers seront tenus, sous peine d'incarcération, de faire une seule sorte de pain : Le Pain Égalité ».

En 1856, Napoléon III, à son tour, tente de réglementer la taille et le poids du pain : 40 cm et 300 g environ. La baguette, aussi appelée flûte ou petite selon les régions, se généralise après la Seconde Guerre mondiale. D'une longueur de 80 cm et d'un poids de 250 g, son prix a été fixé par arrêté préfectoral jusque dans les années 1980 avant d'être laissé à la discrétion des boulangers.



15 novembre 1796 : Bataille d'Arcole

Le 15 novembre 1796, le général Bonaparte, à peine âgé de 27 ans, remporte une brillante victoire sur les Autrichiens du général Avinczy à Arcole, dans le Piémont italien.

Son armée d'Italie ayant franchi l'Adige, elle tente mais en vain de franchir l'un de ses affluents, l'Alpone, à Arcole. N'en pouvant plus après trois jours de combats indécis, Bonaparte s'engage sur le pont sous la mitraille et plante un drapeau en son milieu. Mais ses soldats tardent à bouger et lui-même doit reculer, protégé par les grenadiers du général Lannes. Comme un Autrichien le met en joue, son aide de camp Jean-Baptiste Muiron le couvre de son corps et se fait tuer à sa place...

Bonaparte tombe dans le marais. Il se serait alors écrié : « Soldats, en avant pour sauver le général ». Ses grenadiers se lancent en avant. La victoire est à la France. L'opération a été facilitée par une ruse du général Belliard qui a ordonné aux tambours d'aller faire diversion sur les arrières des Autrichiens ! L'un de ces tambours, André Estienne, sera plus tard honoré par la Légion d'Honneur et une statue dans son village du Vaucluse. Une célèbre toile du baron Gros, au Louvre, montre le général Bonaparte à Arcole, sous un jour flatteur comme il se doit. 



15 novembre 1889 : Le Brésil devient une république

Le 15 novembre 1889, au Brésil, les militaires destituent l'empereur Pierre II et instaurent la République...

Suite de l'article

15 novembre 1908 : Le Congo colonie belge

Le 15 novembre 1908, après une longue délibération, le Parlement belge accepte le legs encombrant du roi Léopold II, rien de moins que sa propriété personnelle : l'« État indépendant du Congo ». Celui-ci devient officiellement une colonie belge...



15 novembre 1927 : Trotski exclu du PCUS

Le 15 novembre 1927, Léon Bronstein, alias Trotski (on écrit aussi Trostsky) est exclu du Parti communiste d'URSS...



15 novembre 1956 : « Love me tender »

Le 15 novembre 1956, Love me tender, premier film tourné avec Elvis Presley, sort dans les salles de cinéma américaines.

Les fans du rocker attendent avec impatience la première. Les producteurs sont particulièrement confiants car la chanson vedette du film, chantée par Elvis, s'arrache chez tous les disquaires depuis deux mois.

Cette chanson, «Love me tender», dont le film tire son nom, est un véritable phénomène aux États-Unis. Depuis qu'Elvis l'a chantée dans un grand show télévisé de la chaîne CBS, le succès a été immédiat : Elvis devient la véritable star de cette nouvelle musique, le Rock'n'roll. Elle envahit les États-Unis et bientôt le monde entier...



15 novembre 1959 : Congrès de Bad-Godesberg

Le 13 novembre 1959, le congrès du Parti social-démocrate d’Allemagne (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD) se réunit à Bad-Godesberg, petite ville sur le Rhin, au sud de Bonn, capitale de la République Fédérale d'Allemagne.

Deux jours plus tard, il ratifie un programme par lequel il renonce au marxisme, se rallie formellement à l'économie de marché et accepte ses contraintes.

Ce changement de cap intervient dans le contexte de la guerre froide et de la division de l'Allemagne, au coeur d'une République fédérale d'Allemagne portée par le « miracle économique allemand ». Pour les participants du congrès, il ne s'agit plus de détruire le système capitaliste mais de l'améliorer de l'intérieur, en négociant avec le patronat dans le cadre du système de cogestion ou codécision (en allemand : Mitbestimmung), qui permet aux représentants des ouvriers de voter dans les entreprises sur des sujets les concernant.

Après trois décennies d'interdiction (sous le nazisme) et d'opposition, les sociaux-démocrates sont enfin revenus au pouvoir le 21 octobre 1969 avec l'accession de Willy Brandt à la chancellerie.



15 novembre 1971 : Naissance du microprocesseur

Le 15 novembre 1971, la société Intel publie l'acte de naissance du microprocesseur. Ce composant surnommé «puce» va produire la troisième révolution industrielle après celles de la vapeur et de l'électricité : la révolution électronique...

Suite de l'article

15 novembre 1988 : Yasser Arafat annonce la création d'un État palestinien

Yasser Arafat devant le Conseil National Palestinien, à Alger, 1988 (DR)Le 15 novembre 1988, devant le Conseil National Palestinien réuni à Alger, le chef charismatique de l'OLP (Organisation de Libération de la Palestine) annonce la création d'un État palestinien.

Fondée en 1964, l'OLP avait été chassée du Liban en 1982 et contrainte de s'installer à Tunis. Depuis lors, elle n'avait plus eu de contact direct ni avec l’« ennemi sioniste », ni avec les Palestiniens des territoires occupés. Pour ne pas se faire oublier, l'organisation  tenta de promouvoir sa cause par des actions terroristes à travers le monde. Mais les résultats furent mitigés…

En décembre 1987, le déclenchement de la première « Intifada » (soulèvement en arabe) dans les territoires occupés fit craindre à Yasser Arafat d'être marginalisé. Il reprit donc la main en annonçant la création de l'État palestinien.

Pour l'historien franco-israélien Alain Michel, cette création, si virtuelle qu'elle fut, marqua un tournant dans le conflit israélo-palestinien car, en filigrane, elle signifiait la reconnaissance du droit à l’existence de l’État d’Israël et de son droit à des frontières sûres et reconnues, selon les termes de la résolution 242 de l'ONU de 1967, consécutive à la guerre des Six Jours. Elle allait ouvrir la voie aux accords d'Oslo, cinq ans plus tard, le 13 septembre 1993, par lesquels l'OLP reconnaissait le droit d'Israël à l'existence.

Un quart de siècle plus tard, il ne reste plus rien des espoirs d'Oslo. Yasser Arafat est décédé en 2004 et l'autre signataire d'Oslo, Yitzhak Rabin, a été assassiné en 1995. Plus gravement, le grignotage de la Cisjordanie par les colonies juives exclut la création de deux États séparés et fait craindre un État juif piqueté de bantoustans palestiniens... et voué à la guerre perpétuelle.



C'est sa fête : Albert le Grand

Albert le Grand est une grande figure du Moyen Âge. Il est représentatif des « intellectuels » de cette époque.

Né en Allemagne au XIIIe siècle, il enseigne à Paris la théologie et l'oeuvre d'Aristote. Il poursuit son enseignement à Cologne où l'un de ses élèves n'est autre que Thomas d'Aquin. Esprit universel, il se montre avide d'apprendre et méprise les frontières.

Son oeuvre, condensée dans un ouvrage du nom de Grand Albert, a longtemps scandalisé le clergé en raison de ses références à la magie et à la doctrine de Platon. Albert a néanmoins été proclamé docteur de l'Église en 1931.

Naissances

Bernard Mandeville

15 novembre 1670 à Dordrecht (Provinces-Unies) - 20 janvier 1733 à Hackney (Angleterre)

Issu d'une famille de médecins, médecin lui-même, c'est par un petit essai d'économie politique que Mandeville inscrit son nom dans l'Histoire.

Éditée une première fois à Londres en 1714, La Fable des Abeilles, vices privés, bénéfices publics va lui valoir de petits ennuis avec les autorités mais elle va aussi inspirer les grands économistes à venir, de Smith à Keynes.

La ruche que décrit Mandeville est une allégorie de l'Angleterre prospère du XVIIIe siècle, ni démocratique, ni tyrannique, avec des hommes qui, tous sans exception, comportent une part de vice : luxure, cupidité, orgueil, envie...

Le résultat s'avère excellent : les bourgeois gentilshommes font vivre une activité du luxe florissante ; les voleurs remettent en circulation l'or que les bourgeois avaricieux thésaurisent de façon stérile etc. L'auteur précise toutefois que l'État doit intervenir pour que le vice ne dégénère pas en crime.
« C'est ainsi que chaque partie étant pleine de vice
Le tout était cependant un paradis. »

Mais ne voilà-t-il pas que, dans la ruche, des ligues de vertu en appellent à Jupiter ! Celui-ci, plein de bienveillance, éradique le vice. Qu'advient-il alors ? Chacun économise sagement, les riches s'abstiennent de tout luxe et au final, la ruche sombre dans la misère !
« Ainsi on constate que le vice est bénéfique
Quand il est émondé et restreint par la justice.
Oui, si un peuple veut être grand,
Le vice est aussi nécessaire à l'État
Que la faim l'est pour le faire manger. »
 (559).

Erwin Rommel

15 novembre 1891 à Heidenheim (Allemagne) - 14 octobre 1944 à Herrlingen (Allemagne)

Biographie Erwin Rommel

Feld-maréchal allemand, très populaire en raison de ses victoires en Libye, à la tête de l'Africakorps, Erwin Rommel est soupçonné par Hitler de complicité dans l'attentat manqué du 20 juillet 1944 et sommé de se suicider...

Décès

Cixi ou Ci Xi

29 novembre 1835(Chine) - 15 novembre 1908 à Pékin (Chine)

Biographie  Cixi ou Ci Xi

Cixi, femme ambitieuse et énergique, a dirigé la Chine pendant près d'un demi-siècle, de 1861 à 1908, en tant qu'impératrice douairière (autrement dit, veuve du précédent empereur)...

Jean Gabin

17 mai 1904 à Paris - 15 novembre 1976 à Neuilly-sur-Seine

Biographie Jean Gabin

Monstre sacré du cinéma français, Jean Gabin est l'un des acteurs les plus populaires du XXe siècle avec à son actif un nombre impressionnant de films dits « classiques ». De son vrai nom Jean Alexis Moncorgé, il emprunte son nom de scène à son père, modeste tenancier de bar d'origine normande qui chante sous le nom de Joseph Gabin.

Le futur acteur effectue son service militaire à Lorient en tant que fusilier marin en 1924. Il commence de connaître le succès dix ans plus tard sous la direction  du metteur en scène Julien Duvivier (La Bandera, La Belle équipe, Pépé le Moko) puis de Jean Renoir (La Grande illusion, La Bête humaine) et Marcel Carné (Le Quai des brumes). Il est néanmoins mobilisé en septembre 1939 et affecté à Cherbourg. Refusant de tourner pour les Allemands, il émigre aux États-Unis après une fuite par l’Espagne en février 1941.

Après quelques tournages à Hollywood, Jean Gabin finit par s’engager dans les forces navales françaises libres en avril 1943 et gagne Casablanca. Il est affecté à la 2e DB où il sert en tant que chef de char (Souffleur II) au régiment blindé de fusiliers-marins et ira jusqu’à Berchtesgaden après avoir participé aux combats de Royan et de la campagne d’Allemagne. Décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, c'est avec les cheveux prématurément blanchis qu'il retrouve le chemin des studios. Il va dès lors échanger les rôles d'ouvrier gouailleur contre ceux de notable, patriarche bourru ou chef de bande, sous la direction de Claude Autant-Lara (La Traversée de Paris, avec Louis de Funès et Bourvil) ou encore Henri Verneuil (Le Président, Un Singe en hiver, Le Clan des Siciliens), avec souvent Michel Audiard pour dialoguiste.

Ayant conservé toute sa vie des relations étroites avec la Marine nationale, l’une de ses dernières volontés est accordée par le président de la République : le 19 novembre 1976, les honneurs militaires lui sont rendus à bord de l’aviso Détroyat et ses cendres sont répandues au large de Brest (217).

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net