ça s'est passé un... - 11 mars - Herodote.net

ça s'est passé un...

11 mars

Événements

11 mars 843 : Fin de la « querelle des images »

Le 11 mars 843, Théodora, régente de l'empire byzantin, met un terme à la « querelle des images » en instituant solennellement une fête des images dans la basilique Sainte-Sophie, à Constantinople. Ce jour est encore fêté avec éclat tous les premiers dimanches de Carême. C'est la « Fête du Triomphe de l'orthodoxie ».



11 mars 1649 : La Fronde contre le Roi

Le 11 mars 1649, à Rueil, Anne d'Autriche et Mazarin concluent la paix avec le président du Parlement de Paris Mathieu Molé. C'est la fin de la Fronde parlementaire. Les magistrats renoncent à limiter en France le pouvoir royal. Les Princes et les grands seigneurs s'y essaient à leur tour mais sans plus de succès.

Les uns et les autres, représentants des classes privilégiées, ont été poussés à la révolte par l'augmentation des impôts et le besoin pour l'État d'accroître ses recettes fiscales. Les mêmes causes allaient conduire 150 ans plus tard à la Révolution...

Suite de l'article

11 mars 1793 : Soulèvement des Vendéens et massacre de Machecoul

Le dimanche 10 mars 1793, l'assemblée de la Convention recourt à la levée en masse autoritaire de 300 000 hommes dans tout le pays, pour suppléer aux insuffisances des engagements volontaires après sa proclamation du 24 février précédent sur la « patrie en danger ». La levée en masse entraîne dès le lendemain le soulèvement des paysans vendéens qui, jusque-là indifférents à l'agitation parisienne, ne supportent pas qu'on leur demande de verser leur sang pour une cause qu'ils exècrent.

Le 11 mars 1793, à Machecoul, en Loire-Inférieure (aujourd'hui Loire-Atlantique), des paysans exaspérés par la conscription militaire massacrent plusieurs gardes nationaux ainsi que quelques bourgeois, connus pour leurs sympathies républicaines, et le curé assermenté (il a approuvé la Constitution civile du clergé). C'est le début des guerres de Vendée...

Suite de l'article

11 mars 1882 : « Qu'est-ce qu'une nation ?  »

Le 11 mars 1882, à la Sorbonne, l'historien Ernest Renan, au faîte de sa gloire, prononce une conférence appelée à un grand retentissement : « Qu'est-ce qu'une nation ? ». Prenant le contrepied des romantiques allemands, devenus les ennemis de la France par la guerre franco-prussienne de 1870, il rejette toute définition culturelle ou raciale de la nation. À ses yeux, celle-ci naît de l'héritage historique et de la volonté de vivre ensemble.



11 mars 1917 : Les Britanniques entrent à Bagdad

Le 11 mars 1917, les troupes britanniques entrent pour la première fois dans Bagdad et en chassent les Turcs après de difficiles combats dans l'ancienne Mésopotamie...

Suite de l'article

11 mars 1920 : Fayçal roi de « Grande Syrie »

Le 11 mars 1920, l'émir Fayçal, fils du chérif Hussein, gardien des Lieux Saints de La Mecque et ami de « Lawrence d'Arabie » se fait élire roi de « Grande Syrie » à Damas, après que les Anglais en ont chassé les Turcs. Mais les Français, au nom d'une longue tradition de protection des chrétiens orientaux, revendiquent et obtiennent de la Société des Nations (SDN) un mandat sur le Liban ainsi que sur la Syrie. Le général Gouraud chasse aussitôt Fayçal de Damas. Les Anglais offrent à celui-ci le trône d'Irak en lot de consolation.



11 mars 1932 : Premières allocations familiales en France

Confrontée à une grave crise de dénatalité, la France, après la Première Guerre mondiale, ébauche une politique de soutien aux familles avec enfants. À partir de 1919, l'État et quelques entreprises proposent des suppléments salariaux à leurs salariés chargés de famille. Mais cette politique a un effet pervers en dissuadant l'embauche de pères de famille... Quelques entreprises pionnières surmontent cet inconvénient en créant des caisses de compensation financées par l'ensemble des salariés.

La loi du 11 mars 1932, entrée en application le 14 juin suivant, généralise ce système en rendant obligatoire l'adhésion des entreprises à une caisse de compensation. C'est l'amorce d'une politique familiale qui permettra à la France de retrouver une nouvelle jeunesse dans la décennie suivante.



11 mars 1963 : Dernière exécution politique en France

Le 11 mars 1963, le lieutenant-colonel Jean Bastien-Thiry est passé par les armes au fort d'Ivry. Il s'agit de la dernière exécution politique, en France, à ce jour...

Suite de l'article

11 mars 1985 : Gorbatchev à la tête de l'URSS

Le 11 mars 1985, Mikhail Gorbatchev devient à 54 ans secrétaire général du parti communiste de l'Union Soviétique. Il ne sait pas encore qu'il sera le dernier à porter ce titre mais il porte déjà en lui la volonté de réformer un régime paralysé...

Suite de l'article

11 mars 2004 : attentat à la gare d'Atocha (Madrid)

Le matin du 11 mars 2004, plusieurs bombes explosent dans des trains de banlieue en voie d'entrer dans la gare d'Atocha, au cœur de Madrid. Elles causent la mort de 191 personnes et en blessent près de deux mille.

Le drame, que les Espagnols désignent sous l'acronyme 11-M, survient très exactement trente mois après les attentats du World Trade Center et du Pentagone... et trois jours avant les élections générales en Espagne.

Très embarrassé du fait de son engagement dans la coalition contre l'Irak aux côtés de George Bush Jr et Bill Clinton, le gouvernement de droite du Président du Conseil José Maria Aznar (Parti Populaire) attribue dans un premier temps la responsabilité du crime aux terroristes basques de l'ETA, bien que ceux-ci n'aient jamais auparavant pratiqué d'attentat de masse et s'en soient tenus à des attentats ciblés.

La vérité ne tarde pas à éclater. Elle va conduire à la mise en jugement en 2007 de 29 terroristes islamistes en lien avec al-Qaida, dont une moitié de Marocains. Accessoirement, elle va détourner aussi les électeurs espagnols du Parti Populaire et donner le 14 mars une large victoire aux socialistes du PSOE guidés par José Luis Zapatero.



11 mars 2011 : Séisme de Sendai et accident nucléaire de Fukushima

Le 11 mars 2011, à 14h26, un tremblement de terre d'une magnitude 9 sur l'échelle de Richter (la plus forte amplitude servant de mesure) a lieu au large de Sendai, au nord-est de l'île de Honshu (Japon). Elle provoque des dégâts considérables et fait plusieurs milliers de victimes dans la préfecture de Fukushima. La catastrophe est amplifiée par un impressionnant tsunami qui balaye les côtes 10 minutes seulement après les premières secousses, endommageant gravement plusieurs villes comme Ishinomaki, Natori ou encore Okuma.

Dans cette ville, le risque nucléaire s'ajoute à la désolation car la centrale atomique, construite au bord de la mer, est balayée par le raz-de-marée qui met hors circuit les circuits de refroidissements de plusieurs réacteurs. Des fuites radioactives sont constatées et un nuage se propage dans l'atmosphère, provoquant un début de panique dans la population.

Cette double catastrophe, qui associe la Nature et l'Homme, est sans doute la plus grave qu'ait jamais connue le Japon, justifiant une intervention exceptionnelle de l'empereur Akihito dans les médias dès le mercredi 16 mars 2011. Le Premier ministre Naoto Kan et son administration se voient reprocher l'opacité de l'information et la lenteur de leurs réactions cependant que les responsables de Tokyo Electric Power Company (Tepco), l'exploitant de la centrale, se voient accusés de coupables négligences.

Le bilan immédiat du tsunami s'est soldé par 18 000 victimes dans la région de Tōhoku, mais à ce bilan s'ajoutent d'année en année plusieurs milliers de cancers induits par les radiations. Pas moins de 340 000 ont dû être déplacées dont 160 000 du fait des radiations qui ont affecté une surface d'environ 30 000 km2 (l'équivalent de la Belgique).



C'est sa fête : Rosine

Rosine est une sainte tout à fait légendaire, dont le culte a été célébré avec ferveur à Wengligen, une petite ville de Bavière, près d'Augsbourg.

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès