Citations et Mots d'Histoire

Apogée de l'Europe

Ernest Renan    (1823 - 1892)

« Je suis le premier à reconnaître que la race sémitique, comparée à la race indo-européenne, représente réellement une combinaison inférieure de la nature humaine »

Ernest Renan, issu d'une famille traditionnelle de Bretagne, perd la foi en suivant les cours du séminaire de Saint-Sulpice, à Paris. Poursuivant des études de philosophie et de lettres, il élabore un système de pensée positiviste qu'il expose dans L'avenir de la science (1848) et dans son Histoire générale et système comparé des langues sémitiques (1855). C'est de ce dernier ouvrage qu'est extraite la citation ci-dessus. Elle témoigne de la personnalité complexe et ambigüe du philosophe, ainsi que le souligne l'historien Pierre Birnbaum (*). Renan fait scandale en 1862 avec sa leçon inaugurale au Collège de France, au cours de laquelle il présente Jésus comme simplement un «homme incomparable».Il publie ensuite plusieurs ouvrages d'histoire religieuse qui lui valent une renommée sulfureuse, notamment une Vie de Jésus (1863).


« L'oubli, et je dirai même l'erreur historique sont un facteur essentiel de la création d'une nation, et c'est ainsi que le progrès des études historiques est souvent pour la nationalité un danger... »
Source : conférence prononcée le 11 mars 1882 à la Sorbonne, à Paris

Affecté par la défaite de 1870, Ernest Renan se rallie en 1877 à la IIIe République dont il devient avec Victor Hugo l'une des gloires tutélaires. Il se fait le chantre d'une France idéale et quelque peu irréelle, débarrassée de ses doutes et de ses conflits. Il dénonce la vision qui a cours en Allemagne d'une nation fondée sur les liens du sang et de la langue. Lui-même présente la nation comme un «plébiscite de tous les jours» fondé sur le «culte des ancêtres», «la possession en commun d'un riche legs de souvenirs» et «la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis». Les Français de son époque pouvaient se reconnaître dans cette définition. Ernest Renan (1823-1892)Encensé par la gauche républicaine et laïque, Renan participe par son oeuvre intellectuelle à la poussée nationaliste qui a conduit l'Europe à la tragédie de la Grande Guerre de 1914-1918. Ernest Renan publie sur la fin de sa vie des réflexions sur sa jeunesse (Souvenirs d'enfance et de jeunesse, 1883). Sa personnalité originale combine une sensibilité de poète avec une rigueur de positiviste et un humour de philosophe.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net