Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Moustafa Kémal (1881 - 1938)

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Moustafa Kémal (1881 - 1938)

Le « Père des Turcs »


On le connaît sous le nom de Moustafa Kémal mais ses concitoyens l'appellent plus volontiers Atatürk (le « Père des Turcs »), le patronyme qui lui a été attribué en 1934, assorti du prénom Kémal.

La Turquie, il est vrai, lui doit beaucoup. Menacée de dépeçage suite à sa défaite dans la Grande Guerre de 1914-1918, lorsqu'elle s'appelait encore empire ottoman, elle fut sauvée par cet homme d'exception que fut Moustafa Kémal (Mustapha Kemal en anglais). 

D'une énergie peu commune, noceur, grand buveur, indifférent à la religion et notoirement athée, ce stratège de talent s'est montré très vite animé par l'ambition de bâtir une nation turque foncièrement homogène sur les ruines de l'empire multiculturel ottoman.

Mort d'un empire

Né le 19 mai 1881 à Thessalonique (aujourd'hui en Grèce), dans une famille d'origine albanaise, Moustafa décide très tôt d'entrer dans une école militaire. Selon une pratique assez fréquente, semble-t-il, il est surnommé Kémal (le « Parfait » en turc) par l'un de ses répétiteurs et s'attachera toute sa vie à ce prénom.

Moustafa Kémal (ou Mustafa Kemal ou Kémal Ataturk)  (Thessalonique 1881-Istanbul 1938) Officier d'état-major dans l'armée du sultan, il se tient à l'écart de la révolution nationaliste des « Jeunes-Turcs », en 1908, considérant les velléités pantouranistes de leur chef Enver Pacha comme de dangereuses chimères (le pantouranisme prône l'union de tous les peuples turcophones de la Chine au Bosphore).

Pendant la Grande Guerre, il s'illustre en 1915 dans la contre-offensive germano-turque qui fait échouer un débarquement franco-anglais dans le détroit des Dardanelles, près d'Istamboul, capitale de l'empire ottoman.

Sa victoire d'Anafarta, en août 1915, lui vaut la gloire mais aussi une mise à l'écart par les « Jeunes-Turcs » qui craignent pour leur pouvoir.

Peu après l'armistice de Moudros du 30 octobre 1918, Moustafa Kémal entre en dissidence et organise la résistance pour prévenir le démembrement de la Turquie programmé par le traité de Sèvres.

Il puise son inspiration dans l'action de Lénine, qu'il admire comme Mussolini, un autre nationaliste farouche qui eut à coeur de laver les affronts subis par son peuple à la fin de la Grande Guerre.

D'une énergie peu commune, noceur, grand buveur, indifférent à la religion et notoirement athée, ce stratège de talent se montre très vite animé par l'ambition de bâtir une nation turque foncièrement homogène sur les ruines de l'empire multiculturel ottoman.

Sa victoire décisive sur les envahisseurs grecs en 1921 lui vaut de recevoir de la nouvelle Assemblée nationale le titre de Ghazi (le « Victorieux » en arabe), ordinairement réservé aux plus illustres combattants de la foi islamique.

Naissance d'une nation

Après le traité de Lausanne qui redessine en 1923 les frontières de la Turquie, Moustafa Kémal se consacre à la modernisation à marche forcée de son pays. Il ne craint pas d'abolir le califat, symbole de l'universalisme musulman.

Fort de son charisme, de ses victoires et d'une autorité quasi-illimitée, il installe la capitale à Ankara, au coeur de l'Anatolie, supprime par voie d'autorité tous les symboles du passé ottoman, multiculturel et islamique, inscrit la laïcité dans la Constitution... et développe une idéologie ultranationaliste fondée sur la race.

Moustafa Kémal s'est marié civilement en 1923 avec une jeune femme de la bourgeoisie, Latifé, mais le couple a divorcé dix-huit mois plus tard sans avoir eu d'enfant. Plus tard, dans une intention purement politique, le Ghazi a adopté pas moins de huit jeunes femmes adultes, reflets de la diversité turque.

Il meurt en pleine gloire, à 57 ans, victime d'une cirrhose du foie, rançon de son goût avéré pour les nuits d'orgies très arrosées au raki (l'alcool national turc). Son mausolée, à Ankara, et son oeuvre immense, au service du nationalisme turc, sont gardés avec vigilance par l'armée.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2015-08-18 11:15:42

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir les 10 commentaires sur cet article

Diogene (23-08-201519:12:22)

décidément les messages volent avant mes ordres!
j'ignore quand mon commentaire est "parti"..J'attends donc qu'il soit édité pur le compléter!

Diogene (23-08-201519:10:03)

J'ajoute que je crois que KA était un génial dicta

Diogene (23-08-201519:10:03)

J'ajoute que je crois que KA était un génial dicta

Diogene (23-08-201519:10:03)

J'ajoute que je crois que KA était un génial dicta

Diogene (23-08-201513:16:56)

La question est non pas si Un homme Seul peut....mais QUI l'a aidé et qui a préféré céder plutôt que de tenir parole aux Grecs et aux Kurdes.
Qu'un Homme galvaznise la fpoule des crétins est une chose connue depuis la plus ahute antiquité! mais, au delà des Supporters enthousiastes il a toujours de solides biscuits pour la route...
Hitler sans l'anti-bolchévisme paranoïaque (et justifié!) de l'Ouest et l'aide des réseaux patronaux bancaires et politiques des mêmes, ne serait pas a... Lire la suite

Diogene (22-08-201509:48:07)

Je repose ma question: KA n'a pas pu agir SEUL....La complice duplicité des Occidentaux a joué pour lui après les décisions hâtives de Sèvres.....! Tout cela n'est JAMAIS expliqué bien entendu par l'Histoire Officielle qui se contente de signaler que Sèvres ne fut pas "suivi d'effets"....sic/
J'attendrai de "Hérodote" qu'il nous livre quelques informations plus compétentes à ce propos...


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Deux capitales sont officiellement nées un 21 avril. Lesquelles ?

Réponse
Publicité