Alexandre de Rhodes (1591 - 1660)

Le missionnaire qui a fondé la nation vietnamienne

Portrait d'Alexandre de Rhodes (1591-1660).Natif d’Avignon et néanmoins inconnu de la plupart de ses compatriotes, le prêtre Alexandre de Rhodes n’est pas seulement l’un de ces infatigables missionnaires jésuites qui ont parcouru le monde sur les pas de saint François-Xavier.

Il est surtout le linguiste et pédagogue qui a romanisé la langue vietnamienne et donné à terme une langue nationale au Vietnam : le quốc ngữ. En effet, cas unique en Extrême-Orient, le vietnamien s'écrit en caractères romains et non en idéogrammes. Les Vietnamiens se sont appropriés cette écriture qui leur a permis d’abandonner les caractères chinois et de marquer ainsi leur indépendance linguistique face au géant voisin.

Depuis la décolonisation, à Hô Chi Minh-Ville (ex-Saigon), parmi les rares rues du centre-ville qui portent encore un nom français, ce n'est donc pas un hasard si figure la rue Alexandre de Rhodes qui croise d’ailleurs la rue Pasteur. 

Enfin, on doit aussi au missionnaire jésuite d’avoir jeté la base de la Société des Missions Étrangères, fondée à Paris en 1663 et qui recruta et forma des prêtres destinés à l'évangélisation des pays extra-européens. Elle se trouve encore aujourd’hui rue du Bac.

Vue du séminaire des Missions étrangères de Paris, rue du Bac

Matthias Mauvais

Les origines et les débuts d’Alexandre de Rhodes

Le futur missionnaire est né à Avignon vers 1591 dans une famille de négociants en soie originaire du village de Calatayud, en Aragon. Ses aïeux étaient des marranes, autrement dit des juifs espagnols convertis au catholicisme mais qui continuaient de pratiquer leur religion en secret. Ils avaient fui l’Inquisition (dico) au XVe siècle pour se réfugier à Avignon, alors sous la souveraineté du pape, lequel, à la différence de nombreux souverains européens, se montrait bienveillant à l'égard de ses juifs.

Le père d'Alexandre choisit de modifier son patronyme de Rueda, qui signifie « rouelle » (petit disque rouge que les juifs devaient porter sur leurs vêtements à partir du XIIIe siècle) en Rode, puis finalement en de Rhodes... Il n’y a donc aucun lien entre le nom d'Alexandre et l'île grecque de Rhodes.

On ne sait pas grand-chose de l’enfance d’Alexandre, cependant on le retrouve déjà à Rome en 1609, alors qu’il est à peine âgé de 18 ans. Comme tout jeune homme qui souhaite à cette époque obtenir une éducation gratuite de qualité, il intègre le noviciat jésuite en 1612 avant de faire ses études au Collège romain, l’institution mère de la pédagogie jésuite. Il entre dans la Compagnie de Jésus avec, comme il le dira dans ses écrits, le désir de se consacrer à la conversion des « infidèles ».

En ce début du XVIIe siècle, portée par la Contre-Réforme catholique, la Compagnie connaît un développement exponentiel. Entre 1579 et 1615, le nombre de ses « provinces » passe de 21 à 32, celui de ses collèges de 144 à 372 et ses effectifs de 5 165 à 13 112 prêtres. En outre, c’est peut-être dans l’année 1622 que la Compagnie atteignit le faîte de sa gloire car parmi les cinq saints canonisés cette année-là, deux étaient jésuites : Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie, et François Xavier, son premier missionnaire.

Tout au long du XVIIe siècle, la Compagnie de Jésus va fournir les professeurs des élites de toute l’Europe catholique, mais également les confesseurs des princes, les prédicateurs des cours royales et pontificales. Ses membres sont reconnus pour leurs aptitudes pédagogiques et pour leur érudition tant dans le domaine des sciences que de la littérature. 

Crypte des Martyrs de la chapelle des Missions étrangères de Paris. Détail d'un tribunal.À côté de l'enseignement, qui fait encore aujourd’hui sa renommée, la Compagnie se consacre de plus en plus à la mission religieuse. Dès les années 1620, sur un total de 15 500 prêtres jésuites, environ 2000 sont envoyés en mission hors d’Europe, à destination de l’Asie (en Chine, au Japon, au Vietnam et aux Indes), mais aussi de l’Afrique et du Moyen-Orient (à Alexandrie, à Constantinople, en Syrie, au Liban, en Macédoine, en Perse et en Arménie), enfin et surtout à destination des Amériques (au Brésil, au Paraguay, au Chili ou encore au Mexique).

Avant d’être envoyé en mission, Alexandre de Rhodes doit lui-même étudier la théologie et la philosophie mais aussi les langues anciennes (latin, grec et hébreu) et modernes comme l’italien ou le portugais. On sait en outre que l’étude des mathématiques fut sa principale occupation durant les six mois qui précédèrent son départ. Pressent-il alors qu’il va devenir l’un des missionnaires jésuites les plus brillants de son ordre ?

Façade de l'église Saint-Paul de Macao datant de 1602, la plus importante église d'Asie à cette époque.

De Goa à Macao, la découverte de l’Extrême-Orient et de ses langues

En 1618, le jeune homme reçoit l’ordination et après avoir sollicité longtemps la mission des Indes auprès du supérieur général de la Compagnie, l’année suivante il reçoit la bénédiction du pape Paul V et se rend à Lisbonne. Sur le chemin, il s’arrête en Avignon pour visiter sa famille et leur dire adieu « avec, dit-il, une ferme créance que nous ne nous verrions plus en terre » (Sommaire des Voyages et Missions du P. de Rhodes, Paris, 1653).

Lisbonne est le port par lequel, sur tout le XVIIe siècle, 1057 jésuites s’embarquèrent à destination des terres portugaises de l’Asie. Ainsi, le Sainte Thérèse qui « sembloit estre un Monastere flottant », transporte Alexandre et d’autres jésuites pour un voyage périlleux de six mois afin de rejoindre les jésuites de Goa, en Inde.

Goa, sur la côte occidentale, est depuis un siècle déjà la capitale de l’Estado da India portugais. Dotée de l’un des plus grands et prestigieux collèges hors du continent européen, elle est le centre intellectuel jésuite de la région. L’ordre religieux y est en effet installé depuis la première mission de François-Xavier en 1542. Il y compte 230 à 300 religieux. De Goa, les missionnaires partent vers Salsette, Diu, Damian et la cour de l’empire moghol où ils arrivent à s’implanter et convertir un petit nombre de locaux.

Cathédrale sainte Catherine (dite Sé) à Goa, achevée en 1619

Rhodes resta trois années à Goa, ce qui lui laissa le temps d’apprendre la langue locale, le konkani, mais aussi de commencer son œuvre de conversion notamment auprès des nombreux orphelins de la région.

En 1622, il part enfin pour le comptoir portugais de Macao, en Chine, qu’il atteint au mois de mai 1623.

Ce comptoir jouait à cette époque un rôle central dans la propagation du catholicisme en Asie, et pour cause : il abritait le collège jésuite Saint-Paul de Macao depuis la fin du XVIe siècle, haut lieu de formation de missionnaires pour la Chine et le Japon, et qui eut une grande influence sur l’ouverture des jésuites aux langues et cultures de l’Orient.

À Macao, Alexandre attend en vain son envoi pour la mission du Japon, qui est son projet de départ. Mais ses supérieurs la lui refusent car jugée trop périlleuse. Depuis 1614, en effet, les chrétiens y étaient de plus en plus persécutés, et les missionnaires européens en furent finalement expulsés. La plupart d’entre eux, avec leurs jeunes catéchistes, se refugièrent à Macao. La Compagnie de Jésus renonça dès lors à toute mission dans l’archipel.

À défaut, Alexandre de Rhodes rejoignit la mission de Cochinchine, au sud du Vietnam. Depuis 1600, le pays était divisé en deux parties politiquement distinctes avec les Trinh du Tonkin au nord, et les Nguyen de Cochinchine au sud.

Dans les missions de Cochinchine et du Tonkin

En 1624, accompagné par cinq autres jésuites, il rejoint l’une des missions au sud de Tourane (aujourd'hui Đà Nẵng), un grand centre économique du pays qui commerce avec le Japon et le Portugal.

La mission avait été fondée neuf ans plus tôt par le père napolitain François Buzomi et le père portugais Diogo Carvalho ; ces derniers ont réussi à nouer de bons contacts avec le roi Nguyễn Phúc Nguyên. Celui-ci ne s’intéresse guère aux choses religieuses, l’essentiel étant pour lui de maintenir de bonnes relations avec les Portugais dont il apprécie le commerce.

Dictionnaire vietnamien, portugais et latin publié en 1651, Lisbonne, Bibliothèque national du Portugal.Passionné par les langues, le Jésuite avignonnais est frappé par les intonations complexes de l’annamite qu’il trouve semblable au « gazouillement des oiseaux ». Très vite, il apprend la langue locale sous la direction du jésuite portugais Francisco de Pina, premier Européen à l’avoir maîtrisée, et six mois plus tard, il commence à prêcher en vietnamien.

Deux années passent et en 1626, sur l’ordre de son supérieur, Alexandre doit regagner Macao pour préparer sa nouvelle mission au Tonkin. Ainsi, en mars 1627, il débarque avec un groupe de marchands portugais à Cua-Bang, dans la province actuelle de Thanh-Hoa (Hanoï).

Quatre mois plus tard, avec l’autorisation du chua (gouverneur) Trịnh Tráng, il arrive enfin dans la capitale du Tonkin, accompagné de son confrère Pedro Marques, un jésuite né d’un père portugais et d’une mère japonaise.

Le souverain accueille Alexandre avec bonté et non content de lui permettre d’annoncer l’Évangile, il lui fait bâtir une maison commode et une église. En échange, le roi reçoit plusieurs cadeaux dont une horloge à sablier et un livre d'Euclide sur la sphère. Ces dons étaient une pratique courante chez les missionnaires jésuites soucieux de s’attirer les bonnes grâces des souverains.

Carte de l'Annam par de Rhodes indiquant la Cocincina (à gauche, i.e. au sud) et le Tvnkin (à droite, i.e. au nord), 1651.

Pendant trois ans, le missionnaire prêche, convertit et baptise sans cesse. Voici ce qu’il nous dit sur son quotidien : « je preschois tous les jours au moins quatre fois, et le plus souvent jusqu’à six. Le concours estoit incroyable, et les jours estoient trop courts pour recevoir les catéchumènes ou confesser les nouveaux chrétiens. J’y passois souvent les nuits entières. Je baptisai dans la première année plus de douze cents personnes, et les années suivantes le nombre en fut encore plus grand. ».

Alexandre donne même le baptême à la sœur du roi ainsi qu’à dix-sept de ses proches parents, « le roi même estoit ébranlé. »

Mais en 1630, le vent tourne. Le roi, qui avait été jusque-là, le protecteur déclaré des missionnaires, change tout à coup à leur égard. En effet, des mandarins jaloux l’ont persuadé que l’essor de la foi catholique représentait une menace pour son pouvoir. Celui-ci, redoutant que soit détruite son autorité basée sur le confucianisme, lance un édit foudroyant contre les chrétiens.

Alexandre est placé en résidence surveillée avant d’être condamné à l’exil. Avec Pedro Marquès et deux autres missionnaires, il regagne alors Macao où il fonde un centre de catéchistes. Il enseigne également la philosophie et la théologie au collège Saint-Paul de Macao à de jeunes autochtones qui pour la plupart allaient devenir les premiers prêtres catholiques vietnamiens.

Alexandre de Rhodes, le père du quốc ngữ ?

Le père de Rhodes va profiter de cette retraite forcée, entre 1630 et 1640, pour se concentrer sur son travail de lexicographie concernant la langue vietnamienne. Au cours de ces dix années, il rédige quatre ouvrages afin de rendre compte de son expérience au Vietnam, dont Histoire du Tonkin et Divers voyages, deux textes très précieux pour l’histoire du Vietnam au XVIIe siècle.

Par ailleurs, ses deux autres ouvrages constituent une révolution linguistique. En effet, il élabore un dictionnaire trilingue vietnamien-portugais-latin auquel il intègre à la fin une grammaire vietnamienne, le tout conçu dans la perspective de développer un outil d'évangélisation efficace et adapté. Ce Dictionarium Annamiticum Lusitanum et Latinum sera édité à Rome en 1651 par la Congrégation pour l'évangélisation des peuples - congrégation de la Curie romaine qui était chargée des œuvres missionnaires de l’Église.

Catéchisme à l'usage des chrétiens vietnamiens, XVIIe sièclePuis il rédige un catéchisme bilingue vietnamien-latin. C’est le premier ouvrage catholique qui emploie l’alphabet latin et les signes diacritiques pour représenter les accents toniques de la langue vietnamienne. L’idée consiste à transcrire en caractères romains l'équivalent phonétique des idéogrammes monosyllabiques du vietnamien, tout en employant un système d'accentuation complexe qui transcrit les subtiles modulations phoniques, un même mot ayant plusieurs significations en fonction du ton grave, aigu, neutre, etc.

Cette pratique était alors courante au sein de la mission jésuite locale mais c’est Alexandre de Rhodes qui la perfectionne et la diffuse à travers ses ouvrages.

Bien plus tard, au XIXe siècle, les Vietnamiens en useront pour concevoir une nouvelle langue nationale, le quốc ngữ, qui finira par supplanter à la fois le chinois classique mais aussi le chữ nôm – un système d’écriture hybride utilisant les sinogrammes pour représenter les différentes sonorités de la langue vietnamienne.

Le quốc ngữ est d’abord considéré avec méfiance par le peuple, d’autant qu’il est d’abord cantonné dans les mileux catholiques. Mais il est ensuite repris, adapté et diffusé par les nationalistes du début du XXe siècle, soucieux de marquer leur identité face au colonisateur français et aussi de se démarquer du grand voisin chinois. Au moment de l’indépendance en 1954, il devient l’écriture officielle du Vietnam.

Pour cette raison, à Hô Chi Minh-Ville (ex-Saigon), parmi les rares rues du centre-ville qui portent encore un nom français, figure une rue Alexandre de Rhodes !

Si Alexandre de Rhodes est aujourd’hui connu pour avoir grandement participé au développement du quốc ngữ, il ne faut pas non plus oublier que sa méthode se fondait sur le travail acharné des missionnaires chrétiens (portugais, français, espagnols et italiens) qui le précédèrent au Vietnam, et notamment sur les travaux de Francisco de Pina et de Gaspar do Amaral.

Dernières missions et bannissement de la Cochinchine

À partir de 1640, c’est en tant que supérieur des missions qu’Alexandre de Rhodes retourne en Cochinchine d’où tous les missionnaires ont été chassés par un édit royal en 1639. Les autorités vietnamiennes sont alors de plus en plus mécontentes de la présence portugaise et de la multiplication des conversions chez les mandarins et les femmes de la famille régnante.

Ainsi notre Jésuite avignonnais s’oblige-t-il à travailler dans la clandestinité, en essayant de garder contact avec les communautés catholiques locales. On le retrouve par exemple, entre janvier 1642 et juillet 1643, parcourant environ 1000 kilomètres pour visiter discrètement les chrétiens depuis le Quang-Binh jusqu’au Phu-Yên.

Martyr d'André de Phu Yên sous les yeux d'Alexandre de Rhodes.Il doit plusieurs fois interrompre sa mission sous la pression de son ordre et effectue une série d’allers-retours entre la Cochinchine et Macao jusqu’au mois de juin 1645 où il est finalement arrêté à la frontière du Tonkin, et condamné à mort.

Grâce à l’intercession de la tante du roi qui avait été baptisée sous le nom de Marie, sa peine est commuée en bannissement perpétuel. Ainsi, après une période de cinq ans, marquée par une persécution intense mais qui ne l’empêcha pas de baptiser, dit-on, plus de 3400 personnes, Alexandre de Rhodes quitte définitivement la Cochinchine.

Il emporte avec lui la tête du premier martyr de Cochinchine, le jeune catéchiste André de Phú Yên, qui fut décapité sous ses yeux à l’âge de 19 ans. Ce dernier sera béatifié en 2000 par le pape Jean-Paul II.

Le retour en Europe et le lancement des Missions Étrangères de Paris

En décembre 1645, Rhodes se sent vieillir et décide de revenir en Europe. Il veut demander au Saint-Siège une augmentation des effectifs missionnaires pour achever la conversion des royaumes que son zèle venait d’ouvrir à l’Évangile. Son retour à Rome se fait en compagnie de Zheng Weixin (1633-1673), un natif de Macao baptisé sous le nom de Manuel de Siqueira, qui sera par la suite le premier Chinois à être ordonné prêtre et à rejoindre la Compagnie de Jésus.

Néanmoins, ce voyage ne se fait pas sans embuches. Rhodes et Zheng sont capturés et emprisonnés pendant trois mois par les Hollandais qui les laissent finalement reprendre le cours de leur navigation vers Surate (ouest de l’Inde) où ils débarquent le 3 septembre 1647. De là, ils repartent sur un navire anglais qui les emmène vers Ormuz. Le voyage est interrompu et c’est à pied qu’ils rejoignent l’Europe en passant par la Perse, l’Arménie et la Turquie. Enfin, trois ans et demi après leur départ de Macao, les deux compagnons de voyage arrivent à Rome en juin 1649.

À peine arrivé, Alexandre demande au souverain pontife des évêques et des prêtres pour ses missions de l’Asie. Innocent X l’encourage dans son projet et lui propose même de le nommer évêque ce qu’Alexandre refuse. Ce dernier s’efforce alors de trouver les personnes et les fonds nécessaires pour son projet d’épiscopat vietnamien, indispensable, selon lui, à l’implantation durable du christianisme en Cochinchine.

Car, pour lui et beaucoup d’autres, le développement d’un clergé indigène est seul capable d’assurer la survie des communautés chrétiennes, qui pourraient être anéanties comme ce fut le cas au Japon 25 ans auparavant. En effet, lors des périodes des persécutions, le clergé indigène pouvait se dissimuler plus facilement en attendant des jours plus propices.

Ainsi parcourt-il le Piémont et la Suisse à la recherche d’évêques, sans en trouver, avant de rejoindre Paris en janvier 1653 où il entre en relation avec la pieuse association des Bons Amis dirigée par le père Jean Bagot. Ce jésuite avait été le confesseur du roi Louis XIV, et donc, comme on peut l’imaginer, une figure importante du clergé parisien.

L’association des Bons Amis se compose de jeunes étudiants en théologie à qui Alexandre de Rhodes expose les besoins des missions et les désirs du pape. Beaucoup d’entre eux sont convaincus par la plaidoirie et le charisme d’Alexandre, et se disent prêts à partir.

Si Alexandre de Rhodes arrive à faire naître des vocations apostoliques et un enthousiasme pour les missions aux quatre coins de Paris et de la France entière, il lui reste à trouver les ressources nécessaires pour soutenir ce projet. C’est alors que la duchesse d’Aiguillon, nièce de Richelieu, promet une rente pour l’entretien de deux ou trois évêques.

Le nouveau pape Alexandre VII accepte alors d'envoyer en Asie trois évêques français volontaires, avec le rang de vicaire apostolique, c’est-à-dire sans diocèse mais dépendant directement du pape. Il leur reviendra de créer un clergé autochtone capable de s'adapter aux mœurs et coutumes du pays.

Alexandre de Rhodes, malgré son âge avancé, ouvre une nouvelle mission dans un royaume qu’il avait traversé en revenant en Europe : la Perse. Il quitte Paris en août 1654 et s’embarque à Marseille le 16 novembre en direction de la mission jésuite d’Ispahan dont il devient le supérieur.

Et c’est après quatre années de travaux, à l’âge de 69 ans, qu’usé par les voyages, il meurt en novembre 1660. Le corps du vieux missionnaire jésuite qui voyagea tant à travers le monde est finalement inhumé dans un cimetière de la communauté chrétienne arménienne, à Ispahan.

Pendant ce temps-là à Paris, ses efforts ont porté leurs fruits et trois ans plus tard, en 1663, le séminaire de la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP) reçoit l’autorisation de s'établir à Paris rue du Bac, avec l’objectif de recruter et former des missionnaires pour le monde entier.

Les Jésuites et la linguistique

Dans ses Constitutions, Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, souligna l’importance de l’expertise linguistique pour les membres de la Compagnie de Jésus voués à l’enseignement et aux missions. L’enseignement des langues était inscrit dans le programme d’études pour les novices et les futurs membres dont la vocation était de convertir, prêcher et confesser.
Ainsi, les jésuites qui s’installent au XVIe siècle, en Inde, au Japon, en Chine, au Brésil et en Amérique, en Afrique et au Canada, procèdent partout d’une manière uniforme, en commençant avec l’aide d’informateurs locaux, par un apprentissage de la langue dominante et éventuellement de la langue plus prestigieuse dans la région (ou même la langue « sacrée », comme le sanskrit en Inde). Ils composent ensuite des petits catéchismes avec les prières de base (Pater Noster, Ave Maria, Décalogue), précédées d’un abécédaire avec une première description rudimentaire de la langue qui est le « réceptacle » du message chrétien. Suivent les premiers dictionnaires, grammaires, catéchismes plus développés, ainsi que des manuels de confession et des vies de saints.

Bibliographie

FOREST (Alain). Les Missionnaires français au Tonkin et au Siam, XVIIe-XVIIIe siècle. Paris, L’Harmattan, 1998.

FABRE (Pierre Antoine) et PIERRE (Benoist). Les Jésuites. Histoire et dictionnaire. Paris, Bouquins éditions, 2022.

Publié ou mis à jour le : 2023-06-11 09:25:21
Osmane (11-06-2023 12:53:34)

Remarquable article

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net