Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
 
>> L'Asie du Sud-Est
L'Asie du Sud-Est
• 27 avril 1565 : les Philippines deviennent espagnoles
• 11 août 1863 : le Cambodge devient protectorat français
• 9 juin 1885 : le Viêt-nam devient français
• 12 juin 1898 : première indépendance des Philippines
• 4 janvier 1948 : la Birmanie accède à l'indépendance
• 4 février 1948 : Ceylan devient indépendant
• 5 mai 1950 : couronnement du roi de Thaïlande Rama IX
• 21 juillet 1954 : accords de Genève
• 30 septembre 1965 : Suharto au pouvoir en Indonésie
• 17 avril 1975 : les Khmers rouges au pouvoir
• 7 décembre 1975 : l'Indonésie envahit Timor-Est
Toute l'Histoire en un clic
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

L'Asie du Sud-Est

La nouvelle Asie


L'Asie du Sud-Est est bordée par l'océan Indien et le golfe du Bengale à l'ouest, l'océan Pacifique et la mer de Chine à l'est. Cet ensemble d'environ 4 millions de km2 et 600 millions d'habitants (2008) étire ses péninsules et ses archipels entre l'Équateur et le tropique du Cancer, entre la Chine, l'Inde et l'Océanie.

Béatrice Roman-Amat
Ve siècle

Aux premiers siècles de notre ère se constituent plusieurs « empires » indianisés dans la péninsule indochinoise : Champa, Tchen-La et Fou-Nan. La région du royaume de Champa, formé autour de Huê, au Vietnam actuel, est hindouisée aux alentours du IIIe siècle après JC.

Les royaumes de Tchen-La et Fou-Nan pratiquent également l'hindouisme. Celui de Tchen-La, peuplé de Khmers, prend forme dans le bassin du Mékong. Fou-Nan, plus éphémère (Ier-VIe siècle après JC), se trouve à l'emplacement du Cambodge actuel, où il joue un rôle d'intermédiaire dans le commerce entre la Chine et l'Inde.

L'Asie du Sud-Est (Ve au XIe siècles)

Cliquez pour agrandir
Cette série de cartes montre le bref processus (à peine plus d'un millénaire) pendant lequel l'Asie du Sud-Est s'est successivement imprégnée des cultures et religions de ses grands voisins (hindouisme, islam, christianisme, culture chinoise etc...)

VIIe siècle

Au VIIe siècle de notre ère se constitue le royaume de Srivijaya, autour du port de Palembang, au sud-est de l'île de Sumatra. Sa structure politique et sociale est profondément influencée par des idées et des croyances venues d'Inde, notamment l'hindouisme et le bouddhisme.

Srivijaya devient une étape incontournable sur les routes commerciales qui relient l'Arabie, l'Inde et la Chine. Son hégémonie s'étend rapidement à toute l'île de Sumatra, puis au sud de la péninsule malaise, ce qui lui permet de contrôler le détroit de Malacca. Aux alentours de l'an 1000, il s'étend à Bornéo et au nord de Java. Ce royaume domine le commerce maritime en Asie du sud-est pendant un demi-millénaire. Il représente un important foyer du bouddhisme du Grand Véhicule.

Parallèlement, en Indochine, le royaume de Fou-Nan disparaît sous la pression des Khmers, au VIIe siècle, et est absorbé dans le royaume de Tchen-La.

XIe siècle

En 1025, Srivijaya est affecté par une attaque des Chola d'Inde du sud. Le royaume entre après cela dans une phase de déclin. Il est progressivement éclipsé par les royaumes javanais.

Plus au nord, l'empire khmer prospère entre le IXe et le XVe siècle, autour de sa fameuse capitale, Angkor. Des temples dont les bas-reliefs reproduisent des scènes du Mahabharata et du Ramayana, les deux grandes épopées fondatrices de la mythologie hindoue, y sont construits, ainsi que d'autres temples dédiés au bouddhisme.

Au nord de l'actuel Vietnam, les Viêts tonkinois parviennent à s'émanciper des Chinois à la fin du Xe siècle et fondent un État indépendant. Ils conservent cependant les traditions bouddhistes et confucéennes apportées par les Chinois. Ils repoussent les attaques chinoises et mongoles au nord tout en commençant à empiéter sur le territoire du royaume de Champa au sud.

XIVe siècle

Au XIVe siècle, le Champa est presque complètement absorbé par les Viêts bouddhistes.

Dans ce qui est aujourd'hui la Thaïlande, un prince thaï fonde la ville d'Ayuthia (au nord de Bangkok), future capitale d'un Siam rayonnant. Sa position proche de la mer favorise les ambitions d'expansion commerciale des Siamois. Ayuthia domine le royaume de Sukhotaï, à l'ouest, avant de chercher à s'étendre vers le sud et l'est. Le bouddhisme du Petit Véhicule devient la religion officielle du royaume.

En 1377, la capitale de Srivijaya tombe dans les mains des Javanais de Majapahit (hindouistes), déjà installés sur une portion importante de Sumatra. Cet épisode marque l'anéantissement définitif de cette ancienne grande puissance des mers.

Parallèlement, le nord de Sumatra, fréquenté depuis des siècles par des commerçants arabes, connaît depuis le XIIIe siècle l'influence de l'islam. Certaines petites principautés voient dans cette religion un moyen d'endiguer la puissance des hindouistes de Majapahit. Les Philippines passent à leur tour sous l'influence musulmane au XIVe siècle.

L'Asie du Sud-Est (Xe au XIe siècles)

Cliquez pour agrandir
Cette série de cartes montre le bref processus (à peine plus d'un millénaire) pendant lequel l'Asie du Sud-Est s'est successivement imprégnée des cultures et religions de ses grands voisins (hindouisme, islam, christianisme, culture chinoise etc.

XVe siècle

danseuse (photo : Gérard Grégor, pour Herodote.net, 2013) Depuis 1368, la dynastie des Ming, succédant à la dynastie mongole Yuan, règne sur la Chine. Des guerres à répétition contre les Mongols sont nécessaires pour asseoir cette nouvelle dynastie. La capitale de l'empire est transférée de Nankin à Pékin, pour des raisons de sécurité. Au XVe siècle, la Chine des Ming multiplie les contacts avec le monde extérieur, envoyant navires et ambassadeurs dans l'océan indien et jusqu'aux côtes africaines.

Dans ce qui est le Cambodge actuel, Angkor est prise par les Siamois en 1431 et abandonnée par les rois khmers au profit de Phnom Penh.

Le Siam s'étend ainsi vers l'Est au détriment des Khmers, mais souhaite aussi conquérir des territoires au sud. Il parvient à absorber le nord de la péninsule malaise mais pas à soumettre le royaume de Malacca. En revanche, en 1511, le Portugais Albuquerque parvient à s'emparer de Malacca, position stratégique où ils se maintiennent pendant un siècle.

En 1520, l'Islam s'impose dans l'archipel indonésien (à l'exception de Bali, qui demeure hindouiste), après la victoire d'une coalition de princes contre le dernier grand royaume hindou, celui de Majapahit. Le sultanat de Mataram domine Java.

Début du XVIIe siècle

Espagnoles depuis 1556, les Philippines connaissent une importante immigration chinoise. A plusieurs reprises au cours du XVIIe siècle, les Espagnols massacrent les Chinois, accusés de comploter contre leur pouvoir. Finalement, les Chinois sont expulsés des Philippines à la fin du XVIIIe siècle.

Un royaume unifié se constitue en Birmanie au XVIe siècle, sous l'égide du royaume du Toungoo, qui réussit à conquérir le royaume môn de Pégou. Ce nouveau royaume s'oppose rapidement à son puissant voisin siamois.

Les Hollandais s'installent dans l'archipel indonésien, où ils posent le pied pour la première fois en 1596. Ils prennent Malacca aux Portugais et s'assurent, à travers la Compagnie hollandaise des Indes orientales, le monopole sur le commerce des épices. Fondée en 1619 à Java, Batavia (future Jakarta) devient le centre de la puissance hollandaise.

XVIIIe siècle

À la fin du XVIIIe siècle, les Hollandais sont installés sur toute l'île de Java, au sud de Sumatra, à l'ouest du Timor (les Portugais conservent l'est de l'île), dans les Célèbes et les Moluques. Néanmoins, la Compagnie hollandaise des Indes orientales, au bord de la faillite, disparaît en 1789, laissant le gouvernement des Pays-Bas gouverner directement l'archipel.

Profitant du chaos occasionné en Europe par la Révolution française, les Anglais s'emparent en 1795 de Malacca, que les Hollandais sont contraints de leur céder officiellement quelques années plus tard.
Dans la péninsule indochinoise, les Viêts continuent à progresser vers le sud et atteignent le delta du Mékong.

Toute la Cochinchine passe sous leur domination. En 1802, le Vietnam, du Tonkin à la Cochinchine, est unifié pour la première fois.

À la même époque, la présence de missionnaires français et l'évangélisation se renforcent dans la péninsule indochinoise.

En 1767, la Birmanie reprend l'offensive contre son voisin siamois et détruit sa capitale, Ayuthia. Un général à demi chinois sauve de justesse le Siam du chaos en chassant les Birmans et en fondant une nouvelle capitale, à Bangkok.

L'Asie du Sud-Est (XVIIIe-XXIe siècles)

Cliquez pour agrandir
Cette série de cartes montre le bref processus (à peine plus d'un millénaire) pendant lequel l'Asie du Sud-Est s'est successivement imprégnée des cultures et religions de ses grands voisins (hindouisme, islam, christianisme, culture chinoise etc.

Paysage lacustre près du site d'Angkor (Cambodge, photo : Gérard Grégor, pour Herodote.net, 2013)
XXe siècle

En 1914, la carte de l'Asie du sud-est est profondément modelée par la présence des puissances occidentales. Seul le Siam, État tampon entre le Raj britannique à l'ouest et l'Indochine française à l'est, échappe à la colonisation.

Les Britanniques sont présents en Malaisie, en Birmanie, aux Indes et à Hong-Kong, les Hollandais en Indonésie, les Portugais au Timor oriental et à Macao, les Français en Indochine. L'Indochine française, terme utilisé à partir de 1888, inclut la Cochinchine, l'Annam, le Tonkin, le Cambodge et le Laos, régions colonisées de 1862 à 1893.

Les Philippines se trouvent sous domination américaine. Le XIXe siècle y a été marqué par des nombreuses révoltes des Philippins contre la fiscalité imposée par les Espagnole et la toute-puissance de l'Eglise. La guerre hispano-américaine de 1898 aboutit à une défaite de l'Espagne, qui doit céder les Philippines aux États-Unis.

Tous ces États accèdent à l'indépendance après la Seconde Guerre mondiale.

D'abord les Philippines le 4 juillet 1946, une fois libérées de l'occupation japonaise. Ensuite l'Indonésie : également occupée par le Japon, celle-ci a proclamé une indépendance unilatérale le 17 août 1945 mais n'obtiendra sa reconnaissance par les Pays-Bas et le reste du monde qu'en décembre 1949, au terme d'une épreuve de force.

La France met fin à son protectorat sur le royaume du Cambodge le 9 novembre 1953. Le protectorat du royaume du Laos s'est vu concéder un embryon d'indépendance dans le cadre de l'Union française mais devra attendre les accords de Genève du 21 juillet 1954 pour obtenir une indépendance pleine et entière. Quant au Vietnam, il proclame son indépendance unilatérale par la voix d'un inconnu, le communiste Hô Chi-Minh, le 2 septembre 1945. En définitive, les accords de Genève entérineront l'indépendance de deux pays, le Nord-Vietnam communiste et le Sud-Vietnam pro-occidental. Les deux États ne seront réunis qu'après la chute de Saigon, le 30 avril 1975.

Sans heurts, le 31 mai 1957, la Malaisie britannique forme une fédération indépendante. Le 16 septembre 1963, elle forme une Fédération de Grande Malaisie en incluant aussi le port britannique de Singapour ainsi que les colonies de Sarawak et Sabah, sur la partie occidentale de l'île de Bornéo. Également sous protectorat britannique, le sultanat de Brunéi, riche de son pétrole, préfère devenir indépendant le 1er janvier 1984. La partie orientale de Bornéo, Kalimantan, demeure indonésienne.

Mais deux ans plus tard, le 2 août 1965, Singapour fait sécession. Ses 1,7 millions d'habitants, à 80% d'origine chinoise, ne supportent pas la prédominance politique de la majorité malaise et musulmane de la Fédération. Le gouvernement de Kuala-Lumpur ne fait pas obstacle à la sécession car elle réduit très sensiblement la part des Chinois dans la Fédération (40% des onze millions d'habitants). Le Premier ministre de la cité, Lee Kwan-yew, va faire de celle-ci l'un des États les plus prospères de la planète.

La Thaïlande, autrefois appelée Siam, a quant à elle toujours été indépendante. Quant à la Birmanie, anciennement rattachée aux Indes britanniques, elle est devenue indépendante quelques mois après celles-ci, le 4 janvier 1948.  

XXIe siècle

Des années après le remodelage de la région par la décolonisation, le Timor Oriental accède à l'indépendance en 2002. Cette ancienne colonie portugaise avait été occupée par l'Indonésie en 1976, une annexion jamais reconnue par l'ONU. L'Indonésie tenta de limiter l'influence du Fretilin (Front révolutionnaires pour l'indépendance du Timor) en favorisant l'implantation de 150 000 Javanais au Timor oriental et en menant une politique de répression militaire très dure.

Cependant, en 1999, les indépendantistes remportent près de 80% des voix lors d'un référendum sur le statut de la région organisé sous contrôle de l'ONU. Une force d'interposition internationale est envoyée sur place à la suite de ce référendum, pour mettre fin aux violences des milices pro-indonésiennes. Elle est suivie par une administration transitoire des Nations Unies, jusqu'à l'indépendance effective du Timor oriental en 2002.


Publié ou mis à jour le : 2016-12-12 16:34:07

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel est le règne le plus long de l'Histoire universelle ?

Réponse
Publicité