20 mai 1498

Vasco de Gama aborde à Calicut, en Inde

Le 20 mai 1498, Vasco de Gama aborde à Calicut, en Inde. Le navigateur portugais a été mandaté par le roi du Portugal Manuel Ier, dit le Fortuné, pour achever la mission entamée dix ans plus tôt par Bartolomeu Dias. À 29 ans, il devient ainsi le premier Européen à rallier l'Inde par la mer, en contournant l'Afrique.

C'est l'aboutissement du prodigieux rêve entretenu par les Portugais depuis près d'un siècle.

Arrivée de Vasco de Gama à Calicut, 20 mai 1498 (gravure de Roque Gameiro, Bibliothèque Nationale de Lisbonne, XIXe siècle)

Sur la route des épices

Vasco de Gama quitte Lisbonne et l'embouchure du Tage le 8 juillet 1497, avec trois lourdes nefs et une caravelle, ainsi que 160 hommes d'équipage.

Il fait escale sur l'archipel du Cap-Vert, au large du Sénégal, puis contourne le cap de Bonne Espérance découvert dix ans plus tôt par son compatriote Bartolomeu Dias et fait relâche le jour de Noël dans un havre qu'il baptise Natal (Noël en portugais). C'est aujourd'hui le port de Durban, capitale de la province sud-africaine du Natal.

Remontant le long de la côte africaine, la flotte atteint successivement les ports de Mozambique, Mogadiscio et Kilwa où des commerçants arabes venus du nord commercent avec les Africains de l'intérieur.

Plus au nord encore, à Malinde où il fait escale le 14 avril 1498, il sympathise avec le sultan local qui lui confie un pilote italien, venu là par l'Égypte et l'empire ottoman. Avec son aide, le navigateur coupe au large vers la péninsule indienne et la côte de Malabar.

C'est ainsi qu'il atteint Calicut (aujourd'hui Kozhikode), un port prospère du Dekkan indien connu pour ses exportations de cotonnades, dénommées calicot. Le capitaine envoie à terre un émissaire et celui-ci a la surprise d'être abordé dans un mélange d'espagnol et d'italien par un marchand juif tunisien, Gaspar. À son interlocuteur, il déclare tout de go être venu chercher « des chrétiens et des épices »

Le marchand assure le navigateur qu'il trouvera sur place des épices bien meilleur marché qu'à Alexandrie et qu'il en trouvera à bien meilleur compte encore à Malacca, dans la péninsule malaise, et dans les Moluques. Vasco de Gama ne manquera pas de transmettre l'information à son roi.

En attendant, le marchand le met en relations avec le seigneur local, le zamorin (ou samorin) Samutiri Manavikraman. Après que deux émissaires eussent annoncé son arrivée, le navigateur est reçu avec tous les honneurs réservés à un grand ambassadeur.

Le zamorin refuse toutefois au Portugais de laisser une petite troupe dans sa ville. Il lui refuse aussi tout traitement de faveur en matière de taxes par rapport aux commerçants musulmans avec lesquels il est déjà en relation.

Ces derniers, pas rassurés pour autant, convainquent le zamorin que les Portugais se disposent à piller la ville. Vasco de Gama est aussitôt arrêté puis, au bout de quelques heures, autorisé à rembarquer et partir. Il lève l'ancre le 27 août 1498.

Vers la conquête des Indes

Malgré ce demi-échec, il est accueilli en grande pompe à Lisbonne, deux ans plus tard et le roi se montre déterminé à poursuivre l'aventure avec le concours de ses hardis marins. Vasco de Gama bien sûr, mais aussi Pedro Alvares Cabral.

- 1500 : Pedro Alvares Cabral découvre le Brésil

Manuel le Fortuné monte donc sans attendre une nouvelle expédition avec douze navires sous le commandement de Pedro Alvares Cabral (33 ans).

Celui-ci quitte Lisbonne le 9 mars 1500 mais il s'écarte plus que de raison de sa route et découvre le 24 avril une terre inconnue dont, tant qu'à faire, il prend possession au nom de son roi. Ce sera le Brésil... Là-dessus, il poursuit sa route sur les traces de Vasco de Gama, non sans perdre plusieurs navires dans les tempêtes. Il arrive à Calicut où ses relations avec le souverain et les marchands arabes se dégradent très vite. Une cinquantaine de Portugais sont tués.

Cabral exerce une répression terrible et fait bombarder la ville. Puis il descend la côte avec les navires qui lui restent et atteint un port vassal du zamorin, Cochin. Il aide leurs gouvernants à s'émanciper de la tutelle de Calicut puis prend le chemin du retour. Il regagne Lisbonne le 25 juillet 1501.

Sept navires sur treize et les deux-tiers des hommes manquent à l'appel mais les navires restants ont des épices plein les cales.

- 1502 : Vasco de Gama fonde l'empire portugais des Indes

Le roi se voit encouragé à monter une nouvelle expédition, encore plus importante.

C'est ainsi qu'en février 1502, Vasco de Gama retourne aux Indes à la tête de 21 navires. Il porte cette fois le titre aussi nouveau que prestigieux d'Amiral des Indes. C'est qu'il ne s'agit plus seulement d'exploration mais de conquête.

Vasco de Gama fonde des comptoirs sur les côtes africaines et malgache, soumet les royaumes du littoral et sème la terreur à l'occasion, ne craignant pas de brûler par exemple un navire égyptien et son équipage.

De retour à Calicut , il bombarde le port en représailles des massacres exercés plus tôt contre l'équipage de Cabral. Puis il y installe de force une garnison sous le commandement de Vincente Sodré et, pour plus de sûreté, renforce son alliance avec le roi voisin de Cochin.

Sa mission accomplie, il rentre à Lisbonne en décembre 1503 avec un colossal trésor dans ses cales : cinq mille tonnes de poivre et 35 000 quintaux de diverses épices ! Songeons en effet qu'à cette époque, que le poivre et les autres épices valent plus ou moins autant que leur poids en or.

C'est la fortune assurée pour les marchands et armateurs portugais... et une catastrophe pour ceux de Venise qui voient s'effondrer d'un coup leur commerce avec les marchands orientaux des échelles du Levant.

- 1510 : Afonso de Albuquerque conquiert Goa :

Vasco de Gama sera ensuite relayé par Afonso de Albuquerque, qui achèvera la conquête du Dekkan, ce qui lui vaudra d'être fait duc de Goa.

Beaucoup plus tard, en 1524, le roi Jean III sortira Vasco de Gama de sa retraite et le nommera vice-roi des Indes. L'explorateur mourra à Cochin quatre mois plus tard, le jour de Noël 1524.

Faute d'armateurs et de commerçants en nombre suffisant, le Portugal va néanmoins commettre l'imprudence de déléguer la commercialisation de ses précieuses épices aux Hollandais.

Ces commerçants redoutables et sans scrupules vont avoir vite fait de s'emparer de toute la filière, de sorte que la présence portugaise aux Indes va se réduire à la fin du XVIe siècle à quelques modestes implantations côtières, essentiellement le port de Goa.

Publié ou mis à jour le : 2020-04-26 11:21:15

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net