Le dictionnaire de l'Histoire - hindouisme, brahmanisme - Herodote.net

Le dictionnaire de l'Histoire

hindouisme, brahmanisme

L'hindouisme, né dans la vallée du Gange vers 1500 avant JC, est aujourd'hui la religion de 80% des habitants de l'Union indienne. Il est présent dans les diasporas indiennes ainsi que dans quelques terres qui furent autrefois sous l'influence culturelle de l'Inde comme par exemple l'île de Bali, en Indonésie, dont le million d'habitants est très majoritairement hindouiste. Avec près d'un milliard de fidèles, c'est la troisième religion de la planète après le christianisme et l'islam mais elle est étroitement identifiée à l'Inde, celle-ci étant d'ailleurs qualifiée d'Hindoustan (pays de l'hindouisme).

L'hindouisme dérive du védisme, religion importée par les envahisseurs indo-européens et fondée sur les quatre Véda, livres sacrés dont le nom signifie « savoir » en sanskrit ou sanscrit (langue sacrée de l'hindouisme) :
1) les Mantra (prières et invocations), 2) les Brahmana (réflexions sur les Mantras), 3) les Aranyakas (textes laissés par les ascètes), 4) les Upanishads (entretiens et paraboles philosophiques).
Postérieurement aux textes védiques, on trouve les Puranas, qui racontent les exploits des divinités, et deux grandes épopées : le Ramayana et le Mahabharata (NB : Bharat est l'autre nom de l'Inde).

L'hindouisme cultive l'idée d'un ordre cosmique et social, le dharma, qui définit les devoirs auxquels sont astreints les hommes. Ceux-ci sont soumis selon leurs bonnes et mauvaises actions à de perpétuelles renaissances, le karma, jusqu'à ce qu'ils parviennent à se fondre dans la substance même de l'univers, le Brahman, c'est-à-dire Dieu, dont le panthéon hindou n'est que la manifestation. La division sociale en quatre castes ou «varna» (d'un mot qui signifie couleur) dérive de cette foi : au sommet de l'échelle sociale se tiennent les brâhmanes, spécialistes des rites, puis les kshatriya ou kshatria (guerriers), les vaiçya ou vaisa (travailleurs), et les çudras ou sudra (serviteurs).

Restent les hors-caste ou « intouchables », communément méprisés (environ 15% de la population indienne) : ils sont connus en Occident sous le nom de paria (d'après le mot tamoul qui les désigne). Gandhi, par compassion, les appelait «Harijan» (enfants de Dieu). Eux-mêmes revendiquent l'appellation de « Dalit » (opprimé en hindi).

Voir : L'hindouisme, troisième religion du monde

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès