Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> An Mil

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

An Mil

Le sacre et la royauté au Moyen Âge


Pépin le Bref est le premier souverain occidental à recevoir l'onction du sacre. Il reçoit celle-ci une première fois en 751 des mains de l'archevêque de Mayence, son ami saint Boniface, et une deuxième fois, en 754, des mains de l'évêque de Rome lui-même, le pape Étienne II. 

Oint de l'huile sainte (plutôt deux fois qu'une), il consolide ainsi sa légitimité comme nouveau roi des Francs, à la place de la précédente dynastie mérovingienne issue de Clovis, qui ne bénéficiait, elle, que de l'agrément des puissants seigneurs du royaume.

Deux siècles plus tard, le sacre de Hugues Capet consacrera l'avènement d'une nouvelle dynastie sur les ruines de la dynastie carolingienne. Dès lors, chaque roi de France aura à coeur de renouveler ce rituel en prélude à son avènement jusqu'à Charles X, sacré en 1825. Une seule exception à la règle : Louis XVIII, trop malade pour supporter une cérémonie éprouvante.

Un rituel biblique repris par les rois germaniques

Le rituel du sacre puise ses origines :

1/ dans une conception germanique, païenne et «barbare» qui fait du roi l'intercesseur entre le monde divin et le monde humain,

2/ dans la référence chrétienne à la Bible rapportée par saint Boniface, conseiller de Pépin le Bref.

Pépin III le Bref, père du futur Charlemagne, est le premier souverain franc à être ainsi sacré en confirmation de son accession à la royauté. Comme c'est un «usurpateur» qui met fin à la dynastie mérovingienne, il a besoin d'un supplément d'autorité que le sacre lui apporte.

Au cours du sacre, le futur souverain reçoit sur le front l'huile sainte qu'aurait reçue Clovis lors de son baptême à Reims par l'évêque Remi. La Sainte Ampoule qui contient l'huile aurait été transmise à Remi par un ange et son contenu se régénèrerait miraculeusement à chaque onction. Mais il ne s'agit là que d'une légende arrangée au IXe siècle, du temps des Carolingiens, par l'archevêque de Reims Hincmar.

Les Capétiens adoptent le sacre à leur tour

Les Capétiens, successeurs du roi Hugues Capet, prolongent la tradition du sacre. Dans le souci d'enraciner leur légitimité au plus profond de l'Histoire, ils cultivent la confusion entre ce rituel et le baptême de Clovis.

C'est ainsi qu'à partir d'une recommandation du pape Urbain II, en 1089, le sacre ne se déroule bientôt plus qu'à Reims, là où Clovis a été baptisé.

Louis VI le Gros et Henri IV font exception. Le père du premier meurt avant qu'il ait eu le temps de faire désigner son fils comme son successeur par les pairs du royaume comme il en allait des premiers rois capétiens. Louis VI est en conséquence sacré à la hâte dans la ville la plus proche, Orléans, par l'évêque de Sens. Henri IV, quant à lui, se fait sacrer à Chartres faute de pouvoir se rendre à Reims, aux mains de ses ennemis.

Un cérémonial sacré

Chaque sacre donne lieu au déplacement de la cour, soit un total de quelques milliers de personnes qui s'installent à Reims. La ville s'honore d'un total de 33 sacres dont 25 dans la cathédrale actuelle, édifiée au XIIIe siècle.

L'onction du roi par l'archevêque (sacre de Charles V à Reims, miniature, BNFÀ son arrivée dans la ville, le roi fait serment de protéger l'Église, défendre la foi catholique, faire régner la paix et la justice, défendre le royaume et faire preuve de miséricorde. Le clergé et le peuple donnent leur assentiment aux cris de «Fiat, fiat !».

Ensuite commence la cérémonie proprement dite : le roi change de vêtements et reçoit l'épée du sacre ; puis, l'archevêque l'oint avec le saint chrême. 

Les Français soulignent à l'envi le caractère sacré de cette onction de l'huile sainte, héritée de Clovis. Ils se gaussent des Anglais dont le souverain est oint avec une très ordinaire «huile de mercier».

Le couronnement du roi (sacre de Charles V à Reims, miniature, BNFLà-dessus, le grand chambrier remet au roi les vêtements et les objets sacrés qui témoignent de son rang : les regalia (sceptre...).

Les douze principaux barons du royaume (les pairs) tiennent ensemble la couronne au-dessus de leur souverain, puis ils s'écartent à l'exception de l'archevêque-duc de Reims et celui-ci pose la couronne sur la tête.

Les pairs embrassent le roi à l'issue du sacre (sacre de Charles V à Reims, miniature, BNF La cérémonie se conclut par une profession de foi, le baiser de paix et une messe au cours de laquelle le souverain acquiert le privilège réservé aux prêtres de communier sous les deux formes, par le pain et le vin ; les simples fidèles n'ayant que le droit de communier par le pain (l'hostie).

Après le sacre, la tradition veut que le roi festoie dans l'archevêché, le palais du Tau, entouré des douze pairs (à l'imitation du Christ et des apôtres ou du roi Arthur et de ses chevaliers). Il s'agit de six ecclésiastiques et six laïcs (ducs de Normandie, Bourgogne et Aquitaine, comtes de Toulouse, Champagne et Flandre).

Au fil des générations, le peuple et les nobles s'habituent à voir dans le sacre un rite qui place le roi au-dessus de ses sujets. Ce sentiment est assez fort pour dissuader tout attentat contre la personne du roi, du moins jusqu'aux guerres de religion.

En pleine guerre de Cent Ans, quand deux rois, l'un anglais, l'autre capétien, se disputent la couronne de France, c'est le sacre de Reims qui les départage. Ce rituel ancestral rend à Charles VII sa légitimité, selon l'inspiration judicieuse de Jeanne d'Arc. Pourtant, en droit, le sacre ne fait pas le roi, mais aux yeux du peuple, il est une cérémonie indispensable.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2014-01-29 12:46:18

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Stélios (23-02-201718:30:56)

Etes vous surs qu'il s'agit bien du sacre de Charles V sur les enluminures ? Merci bien


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle est le «bois» le plus cher du monde ?

Réponse
Publicité