Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 1er juillet 1867

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

1er juillet 1867

Fondation de la Confédération canadienne


Le 1er juillet 1867, la reine Victoria promulgue l'Acte de l'Amérique du Nord britannique (AANB). Ce texte donne naissance au Canada moderne avec un Parlement fédéral et un gouvernement central à Ottawa.

Désormais qualifié de Dominion (*), le pays accède à une très large autonomie tout en conservant une allégeance à la Couronne britannique.

Les colonies britanniques d'Amérique du Nord en 1791-1841Visibles sur la carte ci-contre, les deux anciennes provinces du Haut-Canada (anglophone) et du Bas-Canada (francophone) avaient fusionné avec l'Acte d'Union du 23 juillet 1840. Voici qu'elles réapparaissent sous la dénomination respective d'Ontario et de Province de Québec. Au sein de cette dernière, les Canadiens francophones, très largement majoritaires, retrouvent une forme de liberté.

Deux autres colonies britanniques sont par ailleurs adjointes à la fédération : le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse...

Fête de la (con)fédération canadienne

En souvenir de l'acte fondateur du Canada, le 1er juillet est devenu la fête de la Fédération canadienne, ou plus précisément fête de la Confédération canadienne selon la terminologie officielle du gouvernement fédéral (et non « confédéral ! »)...

D'aucuns jugent fallacieuse cette référence à une confédération, autrement dit à une « union d'États souverains » régie par des traités internationaux.

La revanche des Québécois

L'« Acte d’Union » a été imposé en 1841 à titre de mesure punitive suite aux révoltes de paysans et Patriotes francophones. Selon les termes du gouverneur Lord Durham, dans son rapport transmis à Londres, « les Français, une fois placés en minorité par suite du cours naturel des événements abandonneraient leurs vaines espérances de nationalité. »

Mais par un curieux retournement de situation, la Constitution punitive de 1841 ne tarde pas à perdre ses épines les plus aiguisées. Solidaires dans les assemblées et les institutions, les Canadiens français, loin de devenir des Anglo-Saxons, prennent confiance en eux et en viennent à dominer l'action politique.

Ils imposent la responsabilité des ministres devant les députés, comme dans toute démocratie qui se respecte. Ils obtiennent le retour de la langue française au Parlement.

Et ils trouvent finalement avantage à ce que leur région du Canada-Est ait le même nombre de députés que le Canada-Ouest anglophone, alors que la population de celui-ci croît beaucoup plus vite du fait de l'immigration... Ainsi font-ils échouer l'objectif principal de l'union : leur assimilation ! Dans les rangs anglophones, on s'en inquiète. N'est-il pas humiliant que des « conquis gouvernassent ainsi des gouvernants » ?

Les Pères de la Fédération : Sir John A. Macdonald, Premier ministre du CanadaD'un point de vue plus pragmatique, la diversité du territoire complique la tâche des gouvernants.

Les régions de Montréal et Toronto, en voie d'industrialisation, réclament des mesures protectionnistes alors que l'Angleterre elle-même, au summum de la puissance, s'offre le luxe de préconiser le libre-échange pour mieux asseoir sa domination planétaire. Les hommes d'affaires canadiens s'inquiètent des menaces qui pèsent sur leurs principaux produits d'exportation vers l'Angleterre, le bois et le blé. D'aucuns songent à une union de rechange avec les États-Unis.

Pour surmonter ces forces centrifuges, les réformistes modérés et les conservateurs, regroupés en 1854 au sein du Parti libéral-conservateur, ressentent la nécessité d'une union plus solidaire, sous la forme d'une « confédération », avec une « souveraineté générale » autour des sujets d’intérêt commun et une « souveraineté provinciale » pour toutes les affaires locales.

Ce qu'en dit la presse française

Voici un article publié le 24 juillet 1867 dans le quotidien français La Presse. Il fait état de la création de la nouvelle fédération dans un article documenté et clair, très bien enlevé : Un nouvel État en Amérique

Source : BNF (Retronews)

Une réforme obligée

Les Pères de la Fédération : Sir Georges-Étienne CartierLe 22 juin 1864, une coalition gouvernementale conduite par les libéraux-conservateurs John A. MacDonald et Georges-Étienne Cartier s’engageà procéder à des changements constitutionnels majeurs. L’annonce prend de court les représentants francophones du Canada-Est qui s'accommodent en définitive assez bien des institutions.

Du coup, de manière impromptue, les délégués canadiens rejoignent à Charlottetown, sur l'île du Prince-Édouard, une conférence qui réunit du 1er au 9 septembre 1864 les représentants des colonies maritimes (ceux de Terre-Neuve, prévenus trop tard, n'ont pu se joindre à la conférence). 

Les délégués s'accordent sur le principe d'une nouvelle conférence, plus formelle, à Québec du 10 au 27 octobre 1864.

Gagnants et perdants

« Les Pères de la Confédération » à la Conférence de Londres au Westminster Palace en 1866, John David Kelly, vers 1889, Alberta, Bibliothèque et Archives du Canada.Une dernière conférence se déroule à Londres en décembre 1866 afin de rédiger le texte final du projet de loi qui sera soumis au vote du Parlement de Westminster. Les délégués sont cette fois au nombre de seize, dont seulement deux Canadiens français. Le texte est voté le 8 mars et sanctionné par la reine Victoria le 29 du même mois.

La Confédération entre en vigueur trois mois plus tard, le 1er juillet 1867. Le représentant de la reine, Lord Monk, en fait l'annonce dans la capitale fédérale, Ottawa, une ville nouvelle bâtie au bord de la rivière du même nom. 

Chacune de ses quatre provinces se voit dotée d'une Assemblée législative et d'un gouvernement. Le Parlement fédéral d'Ottawa est bicaméral, avec une Chambre des Communes élective où la répartition des sièges entre les provinces est proportionnée à leur population et un Sénat dont les membres sont nommés à vie par le gouvernement fédéral, à raison de 24 pour l'Ontario, 24 pour le Québec et 24 pour l'ensemble maritime.

Paradoxalement, la fédéralisation a pour effet de réduire le poids des francophones dans les institutions, en raison de l'entrée des provinces maritimes à majorité anglo-saxonne mais surtout du fait qu'en-dehors du Québec, toutes les autres provinces privilégient la dominante anglo-saxonne. Elles rejettent le bilinguisme et ne font aucune concession aux minorités ! 

Le fait est frappant en ce qui concerne l'éducation : le Québec accorde à sa minorité anglophone le droit à des écoles séparées ; mais dans les autres provinces, les francophones ne bénéficient pas de semblable contrepartie. C'est que les dirigeants de ces provinces craignent que les immigrants européens, de plus en plus nombreux, réclament aussi le droit à un enseignement séparé et refusent l'assimilation.

Il s'ensuivra un siècle plus tard une poussée des revendications indépendantistes au Québec. Mais en attendant, chacun s'accommode des nouvelles institutions, flexibles et adaptées à un pays en pleine expansion.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2017-07-03 16:13:50

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Walker (04-07-201700:38:04)

La rébellion qui a mené à l'Acte d'Union a eu lieu dans les deux Canadas. William Lyon Mackenzie menait les rebelles ou patriotes du Haut-Canada. On demandait un gouvernement responsable. En 1848, cet objectif s'est réalisé. Le Canada doit son gouvernement responsable à Robert Baldwin et Louis-Hippolyte LaFontaine dont l'un a été Premier Ministre du Canada Ouest et l'autre, LaFontaine, Premier Ministre du Canada Est. LaFontaine avait été Premier Ministre en 1842-1843. La première fois qu'il s'es... Lire la suite

Julien Thériault (04-07-201700:27:58)

En fait, toutes les institutions du Québec devaient être bilingues. Quant aux écoles, elles n'étaient non pas linguistiques, mais confessionnelles : catholiques (françaises ou anglaises ou protestantes (anglaises). Les écoles catholiques françaises n'ont guère survécu qu'au Québec. Ailleurs, quand elles existaient, elles étaient les parents pauvres. En Ontario, elles furent interdites pendant plusieurs année (règlement 17).

Julien Thériault (03-07-201723:43:16)

En fait, toutes les institutions du Québec devaient être bilingues. Quant aux écoles, elles n'étaient non pas linguistiques, mais confessionnelles : catholiques (françaises ou anglaises ou protestantes (anglaises). Les écoles catholiques françaises n'ont guère survécu qu'au Québec. Ailleurs, quand elles existaient, elles étaient les parents pauvres. En Ontario, elles furent interdites pendant plusieurs année (règlement 17).

siska (03-07-201711:35:24)

Mes lointains ancêtres firent partie de ces Acadiens déportés, suite à cela pendant des générations les enfants n'apprirent pas la langue anglaise considérée comme celle des "exterminateurs".
Ma grand'mère comprenait parfaitement cette langue mais a toujours refusé de s'exprimer en anglais!!! Elle était née en 1885 comme quoi les vicissitudes vécues par les générations antérieures peuvent laisser des traces vivaces...
Merci pour cet article qui me remémore l'histoire du pays de ma ... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quels rois de France ont été assassinés ?

Réponse
Publicité