Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 10 février 1841

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

10 février 1841

L'Acte d'Union est imposé à tous les Canadiens


Pour tenter d'assagir le Haut-Canada anglophone et le Bas-Canada francophone, le Parlement de Westminster vote le 23 juillet 1840 l'Union Act (« Acte d'Union »).

La loi entre en application le 10 février 1841. En réunissant les deux provinces au sein d'une même entité, le Canada-Uni, elle vise rien moins qu'à dissoudre la minorité québécoise francophone dans un ensemble anglo-saxon.

Le projet va faire long feu et, vingt-cinq ans plus tard, chacun va se résigner à une fédération plus équitable, le Dominion du Canada...

« Assemblée des six-comtés », tenue les 23 et 24 octobre 1837 à Saint-Charles, Bas-Canada, Charles Alexander Smith, 1890, musée national des beaux-arts du Québec

Aspirations démocratiques contrariées

Les colonies britanniques d'Amérique du Nord en 1791-1841Par l'Acte constitutionnel de 1791, la monarchie anglaise s'est assuré la loyauté de ses sujets canadiens, d'une part la majorité francophone établie dans la province du Bas-Canada, autour de Québec et Montréal, d'autre part la majorité anglophone d'immigration plus récente, établie dans la province du Haut-Canada, autour de Toronto, anciennement York (voir la carte).

Dans les années 1820, toutefois, les uns et les autres aspirent à des institutions plus démocratiques et plus représentatives. Ils s'exaspèrent du peu de cas que le gouvernement fait des assemblées élues. 

« Louis-Joseph Papineau », Antoine Plamondon, 1836, musée national des beaux-arts du CanadaEn 1834, au Bas-Canada, Louis-Joseph Papineau, chef du Parti patriote et président de l'Assemblée législative, fait adopter Quatre-vingt-douze Résolutions.

Il réclame davantage de démocratie et dénonce en particulier le Pacte de famille qui lie certains élus francophones aux riches possédants anglais.

Mais ses résolutions sont rejetées en bloc.

Des mandats d'arrêt sont lancés contre les chefs patriotes et les force à l'exil.

L'année suivante, de nouveaux soulèvements armés se produisent au sud de Montréal. La répression est brutale. Douze Patriotes sont pendus.

Pendant ce temps, dans le Haut-Canada, des colons écossais profitent du départ des troupes anglaises pour se rebeller à leur tour. 

La répression est là aussi brutale avec une vingtaine d'exécutions.

Une loi punitive

Nommé en janvier 1838 gouverneur général de l'Amérique du Nord britannique, Lord Durham envoie au Parlement de Westminster un célèbre rapport dans lequel il désigne les racines du mal : « deux nations en guerre au sein d'un même État. »

Et la solution lui apparaît d'évidence : « Si l'on estime exactement la population du Haut-Canada à 400 000 âmes, les Anglais du Bas-Canada à 150 000 et les Français à 450 000, l'union des deux provinces ne donnerait pas seulement une majorité nettement anglaise, mais une majorité accrue annuellement par une immigration anglaise ; et je ne doute guère que les Français, une fois placés en minorité par suite du cours naturel des événements abandonneraient leurs vaines espérances de nationalité. »

Westminster décide donc le 23 juillet 1840, par un Acte d'Union, de réunir le Haut et le Bas-Canada en une seule colonie, appelée Canada-Uni. (...)

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2017-07-02 21:20:25

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Jean Loignon (03-07-201710:38:52)

J'aimerais signaler que l'année 1837 s'est clôturée par la "bataille" de Saint-Eustache opposant le 14 décembre les Patriotes et les forces britannique de Colborne. Le combat fut inégal et se solda par la mort de 70 patriotes dont Jean-Olivier Chénier. A l'échelle européenne, le fait peut paraître modeste mais l'impact de cet événement a été considérable dans la construction de l'identité nationale québécoise. La figure du Patriote, coiffée de sa tuque (bonnet), pipe aux dents et fusil à la main... Lire la suite

Jacky Pachès (09-10-200618:44:23)

Bien le bonjour aux amateurs de vérités historiques,

Permetez-moi d'apporter quelques précisions sur cet article, bien fait au demeurant.
Le prétexte que les Anglais se servirent pour déporter les descendants des Français dans cette malheureuse Acadie, devenue La Nouvelle Écosse, est fallacieux quoique justifié.
Afin d'implanter une population anglo-saxonne dans ce pays, ou les bonnes terres étaient défrichées et labourées depuis des décennies, il fallait procéder ... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle est l'origine du corbillard ?

Réponse
Publicité