La Suède - La quête difficile du bonheur (1844-2018) - Herodote.net

La Suède

La quête difficile du bonheur (1844-2018)

Devenue au XIXe siècle un État neutre, épargnée ensuite par les deux conflits mondiaux, la Suède est parvenue à s’imposer, en dépit de son rude climat et de ses ressources matérielles limitées, comme l’un des pays les plus prospères du monde.

À la fois pragmatiques, égalitaristes et libéraux, les Suédois ont bâti une société originale basée sur une politique de redistribution sociale, la recherche permanente du consensus et une transparence totale. Mais en ce XXIe siècle, le légendaire « modèle suédois » peine à trouver sa voie dans les turbulences de la mondialisation...

Julien Colliat

La Suède renonce aux entreprises guerrières

Portrait du roi Oscar Ier dans le costume de l'ordre des séraphins, Frédéric Westin, Nationalmuseum, Stockholm, Suède.Fils de Bernadotte et Désirée Clary, Oscar Ier monte sur le trône suédois en 1844. Quatre ans plus tard, le royaume est atteint par la vague révolutionnaire qui touche toute l’Europe.

Des émeutes éclatent à Stockholm qui sont sévèrement réprimées. On dénombre une trentaine de morts.

Au même moment, le Danemark est envahi par les troupes prussiennes et appelle la Suède à l’aide. Celle-ci envoie un corps de 15 000 hommes pour protéger son voisin. Les pressions russes contraignent finalement les troupes prussiennes à quitter le Danemark et, grâce à la médiation d’Oscar Ier, un armistice est conclu à Malmö.

En 1854, la France et l’Angleterre tentent d’entraîner la Suède à leurs côtés dans la guerre de Crimée afin d’ouvrir un front en Baltique. Une partie de la population suédoise y voit l’opportunité de reprendre la Finlande mais le roi pose des conditions insensées, obligeant Français et Anglais à renoncer à toute action commune.

Portrait de Charles XV de Suède et de Norvège, archives royales, Suède.Lors du traité de Paris, signé en mars 1856, Stockholm obtient toutefois la démilitarisation de l’archipel d’Åland, éternelle pomme de discorde entre Suédois et Russes.

À la mort d’Oscar Ier, le 8 juillet 1859, son fils Charles XV devient roi de Suède et de Norvège. Dès le début de son règne, le ministre des Finances Johan August Gripenstedt met en œuvre une vaste politique de libre-échange, impulsée quelques années plus tôt par l’Angleterre.

Les droits de douanes sur les céréales sont supprimés et un traité de libre-échange est signé avec la France en 1865.

Une ordonnance garantit la liberté d’entreprise. Le royaume s’industrialise et se dote d’infrastructures modernes.

La première ligne de chemin de fer est ainsi inaugurée en 1856 tandis qu’émerge une nouvelle génération d’ingénieurs comme Gustav Pasch, qui met au point les allumettes sans phosphore, ou Alfred Nobel, célèbre inventeur de la dynamite.

Johan August Gripenstedt, 1865, aquarelle, Fritz von Dardel, Nationalmuseum, Stockholm, Suède. L'agrandissement est une photographie de  Johan August Gripenstedt prise en 1874 par Carl Jacob Malmberg, musée Bohuslän, Uddevalla, Suède.

Sur le plan institutionnel, le conseil des ministres accroît son influence aux dépens du roi. Le 7 décembre 1865, l'ancien système de représentation par ordres (noblesse, clergé, bourgeoisie et paysannerie), datant du Moyen-Âge, est supprimé.

Le Parlement est désormais composé de deux Chambres, désignées par un vote unique au système censitaire. À Stockholm, de grandes manifestations célèbrent la « jeune Suède ».

Lorsqu’en février 1864, les troupes prussiennes envahissent à nouveau le Danemark, la Suède préfère jouer de sa neutralité, abandonnant à son sort son voisin, contraint de céder trois duchés à la Prusse et à l’Autriche.

De même, alors que l’opinion publique suédoise est majoritairement anti-allemande, le royaume observe une stricte neutralité lors des guerres austro-prussienne de 1866 et franco-prussiennes de 1870.

Le roi Oscar II de Suède et sa famille, Åhléns,1905.

Paix aux frontières et prospérité intérieure

Le 18 septembre 1872, le roi Charles XV meurt. Son frère lui succède sous le nom d'Oscar II. Conservateur, le nouveau souverain ne cache pas ses sympathies pour l’Allemagne de Bismarck, qu’il voit comme une alliée naturelle de la Suède, et multiplie les gestes de bonne volonté en direction de Berlin.


Épisode suivant Voir la suite
• 20 juillet 1397 : Union de Kalmar
Publié ou mis à jour le : 2019-09-16 10:51:16

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net