30 mars 1856

Le traité de Paris met fin à la guerre de Crimée

Le 30 mars 1856, le traité de Paris met un terme à la guerre de Crimée en consacrant la défaite de la Russie face à l'Angleterre et la France, alliées pour la première fois depuis sept siècles.

Pour l'empereur Napoléon III, neveu de l'inexpiable ennemi des Anglais, cette guerre, bien que mal engagée et mal gagnée, s'avère un succès sur la scène internationale (le premier et le dernier). « C’est une grande et heureuse affaire accomplie, l’Europe va entrer dans une ère nouvelle » croit pouvoir prédire un diplomate, le comte de Viel-Castel.

Les plénipotentiaires au congrès de Paris

Le cliché ci-dessous présente les différents plénipotentiaires au congrès de Paris. On reconnaît au deuxième rang, de gauche à droite, le comte de Cavour, président du Conseil et ministre des Finances du roi de Sardaigne, le marquis Pes de Villamarina, envoyé extraordinaire du roi de Sardaigne, le comte de Hatzfeldt-Wildenburg-Schoestein, envoyé extraordinaire du roi de Prusse, Benedetti, directeur des affaires politiques au département des Affaires étrangères, Mehemmed-Djébil-Bey, ambassadeur extraordinaire du sultan, le baron de Brunnow, envoyé extraordinaire du tsar de toutes les Russies, le baron de Manteufell, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du roi de Prusse, le comte de Buol-Schauenstein, ministre de la Maison et des Affaires étrangères de l’empereur d’Autriche.

Au premier rang, de gauche à droite : le baron Hübner, envoyé extraordinaire de l’empereur d’Autriche, Mouhammed-Emin-Aali-Pacha, grand vizir de l’empire ottoman, le comte de Clarendon, principal secrétaire du roi d’Angleterre au département des Affaires étrangères, le comte Colonna-Walewski, ministre secrétaire d’Etat au département des Affaires étrangères (fils naturel de Napoléon 1er), le comte Orloff, membre du conseil de l’Empire et aide de camp général du tsar, le baron de Bourqueney, envoyé extraordinaire de France à Vienne, lord Cowley, ambassadeur extraordinaire du roi d’Angleterre.

Les plénipotentiaires au congrès de Paris (mars 1856)

Vers une refonte de l'Europe

Le congrès de Paris, qui conclut la guerre, hisse Napoléon III au pinacle, quatre ans à peine après son avènement. Le bonheur de l'empereur est à son comble avec la naissance de son fils Eugène Louis Napoléon, le 16 mars 1856, pendant le congrès !

Le traité signé deux semaines plus tard prévoit la neutralisation de la mer Noire, désormais interdite à tout navire de guerre ! Il instaure aussi la liberté de navigation sur le Danube, un fleuve qui baigne l'Allemagne du sud, l'Autriche, l'empire ottoman et la Russie. 

Le traité réaffirme par ailleurs l'intégrité de l'empire ottoman, admis désormais à participer à la diplomatie européenne. Mais Napoléon III intervient en faveur de l'union personnelle des deux principautés de Valachie et Moldavie, dans l'empire ottoman, d'où sortira le futur royaume de Roumanie. Quant au sultan lui-même, il n'est plus guère qu'une potiche sous tutelle anglaise. 

L'influence française sort renforcée en Orient et Napoléon III ne manquera pas, quelques années plus tard, de secourir les chrétiens du Liban. Mais les cartes seront rebattues deux décennies plus tard avec l'irruption de l'Allemagne dans la « Question d'Orient » et la convocation par le chancelier Bismarck d'un nouveau congrès à Berlin.

Le jeune tsar Alexandre II découvre quant à lui l'humiliation de la défaite et prend conscience de l'urgente nécessité de moderniser son pays. L'Angleterre, déçue par son alliance avec la France, choisit de ne plus s'occuper des affaires européennes. Son « splendide isolement », jusqu'à l'orée du siècle suivant, va permettre à l'Italie et l'Allemagne de forger leur unité au détriment de l'Autriche.

Cette dernière est la grande perdante de la guerre. Faute d'avoir choisi son camp, elle se met à dos tous ses grands voisins et se retrouvera seule quand surviendront les agressions piémontaise et prussienne. Plus rien ne reste de la Sainte-Alliance qui avait contribué à l'équilibre de la paix après les guerres napoléoniennes.

Alban Dignat

L'auteur : Alban Dignat

Alban Dignat a enseigné l'Histoire au lycée, en France mais aussi à Meknès (Maroc), Tananarive (Madagascar) et Bangui (Centrafrique). Il suit avec un intérêt tout particulier l'histoire coloniale et l'histoire des Afriques.

Publié ou mis à jour le : 2019-04-29 11:07:19

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net