ça s'est passé un... - 22 avril - Herodote.net

ça s'est passé un...

22 avril

Événements

22 avril 1073 : Grégoire VII et la réforme grégorienne

Hildebrand, un moine très réputé, devient pape le 22 avril 1073. Il est porté par la foule romaine sur le trône de Saint Pierre et prend le nom de Grégoire VII...

Suite de l'article

22 avril 1500 : Les Portugais s'installent au Brésil

Le 22 avril 1500, treize caravelles portugaises arrivent en vue de côtes inconnues au sud-ouest de l'océan Atlantique. Pedro Álvares Cabral et ses 1200 hommes viennent de découvrir ce qui deviendra le Brésil, principale colonie du Portugal...

Suite de l'article

22 avril 1637 : Insurrection des Croquants

Les dernières années du règne de Louis XIII sont marquées par des révoltes anti-fiscales, dont les plus célèbres sont celle des Croquants, paysans du Périgord entrés en rébellion le 22 avril 1637, et des Nu-Pieds, Normands révoltés contre la gabelle ou impôt sur le sel deux ans plus tard...

Suite de l'article

22 avril 1809 : Napoléon victorieux à Eckmühl

Le 22 avril 1809, à Eckmühl, Napoléon 1er et Davout empêchent les Autrichiens de l'archiduc Charles d'entrer en Bavière. Mais l'Empereur est ensuite blessé au pied lors du siège de Ratisbonne. Enfin, le 13 mai, il peut pénétrer à Vienne mais c'est pour s'apercevoir que l'empereur François II et son frère Charles ont abandonné la ville et traversé le Danube en coupant les ponts derrière eux. Il les vaincra enfin à Wagram...



22 avril 1860 : Référendum à Nice et en Savoie

Suite au traité de Turin, qui prévoyait la cession de la Savoie et du comté de Nice à la France, les populations concernées sont invitées à donner leur avis sur ce rattachement le 22 avril 1860.

Sans surprise, les habitants de ces provinces francophones approuvent à une écrasante majorité leur rattachement à la France. À Nice, on compte 25 743 oui, 160 non et 5 000 abstentions ; en Savoie, 235 non et une poignée d'abstentions sur 130 000 votants. Ces résultats montrent que les habitants s'étaient par avance résignés à leur sort. Un sénatus-consulte du 12 juin 1860 confirme l'incorporation des deux provinces à l'Empire français.

C'est la deuxième fois au monde qu'est mis en pratique le « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ».

Il avait été décrété par l'Assemblée constituante 70 ans plus tôt, suite au rattachement d'Avignon et du Comtat Venaissin à la France. Ces contrées rhodaniennes avaient été cédées au Saint Siège au début du XIVe siècle. Le gouvernement révolutionnaire ayant souhaité les récupérer, il avait organisé un référendum le 12 juin 1790 et les deux tiers des électeurs s'étaient prononcés en faveur du rattachement. Il était devenu effectif le 12 septembre 1791. Le pape Pie VI avait alors protesté et frappé d'anathème (d'un mot grec qui désigne une immolation sacrée) ce principe qu'il qualifia de « droit à renverser les empires » (*).



22 avril 1900 : Conquête du Tchad

François Lamy (7 février 1858, Mougins ; 22 avril 1900, Kousséri)Le 22 avril 1900, trois missions ou expéditions françaises font leur jonction à Kousséri, près du lac Tchad, au coeur de l'Afrique. Elles affrontent et écrasent la petite armée du potentat local, le traficant d'esclaves Rabah Zobeir.

Ce dernier trouve la mort dans l'affrontement, de même que le commandant François Lamy, qui avait monté l'une des missions avec le géographe Fernand Foureau.

La région du Tchad passe dès lors sous souveraineté française et le nom du commandant est donné à la capitale de la nouvelle colonie, Fort-Lamy, fondée un mois plus tard (aujourd'hui N'Djamena).

Cette colonisation va protéger les populations sédentaires et noires de la forêt des razzias lancés par les nomades toubous du nord. Elle va faire oublier les crimes commis peu avant par l'une des missions quand elle s'appelait encore Voulet-Chanoine...



22 avril 1915 : Horreur, les gaz asphyxiants !

Le 22 avril 1915, dans le secteur d'Ypres, sur le front des Flandres, les Allemands emploient pour la première fois des obus au gaz asphyxiant contre les Français et les Britanniques terrés dans leurs tranchées.

À base de chlore, ce gaz sera appelé l'ypérite, d'après le lieu de son premier emploi, ou gaz moutarde d'après son odeur. Cette arme chimique, qui brûle les yeux et les voies respiratoires, est dénoncée par les conventions internationales.

Suite de l'article

C'est sa fête : Alexandre

Le saint du jour figure parmi 48 martyrs grecs qui furent mis à mort à Lyon, en 177, au temps de l'empereur Marc Aurèle. Il est moins connu que Blandine ou Pothin, auxquels sont consacrés des églises lyonnaises.

Naissances

Odilon Redon

22 avril 1840 à Bordeaux - 6 juillet 1916 à Paris

Peintre représentatif du mouvement symboliste, Odilon Redon se fait d'abord connaître par ses peintures au fusain sombres, ses « noirs ». Dans les années 1890, il change du tout au tout de genre et s'approprie la couleur avec délectation...

Le coquillage (Odilon Redon, 1912)

Lénine

22 avril 1870 à Simbirsk (aujourd (Russie) - 21 janvier 1924 à Gorki (URSS)

Biographie  Lénine

Vladimir Ilitch Oulianov, marxiste et révolutionnaire, est relégué par la police du tsar en Sibérie, au bord de la Léna (d'où le surnom Lénine par lequel il se fera dès lors appeler). En 1902, dans un opuscule : Que faire?, il plaide pour une avant-garde de révolutionnaires professionnels qui guidera les prolétaires vers des lendemains radieux. L’année suivante, ses partisans se séparent des socialistes réformistes. Ils s’octroient l'épithète de bolcheviques (majoritaires en russe).

La Grande Guerre de 14-18 entraîne la chute du tsar et l’avènement d’une République démocratique. Lénine profite de la faiblesse de cette dernière pour prendre le pouvoir. C’est ainsi que le 6 novembre 1917 (25 octobre selon l’ancien calendrier julien), ses partisans dirigés par Trotski s’emparent sans coup férir du Palais d’Hiver, le siège du gouvernement. Cette «Révolution d’Octobre» débouche sur le pouvoir sans partage des bolcheviques, rebaptisés communistes. Lénine sort la Russie de la guerre et réprime impitoyablement les oppositions intérieures, au prix de millions de victimes.

En contraignant chacun à servir sans limite l’idéologie au pouvoir, il inaugure un type de régime appelé à faire souche au XXe siècle : le totalitarisme. La Russie change son nom pour celui d’URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques). Écarté du pouvoir par la maladie, Lénine est remplacé par Staline.

Décès

Chrétien Guillaume de Malesherbes

6 décembre 1721 à Paris - 22 avril 1794 à Paris

Biographie Chrétien Guillaume de Malesherbes

Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes succède à son père comme premier président de la Cour des aides, en 1750, sous le règne de Louis XV.

Il est également nommé directeur de la Librairie, avec la responsabilité d'octroyer les autorisations d'imprimer. À ce poste, jusqu'en 1768, il protège les philosophes et soutient la publication de l'Encyclopédie.

Mais quand le garde des sceaux Maupeou fait arrêter et exiler les parlementaires, il prend le parti de ceux-ci, ce qui lui vaut d'être disgrâcié et contraint de se retirer sur ses terres, à Pithiviers.

Il est rappelé par Louis XVI pour s'occuper de la Maison du roi et de la police du royaume dans le gouvernement de Maurepas et Turgot. Il tente en vain de restreindre la pratique des lettres de cachet (détentions arbitraires sur ordre du roi).

Nommé en 1787 au Conseil d'En-haut (ou Conseil d'État), en charge de conseiller le roi, il fait adopter l'édit de tolérance du 29 janvier 1788, ou « Édit de Versailles », qui accorde l'état civil aux protestants et met fin à deux siècles de discriminations religieuses.

Ses initiatives témoignent de l'évolution des esprits et des mentalités vers davantage d'humanité dès avant la Révolution.

Sous la Révolution, à 71 ans, Malesherbes demande courageusement à prendre la défense de Louis XVI, aux côtés des avocats Denis Tronchet et Raymond de Sèze. Cela lui vaudra d'être à son tour guillotiné.

Le 22 avril 1794, traversant la cour de la Conciergerie pour monter dans la charrette qui doit le conduire à l'échafaud, il trébuche sur une pierre. « Oh, dit-il, voilà qui s'appelle un mauvais présage ; un Romain, à ma place, serait rentré ».

Pierre de Villeneuve

31 décembre 1763 à Valensole - 22 avril 1806 à Rennes

Biographie Pierre de  Villeneuve

Pierre Charles Jean-Baptiste Sylvestre de Villeneuve s’engage à 15 ans dans la Marine royale et participe à la guerre d’Indépendance américaine.

D’origine noble, il gravit assez vite les échelons. Quand survient la Révolution, il reste fidèle à la France.

Le 1er août 1798, l’amiral Nelson anéantit la flotte française au mouillage en rade d’Aboukir, pendant la campagne d’Égypte du général Bonaparte. Dans la nuit parviennent à s’échapper trois vaisseaux emmenés par le contre-amiral de Villeneuve, qui y gagne une réputation de marin chanceux.

Six ans plus tard, l’empereur Napoléon nomme Villeneuve à la tête de la nouvelle flotte française en tablant sur sa volonté de prendre sa revanche, contre les avis nombreux de ceux qui estiment que Villeneuve ne surmontera jamais l’infériorité psychologique née de sa fuite devant Nelson.

La pusillanimité de Villeneuve apparaît bientôt. Après avoir effectué l’aller-retour aux Antilles prescrit par Napoléon pour tromper la flotte anglaise embusquée dans le détroit de la Manche, il renonce à cingler vers l’Angleterre et se réfugie en août 1805 dans le port espagnol de Cadix.

Apprenant que Napoléon lui a envoyé un successeur, Villeneuve se décide à sortir pour affronter la flotte anglaise au large du cap Trafalgar. La bataille s’achève sur le plus grand désastre naval qu’ait connu la France.

L’amiral est fait prisonnier par les Anglais qui essaieront d’en tirer rançon. Napoléon refusera tout net de racheter Villeneuve et les Anglais, dégoûtés, finiront par le relâcher en 1806. Il se suicidera dans un hôtel de Rennes, plutôt que d’aller jusqu’à Paris affronter la colère de l’Empereur.

Richard Milhous Nixon

9 janvier 1913 à Yorba Linda, Californie (États-Unis) - 22 avril 1994 à NewYork (États-Unis)

Biographie Richard Milhous Nixon

Seul président des États-Unis à avoir été contraint à démissionner, Richard Milhous Nixon traîne derrière lui une réputation de voyou qui n'est pas totalement imméritée si l'on s'en tient à ses manières et à son langage. Il était de ce point de vue encore plus vulgaire et plus brutal que son prédécesseur immédiat, Johnson. IL avait aussi le chic pour se faire détester des journalistes et des élites de la côte Est. Concédons-lui tout de même une sexualité moins débridée que celle de Kennedy.

Il n'empêche que son oeuvre, en particulier dans les relations extérieures, a profondément transformé les États-Unis et le monde. On lui doit en particulier d'avoir désengagé son pays du Vietnam et sorti la Chine communiste de l'isolement...

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux