Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Panthéon 2013
La Ve République et la France contemporaine
L'embellie française
• 28 septembre 1958 : référendum sur la Ve République
• 29 octobre 1959 : Astérix s'éclate
• 11 octobre 1963 : mort d'Edith Piaf et Jean Cocteau
• 10 juillet 1969 : Couve de Murville à Matignon
• 5 juillet 1971 : scandale de la Garantie foncière
• 2 avril 1974 : mort du président Pompidou
• 19 mai 1974 : Giscard d'Estaing élu président
• 10 mai 1981 : élection de Mitterrand
• 22 septembre 1981 : inauguration du TGV
• 20 septembre 1992 : référendum sur le traité de Maastricht
• 7 mai 1995 : élection de Chirac
• 5 mai 2002 : réélection troublée de Chirac
• 6 mai 2007 : élection de Nicolas Sarkozy
• 6 mai 2012 : élection de François Hollande
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Panthéon 2013

Vous avez plébiscité... Olympe de Gouges


Lecteurs et Amis d'Herodote.net, nous vous avons invités, il y a deux semaines, à choisir, sur une liste de 31 noms, une à trois personnalités françaises dignes d'entrer au Panthéon...

Vous avez été plus de quatre mille à répondre avec passion et sérieux à notre enquête. Votre passion est attestée par vos très nombreux commentaires (plusieurs milliers), que je ne peux hélas tous citer.

La preuve de votre sérieux est donnée par le fait que seulement huit d'entre vous (2 pour mille) ont élu notre «intrus» Yannick Noah ! Et le plébiscite autour de Simone Weil, dernière de la liste, montre que l'ordre alphabétique n'a pas altéré votre jugement. 

Au vu de vos commentaires, je confesse avoir oublié plusieurs noms qui eussent mérité de figurer sur la liste. Citons le médecin franco-suisse Alexandre Yersin, Sœur Emmanuelle, Françoise Dolto, Jacqueline de Romilly ou encore le marathonien Alain Mimoun.

Nous avons associé l'abbé Pierre (Henri Grouès) à Coluche, son «comparse» dans la fondation des Restos du Cœur. Beaucoup d'entre vous ont contesté ce choix, ce que je comprends aisément.

Notre plus grand oubli concerne la musique et la peinture. Si le Panthéon abrite des écrivains (moins qu'on ne croit, six seulement sur 71 hôtes), il n'abrite en revanche aucun musicien ni aucun peintre. Sans doute aurions-nous dû proposer, côté musique, le trio Maurice Ravel, Claude Debussy et Gabriel Fauré, et, côté peinture, pourquoi pas Claude Monet ou le populaire Auguste Renoir? J'ai personnellement un faible pour Élisabeth Vigée-Lebrun mais je doute que beaucoup le partagent, en particulier dans les hautes sphères de l'énarchie républicaine.

À vrai dire, aucune de ces personnalités ne nous tiendra rigueur de l'avoir oubliée car, comme plusieurs d'entre vous l'ont observé, peu de gens aspirent à être inhumés dans la crypte déserte et glaciale du Panthéon...

Voir le classement, Panthéon 2013

Un classement riche d'enseignements

Vos choix conservent néanmoins tout leur intérêt car ils témoignent de l'idée que nous nous faisons de la grandeur et de l'honorabilité. En premier lieu, vous avez confirmé la volonté unanime de promouvoir les femmes, habituelles délaissées de nos manuels d'Histoire.

Olympe de Gouges :

Olympe de Gouges (7 mai 1748 - 3 novembre 1793)Surprise : la première personnalité de notre sélection, élue haut la main avec 903 suffrages, était encore quasiment inconnue il y a une dizaine d'années, avant que les mouvements féministes ne la sortent du purgatoire. Il s'agit d'Olympe de Gouges, une militante ardente des Lumières et de la Révolution, qui paya son audace de sa vie.

Herodote.net revient de façon plus détaillée sur ce destin hors normes et attachant.

Denis Diderot :

À la deuxième place, vous avez porté un autre personnage des Lumières, mais un homme, cette fois, en la personne de Denis Diderot, avec 532 suffrages. Après tout, nous célébrons le 5 octobre le 300e anniversaire de sa naissance. Il est bien temps d'accorder cette reconnaissance à ce visionnaire, alter ego de Rousseau et Voltaire, au demeurant un excellent homme, ami fidèle et bon père.

L'avouerai-je? Je regrette qu'Émilie du Châtelet, sa contemporaine, première femme scientifique des temps modernes, se tienne si loin de lui dans ce classement avec 259 suffrages.

Geneviève Anthonioz-de Gaulle et Simone Weil :

Au coude à coude avec le philosophe, vous nous avez offert deux autres surprises en choisissant Geneviève Anthonioz-de Gaulle (523 suffrages) et la philosophe Simone Weil (519 suffrages).

Résistante parmi des milliers d'autres, la nièce du Général s'est ensuite engagée dans les œuvres humanitaires au côté du père Joseph Wresinski. 

Simone Weil (Paris, 3 février 1909 - Ashford, Angleterre, 24 août 1943)

Son entrée au Panthéon serait un hommage indirect à Charles de Gaulle lui-même, qui a expressément refusé d'y être inhumé.

Ardente dans ses engagements au service des ouvriers, dans le christianisme et dans la Résistance, morte de la tuberculose à 34 ans en 1943, Simone Weil reçoit un hommage mérité, juste «revanche» sur sa condisciple de Normale Sup, bien plus connue du grand public, Simone de Beauvoir (181 suffrages).

Albert Camus :

Autre «camouflet» pour le clan Beauvoir-Sartre : le succès d'estime d'Albert Camus (478 suffrages), à la cinquième place du classement. Ce charismatique écrivain et philosophe ne saurait évidemment se comparer à Claude Lévi-Strauss, aussi grand penseur que piètre communicant. Il recueille néanmoins un honorable résultat (163 suffrages).

Lucie et Raymond Aubrac :

Romanesque et médiatique, le couple de résistants Lucie et Raymond Aubrac s'inscrit à la sixième place avec 450 suffrages. Assez loin derrière viennent d'autres figures de la Résistance : la discrète Germaine Tillion (276 suffrages) et Pierre Brossolette (247 suffrages). Pierre Mendès France (345 suffrages) pourrait aussi figurer dans cette liste.

Gardons-nous d'y placer le «Père de l'Europe» Robert Schuman (224 suffrages) et le diplomate et publiciste Stéphane Hessel (157 suffrages).

Louise Michel :

Dans le genre révolutionnaire et militant, la «Vierge rouge» de la Commune, Louise Michel, est autrement plus connue qu'Olympe de Gouges. Égérie des médias et des militants de gauche, elle n'a pourtant recueilli «que» 430 suffrages, à la septième place du classement. Il est vrai que son destin est moins romanesque que celui d'Olympe...

Le clan des historiens :

Serait-ce le fait que nous sommes sur un site d'Histoire? Les historiens de notre sélection recueillent des résultats tout à fait honorables, à commencer par Marc Bloch (262 suffrages) et l'égyptologue Christiane Desroches Noblecourt (192 suffrages), qui sont aussi des résistants. Marc Bloch a payé de sa vie son engagement.

Le froid Alexis de Tocqueville (207 suffrages) devance très largement le romantique Jules Michelet (80 suffrages).

Les écrivains :

Modeste résultat pour les romancières George Sand (157 suffrages) et Colette (145 suffrages) qui ont représenté avec éclat leur sexe dans la littérature, au XIXe et au XXe siècles.

Par contre, les témoins de la Grande Guerre figurent en queue de classement : Maurice Genevoix (57 suffrages), Roland Dorgelès (33 suffrages) et Romain Rolland (28 suffrages). Ils sont devancés par deux aventuriers du XXe siècle : Théodore Monod (139 suffrages) et Jacques-Yves Cousteau (138 suffrages).

François Arago (26 février 1786, Estagel, P-O - 2 octobre 1853, Paris)Je regrette la place modeste accordée à un grand savant et homme politique, François Arago (205 suffrages), ainsi qu'à l'officier métis, patriote et républicain, Louis Delgrès (134 suffrages).

Mises à part ces appréciations très personnelles, vos choix sont la preuve que les Français, et plus largement les francophones qui nous lisent, savent évaluer les choix qui leur sont proposés avec pertinence et en toute indépendance, loin des clichés médiatiques et politiques.

André Larané

Publié ou mis à jour le : 2013-10-06 16:25:42

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

castigo_ridendo-mores (18-10-201317:51:34)

Une autre grande oubliée : Charlotte Corday, une héroïne digne de la Rome de la République. Républicaine, elle a assassiné Marat pour sauver la république. Le petit musée qui lui est consacré à Vimoutiers (sa commune natale)lui rend justice.

Jean Louis Taxil (06-10-201312:59:38)

Qui est à la manoeuvre? Le coeur. Il a ses raisons, que la raison ignore. Cordialement. JLT


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Comment appelait-on les soldats américains pendant la Grande Guerre ?

Réponse
Publicité