Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
 
>> Saint Bernard de Clairvaux (1091 - 1153)

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

Saint Bernard de Clairvaux (1091 - 1153)

Un redoutable combattant de la foi


Doté d'un charisme et d'une élocution redoutables, porté par des convictions inflexibles, saint Bernard de Clairvaux est l'une des principales figures du XIIe siècle chrétien. En s'appuyant sur l'ordre cistercien, il a contribué à hisser l'Église médiévale à son apogée.

Saint Bernard préside le chapitre de Clairvaux (enluminure de Jean Fouquet, musée Condé, Chantilly)

L'enthousiasme entraînant de la jeunesse

Né au château de Fontaine, près de Dijon (Bourgogne), Bernard a une vingtaine d'années quand, au printemps 1112, il entre à l'abbaye voisine de Cîteaux, accompagné d'une trentaine de jeunes parents et amis. Robert de Molesme, qui a fondé l'abbaye en 1098, voulait restaurer la règle bénédictine dans toute sa rigueur. Bernard de Fontaine va combler ses voeux au-delà de toute espérance...

En juin 1115, l'abbé Étienne Harding, qui a succédé à Robert de Molesme, demande au jeune homme d'aller fonder avec ses compagnons un nouveau monastère.

La petite troupe jette son dévolu sur Clairvaux, un vallon boisé et humide à une quinzaine de kilomètres de Bar-sur-Aube, en Champagne. Ce sera l'une des « quatre filles » de Cîteaux, avec La Ferté-sur-Grosne, fondée deux ans plus tôt au sud de la Bourgogne, Pontigny, fondée l'année précédente, également en Bourgogne (Yonne), et Morimond, fondée la même année à l'Est de la Bourgogne (Haute-Marne).

Lactation de Saint Bernard, miracle de l'allaitement mystique (retable de Palma de Majorque, 1290)Bernard va donner une impulsion décisive à son ordre monastique, jusque-là atone, de sorte que Clairvaux va très vite éclipser les autres abbayes et devenir la référence obligée des Cisterciens, aussi appelés Bernardins, en référence à l'impétueux abbé.

Il recentre la liturgie sur le dialogue avec Dieu, loin de toute pompe liturgique. En accord avec la sensibilité de son siècle, il développe la dévotion à la Vierge.

Plus que tout, il impose à Clairvaux et aux autres monastères cisterciens une stricte discipline, loin de tout faste.

En foi de quoi les candidats affluent à la porte des monastères cisterciens. Les dons également. Très vite, l'ordre s'étend à toute la France du nord avant de déborder sur le reste de l'Europe catholique.

Soldat de Dieu

Doué d'une très forte personnalité, saint Bernard sort de son abbaye pour participer aux grandes affaires de son siècle.  

Au concile de Troyes, en 1128, il fonde l'ordre du Temple et en rédige les statuts. Sa renommée monte en flèche deux ans plus tard suite à l'élection simultanée par le conclave de deux papes Innocent II et Anaclet II.

Bernard plaide la cause du premier auprès du roi de France ainsi que des grands féodaux et des évêques du royaume. Le pape Innocent II l'ayant enfin emporté, il remercie Bernard en accordant maints privilèges à l'ordre cistercien. 

Bernard de Clairvaux obtient aussi la condamnation pour hérésie du vieil Abélard, resté célèbre pour son idylle tragique avec sa jeune élève Héloïse.

Il convainc enfin le roi de France Louis VII le Jeune de lever une armée pour secourir les Francs de Terre Sainte. Lui-même prêche la croisade sur la colline de Vézelay le 31 mars 1146. Il tente aussi de lutter contre l'hérésie cathare naissante dans le Midi toulousain... 

Il n'empêche que la deuxième croisade et son combat contre l'hérésie cathare déboucheront sur des échecs cinglants.

Mort d'épuisement le 20 août 1153, saint Bernard de Clairvaux est canonisé sans difficulté en 1174 et proclamé Docteur de l'Église en 1830.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2015-09-19 16:42:46

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Patatino (15-09-201619:07:28)

Pour l'anecdote : Glenn Cooper, l'archéologue et romancier américain, met en scène Abelard et Bernard de Clairvaux dans un thriller fort bien enlevé : Le Testament des Templiers - La Dixième chambre. Le titre est à mon avis mal choisi, le mot templiers étant de trop car on y parle quasi pas de ces derniers. A lire pour les amateurs du genre !

papinot (28-09-201517:12:26)

Si nous approuvons les croisades, nous sommes obligés d'admettre une certaine légitimité aux horreurs commises par les musulmans à l'heure actuelle ! grave dilemme..auquel je ne puis adhérer.

Herodote.net répond :
Les croisades n'ont aucune similitude avec l'entreprise atuelle de l'État islamique. Elles étaient perçues par les contemporains comme une action défensive : protéger les pèlerins et les lieux saints de fait menacés par les offensives turques.
Les croisades ... Lire la suite

Rene Nicolas (27-09-201510:00:16)

Le fondateur des Templiers n'etait-il pas Hugues de Payns en 1118-19?.Herodote.net répond :

Certes mais c'est à saint Bernard qu'est revenu le soin de rédiger les statuts de son ordre.

Constant Jacob (20-09-201508:07:45)

Il est tout de même étonnant, ce contentieux entre Bernard et Abélard qui, somme toute et à peu de choses près, étaient pétris de convictions assez similaires. En tout cas, pas fondamentalement contradictoires. Ou incompatibles.

Roland Berger (19-09-201522:13:18)

Un autre illuminé qui a cru de son devoir de susciter et organiser des croisades au nom de son dieu pour combattre le dieu des musulmans.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui a accompli le premier Tour du monde à la voile ?

Réponse
Publicité