COP 28 à Dubaï

S'adapter au réchauffement climatique plutôt que le stopper !

6 décembre 2023. La 28e édition annuelle de la Conférence des parties sur les changements climatiques (COP28), s'est ouverte à Dubaï (Émirats Arabes Unis) le 30 novembre 2023. Sa localisation dans le Golfe Persique, au coeur du principal complexe gazier et pétrolier mondial, illustre la puissance des producteurs d'énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz). Désillusion, doute et confusion dominent les débats...

Paroles, paroles...

Cop28Comme la précédente COP, à Charm el-Cheikh en novembre 2022, cette COP 28 se préoccupe moins de freiner le réchauffement climatique que de s'y adapter. On en voit la preuve d'une part dans l'intervention de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les risques sanitaires induits par la hausse des températures ; d'autre part, comme l'an dernier, dans la demande par les pays les plus pauvres d'une aide financière destinée à pallier les conséquences du réchauffement climatique (« pertes et dommages »).

• Les représentants de l'OMS ont rappelé que les particules fines émises par la combustion des énergies fossiles (principalement le dioxyde d'azote) seraient responsables de la mort prématurée de quatre à sept millions de personnes par an dans les métropoles. C'est affligeant mais cela n'a rien à voir avec l'effet de serre et le réchauffement climatique ! La pollution urbaine a atteint son maximum à Londres au XIXe siècle, bien avant que les émissions de gaz à effet de serre ne saturent l'atmosphère. Aujourd'hui, cette pollution demeure élevée dans les mégapoles des pays émergents. Elle est par contre très faible et à la baisse dans les cités des pays développés (note).

• L'appel à aider les pays les plus pauvres se heurte à un redoutable obstacle : quels pays s'agirait-il d'aider ? Sans doute pas l'Inde et l'Asie du Sud-Est qui participent très activement aux émissions de gaz à effet de serre avec l'ouverture chaque semaine de nouvelles centrales au charbon ; ni l'Amérique latine qui ne ménage pas ses ressources naturelles (Amazonie, terres rares) et bénéficie de réserves foncières importantes qui la mettent pour longtemps à l'abri du réchauffement climatique ; ni même l'Afrique équatoriale et australe, exceptionnellement dotée par Dame Nature en terres arables et bien arrosées, victime de l'incurie de ses gouvernants bien plus que du dérèglement climatique.

Restent le Bangladesh surpeuplé et menacé de submersion ainsi que l'axe islamique, de Marrakech à Lahore. Mais cet axe inclut les pays du Golfe, riches comme Crésus et grands émetteurs de gaz à effet de serre, bien placés pour aider leurs pays frères, Bangladesh inclus. Le cas désespéré demeure l'axe sahélien, de Dakar à Mogadiscio, mais là, le principal problème n'est pas tant le réchauffement climatique, bien réel, que l'insécurité et l'explosion démographique qui rendent vains tout effort financier.

La France aussi...

Faut-il le rappeler ? Le réchauffement climatique pèse aussi sur la France et ses habitants, en métropole comme outre-mer.
• D'ores et déjà, l'alternance de sècheresses et d'inondations entraîne la contraction et l'expansion des sols argileux, avec des dommages sévères sur le bâti (perte de valeur à la revente, augmentation des primes d'assurance). Les crues de cet automne 2023 dans le Pas-de-Calais ont réduit au désespoir des milliers d'habitants dont certains se sont vus contraints de déménager.
• L'érosion du littoral entraîne un recul du trait de côte et l'abandon de nombreuses habitations dont la plus emblématique est l'immeuble Signal (Soulac, Gironde). Si ses copropriétaires ont pu être dédommagés par le fonds Barnier, ce ne sera sans doute pas le cas des victimes à venir, en particulier dans les départements d'outre-mer, confrontés tout à la fois à la submersion de zones littorales très peuplées et à l'intensification des ouragans.
• La multiplication des feux de forêts et des ilôts de chaleur conduit à des problèmes de santé autrement plus graves que la circulation de voitures diesel dans les rues de Paris.

Un climatosceptique à la présidence de la COP28 !

En mars 2023, le groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) a publié son sixième rapport. Il s'agit d'une compilation de toutes les données scientifiques sur le climat. Le président du GIEC Jim Skea en a tiré la conclusion qu'il faudrait réduire respectivement l’utilisation du charbon, du pétrole et du gaz d’environ 95 %, 60 % et 45 % d’ici à 2050 pour limiter à 1,5°C la hausse des températures depuis l'ère industrielle.

On n'en prend pas le chemin. La guerre d'Ukraine a entraîné la réouverture de centrales au charbon en Allemagne, en Pologne et même en France, à Cordemais (Loire-Atlantique) et à Saint-Avold (Moselle). Elle conduit les Européens à remplacer le gaz naturel russe par du gaz de schiste liquéfié américain, beaucoup plus nocif pour l'environnement. Sans crainte de se contredire, les instances de l'Union européenne multiplient aussi les accords de libre-échange (Nouvelle-Zélande, Mercosur,...) avec l'objectif pour l'Allemagne d'écouler coûte que coûte ses berlines au détriment de l'agriculture européenne. 

Dans le même temps, l'Inde et la Chine continuent à ouvrir des centrales thermiques alimentées par du charbon australien et l'on assiste un peu partout à une remise en question des politiques de transition énergétique avec l'arrivée au pouvoir de dirigeants farouchement climatosceptiques, le plus récent en date étant le nouveau président argentin Javier Milei.

Cette remise en question atteint même le président de la COP28, Sultan Al-Jaber, par ailleurs ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis. Il a stupéfait l'opinion en déclarant maladroitement le 21 novembre, dans une vidéo : « Aucune étude scientifique, aucun scénario, ne dit que la sortie des énergies fossiles nous permettra d’atteindre 1,5 °C. (…) Montrez-moi la feuille de route d’une sortie des énergies fossiles qui soit compatible avec le développement socio-économique, sans renvoyer le monde à l’âge des cavernes. » Autant dire qu'il est mal parti pour un accord ambitieux et crédible sur la réduction des énergies fossiles d'ici la clôture de la COP28, le 12 décembre.

Le coût intolérable de la « transition énergétique »

Le combat légitime contre le réchauffement climatique s'est bâti sur un postulat unique : remplacer coûte que coûte les énergies fossiles par des énergies renouvelables (à l'exclusion du nucléaire, honni par la mouvance écologiste) ! Le postulat a l'apparence du bon sens mais un minimum de réflexion en démontre l'insuffisance.

• La demande mondiale d'énergie continuant de croître, d'une part du fait de l'apparition de nouveaux besoins énergivores (vidéos, métavers, croisières, etc.), d'autre part du fait de l'accession progressive de quelques milliards d'individus supplémentaires à la modernité occidentale, les énergies renouvelables peinent à combler l'écart qui les sépare des énergies fossiles. 

La production mondiale d'énergie était en 2019 de l’ordre de 10 000 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole) : 33,1 % de pétrole, 27,0 % de charbon, 24,2 % de gaz naturel, 4,3 % de nucléaire et 11,5 % d'énergies renouvelables (hydroélectricité 6,5 %, éolien 2,2 %, biomasse et géothermie 1,0 %, solaire 1,1 %, agro-carburants 0,7 %), à quoi s’ajoutent les énergies autoconsommées (bois, pompes à chaleur, solaire thermique, etc.), de l’ordre de 900 Mtep selon l’AIE. L’énergie reste donc issue à plus de 80% des énergies fossiles émettrices de C02 : charbon, pétrole, gaz.  Le charbon, qui est la source d’énergie la plus polluante, reste aussi la plus utilisée ! Il est massivement employé dans les centrales thermiques pour produire de l’électricité en Chine, aux États-Unis mais aussi en Europe (Pologne, Allemagne…). Nous en brûlions 700 millions de tonnes en 1900, 4,7 milliards en 2000 et 8,2 en 2014.

• Plus gravement, les gouvernants s'abstiennent en matière climatique de toute analyse efficacité-coût. C'est tout particulièrement le cas des gouvernants européens qui pressurent tant et plus leurs concitoyens pour la bonne cause sans s'interroger sur la pertinence de leurs choix.

Rien qu’en France, l’État dépense au bas mot 80 milliards d’euros par an pour financer éoliennes, isolation thermique de logements, véhicules électriques, etc. C’est en moyenne quatre mille euros par an qui sont ainsi retirés du revenu que chaque ménage consacre à son bien-être (alimentation, logement, santé, éducation, culture et loisirs). Réparti entre les enseignants, infirmiers, aides-soignants, etc., ce montant permettrait d’augmenter de mille euros par mois leur salaire ! Pour quel résultat ?

En 2019, avec le Pacte Vert (Green Deal dans le jargon bruxellois), l’Union européenne a engagé une « transition énergétique » contraignante et coûteuse sans en démontrer la pertinence. L'interdiction de produire et vendre des voitures à moteur thermique à l'horizon 2035 tuera très probablement l'industrie automobile européenne, submergée par l'avance chinoise en matière de batteries. Réduira-t-elle pour autant les émissions de C02 ? Cela reste à démontrer et dépend de la taille des voitures et du kilométrage effectué. Du point de vue environnemental comme du point de vue économique, un villageois qui roule peu (moins de vingt mille kilomètres par an) aurait tout intérêt à conserver sa petite voiture diesel. Autre exemple : l’Union européenne projette de faire rouler 100 000 camions à l’hydrogène en 2030. Mais pour cet objectif somme toute modeste au regard des trois millions de camions en circulation en Europe, il faudrait 92 TWh/an d’électricité « verte ». C’est la production de 3000 éoliennes géantes ou 15 réacteurs nucléaires !

En matière de logement, les États européens, dont la France, ont lancé de très coûteux programmes de rénovation énergétique, là aussi sans en évaluer la pertinence. Une enquête britannique sur des rénovations effectuées quelques années plus tôt montrent que les habitants ont réalisé des économies d'énergie dans les deux premières années avant d'en revenir à leur consommation habituelle ! C'est une illustration parmi d'autres de l'« transition énergétique » ou paradoxe de Jevons (note) : plutôt que de diminuer leurs dépenses d'énergie à confort constant, les habitants font le choix d'un plus grand confort à coût constant et relâchent leurs efforts (en chauffant par exemple les couloirs ou les pièce vides).

Que dire des éoliennes, appelées à remplacer les énergies fossiles dans un avenir indéterminé ? L'Allemagne s'est engagée en fanfare en 2010 dans cette voie en fermant ses centrales nucléaires et les remplaçant par des champs d'éoliennes. Ce programme dénommé Energiewende a abouti à un fiasco retentissant (les Allemands émettent toujours près de deux fois plus de C02 par habitant que les Français ; 7,91 tonnes/hab/an contre 4,46 en 2019). En France, les parcs éoliens confinent à l'absurde, considérant qu'ils ne fonctionnent à plein régime que dans les périodes tempérées, quand il y a du vent (hors grands froids et canicules)... lorsque l'électricité nucléaire est disponible en surabondance !

Comment ne pas comprendre le trouble qui gagne l'opinion publique ? La faute de nos gouvernants et des partis politiques tient à l'absence de réflexion globale sur l'enjeu climatique, économique et social. Elle est surprenante de la part de dirigeants qui n'ont à la bouche que les mots  « productivité »« dette »,  « économies »« pouvoir d'achat », etc.

En matière climatique, le critère d'évaluation à retenir paraît simple. C'est le coût de la tonne de C02 évitée (CTCE), connu depuis quinze ans au moins (Christian Gérondeau, Écologie, la grande arnaque, Albin Michel, Paris, 2007) et jamais employé par nos gouvernants. Il s'agirait d'évaluer ce coût pour chaque investissement potentiel et de choisir en conséquence les investissements pour lesquels le coût de la tonne de C02 évitée est le plus faible. Ainsi verrait-on que le plus cher n'est pas le plus efficace. Il est par exemple bien plus rentable pour le climat (et pour le contribuable) d'investir dans la revitalisation de nos villages plutôt que dans les parcs éoliens.

Comme je me suis appliqué à le démontrer dans Le Climat et la vie, manifeste pour une écologie globale, nous pouvons relever le défi climatique par une démarche respectueuse de la liberté de chacun, sans contrainte et sans pression fiscale. Cette démarche sous-entend une approche globale des enjeux politiques parce que, selon les mots du pape Benoît XVI, « le livre de la nature est unique et indivisible » et inclut, entre autres, l’environnement, la vie, la sexualité, la famille et les relations sociales. Par conséquent, « la dégradation de l’environnement est étroitement liée à la culture qui façonne la communauté humaine » (Caritas in veritate, 2009).     

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2023-12-06 11:29:33

Voir les 4 commentaires sur cet article

jean-Michel Duprat (02-01-2024 23:21:47)

Je lis et je relis votre chapitre "Le coût intolérable de la « transition énergétique »" et les paragraphes "Plus gravement, les gouvernants s'abstiennent en matière climatique de toute analyse... Lire la suite

mcae.fr (09-12-2023 09:26:04)

La décarbonation est une manipulation médiatique pour contourner deux vérités afin de maintenir les profits : Une croissance infinie dans un monde fini est impossible. L’accumulation de masse... Lire la suite

Michel (07-12-2023 09:10:37)

La photo a l’air très réussie (avec la Présidente de la Commission en rose saumon) malgré quelques absentés de marque…

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net