Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 1945-2008
Les États-Unis des années 1960
John Fitzgerald Kennedy
• 1er décembre 1955 : arrestation de Rosa Parks
• 12 août 1961 : le Mur de la honte
• 22 octobre 1962 : ultimatum de Kennedy à Krouchtchev
• 22 novembre 1963 : assassinat de Kennedy à Dallas
• 29 juin 1966 : premiers raids US sur Hanoï
• 4 avril 1968 : assassinat de Martin Luther King
• 21 juillet 1969 : Neil Armstrong pose le pied sur la Lune
• 30 avril 1975 : capitulation du Sud-Vietnam
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

1945-2008

Le gendarme du monde


Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis disposent d'une puissance économique inédite : jamais un seul pays n'a fourni une part aussi importante du produit mondial.

Depuis la conférence de Bretton Woods, le dollar, convertible en or, est devenu l'étalon universel des valeurs. Les États-Unis disposent également d'un monopole sur l'arme atomique et d'une véritable aura internationale due à leur contribution à la victoire des Alliés. Ils comptent 145 millions d'habitants soit 7% de la population mondiale (2 milliards d'humains).

Vive l'« American way of life »

Rompant avec leur isolationnisme traditionnel, les États-Unis s'engagent dans un système d'alliances qui fait d'eux les garants de la sécurité européenne face à la menace soviétique.

Le refus par l'URSS du plan Marshall, proposé par les Américains pour aider les économies détruites par la guerre à se relever, enracine la division de l'Europe en deux blocs. C'est le début de la guerre froide. Les États-Unis et leurs alliés s'organisent au sein de l'OTAN dont les signataires s'engagent à se défendre mutuellement en cas d'attaque d'un des leurs. Le modèle culturel américain gagne également l'Europe sous la forme de films et de notes de musique qui accompagnent l'argent du plan Marshall.

La première grande crise de l'ère de l'hégémonie américaine est déclenchée par l'entrée des troupes de Corée du Nord en Corée du Sud en 1953.

Les années de la guerre de Corée sont marquées aux États-Unis par une véritable «chasse aux sorcières» anti-communniste, orchestrée par le sénateur MacCarthy. La défaite relative de la guerre de Corée met également fin à l'ère démocrate inaugurée par le président Roosevelt en 1932 : en 1952, le républicain Eisenhower est élu président.

En 1962, lors de la crise des fusées à Cuba, les Soviétiques cèdent devant l'ultimatum posé par Kennedy qui a fait craindre au monde une guerre nucléaire entre les deux Grands.

La décennie du Vietnam : 1963-1973

L'assassinat de Kennedy en 1963 à Dallas inaugure l'entrée dans une période plus troublée pour les États-Unis. Malgré l'appel à une lutte non-violente pour les droits civiques lancé par le pasteur noir Martin Luther King, des émeutes secouent les ghettos noirs. Le président Johnson signe le Civil Rights Act (loi sur les droits civiques) qui met fin à la ségrégation raciale, mais Luther King est assassiné, de même que Malcom X, le leader des Black Muslims, un mouvement plus violent.

Les États-Unis s'engagent dans le plus long conflit armé de leur histoire, qui sera aussi leur première défaite depuis 1815 : la guerre du Vietnam. Des incidents dans le golfe du Tonkin fournissent un prétexte au président Johnson pour lancer les premières attaques contre le Nord-Vietnam communiste. En 1975, le Nord-Vietnam envahit le Sud-Vietnam, signe de la défaite militaire, politique et morale des États-Unis.

Les années 1960 sont néanmoins une période de forte croissance économique pour les États-Unis et celle d'un exploit technique sans précédent : le 16 juillet 1969, l'Américain Neil Armstrong est le premier homme à poser le pied sur la lune.

Le désarroi de l'après Vietnam

L'affaire du Watergate vient porter le coup de grâce à des États-Unis en pleine crise de scepticisme. Traumatisés par le carnage du Vietnam, les Américains laissent l'URSS marquer des points et l'Iran de l'ayatollah Khomeyni retenir leurs diplomates en otage pendant plus d'un an.

Les deux chocs pétroliers affectent fortement l'économie américaine. L'heure n'est plus à la « grande société » du président Johnson, soucieux de justice sociale, mais à l'individualisme.

Les années Reagan, ou la révolution conservatrice

L'élection à la présidence du républicain Ronald Reagan change le cap de la politique intérieure comme de l'étrangère. « America is back », proclame le président, qui durcit le ton face à l'expansionnisme de l'URSS, apportant notamment une aide logistique aux Afghans en lutte contre les troupes soviétiques.

Son vice-président George Herbert Walker Bush est élu président au moment où l'effondrement de l'URSS peut faire croire en « la fin de l'Histoire » et la mise en place d'un monde unipolaire, dominé par la seule puissance américaine. Une puissance qui s'incarne tant dans Hollywood et Microsoft que dans le Pentagone et le bureau ovale.

Mais le monde post-soviétique apparaît plus incertain que pacifié. En 1991, les États-Unis fournissent la moitié des troupes qui attaquent l'Irak de Saddam Hussein après son invasion de l'émirat du Koweït.

Les attentats du 11 septembre 2001 renforcent la tentation américaine de s'affranchir des cadres multilatéraux (ONU). George W. Bush, fils de George Herbert Walker Bush, succède au démocrate Bill Clinton à la présidence en 2000. Il engage successivement les États-Unis sur deux fronts, au nom de la lutte contre le terrorisme : l'Afghanistan puis l'Irak, contre ce même dictateur Saddam Hussein dont ils ont préservé le pouvoir à l'issue de la première guerre du Golfe. L'image de « gendarme du monde » des États-Unis souffre de l'illégitimité de cette guerre d'Irak, « guerre préventive » menée au nom de fausses accusations sur la possession par l'Irak d'armes de destruction massive...


Épisode suivant Voir la suite
La guerre du Vietnam
Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-09-29 10:19:03

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Carole (28-09-201617:11:22)

Récente abonnée, je trouve vos articles et infos très intéressants et agréables. Un souhait de ma part: pourriez-vous une fois faire un point approfondi sur l'immonde manipulation qui a débouché sur la guerre d'Irak de 2003 et sur l'intérêt qu'avaient les dirigeants néo-cons américains (l'équipe Bush) à envahir ce pays? Merci d'avance.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel peuple colonisé s'est le premier soulevé contre la métropole? C'était en 1729...

Réponse
Publicité