Le cadeau de Noël - Une histoire bien emballée - Herodote.net

Le cadeau de Noël

Une histoire bien emballée

Grand, petit, rond, carré, lourd, léger… les cadeaux de Noël revêtent toutes les formes, toutes les couleurs. Ils recèlent les plus intimes envies, les plus grandes joies et parfois quelques déceptions.

Les enfants les tiennent pour un dû de plein droit. L'importance qu'ils ont prise dans nos sociétés ne saurait faire oublier qu'ils remontent seulement au milieu du XIXe siècle...

La fête de Saint Nicolas (Jan Steen, 1665-1668, Rijksmuseum Amsterdam)

Au commencement étaient les étrennes

L'histoire des cadeaux s’enracine dans un récit très ancien, datant de la période royale de la Rome antique. De cette époque date l’étrenne, qui vient du mot latin strenae, en lien avec la déesse de la santé Strenia, fêtée le premier jour de l'année.

La tradition romaine des étrennes du Nouvel An a été reprise dans la chrétienté occidentale. Subalternes et employés sont gratifiés d’un don par leurs maîtres et supérieurs. Parents et amis échangent également de menus cadeaux en signe de bon augure pour l'année à venir. Mais dans tous les cas, il s'agit d'échanges entre adultes. La tradition perdure jusqu’au début du XIXe siècle, époque à laquelle les boutiques de bimbeloterie demeurent le lieu de prédilection des achats.

Les cadeaux à l'attention des enfants remontent plus spécialement au Moyen Âge et se rattachent aux fêtes liturgiques chrétiennes. La plus populaire est la Nativité, ou fête de Noël, qui célèbre la naissance de Jésus de Nazareth, dans la nuit du 24 au 25 décembre, avec la messe de minuit et la crèche.

En correspondance avec l'enfant Jésus, Noël est assez naturellement devenu la fête des enfants. Un «Père Noël» ou «Monseigneur Noël» est ainsi mentionné dès le Moyen Âge. Et la romancière George Sand l'évoque dans un extrait célèbre de ses Souvenirs d'enfance (1855, voir ci-dessous).

En parallèle - ou en concurrence - avec le Père Noël, les pays rhénans et la Lorraine connaissent depuis la première moitié du XVIe siècle un saint Nicolas qui, à l'occasion de sa fête, dans la nuit du 5 au 6 décembre, apporte des noix, des noisettes, des pommes ou encore des sujets en pain d’épice aux enfants sages. La Fête de saint Nicolas du peintre hollandais Jan Steen (1666, voir ci-dessus) est l’une des toutes premières illustrations de cette distribution des cadeaux, dans le cadre d’une famille réunie autour des enfants.

Saint Nicolas continue aujourd'hui de sévir en Lorraine, Wallonie, Flandre... toujours accompagné du Père Fouettard. Selon l’ethnologue et folkloriste français Arnold Van Gennep, le Père Fouettard serait issu d’une «invention scolaire créée par les pédagogues du XVIIIe siècle qui appartient à la série des croque-mitaines». Sa hotte renvoie à celle d’Arlequin, qui transporte les âmes des morts dans son dos et sert à emporter les enfants désobéissants.

«Vérité en deçà des Pyrénées…». En Espagne, c'est le jour de l'Épiphanie, le 6 janvier, qu'a lieu la traditionnelle distribution de cadeaux aux enfants sages. Rappelons que la tradition juive connaît également une fête des enfants, avec distribution de cadeaux à la clé. C'est la Hanouka ou «Fête des Lumières», au début du mois de décembre.

Rien par contre dans l'islam, même si la fête de la rupture du jeûne peut donner lieu à de menus cadeaux pour les enfants. Il n'empêche que la tradition profane de Noël s'est introduite, sous l'influence du marketing, dans de nombreux foyers de culture musulmane, en Occident comme en Orient, ainsi d'ailleurs qu'en Extrême-Orient (...).

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès