Michel-Ange (1475 - 1564)

La démesure dans l'art

Ignudo (1508-1512, Michel-Ange, chapelle Sixtine, Vatican)Le 18 février 1564, Michelangelo Buonarroti, plus connu sous le nom de Michel-Ange, rejoint Dieu et ses anges. L'artiste toscan meurt à Rome à 89 ans.

Jusqu'à sa mort en pleine gloire, il a poursuivi pendant près de sept décennies une collaboration âpre et féconde avec les Médicis de Florence et tous les papes de la Renaissance, au cœur du Cinquecento italien : Raphaël, Vinci, Bramante, Titien etc. etc. (note).

Tourmenté par la quête de la beauté, il s'est illustré dans la sculpture, la peinture et la fresque, l'architecture et même la poésie. Dès 1552, de son vivant, une biographie lui a été consacrée. Tentons de saisir les ressorts de cet artiste absolu...

Isabelle Grégor et André Larané

Ogn'ira, ogni miseria e ogni forza,
Chi d'amor s'arma, vince, ogni fortuna.

(Michel-Ange, Poèmes, 1623)

Chaque colère, misère et violence,
Qui d'amour s'arme vainc le sort.

La Pieta de Michel-Ange (1498, Saint-Pierre de Rome)

Il Divino ! Michel-Ange, le génie de la Renaissance

Michel-Ange est né à Caprese, près d'Arezzo (Toscane), le 6 mars 1475, dans la famille d'un modeste fonctionnaire. Tôt orphelin de mère, il est battu par son père qui ambitionne pour lui une carrière prestigieuse et s'oppose à sa vocation artistique. Et voilà comment notre Michel-Ange se retrouve dans une école de grammaire pour devenir diplomate. Mais face au dessin, le latin et le grec ont bien peu de charme !

La vierge de Manchester, vers 1490 (National Gallery)À force d'obstination, il parvient à entrer à 14 ans en apprentissage chez un artiste important, Domenico Ghirlandaio. Celui-ci détecte immédiatement chez l'enfant des talents très supérieurs aux siens. N'est-il déjà pas familier de Giotto et Masaccio, qu'il ne cesse de copier et qu'il désigne comme ses maîtres ?

Il l'introduit auprès de Laurent de Médicis, dit le Magnifique, maître tout-puissant de Florence et principal mécène de son temps. Dans cette « école du jardin de Laurent », il croise artistes et humanistes, tous follement amoureux de l'Antiquité et de ses œuvres d'art collectionnées avec goût et appétit par le Magnifique. Séduit par son protégé, celui-ci l'héberge à plein temps dans son palais, le considérant presque comme un fils adoptif.

Le jeune homme, qui manifeste assez vite une préférence pour la sculpture, va s'épanouir dans l'atmosphère follement optimiste et créatrice de la Florence de ce temps... non sans quelque désagrément, comme le confesse son acolyte Pietro Torrigiano : « Un jour, il m'agaça tellement que je perdis tout contrôle et lui assenai un tel coup de poing sur le nez que je sentis les os et les cartilages s'écraser comme un biscuit » ! Il en hérita un nez cassé qui l'aurait tellement complexé qu'il serait la cause de la tristesse permanente qui habitait son visage.

À la mort de Laurent, Michel-Ange retourne s'installer chez son père et en profite pour fréquenter l'hôpital du monastère Santo Spirito : il y côtoie partout des morts et assiste à des dissections, grâce à quoi il va parfaire ses connaissances en anatomie.

Après la chute des Médicis, Michel-Ange se réfugie à Venise puis à Rome. On est au temps où triomphe l'humanisme.

L'artiste ne tarde pas à subjuguer les amateurs d'art avec sa Pietà réalisée pour le cardinal français Jean de la Groslaye de Villiers. C'est une statue représentant la Vierge éplorée tenant dans ses bras, le corps de son fils, Jésus-Christ.

Trop belle, la Vierge ?

La Pieta de Michel-Ange (détail)La Pietà est une œuvre magnifique, sculptée dans un bloc de marbre de Carrare choisi avec soin par l'artiste lui-même et poli avec une belle patience pour atteindre cette délicatesse.
Cependant, deux aspects peuvent poser question : la Vierge n'est-elle pas trop belle et trop jeune pour être mère d'un adulte ? Pour Michel-Ange, cette perfection symbolise l'extrême pureté de Marie.
Par contre, il aurait bien eu du mal à expliquer pourquoi, si l'on considère l'œuvre dans son ensemble, un léger problème de proportion surgit : si les deux personnages étaient debout, lui mesurerait 1m75 et elle... 2m20. Qu'importe ! Les plis de la robe et l'harmonie générale font vite oublier ce détail.
Le groupe a été installé en bonne place dans la basilique Saint-Pierre de Rome. Apprenant qu'on attribuait son chef-d’œuvre à d'autres, une nuit Michel-Ange se glissa dans le saint lieu et ajouta son nom sur la ceinture de la Vierge. Plus de doute possible.

Une gloire précoce

David par Michel-Ange (1501, Florence), DRÀ 23 ans, Michel-Ange accède à la gloire et bientôt à la fortune.

De retour à Florence, en 1501, il confirme son talent avec la statue de David, extraite d'un bloc de marbre de 2,5 tonnes et cinq mètres de haut.

Ce bloc n'était à l'origine pas destiné à Michel-Ange : un autre sculpteur avait commencé à y faire apparaître une « figure géante » mais « le travail avait été si mal fait qu'il y avait un trou entre les jambes et que tout était mauvais et estropié ».

Pas de souci pour notre génie qui parvint à rattraper le désastre pour en faire l'œuvre-phare de la Renaissance.

Le David, après quatre jours de transport à travers les rues de Florence, parvint finalement à la place de la Seigneurie où elle trôna jusqu'en 1873.

Cette année-là, on décida de le protéger à l'intérieur de la Galleria dell'Accademia où on peut toujours l'admirer (une réplique a été installée en 1910 à son ancien emplacement, devant le Palazzo Vecchio).

« Une fois qu'on l'a vu, il devient inutile de regarder une autre sculpure » (Giorgio Vasari)

Très vite, le David de Michel-Ange fut considéré comme le chef-d’œuvre indépassable de la Renaissance. Dans son analyse, publiée entre 1943 et 1960, l'historien Charles de Tolnay s'emploie à expliquer la force qui émane de cette statue :
La pose de la figure semble calme mais pleine de tension […]. Le contraste entre les deux côtés est bien marqué : tout le poids repose sur la jambe droite et ce côté est strictement vertical et fermé. L'autre côté de la silhouette, brisée par le bras élevé, est ouvert. Ce contraste correpond […] à une disctinction morale que le Moyen Âge établissait entre les deux côtés : le côté droit sous la protection divine, le côté gauche vulnérable, exposé aux puissances du mal. […]
Le traitement du corps est nouveau dans le David. Au lieu d'accentuer, par le rythme des formes, les forces intérieures qui palpitent, il cherche maintenant à rendre la structure anatomique avec précision. […] Montrant la structure essentielle des organes au repos, l'artiste indique en même temps la virtualité de l'action. [...]
Ce David n'est pas l'enfant victorieux de la Bible : il est l'incarnation de la Fortezza (« force ») et de l'Ira (« Colère »). Or la Fortezza était considérée comme la plus grande vertu civique par les humanistes florentins de la première Renaissance. […] Le David de Michel-Ange est donc l'incarnation des principales vertus civiques républicaines : c'est un « citadino guerriero » (Charles de Tolnay, Michel-Ange, 1943-1960).

David par Michel-Ange (1501, Florence), DR

S'il est un génie, Michel-Ange est un génie peu avenant : il se fait en effet remarquer par son tempérament taciturne et ses manières très peu sociables (peut-être une forme particulière d'autisme).

Visage idéal (1512-1530, Michel-Ange, sanguine, Galerie des Offices, Florence)Sa sexualité suscite encore des interrogations. On ne lui connaît pas de conquête féminine ni d'attrait pour les femmes. Impuissance ? Homosexualité contenue ou discrète ?...

Il est en butte à la concurrence du doux Raphaël, du rude Léonard de Vinci et de quelques autres artistes plus accommodants que lui.

Cela ne l'empêche pas de gagner la faveur du souverain le plus emblématique de la Renaissance italienne, Giuliano Della Rovere, devenu pape le 1er novembre 1503 sous le nom de Jules II.

Avide d'en remontrer aux puissants de ce monde, Jules II demande à Michel-Ange de lui sculpter un tombeau monumental. Effrayé, il commence par empocher l'argent et s'enfuit à Florence. Mais le pape menace de faire la guerre à la République, laquelle convainc Michel-Ange de regagner Rome.

Moïse, tombeau de Jules II (1503, Michel-Ange, église Saint-Pierre aux Liens, Rome)C'est le début de la « tragédie de la sépulture », comme il a lui-même baptisé cet épisode qui dura 40 ans ! 30 ans après la mort du pape, ses descendants continuèrent en effet de le harceler. « J'ai perdu toute ma jeunesse enchaîné à ce tombeau », dira-t-il avec regret à la fin de sa vie.

Après avoir rempli la moitié de la place Saint-Pierre de blocs de marbre, Michel-Ange débute son travail avec la statue de Moïse, que l'on peut voir aujourd'hui à l'église Saint-Pierre aux Liens, à Rome...

La méthode du sculpteur est simple, si l'on en croit Vasari : « Supposons qu'on prenne une statue de cire ou de quelque matière ferme et qu'on la couche dans un bassin où l'eau forme par définition un plan uni ; si l'on soulève peu à peu cette statue de façon régulière apparaissent d'abord les parties les plus saillantes et les autres restent cachées, à savoir les parties inférieures, jusqu'à ce que finalement elle soit toute découverte. Il faut creuser de même les statues de marbre, en dégageant d'abord les parties les plus saillantes et par degrés les plus basses. »

Michel-Ange... poète !

On le sait peu, mais Michel-Ange ne se contentait pas de manier burin et pinceau mais avait aussi, et avec grand talent, tâté de la plume. Pour l'artiste, il y avait en effet « entre la peinture et la poésie une merveilleuse ressemblance ; c'est assurément là ce qui a fait appeler tour à tour des deux arts l'un, une poésie muette, l'autre, une peinture parlante » (Leçons sur Pétrarque).

Dans ses poèmes, publiés 60 ans après sa mort, c'est toute l'âme déchirée de l'artiste qui s'exprime : Per la via degl’ affanni… (En raison de mes peines)
Zeus et Ganymède (dessin de Michel-Ange)« J’espère, avec la grâce de Dieu, arriver au ciel, par le chemin des afflictions et des jeûnes. Mais ce qu’il ne m’est plus permis d’espérer, c’est de me rapprocher de vous, avant d’abandonner ma mortelle dépouille.
Cependant, malgré la mer orageuse et les terres qui nous séparent, mon amitié sait braver les frimas, surmonter les obstacles, et me transporter jusqu’à vous, sur les ailes de la pensée que rien n’enchaîne.
Plein de votre doux souvenir, je donne pourtant quelques larmes à mon cher et fidèle Urbin. Que ne vit-il encore ! Il serait avec moi.
Hélas ! c’est tout mon désir. Mais son trépas m’appelle ; il m’a ouvert le chemin et m’attend dans le ciel »
. (Poèmes, 1623)

La Création de l'Homme, détail de la Sixtine

La Sixtine prend des couleurs

Cependant, en 1508, le pape change brusquement d'idée. Il ne veut plus de mausolée et exige de Michel-Ange qu'il décore d'une immense fresque la voûte de la chapelle Sixtine. Refus de l'artiste ! Il est sculpteur et non peintre, le Saint-Père ne peut rompre ainsi son contrat ! Mais il a beau fuir de nouveau, il est rattrapé et placé au pied du mur : au travail, et vite !

La Sybille Lybique (1508, Michel-Ange, chapelle Sixtine, Vatican)Ce sera son œuvre maîtresse. Il s'y épuisera pendant quatre ans, perché seul sur les échafaudages dans des conditions pour le moins inconfortables. « Je suis ici en grand souci et fatigue de corps, écrit-il à son frère, je n’ai amis d’aucune sorte et je n’en veux pas même. J’ai si peu de temps, que je ne peux manger à ma faim ».

Est-ce pour montre son désespoir qu'il se serait représenté sous le masque d'écorché de saint Barthélemy ?

Pourtant le public adhère. Seul un détail chiffonne : ces saints et diables sont un peu trop nus... Le maître de cérémonie du pape le remarque vite et s'indigne, comme le rapporte Vasari, « que c'était une grande inconvenance d'avoir peint dans un lieu si vénérable tant de figures nues qui montraient leur nudité d'une manière si déshonnête, qu'au surplus c'était une œuvre plus digne d'une salle de bains ou d'une auberge que d'une chapelle papale » !

Études pour la Sibylle Libyenne, sanguine, détail (1510-1511, Michel Ange,  Metropolitan Museum of Art of New York)

« À Travailler tordu... »

Saint Barthélemy (1508-1512, Michel-Ange, chapelle Sixtine)« À travailler tordu j’ai attrapé un goitre
Comme l’eau en procure aux chats de Lombardie
(À moins que ce ne soit de quelque autre pays)
Et j’ai le ventre, à force, collé au menton.

Ma barbe pointe vers le ciel, je sens ma nuque
Sur mon dos, j’ai une poitrine de harpie,
Et la peinture qui dégouline sans cesse
Sur mon visage en fait un riche pavement.

Mes lombes sont allées se fourrer dans ma panse,
Faisant par contrepoids de mon cul une croupe
Chevaline et je déambule à l’aveuglette.

J’ai par devant l’écorce qui va s’allongeant
Alors que par derrière elle se ratatine
Et je suis recourbé comme un arc de Syrie.

Enfin les jugements que porte mon esprit
Me viennent fallacieux et gauchis : quand on use
D’une sarbacane tordue, on tire mal.

Cette charogne de peinture,
Défends-la, Giovanni, et défends mon honneur :
Suis-je en bonne posture ici et suis-je peintre ? »
(Michel-Ange, Poèmes, 1623)

De retour à Florence, auprès des Médicis, Michel-Ange travaille à leur tombeau, au couvent de San Lorenzo.

Les Médicis, forts de leur prestige passé, donnent deux papes à la chrétienté, Léon X en 1513 et Clément VII en 1523. Ce dernier noue une Sainte Ligue contre l'empereur Charles Quint, ce qui entraîne le sac de Rome par les lansquenets allemand (1527). Mais là-dessus, pour faire face à une sédition du peuple de Florence, le pape tourne casaque et fait avec l'empereur le siège de la ville ! Michel-Ange, par attachement à sa ville, participe à sa défense mais en vain.

La Nuit et le Jour, tombeau de Julien de Médicis (1530, Michel-Ange, couvent de San Lorenzo, Florence)

En 1530, l'empereur et le pape placent Alexandre de Médicis à la tête de la ville et lui confèrent le titre de duc héréditaire (il sera assassiné en 1537 par un proche parent surnommé Lorenzaccio ; il inspirera beaucoup plus tard une tragédie romantique à Alfred de Musset).

Le Jugement dernier, détail (1538-1541, Michel-Ange, chapelle Sixtine, Vatican)En attendant, le pape a vite fait de pardonner ses infidélités à Michel-Ange, de retour à Rome. Il commande lui aussi son tombeau à l'artiste, puis une nouvelle fresque pour le mur de l'autel de la chapelle Sixtine. Ce sera le grandiose Jugement dernier (16 mètres de haut sur 13 de large).

Entretemps, la chrétienté a basculé dans une nouvelle ère avec les déchirements de la Réforme luthérienne...

L'optimisme de la Renaissance a vécu. Michel-Ange exprime ce basculement à travers les corps torturés et contorsionnés de cette fresque, qui expriment tout à la fois son attachement aux traditions de l’art antique et sa vision sombre du destin de l’humanité (note).

Eugène Delacroix, juge du Jugement dernier

Dans ce compte rendu pour La Revue des Deux Mondes, Eugène Delacroix traduit ses émotions à la vue d'une copie du Jugement dernier de Michel-Ange :
« Le Christ de Michel-Ange n’est ni un philosophe, ni un héros de roman ; c’est Dieu lui-même, dont le bras va réduire en poudre l’univers. Il faut à Michel-Ange, il faut au peintre des formes, des contrastes, des ombres, des lumières sur des corps charnus et mouvans. Le jugement dernier, c’est la fête de la chair ; aussi, comme on la voit courir déjà sur les os de ces pâles ressuscités au moment où le son de la trompette entr’ouvre leur tombe et les arrache au sommeil des siècles ! Dans quelle variété de poétiques attitudes ils entr’ouvrent leur paupière à la lueur de ce sinistre et dernier jour, qui secoue pour jamais la poussière du sépulcre et pénètre jusqu’aux entrailles de cette terre où la mort a entassé ses victimes ! Quelques-uns soulèvent avec effort la couche épaisse sous laquelle ils ont dormi si long-temps ; d’autres, dégagés déjà de leur fardeau, restent là étendus et comme étonnés d’eux-mêmes. Plus loin, la barque vengeresse emporte la foule des réprouvés. Caron se tient là, battant de son aviron les ames paresseuses - Qualunque s’adagia. Rien n’égale la malice et la férocité de ses deux yeux de braise, comme dit le poète. […] Qui croirait, si l’histoire ne nous l’apprenait, que cet ouvrage si plein de hardiesse dans la conception et d’une exécution si virile, est l’ouvrage d’un vieillard ? Michel-Ange avait passé soixante ans quand il entreprit cet immense travail. La diversité de ses travaux, jointe aux contrariétés qu’il rencontra dans leur exécution, fut cause qu’il ne mit pas moins de sept ou huit ans pour l’achever ; ce qui rend encore plus surprenante l’unité qu’on voit régner dans toutes ses parties, dont aucune ne trahit l’effort ou la fatigue ». (La Revue des Deux Mondes, 1837)

Avec la maturité, Michel-Ange sculpteur évolue vers une forme moins achevée que ses premières œuvres. C'est le non-finito, qui joue sur la matière même du marbre en la laissant par endroits à peine dégrossie, d'une façon plutôt moderne.

« Une espèce de fureur contre le marbre »

Captif dit L'esclave rebelle; destiné au tombeau du pape Jules II (1513-1514, Michel-Ange, musée du Louvre, Paris)Non finito ! C'est ainsi que l'on a baptisé l'état d'inachèvement dans lequel Michel-Ange, et après lui Rodin, ont laissé certaines de leurs œuvres. Mais pourquoi ces Esclaves sont-ils restés à l'état d'ébauche ? Pour l'expliquer, on a évoqué l'incapacité maladive d'un artiste tatillon à mettre fin à sa création. Mais lui qui mettait un soin méticuleux à choisir chacun de ses marbres et à les accompagner jusqu'à son atelier n'avait-il pas en fait perçu autre chose dans ces pierres ? « J'ai vu un ange dans le marbre et j'ai seulement ciselé jusqu'à l'en libérer » aimait-il dire.
Habité par son art, Michel-Ange était, comme l'a expliqué Stendhal, « brûlé par l'image du beau qui lui apparaissait et qu'il craignait de perdre [;] ce grand homme avait une espèce de fureur contre le marbre qui lui cachait sa statue ».
L'esclave s'éveillant, tombeau de Jules II (1519-1536, Michel-Ange, Galerie de l'Académie, Florence)L'écrivain français ajoute, citant un auteur du XVIe siècle : « Je puis dire d'avoir vu Michel-Ange âgé de plus de soixante ans, et avec un corps maigre qui était bien loin d'annoncer la force, faire voler en un quart d'heure plus d'éclats d'un marbre très dur, que n'auraient pu le faire en une heure trois jeunes sculpteurs des plus forts ; chose presque incroyable à qui ne l'a pas vue. Il y allait avec tant d'impétuosité et tant de furie, que je craignais, à tout moment, de voir le bloc entier tomber en pièces. Chaque coup faisait voler à terre des éclats de trois ou quatre doigts d'épaisseur, et il appliquait son ciseau si près de l'extrême contour, que si l'éclat eût avancé d'une ligne tout était perdu. » (Histoire de la peinture en Italie, 1817).

Michel-Ange architecte

En 1538, dix ans après le triste sac de Rome, le pape Paul III demande à l'artiste de réaménager la place du Capitole, siège du Sénat de la ville.

La place du Capitole, à Rome, réaménagée par Michel-Ange en 1538Michel-Ange dessine le plan actuel, remarquable d'équilibre et d'harmonie, avec des volées d'escaliers flanquées de palais qui mènent à la petite place en forme de trapèze, et au centre de celle-ci, la statue en bronze de l'empereur Marc-Aurèle, héritée de l'Antiquité.

Parmi d'autres constructions romaines à mettre au crédit du vieil artiste figurent la Porta Pia et le palais Farnèse, qui abrite aujourd'hui l'ambassade de France.

En 1546, le pape Paul III confie à Michel-Ange, architecte en chef du Vatican, le soin de reprendre la construction de la basilique Saint-Pierre de Rome, délaissée depuis la mort de Bramante, 32 ans plus tôt. À 71 ans, Michel-Ange remanie donc les plans de son ancien rival et dessine une majestueuse coupole (136,50 mètres de hauteur totale).

Ayant refusé d'être payé pour des raisons éthiques, il travaillera sur le projet pendant près de 18 ans mais ne le verra jamais achevé puisqu'il meurt le 14 février 1564, à 88 ans.

Le pape décide alors de lui rendre hommage en lui accordant un tombeau à Saint-Pierre de Rome. Impossible ! C'est aller contre le vœu de Michel-Ange qui souhaitait revenir à Florence ! Son neveu va subtiliser le corps et le ramener dans sa chère ville où il repose auprès de ses ancêtres, dans l'église Santa Croce.

« Ni peintre ni sculpteur ! »

Portrait de Michel-Ange (1475-1564) par Daniele da Volterra (vers 1544, Metropolitan Museum of Art, New York)Dans cette lettre à son neveu, écrite de Rome en 1545, Michel-Ange nous fait part de ses soucis quotidiens :
« J’ai reçu la corbeille de poires. Il y en avait 86. J’en ai envoyé au pape 34, qui lui ont paru belles et fort bonnes. Quant à la corbeille de fromages, la douane dit que le voiturier est un fourbe et qu’il ne l’a pas déposée en douane. Si je peux savoir où il se trouve dans Rome, je lui ferai selon son mérite, non pour le fromage, mais pour apprendre à ce ladre à mieux traiter l’humanité. J’ai été très mal, ces jours derniers ; je me sentais bien éprouvé par une rétention d’urine. À présent je vais mieux et je te l’écris, de peur que quelque bavard ne t’en raconte mille mensonges à te faire sauter. Dis au prêtre de ne plus m’écrire à Michelagnolo, sculpteur, parce que je ne suis connu que sous le nom de Michel-Ange Buonarroti ; et aussi parce que, si un citoyen florentin veut faire peindre une table d’autel, il faut qu’il s’adresse à un peintre. Moi, je n’ai jamais été ni peintre ni sculpteur, comme ceux qui tiennent boutique. Je m’en suis toujours défendu, par honneur pour mon père et pour mes frères, et je n’ai pas moins servi trois papes, — encore que contraint… » (Lettre de Michel-Ange à son frère Leonardo, 1545).


Épisode suivant Voir la suite
Le Titien (1488-1576)
Publié ou mis à jour le : 2020-03-06 11:51:47

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net