Napoléon Ier (1769 - 1821)

L'expédition d'Égypte, un fiasco aux allures de rêve

L'expédition d'Égypte engagée en 1798 paraît devoir consacrer le triomphe de la Révolution française. Elle a été voulue par le ministre des Relations extérieures Talleyrand et le jeune et ambitieux général Bonaparte, auréolé par sa campagne triomphale d'Italie et bercé par ses lectures de jeunesse sur l'Orient mystérieux.

L'expédition débute par l'incroyable victoire de l'armée française sur les Mamelouks devant les Pyramides, le 21 juillet 1798, mais va s'achever sur un fiasco militaire, le premier avant ceux de Saint-Domingue, d'Espagne et de Russie. Bonaparte saura s'en sortir à temps et prendre le pouvoir à Paris avant que ne soit connue l'étendue de son échec.

Au demeurant, cet échec sur le champ de bataille va déboucher sur une immense victoire culturelle, d'une part en faisant découvrir aux Français et plus largement aux Européens l'Égypte antique et l'Orient arabe, d'autre part en faisant découvrir la modernité occidentale aux élites arabes d'Égypte et du Proche-Orient...

Gabriel Vital-Durand
Jean-Léon Gérôme, Le Général Bonaparte et son état-major en Égypte, 1867, coll. privée

Origines de l'expédition

En 1797, les conquêtes de Bonaparte en Italie et le traité de Campo Formio ont permis de remplir les caisses du Directoire et d'obtenir pour la Grande Nation des « frontières naturelles » sur le Rhin.

La République acquiert avec ces victoires la volonté de convertir le monde à ses principes. Elle perd le sens de la mesure et n'hésite pas à fouler les règles de la diplomatie et du droit. Elle poursuit sa politique expansionniste aux Antilles (guerre de course), en Irlande (expédition de Humbert), en Europe (subversion des régimes établis et renversement de vieilles dynasties) et même aux Indes (soutien à Tippou Sahib, sultan du Mysore, en lutte contre les Anglais).

Une expédition de rêve

L'époque est aux réminiscences antiques. La République rêve d'envoyer ses légions reconstituer la Mare nostrum des Romains. L'Espagne est une alliée, des Républiques soeurs ont été semées jusqu'en Calabre, les Iles Ioniennes sont maintenant françaises. L'Empire ottoman, allié de la France depuis François Ier, apparaît soudain comme une puissance rétrograde qui opprime une Grèce idéalisée.

vue romantique de l'Égypte pharaoniqueLe moment semble propice. L'Angleterre du Premier ministre William Pitt (38 ans) vit des moments difficiles (révolte en Irlande, mutinerie des marins à Portsmouth, faillite financière).

L'Égypte offre un point d'appui pour assurer une communication terrestre avec l'Orient menacé par la suprématie maritime britannique. Talleyrand se fait fort de convaincre le Grand Turc que la future expédition n'est pas dirigée contre lui. Malheureusement, le général Aubert-Dubayet, ambassadeur français à Istamboul, meurt en décembre 1797 et n'est pas remplacé, ce qui laisse le champ libre aux menées britanniques. Mais, malgré les rapports venus de France et d'Italie, Londres ne veut pas croire à une expédition française au Levant.

À Paris, le Directoire décide, début 1798, d'envahir la Confédération suisse, alliée séculaire de la France, afin de financer la future expédition d'Orient avec le trésor de Berne.

Le baron Dominique Jean Larrey (Anne-Louis Girodet, 1804, musée du Louvre)Une campagne de promotion bien conduite permet à Bonaparte, récemment nommé membre de l'Institut, de se faire accompagner de jeunes scientifiques, ingénieurs, artistes et humanistes.

Adjoindre des savants à une expédition militaire n'est pas chose nouvelle mais c'est la première fois qu'on en compte autant : 169 ! Beaucoup sont issus des nouvelles écoles d'État comme Polytechnique. Parmi eux le mathématicien Gaspard Monge, le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire... À leur tête, l'artiste aventurier Vivant Denon, qui recueille à 51 ans la chance de sa vie.

La marine française est en piteux état et la majorité des officiers de marine ont émigré. Au printemps 1798, on parvient tout de même à rassembler dans le golfe de Gênes une partie des navires initialement destinés à envahir l'Angleterre. Ils sont placés  sous le commandement de l'amiral Brueys d'Aigailliers. En tout 194 navires et 19 000 soldats (non compris les marins). Notons la présence parmi eux d'un chirurgien militaire appelé à un grand destin, Jean-Dominique Larrey.

La flotte appareille de Toulon le 19 mai malgré la vigilance du contre-amiral Horatio Nelson, commandant de la flotte britannique. Avec les flottes de Gênes et d'Ajaccio, les effectifs de l'expédition s'élèvent au final à... 54 000 hommes et plus de 300 navires !

Louis-François Lejeune, Bataille des Pyramides, 1808. Agrandissement : Antoine-Jean Gros, Bataille des Pyramides, 1810.

La conquête

La flotte parvient en vue de La Valette, capitale de l'île de Malte, le 9 juin. Trois siècles plus tôt, l'île avait été confiée par Charles Quint aux Chevaliers de Rhodes. Le grand-maître renonce à tenir un siège et rend les armes le 12 juin.

Bonaparte s'installe pour quelques jours à La Valette, édicte toutes sortes de dispositions révolutionnaires, puis poursuit sa croisière vers l'Égypte. Le corps expéditionnaire débarque à Alexandrie le 2 juillet après avoir échappé presque par miracle à la poursuite de Nelson.

Les savants de la Commission des sciences et des arts l'échappent belle. Le navire qui transporte leur matériel, le Patriote, se déchire sur les récifs du port d'Alexandrie. Heureusement, l'ingénieur Nicolas Conté, celui-là même qui inventa le crayon à mine graphite, organise son sauvetage. « Les hommes sont sauvés, une grande part du matériel aussi, écrit-il à sa femme. Les botanistes ont perdu le papier destiné aux herbiers et Geoffroy Saint-Hilaire n'a plus d'esprit-de-vin ni de poudre à giboyer. »

L'Égypte que découvrent les Français est sous l'autorité nominale du sultan d'Istamboul, représenté par un pacha. Mais la réalité du pouvoir appartient à une caste militaire très ancienne, les Mamelouks (dico). Commandés par 370 chefs de toutes origines, avec à leur tête les « beys » Mourad et Ibrahim, ils exploitent l'Égypte depuis plusieurs siècles.

Trois décennies plus tôt, en 1766, le soulèvement d'un Mamelouk, Ali Bey, a occasionné des troubles et des disettes en cascade. Quand arrive Bonaparte, le pays n'en est pas encore totalement remis. Il affiche néanmoins une relative prospérité. Le peuple vit à l'abri des famines cependant que l'aristocratie se pavane dans de très beaux palais...

Pressé d'en finir, Bonaparte commet l'erreur de se diriger d'Alexandrie vers Le Caire, capitale de l'Égypte, par le chemin le plus court, à travers le désert. Les soldats, qui vont à pied tandis que leur général caracole à cheval ou... à dos de chameau, endurent pendant trois semaines des souffrances épouvantables. Non préparés au soleil... et aux mirages, ils doivent au surplus répliquer aux attaques surprises des cavaliers mamelouks.

C'est enfin le heurt décisif avec les troupes de Mourad Bey au pied des Pyramides, cependant que les troupes d'Ibrahim Bey se tiennent en réserve au bord du fleuve.

En infériorité numérique, Bonaparte a l'idée pour la première fois de disposer ses troupes en carré, les fantassins formant des rectangles sur plusieurs rangs, avec un canon à chaque coin et les bagages au milieu (on prête alors au général cette formule involontairement irrespectueuse : « Les ânes et les savants au centre ! », en référence aux nombreux savants qui accompagnent l'expédition).

La cavalerie mamelouk se rue sur ces cinq carrés à sa manière désordonnée. Frappée par la mitraille, elle se replie très vite, laissant quelques milliers de morts sur le sable. Bonaparte ne perd quant à lui que trente hommes.

La bataille entre les Mamelouks et les Français aura duré à peine deux heures. Avec son sens de la propagande, le général invente à propos de cette journée la harangue célèbre : « Soldats, songez que du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent ! ». C'est le point culminant de l'expédition d'Égypte.

Guerriers mamelouks (miniature arabe)

Séduction de l'Orient

Le général Louis Desaix de Veygoux (Saint-Hilaire-d'Ayat, 1768- Marengo, 1800), peinture d'Andrea Appiani l'aîné, musée de VersaillesLe général Louis Desaix (de son vrai nom Louis Des Aix de Veygoux) poursuit les fuyards jusqu'en Haute-Égypte, complétant la soumission du pays. Son humanité dans les rapports avec la population lui vaut le surnom de « Sultan juste ».

Bonaparte, quant à lui, joue le vizir au Caire, une ville bruissante de plus de 200 000 habitants dans un pays qui en compte trois millions (25 fois plus aujourd'hui).

Les savants et les artistes, peintres et graveurs qu'il a eu la bonne idée d'amener avec lui se mettent au travail pour sortir l'antique civilisation pharaonique de son mystère.

Bonaparte les rassemble dans un Institut d'Égypte dont il sera membre actif, sur le modèle de l'Institut de France. Il monte en épingle leurs travaux et leurs compte-rendus pour mieux faire oublier à l'opinion métropolitaine le fiasco militaire de l'expédition. Ainsi se développe l'égyptologie, qui trouvera en Jean-François Champollion un martyr.

Le Sphinx près des pyramides (gravure de Denon)

Le général victorieux tente par ailleurs de s'appuyer sur les notables indigènes en multipliant les déclarations de respect à l'égard de la religion musulmane. Il fait valoir que sa haine du pape est un gage de sympathie pour l'islam ! Il multiplie jusqu'au ridicule les gestes de bonne volonté, n'hésitant pas à danser à la manière locale devant ses officiers et les notables du cru. Il dialogue avec les théologiens (ulémas), et veille même à ce que soit fêtée la naissance du Prophète. Il envoie des déclarations d'amitié au Grand Turc, le sultan d'Istamboul...

Pour clarifier son comportement, il confiera plus tard à l'académicien Roederer : « C'est en me faisant catholique que j'ai fini la guerre de Vendée ; en me faisant musulman que je me suis établi en Égypte ; en me faisant ultramontain que j'ai gagné les esprits en Italie. Si je gouvernais un peuple de juifs, je rétablirais le temple de Salomon » (Jacques Bainville, Napoléon, Fayard, 1931). 

Prisonnier en Égypte

Victorieux des Mamelouks et régnant au Caire tel un vizir, Bonaparte veut croire au succès de son expédition en Orient. Las, le contre-amiral britannique Horatio Nelson a découvert la flotte française au mouillage en rade d'Aboukir, aux environs d'Alexandrie. Il détruit la flotte après un pilonnage de 15 heures, le 1er août 1798.

L'amiral français Brueys saute avec son navire-amiral L'Orient (118 canons) tandis que Villeneuve (celui-là même qui sera défait à Trafalgar) s'échappe avec quelques vaisseaux. Le corps expéditionnaire se trouve ainsi prisonnier de sa conquête... C'est le moment que choisit le sultan Sélim III pour rejoindre la deuxième coalition européenne, aux côtés de l'Autriche et de la Russie, ses ennemis héréditaires !

Au Caire, tous les gestes de bonne volonté de Bonaparte à l'égard des musulmans et des notables s'avèrent vains. Le 21 octobre 1798 éclate une violente révolte contre les Français. On compte 300 morts parmi les occupants dont le général Dupuy, dix fois plus parmi les Égyptiens, au terme d'une répression féroce. Le général Alexandre Dumas, père du grand écrivain, se signale en entrant à cheval dans la grande mosquée du Caire et en sabrant les insurgés.

Fuite en avant

Bonaparte n'est pas homme à se décourager. L'inspiration grandiloquente ne lui fait pas défaut : « Il faut mourir ici, ou en sortir grands comme les anciens ! ». Il imagine de rejoindre les Indes comme Alexandre le Grand et, en attendant, décide de forcer le passage vers Constantinople (Istamboul) et Ie Bosphore.

Au début de 1799, sans attendre la chaleur insupportable de l'été, il fonce avec 15 000 hommes vers la Syrie, enlève El-Arish, Gaza puis Jaffa, au coeur de la Terre sainte. Abandonnant son déguisement islamique, il se comporte désormais en croisé !

Deux émissaires de Bonaparte ayant été décapités par les assiégés de Jaffa, les troupes françaises entrent dans la ville et s'y livrent à un carnage. 2 500 Turcs se rendent. Bonaparte n'a pas les moyens de les nourrir et ne veut pas prendre le risque de les relâcher. En violation des règles de la guerre, il les fait fusiller ou embrocher à la baïonnette sur la plage. C'est la première des nombreuses atrocités qui émailleront la suite de l'expédition.

Mais à Jaffa, les soldats sont eux-mêmes frappés par la peste et l'épidémie ne cessera pas jusqu'à la fin de l'expédition...

Peste et propagande

Les pestiférés de Jaffa, par Antoine-Jean Gros, 1804 (musée du Louvre)

Ce tableau de propagande d'Antoine-Jean Gros représente un épisode tout à fait imaginaire de l'expédition d'Égypte. Il est destiné à magnifier son chef en le représentant tel un prophète au chevet de son peuple.
Dans les faits, loin de compatir au malheur de ses soldats, Bonaparte, au moment de quitter Jaffa, demanda au médecin en chef Desgenettes de « terminer les souffrances de nos pestiférés en leur donnant de l'opium », à quoi le médecin s'opposa avec vigueur au nom de l'éthique médicale. Il semble qu'un chirurgien se montra plus accommodant et administra l'opium.

Après Jaffa, les Français mettent le siège devant Saint-Jean-d'Acre le 20 mars 1799. La ville est protégée par un rempart solide, des habitants motivés et une troupe renforcée par l'appui de l'amiral Smith sur mer et du commandant Phélyppeaux (un ancien condisciple de Bonaparte à Brienne) sur terre. Le comte Pozzo di Borgo, un autre ennemi intime de Bonaparte, est de la partie.

Ahmet Pacha - dit « Djezzar », l'égorgeur - est déterminé. Les assiégeants n'ont pas d'artillerie et manquent de munitions. C'est l'échec malgré huit assauts héroïques d'avril à mai, au cours desquels le général Caffarelli trouve la mort.

Reste l'exploit du général Andoche Junot qui repousse avec 500 hommes seulement plusieurs milliers de soldats turcs venus à la rescousse. Ces derniers sont définitivement écrasés au pied du Mont-Thabor par les forces de Kléber et de Bonaparte.

L'heure de la retraite a sonné. Avec la perte pour rien de 4 500 hommes, la campagne de Syrie se solde par un immense fiasco.

Bonaparte regagne l'Égypte avec ses troupes, saccageant les villes au passage. Enfin, le 25 juillet 1799, il repousse près d'Aboukir une tentative de débarquement turc conduite par le vizir Abou Pacha et appuyée par les Anglais. La propagande napoléonienne utilise ce fait d'armes pour faire oublier la défaite infligée un an plus tôt à la flotte française au même endroit par l'amiral Nelson.

L'air de rien, l'amiral anglais Sidney Smith, venu en plénipotentiaire, amène à Bonaparte un lot de journaux d'Europe par lesquels le général apprend que la guerre générale a recommencé et que les armées françaises partout reculent.

Bonaparte, qui songeait depuis le début de l'expédition, à se tirer au plus vite du guêpier égyptien, a vite fait de prendre sa décision. Le 22 août 1799, il embarque secrètement sur la Junon avec ses meilleurs généraux et tout ce qui reste d'argent dans les caisses. Il débarque à Fréjus le 8 octobre suivant et un mois plus tard, s'empare du pouvoir par le coup d'État du Dix-Huit Brumaire

Par une simple lettre, il a confié le commandement de l'expédition d'Orient au général Kléber, lequel en est furieux.  La malheureuse armée d'Égypte se rendra aux Anglais le 31 août 1801.

Une armée d'occupation abandonnée à elle-même

Jean-Baptiste Kléber à Saint-Jean-d'Acre, par Géricault (musée de Rouen)Demeuré seul après la fuite précipitée de Bonaparte, Kléber tente de négocier à El-Arich des conditions d'évacuation honorables avec l'amiral Smith.

Mais la convention est dénoncée par son successeur l'amiral Keith, qui a intercepté une lettre dans laquelle Kléber décrit au Directoire l'état déplorable de l'armée. Jouant sur du velours, l'Anglais exige dès lors une capitulation en bonne et due forme.

Kléber, qui jouit d'une grande popularité parmi ses hommes, reprend la lutte. Le 20 mars 1800, il remporte une ultime et magnifique victoire à Héliopolis, près du Caire, sur les troupes du grand vizir, en bien plus grand nombre.

Il réprime une nouvelle révolte au Caire et semble enfin en mesure de tenir le pays quand il est assassiné par un jeune fanatique musulman aux ordres du vizir, le 14 juin 1800. Le même jour, en Italie, à Marengo, un autre général, Desaix, meurt après avoir livré la victoire au Premier Consul, Napoléon Bonaparte. Preuve que le génie sans la chance ne vaut rien.

Le commandement est repris faute de mieux par le général le plus ancien en grade. C'est Menou, rival de Kléber et médiocre stratège. Commandant de l'armée de l'Intérieur en 1795, il s'était défaussé lorsque Barras lui avait demandé de réprimer une insurrection royaliste ; c'est alors... Bonaparte qui a pris sa place et exécuté le coup de Vendémiaire.

Menou, qui s'est converti à l'islam et marié à une Égyptienne, se fait appeler Abdallah-Jacques. Le 31 août 1801, il se rend aux Anglais après sa défaite à Canope, dix jours plus tôt.

Aux termes de la capitulation, le corps expéditionnaire, ou du moins ce qu'il en reste, sera rapatrié par la flotte anglaise. On estime que le tiers des 30 000 soldats engagés en Égypte trois ans plus tôt ont péri, dont la moitié de maladie et le reste dans les combats. Les survivants connaîtront une cruelle incarcération dans les bateaux-prisons des ports anglais.

Les savants de la Commission des sciences et des arts sont autorisés à rentrer en France. Sommés toutefois de livrer leurs travaux aux Anglais, ils se rebellent. Conduits par le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire, ils menacent de les détruire. Pour ne pas ternir sa réputation, le gouverneur anglais de la place d'Alexandrie se rend à leurs prières et les autorise à emporter tout ce qu'ils peuvent porter... C'est comme ça que la pierre de Rosette, trop lourde pour un seul homme, gagnera directement Londres.

Jacques de Menou, atteint de la peste et soigné par le médecin militaire Dominique-Jean Larrey, quittera en dernier l'Égypte avec sa famille. Il mourra à Venise dix ans plus tard. Les préliminaires de paix seront signés à Londres le 1er octobre suivant. Triste fin pour une expédition aventureuse, semée d'échecs et de tragédies. 

Épilogue

Avec l'échec de l'expédition d'Orient, la puissance maritime française se trouve anéantie pour longtemps. Malte et Minorque sont désormais aux mains des Anglais, eux-mêmes alliés de Naples et de la « Sublime Porte », le gouvernement du sultan d'Istamboul.

À noter que la sultane Validé, du sérail de Topkapi (le palais impérial) a pour nom de naissance Aimée du Buc de Rivery ; c'est une lointaine cousine de Joséphine de Beauharnais, bientôt impératrice des Français !

En Inde, les Anglais, aiguillonnés par la menace française, ont entrepris de soumettre les principautés alliées de la France. Ils ont considérablement élargi leur emprise sur le sous-continent.

Quant au Conseil impérial du tsar Paul Ier de Russie, il a pris l'incursion française en Orient comme un casus belli, a fait occuper les Iles Ioniennes et formé un corps expéditionnaire sous le commandement d'un maréchal impétueux, le prince Souvorov, qui réussit en six mois à bouter les Français hors d'Italie.

De son côté, loin d'être abattu, Bonaparte parvient à Paris en octobre 1799 en même temps que la nouvelle de son ultime succès à Aboukir. Ses bulletins militaires, les gravures des artistes et les compte-rendus scientifiques des savants de l'expédition d'Égypte ont transformé le fiasco de l'expédition en un prestigieux succès !

Bonaparte pardonne à Joséphine qui s'était accommodée de son absence dans les bras d'un brave soldat. Il exécute le coup d'État du 18 brumaire de l'an VIII (9 novembre 1799). Il organise la prochaine campagne d'Italie et réussit par des compromis heureux à rassembler les Français épuisés par dix ans de guerre intérieure et extérieure.

La pierre de Rosette permettra à Champollion de déchiffrer les hiéroglyphesLe mamelouk Roustan couchera désormais à l'entrée de la tente du Premier Consul, lequel restera fidèle aux chevaux arabes. Le chirurgien Larrey et bien des officiers supérieurs qui ont commencé leur carrière en Égypte (Desaix, Lannes, Murat, Junot, Marmont) prendront figure de légende.

Quant aux savants d'Égypte, ils s'emploieront à mettre en valeur les découvertes réalisées dans ce pays mythique... malgré la perte de la pierre de Rosette confisquée par l'Anglais. C'est ainsi que Vivant Denon publiera en 1802 un Voyage dans la haute et basse Égypte, textes et dessins qui fera référence pour un siècle.

En Égypte même, le prestige des Français sera porté au zénith par le génie de Champollion et l'oeuvre de l'École du Caire, et aussi en raison du protectorat imposé plus tard par l'Angleterre.

Bibliographie

On peut lire le petit ouvrage illustré et très didactique de Laure Murat et Nicolas Weill : L'expédition d'Égypte (Gallimard Jeunesse).

Publié ou mis à jour le : 2023-11-27 20:27:28

Aucune réaction disponible

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net