Ier millénaire av. J.-C.

L'esclavage dans l'Antiquité

L'esclavage est apparu avec les premières sociétés organisées, en Mésopotamie, vers 5 500 av. J.-C., en lien avec la sédentarisation et le développement de l'agriculture et de l'élevage.

Il semble avoir été ignoré des sociétés primitives nomades de chasseurs et de cueilleurs ; les sociétés de cette sorte qui subsistent en Amazonie ou en Papouasie l'ignorent également.

Les guerres pour l'appropriation des terres et des troupeaux procurent des captifs que l'on affecte aux travaux des champs, à la garde des troupeaux ainsi qu'aux tâches domestiques, à la meunerie ou encore au pompage de l'eau. Que faire d'autre de ces captifs, en effet, lorsqu'on ne peut pas les échanger contre des captifs de l'autre camp ? Les tuer ? Les nourrir en prison ?

C'est ainsi qu'au cours du dernier millénaire av. J.-C., la pratique de l'esclavage devient commune à toute l'humanité, hormis quelques tribus reculées de l'Âge de pierre qui, n'ayant que faire de prisonniers de guerre, préfèrent les tuer et parfois les manger. On peut noter toutefois de grandes différences dans son application.

Esclaves nubiens, détail d'un bas-relief du tombeau du pharaon Horemheb, XIVe-XIIIe siècles av. J.-C. (Paris, musée du Louvre)

L'esclavage à l'aube de notre ère

La Crète ou encore l'Étrurie (la région de Florence, en Italie) limitèrent, semble-t-il, l'esclavage aux captifs de guerre et aux travailleurs des mines. Les témoignages plus ou moins étoffés que nous possédons sur ces sociétés indiquent que leur paysannerie était essentiellement composée d'hommes libres. Il est intéressant d'observer que les femmes de ces sociétés-là bénéficiaient aussi d'un statut relativement honorable pour l'époque... comme si l'esclavage et l'oppression de la femme allaient de pair !

L'Égypte pharaonique, du moins dans les premiers temps de sa longue Histoire, relève d'une situation comparable. L'Ancien Empire, qui vit dans un splendide isolement, ignorait l'esclavage. Mais pendant le Nouvel Empire (de 1543 à 1069 av. J.-C.), notamment sous le règne de Ramsès II, la multiplication des campagnes de « pacification » entraîna l'afflux d'esclaves étrangers que le pharaon allouait aux temples, affectait au service de sa maison ou... intégrait à son armée. Parmi ces esclaves étrangers, on note la présence de noirs du pays de Koush, au sud d'Assouan (Nubie, Darfour). Si l'on en croit la Bible, on note aussi la présence d'Hébreux.

Le Nouvel Empire a succombé du fait de la prise du pouvoir par d'anciens esclaves libyens devenus officiers.

Chez les Hébreux comme chez les autres peuples du Moyen-Orient, l'esclavage allait de soi. Le Lévitique, le livre de la Bible qui regroupe les principales lois hébraïques, autorise sans réserve l'esclavage des non-juifs et limite à sept ans la durée pendant laquelle un juif peut être tenu en esclavage.

La situation est très différente dans le monde grec et son appendice, la société romaine. Bien qu'ils aient inventé la démocratie, les Grecs de l'époque classique ne voyaient aucun inconvénient à la pratique massive de l'esclavage, dans des conditions généralement odieuses.

C'est sur les esclaves que reposait leur économie, qu'il s'agisse de l'artisanat urbain, des travaux domestiques ou encore des exploitations minières du Laurion. Parmi ces esclaves figuraient des Africains, appelés Éthiopiens (en grec, « Faces brûlées »). Parallèlement, notons-le, les Grecs ne montraient guère de considération pour les femmes, qu'ils tenaient à l'écart dans le gynécée (le grand Périclès faisait figure d'excentrique par l'amour qu'il portait à sa chère Aspasie, qui était, il est vrai, une étrangère).

Si le philosophe Platon considère que tous les êtres humains - hommes et femmes - sont d'une même essence, il n'en va pas de même de son élève Aristote qui justifie l'esclavage ainsi que les inégalités qui s'attachent au statut comme au sexe : « Il est évident qu'il y a par nature des hommes qui sont libres et d'autres qui sont esclaves, et que pour ceux-ci, la condition servile est à la fois avantageuse et juste » (La Politique).

À Rome, où les esclaves représentèrent jusqu'à un tiers de la population urbaine, leurs conditions de vie étaient généralement exécrables. Le souvenir de Spartacus, esclave révolté au premier siècle avant notre ère, est dans toutes les mémoires. À la même époque, Jules César ayant conquis les Gaules, pas moins d'un million de Gaulois, soit près du dixième de la population, furent réduits en esclavage et traînés en Italie.

« À l'apogée de l'Empire, l'Italie aurait abrité deux à trois millions d'esclaves, soit 35 à 40% de sa population totale, rappelle l'historien Olivier Grenouilleau. À la différence de la Grèce antique [...], la majeure partie était utilisée dans l'agriculture ».

Christianisme et esclavage

Le développement de la philanthropie païenne et du christianisme aux premiers siècles de notre ère contribua à améliorer la condition des esclaves mais ne remit pas en question le principe même de l'institution.

Saint Paul lui-même se garde de réclamer son abolition (en qualité de chrétien, il ne veut pas s'immiscer dans les questions temporelles) mais il ouvre une brèche dans le consensus en proclamant l'égalité de tous les êtres humains en Jésus-Christ : « Il n'y a ni hommes ni femmes, ni Juifs ni Grecs, ni hommes libres ni esclaves, vous êtes tous un en Jésus-Christ » (Épître aux Galates). Prisonnier à Rome, il renvoie à son ami Philémon son esclave fugitif, Onésime, après que celui-ci se soit converti, avec la recommandation de le recevoir « non plus comme un esclave mais comme bien mieux qu'un esclave : un frère bien-aimé » (Épître à Philémon). Dans l'Épître aux Éphésiens, la plus controversée, il fait état des obligations morales réciproques entre maris et femmes, parents et enfants, maîtres et esclaves : « Esclaves, obéissez à vos maîtres d'ici-bas avec crainte et tremblement, d'un coeur simple, comme au Christ, non parce que l'on vous surveille, comme si vous cherchiez à plaire aux hommes, mais comme des esclaves du Christ qui s'empressent de faire la volonté de Dieu (...). Et vous, maîtres, faites de même à leur égard. Laissez de côté la menace : vous savez que, pour eux comme pour vous, le Maître est aux cieux, et devant lui, il n'y a d'exception pour personne ». Notons que les quatre évangiles canoniques ne font aucune allusion à l'esclavage.

À son image, l'Église primitive prescrit aux maîtres de ne pas maltraiter inutilement les leurs et à ceux-ci d'obéir dans l'attente d'une récompense au ciel. Elle-même possède ses propres esclaves. Comme la plupart de ses autres biens, ils lui viennent de legs de personnes pieuses.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2020-01-10 09:36:09

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net