8-11 octobre 2009 - Débat aux Rendez-Vous de l'Histoire : la France au musée - Herodote.net

8-11 octobre 2009

Débat aux Rendez-Vous de l'Histoire : la France au musée

Succès confirmé pour les 12e Rendez-Vous de l'Histoire, qui se sont tenus à Blois du 8 au 11 octobre 2009 !

Blois s'est indéniablement attachée à ce festival créé par Jack Lang du temps où il était maire de la ville. Il suffit pour s'en convaincre de consulter la carte des menus des restaurants du centre. La plupart ont ébauché des menus spéciaux avec des réminiscences historiques. Ici du chocolat façon aztèque, là des fumets médiévaux !...

Dans cette ville royale du Val de Loire, pavoisée aux couleurs du festival, plusieurs milliers de visiteurs de tous âges et de tous horizons partagent leur passion autour du salon du livre d'Histoire, qui déborde de la Halle aux grains, et en sautant d'une conférence à l'autre.

Celles-ci s'enchaînent sur différents sites centraux : le château de Louis XII et François Ier, l'antenne universitaire, le musée de la magie...

Le public est composé d'amateurs, de collégiens et leurs parents, d'enseignants et de sommités. Beaucoup d'auteurs d'essais ou de romans historiques sont présents en qualité de visiteurs ou de conférenciers, de même que les historiens, les universitaires et quelques invités de marque comme l'ancien premier ministre Lionel Jospin. Les mieux organisés réservent un peu de temps pour la visite de la ville et des environs, en premier lieu le château de Chambord.

Pour l'occasion, l'hebdomadaire Pèlerin a publié le 8 octobre un dossier exceptionnel réalisé avec Herodote.net : 20 siècles d'Histoire en 20 oeuvres d'art... Un document magnifiquement illustré, accompagné de textes concis et clairs, à mettre entre toutes les mains.

Une actualité brûlante

Le 13 janvier 2009, rappelons-le, le président de la République a suggéré la construction d'un musée de l'Histoire de France et il a confié à deux historiens successifs, Hervé Lemoine et Jean-Pierre Rioux, la rédaction d'un rapport sur le projet. Jean-Pierre Rioux ayant envisagé plusieurs possibilités de sites pour ce musée, nous avons dans Herodote.net analysé ces hypothèses, avec une préférence marquée de nous-même et de nos lecteurs pour Vincennes...

Amorçant le débat, Jean-Michel Tobelem, directeur du cabinet Option Culture, a précisé que les grands pays européens n'ont pas tous un musée d'Histoire nationale. L'Italie et l'Espagne en sont dépourvues ; en Grande-Bretagne, le premier ministre Gordon Brown a renoncé à en construire un. Il a souligné aussi que la France est déjà abondamment pourvue de musées thématiques autour de l'Histoire. Ainsi le Mémorial de Caen sur la Seconde Guerre mondiale, que dirige Stéphane Grimaldi, l'Historial de Péronne sur la Grande Guerre, le musée Carnavalet et le musée de Vizille sur la Révolution, le musée d'Écouen sur la Renaissance, celui de Saint-Germain-en-Laye sur les Antiquités nationales etc. Il serait malvenu de concevoir un nouvel établissement détaché de ceux-là !

L'historien Jean-Pierre Rioux en convient et souligne que la définition du musée et son contenu dépendront de son emplacement. S'il doit être hébergé dans un site existant comme le château de Fontainebleau, il s'ordonnera autour des collections permanentes de celui-ci ; si l'on choisit de l'héberger dans un bâtiment nouveau ou un site vide, on s'orientera davantage vers des expositions temporaires de longue durée conçues en partenariat avec les autres musées.

Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial de Caen, rappelle que son établissement a lui-même fait appel aux Normands pour collecter des objets et des documents témoins de la Seconde Guerre mondiale. Cette démarche, qui a porté ses fruits, pourrait se reproduire avec le musée de l'Histoire de France (du moins pour la période récente). Il souhaiterait par ailleurs que les pouvoirs publics mettent de l'ordre dans le foisonnement de musées petits ou grands, publics ou privés, qui disperse les efforts et décourage le public. Ainsi y aurait-il pas moins de 35 musées sur la Seconde Guerre mondiale rien qu'en Normandie !

Jean-Michel Tobelem voudrait élargir la réflexion sur le lieu. Pourquoi pas, suggère-t-il, le val de Loire? Le choix de cette région, par exemple de la ville de Blois elle-même, aurait beaucoup d'intérêt du point de vue de l'aménagement du territoire, en déconcentrant le tourisme culturel, excessivement concentré à Paris et en revitalisant le très riche patrimoine historique de la région. Le val de Loire, qui plus est, bénéficie d'une bonne accessibilité de toute la France ; tous les Français ont à coeur de s'y rendre au moins une fois ou deux en famille au cours de leur vie.

Michelle Fayet, qui enseigne l'histoire à des adultes dans le cadre de la formation professionnelle, met l'accent sur l'importance d'élargir le public. Au-delà des habitués des musées, il faut séduire aussi les familles qui auraient envie d'aller au musée mais ne l'osent pas faute d'y être préparées, celles qui y sont réfractaires, enfin les jeunes ! L'enseignante voit dans cet objectif la raison d'être de ce projet comme de tout projet culturel public qui se respecte !

La conception du musée et la présentation des oeuvres doivent en découler. Elles doivent s'ordonner autour de quatre mots-clé :
- construire (autrement dit, offrir aux visiteurs les repères chronologiques indispensables pour entrer dans l'Histoire),
- comprendre et analyser,
- faire rêver les visiteurs en leur donnant à connaître des hommes et des femmes de mérite auxquels ils puissent s'identifier (beaucoup de Français peuvent ainsi prendre exemple sur le chirurgien Ambroise Paré, qui s'est imposé par son travail et sa compétence et malgré son ignorance du latin !).
- captiver en montrant comment notre vie quotidienne est imprégnée par notre histoire et en permettant à chacun, en particulier aux jeunes, de palper de façon concrète la réalité qui se cache derrière les exposés historiques. Ainsi qui d'entre nous a-t-il vraiment conscience de ce que pèse une armure de chevalier ? L'expérimentation et le multimédia peuvent être mis à profit pour ainsi mieux assimiler les connaissances et synthèses préalables.

Pour Michelle Fayet comme pour Jean-Michel Tobelem, le multimédia et internet sont des compléments indispensables du projet, que ce soit pour préparer la visite ou pour permettre à des personnes des antipodes de trouver malgré tout des réponses à leurs interrogations.

André Larané

À lire aussi :Quel musée pour l'Histoire de France ?

Publié ou mis à jour le : 2019-03-28 11:23:42

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net