Alexis de Tocqueville (1805 - 1859) - Théoricien de la démocratie - Herodote.net

Alexis de Tocqueville (1805 - 1859)

Théoricien de la démocratie

L'écrivain Alexis de Tocqueville s'éteint le 16 avril 1859, à 54 ans. Descendant d'une famille de l'aristocratie normande, il est l'un des principaux penseurs modernes, dans la continuité de Montesquieu.

Mieux et plus tôt que quiconque, il a entrevu la naissance des démocraties modernes et les dangers qui les menacent. Son oeuvre demeure vivante et mérite d'être lue et savourée par tous les amateurs de belle prose et de grandes idées.

Aristocrate de coeur, démocrate de raison

Alexis de Tocqueville naît à Paris, le 29 juillet 1805, dans la famille d'un comte qui sera préfet sous la Restauration, après la chute de Napoléon 1er, et finalement élevé à la dignité de pair de France.

Alexis est par sa mère l'arrière-petit-fils de Malesherbes, un magistrat qui paya de sa vie l'honneur d'avoir défendu Louis XVI (et sa bienveillance à l'égard des philosophes et des contestataires de l'Ancien Régime). Il effectue des études de droit qui l'orientent vers la magistrature et débute sa carrière en 1827 comme juge auditeur au tribunal de Versailles.

Journaliste de terrain et penseur

Alexis de Tocqueville (1805-1859), par Théodore Chassériau (1850)Au lendemain des Trois Glorieuses de 1830, Alexis de Tocqueville prête serment non sans réticences au roi Louis-Philippe 1er. Il souhaite prendre du champ avec la politique française. C'est ainsi qu'il part aux États-Unis avec son ami Gustave de Beaumont pour un voyage d'études sur le système pénitentiaire.

Les deux hommes s'embarquent au Havre le 2 avril 1831 et arrivent à New York le 11 mai suivant. Ils parcourent l'est du pays, jusqu'aux Grands Lacs, manquent de périr dans un naufrage sur l'Ohio, sont prisonniers des glaces sur le Mississipi et, après un passage à la Nouvelle-Orléans le 1er janvier 1832, sont reçus par le président Andrew Jackson en personne à Washington.

Ils regagnent la France au printemps 1832.

L'année suivante, après avoir démissionné de la magistrature pour raisons politiques, Alexis de Tocqueville séjourne brièvement en Angleterre où il complète ses informations sur les systèmes démocratiques.

De ses notes de voyage, il tire la matière de son premier ouvrage, La démocratie en Amérique, dont le premier tome est publié le 23 janvier 1835. Le style est élégant et le contenu un régal pour l'esprit. Le succès est immédiat. La publication du deuxième tome, en avril 1840, vaut à son auteur d'être élu à l'Académie française (25 décembre 1841). Il en est l'un des plus jeunes membres.

Les ressorts de la démocratie moderne

Le premier tome de La démocratie en Amérique traite plus particulièrement de l'Amérique pionnière du président Andrew Jackson. Dans le deuxième tome, l'auteur élargit audacieusement son propos au phénomène démocratique et à son avenir probable.

Alexis de Tocqueville montre que l'État de droit et les libertés individuelles sont les moteurs indispensables du progrès économique et social. «Je ne sais si l'on peut citer un seul peuple manufacturier et commerçant, depuis les Tyriens jusqu'aux Florentins et aux Anglais, qui n'ait été un peuple libre. Il y a donc un lien étroit et un rapport nécessaire entre ces deux choses : liberté et industrie... La liberté est donc particulièrement utile à la production des richesses. On peut voir au contraire que le despotisme lui est particulièrement ennemi», observe-t-il.

Il craint toutefois que le mouvement démocratique et l'individualisme ne conduisent à terme à une atomisation de la société et ne débouchent sur l'avènement d'un État despotique.

Par l'acuité de ses vues, Alexis de Tocqueville figure parmi les écrivains français les plus connus aux États-Unis et c'est dans ce pays que se rencontrent encore aujourd'hui les meilleurs spécialistes de son oeuvre. Parmi de multiples citations qui portent à la réflexion, on peut retenir celle-ci, qui résonne encore avec une singulière actualité : «Les nations de nos jours ne sauraient faire que dans leur sein les conditions ne soient pas égales ; mais il dépend d'elles que l'égalité les conduise à la servitude ou à la liberté, aux lumières ou à la barbarie, à la prospérité ou aux misères».

Une grande activité politique

Tocqueville s'engage dans l'action politique de terrain en devenant le député de sa cirsconscrition normande sous Louis-Philippe. Il se montre très actif, multipliant les rapports sur  l'Algérie, la réforme pénitentiaire ou encore l'abolition de l'esclavage.

Visionnaire, il annonce à la tribune de l'assemblée, en janvier 1848, une explosion sociale que rien ne laisse paraître : «Regardez ce qui se passe au sein de ces classes ouvrières, qui, aujourd'hui, je le reconnais, sont tranquilles... ; mais ne voyez-vous pas que leurs passions, de politiques, sont devenues sociales ? »

Après l'abdication du roi en février 1848, Tocqueville participe à la commission qui rédige la Constitution de la IIe République. Le 2 juin 1849, il devient ministre des Affaires étrangères du gouvernement provisoire et doit immédiatement s'occuper de l'intervention des troupes françaises à Rome, dans le but de protéger le pape contre les assauts des nationalistes italiens. Il quitte le ministère dès le 31 octobre suivant. Son recueil de Souvenirs apporte un éclairage intéressant sur cette période troublée.

Dans L'Ancien Régime et la Révolution, son deuxième grand livre, Tocqueville analyse la Révolution française sous un jour nouveau : il montre que les révolutionnaires ont achevé la centralisation commencée sous Louis XIII et Louis XIV.


Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès