La Suède - Des origines à Gustave Ier Vasa (1560) - Herodote.net

La Suède

Des origines à Gustave Ier Vasa (1560)

La Suède est à la fois le plus vaste et le plus peuplé des pays scandinaves avec 10 millions d'habitants (2018) sur 450 000 km2 (à peine moins que l'Espagne).

Alors que sa population modeste, sa position excentrée et la rudesse de son climat auraient pu la condamner à un rôle marginal dans l’histoire du Vieux Continent, elle est parvenue à s’imposer, par ses actions militaires et son essor économique et culturel, comme une grande puissance européenne.

Son Âge d’or se situe aux Temps modernes, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, mais à l'époque contemporaine, sous la dynastie débonnaire des Bernadotte, elle n'en continue pas moins d'exprimer une modernité d'avant-garde, séduisante et parfois troublante.

Julien Colliat

Pétroglyphes (gravures rupestres) à Nämforsen, Ångermanland, Suède.

La Suède préhistorique

Durant la dernière période glaciaire, la totalité de la Scandinavie était recouverte par d’énormes masses de glace et son climat, proche de celui de l’actuel Groenland, ne permettait pas la présence d'êtres humains. Ce n’est que vers -10 000, après que la majeure partie de la péninsule a été libérée des glaces, que des tribus de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs tels que les Lapons commencèrent à occuper la Suède centrale et méridionale.

Crâne du mésolithique retrouvé au bout d’un pieu sur le site de Kanaljorden, en Suède (2009), @ Fredrik Hallgren, DR.Vers 3000 av. J.-C., des populations d’origine indo-européenne au morphotype très proche de celui des actuels Scandinaves arrivèrent en Suède et se sédentarisèrent.

Les forêts furent défrichées et les premiers villages apparurent. Conservant leur mode de vie nomade, les Lapons furent progressivement repoussés vers le nord. À la fin du néolithique, le sud et le centre du pays étaient déjà largement occupés.

Les sites de peuplement se multiplient à l’âge du bronze (1800 av. J.-C.), notamment dans le centre du pays, autour du lac Mälar. C’est dans cette région fertile qui sera le cœur historique de la Suède, qu’a été découvert en 1902 le tumulus de Håga (Hågahögen), datant de 1000 av. J.-C., avec les restes d’un homme de petite taille, une épée et plusieurs objets de bronze.

Le tumulus de Håga.

Le royaume des Suiones

Lors du second âge du fer (400 av. JC), les échanges entre la Scandinavie et le monde méditerranéen se développèrent. Quantité d’objets romains ont été ainsi retrouvés en Suède.

L’explorateur grec Pythéas est le premier à décrire les terres septentrionales. Il est imité ensuite par Pline l’Ancien et surtout Tacite. Dans La Germanie, ce dernier évoque les ancêtres des Suédois sous le nom de Suiones : « Plus loin, au sein même de l’Océan, sont les cités des Suiones, puissantes par leurs flottes outre leurs armes et leurs guerriers. Leurs navires diffèrent des nôtres en ce que, au moyen des deux extrémités, terminées par une proue, ils sont toujours prêts à aborder. (…) Chez eux, les richesses sont en honneur ; aussi sont-ils soumis au gouvernement d’un seul maître, dont le pouvoir sans limites commande une obligation absolue. Les armes n’y sont pas comme chez les autres Germains, confiée aux mains de tous (…) car l’océan met ce peuple à l’abri des invasions subites. »

Après les grandes invasions du Bas-Empire, la Suède, comme l’ensemble de la Scandinavie, va connaître pendant plusieurs siècles une période de repli qui la coupe en grande partie des peuples germaniques établis sur le continent, convertis au christianisme. C’est au cours de cette période confuse et chaotique que se forgent les distinctions proto-nationales entre le Danemark, la Norvège et la Suède. De ces trois royaumes en gestation, la Norvège, autour de sa capitale Trondheim, est le plus avancé.

L’actuel territoire suédois est alors divisé en deux royaumes antagonistes : au sud celui des Götar (ou Goths) et au centre celui des Svear (héritiers des Suiones). Ces derniers vont finalement imposer leur hégémonie sur la majeure partie du pays.

Hervor, fille de Heidrek (personnage clé de la mythologie nordique, fils du roi Höfund), mourante à la bataille des Goths et des Huns, peinture de Peter Nicolai Arbo, XIXe siècle.

Terre des Goths et des Lombards

Durant l’Antiquité, plusieurs phases de refroidissement climatique poussent une partie de la population scandinave à traverser la mer Baltique pour s’installer en Europe continentale. Parmi eux les Goths, dont on pense qu'ils seraient originaires du sud de la Suède. Ils envahissent l’actuelle Pologne au 1er siècle ap. J.-C., puis l’Ukraine, avant de s’établir dans l'actuelle Roumanie.
Ils se divisent alors en deux branches, les Wisigoths et les Ostrogoths, et reprennent leur marche vers l'ouest sous la pression des Huns. Ils envahissent l'Italie au Ve siècle et provoquent la chute de l’empire romain d’Occident. Les Wisigoths rejoignent enfin l'Espagne.
Autre peuple germanique originaire de Suède : les Lombards. Au IIe siècle ap. J.-C., ceux-ci quittent la Scanie (pointe sud du pays) pour s’établir sur la base de l’Elbe. Au VIe siècle, ils envahissent l’Italie où ils fondent un royaume qui durera deux siècles.

L’âge des Vikings

Le monde scandinave retrouve son dynamisme à partir du VIIIe siècle. L’ouverture de nouvelles routes maritimes en Europe du Nord fait croître l’appétit des royaumes nordiques pour les produits de luxe, provoquant les célèbres raids vikings. Ceux-ci prennent de l’importance à partir de 830, avec le délitement de l’empire carolingien.

Vikings et Varègues.

Les trois royaumes scandinaves ont chacun leur zone de piraterie. Les Norvégiens se réservent l’Écosse et l’Irlande et fondent des colonies en Islande, au Groenland et jusqu’à Terre-Neuve. Les Danois multiplient les razzias en Angleterre et en France et font même des incursions dans l’Espagne musulmane et en Méditerranée. 

Désignés par les populations locales sous le nom de Varègues ou de Rus, les Suédois sont davantage des marchands (principalement d’ambre, de fourrures, de peaux, de miel et d’esclaves) que des pillards. Partis de l’actuelle Estonie, ils s’enfoncent dès le VIIIe siècle dans le monde slave en direction de la mer Noire.

Les Varègues vont peu à peu dominer les voies de communication de l'Europe orientale par les grands fleuves, notamment le Dniepr. En 838, ils atteignent Constantinople. Ils tenteront de prendre la capitale de l’empire byzantin à trois reprises. Faute de la conquérir, ils seront recrutés par l’empereur pour former sa garde personnelle. Parallèlement, les Varègues mènent des razzias jusqu’en mer Caspienne. En 943, ils lancent un assaut contre la ville de Berda en Azerbaïdjan. Certains vont même jusqu’à Samarcande.


Publié ou mis à jour le : 2019-09-16 10:53:26

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net