ça s'est passé un... - 9 mars - Herodote.net

ça s'est passé un...

9 mars

Événements

9 mars 1762 : Condamnation de Jean Calas

Le 9 mars 1762, Jean Calas est condamné à mort par le Parlement de Toulouse. Il est roué vif, étranglé et brûlé sur la place Saint-Georges le lendemain.

Le «philosophe» Voltaire, lui-même déjà âgé à ce moment-là de 67 ans, va se saisir de ce fait divers tragique pour mettre à nu les malfaçons de la justice française...

Suite de l'article

9 mars 1776 : La Richesse des Nations

Le 9 mars 1776 est publié à Glasgow, en Écosse, un ouvrage d'apparence aride, Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations (en abrégé La Richesse des Nations).

Son auteur, Adam Smith, est lui-même un vieux garçon de 53 ans aux moeurs austères, ancien professeur de philosophie morale de l'Université de Glasgow, déjà connu comme l'auteur d'une aussi volumineuse Théorie des sentiments moraux (1759). Avec ces deux ouvrages, il est considéré comme le père de l'économie politique et du libéralisme.



9 mars 1796 : Napoléon épouse Joséphine de Beauharnais

Le 9 mars 1796, sous le Directoire, le général Napoléon Bonaparte (26 ans) épouse sans formalités, devant un officier d'état-civil, Marie-Josèphe-Rose de Tascher de La Pagerie (32 ans), veuve du vicomte Alexandre de Beauharnais...

Quelques jours plus tard, il prend le commandement de l'armée d'Italie. Son prodigieux destin se met en marche.



9 mars 1804 : Arrestation de Cadoudal

Le 9 mars 1804, le comploteur royaliste Georges Cadoudal (32 ans) est arrêté à Paris, rue Monsieur le Prince, par la police du Premier Consul Napoléon Bonaparte, après avoir tué deux des agents qui tentaient de l'interpeller.

Le Premier Consul tire parti de l'arrestation de Georges Cadoudal pour faire exécuter le duc d'Enghien sous prétexte de complicité. Les royalistes n'osant plus se manifester, Napoléon peut se faire lui-même couronner empereur ! « Nous voulions faire un roi, nous avons fait un empereur », dit justement Cadoudal dans sa prison.



9 mars 1831 : Création de la Légion étrangère

Suite à la dissolution du régiment de Hohenlohe le 5 janvier 1831, le roi Louis-Philippe 1er reprend la tradition des régiments étrangers attachés à la monarchie (Suisses, Irlandais, Hongrois, Polonais...). Il fonde la Légion étrangère par la loi du 9 mars 1931 en vue d'encadrer les recrues étrangères, à commencer par les mercenaires suisses. Il renoue ce faisant avec la tradition des régiments étrangers attachés aux rois de France. Le décret précise que la légion « ne pourra être employée que hors du territoire continental du royaume » (article 1er) mais cette clause sera contournée par la force des choses quand le territoire sera envahi, en 1870, 1914-1918 et 1940.

C'est en Algérie que la légion s'illustre pour la première fois, sous la devise : « Honneur et Fidélité », avant d'acquérir ses lettres de noblesse à Camerone (Mexique). Ses unités sont d'abord regroupées par nationalités pour « pour faciliter le commandement » mais cette disposition s'avère très vite source de tensions et dès 1835, le colonel Bernelle impose l'« amalgame » avec le français pour langue unique de commandement. 



9 mars 1911 : La France adopte le méridien de Greenwich

Par une loi du 9 mars 1911, la France renonce à imposer le méridien de Paris comme référence temporelle et point de départ des fuseaux horaires. Elle se rallie comme le reste du monde au méridien de Greenwich, ville proche de Londres, où se situe l'observatoire royal anglais. Ce méridien passe à proximité du Havre, de Caen et du Mans.

Dans la nuit du 18 au 19 mars 1911, toutes les horloges de France s'arrêtent à minuit pour repartir 9 minutes et 21 secondes plus tard afin de se mettre en concordance avec le temps universel (Greenwich Mean Time, en abrégé « GMT » ou « temps moyen à Greenwich »). C'en est bel et bien fini de la rivalité franco-anglaise, en astronomie comme dans en politique.



9 mars 1945 : Les Japonais s'emparent de l'Indochine

Le 9 mars 1945, les Japonais attaquent les garnisons françaises d'Indochine. Ils capturent l'amiral Jean Decoux, gouverneur de la colonie, et portent un coup fatal à la présence coloniale de la France dans le Sud-Est asiatique...

Suite de l'article

C'est sa fête : Françoise Romaine

Cette noble romaine fit oeuvre de grande charité pendant une épidémie de peste qui frappa Rome en 1414. Elle fonda une communauté d'oblates (laïques intégrées à un ordre religieux charitable) et la rejoignit après la mort de son mari.

Naissances

Honoré de Mirabeau

9 mars 1749 à château du Bignon - 2 avril 1791 à Paris

Biographie Honoré de Mirabeau

Honoré Riquetti, comte de Mirabeau, corrompu et jouisseur, enlaidi par la petite vérole mais d'une laideur puissante, multiplie les frasques de jeunesse avant de trouver sa voie dans la Révolution.

Rebelle permanent, il est élu député du tiers état en 1789 et s'acquiert une réputation lors de la célèbre séance du Jeu de Paume. Il met ensuite son talent d'orateur, sa popularité et son intelligence politique au service du roi...

Jean-Baptiste Kléber

9 mars 1753 à Strasbourg - 14 juin 1800 à Le Caire (Égypte)

Biographie Jean-Baptiste Kléber

Fils d'un ouvrier terrassier, devenu général sous la Révolution, après s'être signalé à Mayence, Jean-Baptiste Kléber se distingua à Cholet face aux Vendéens et remporta la victoire de Savenay le 23 décembre 1793. Il se distingua encore à Fleurus.

Il fut assassiné en Orient après que Bonaparte lui eut confié l'expédition d'Égypte et tandis qu'il remportait la bataille de Marengo (14 juin 1800).

Décès

Jules Mazarin

14 juillet 1602 à Pescina (Abruzzes, Italie) - 9 mars 1661 à Vincennes

Biographie Jules Mazarin

Aucun immigrant n'a connu en France autant de fortune que Giulio Mazarini, en français Jules Mazarin. Il sert comme capitaine dans les armées du pape Urbain VIII mais c'est comme diplomate que très vite, il révèle des dons exceptionnels. Repéré par le cardinal Richelieu, il succède à celui-ci comme Premier ministre de la France, à la fin du règne de Louis XIII et sous la minorité de Louis XIV. Aux côtés de la régente Anne d'Autriche, dont il a sans doute été l'amant, il lutte contre la Fronde et restaure l'autorité de la monarchie.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net