Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> Ça s'est passé un...
Ce jour-là...

Choisissez votre date

Événements
Publicité

ça s'est passé un...

13 janvier

Événements
13 janvier 1864 : Le tsar Alexandre II crée les « zemstva »

Le 13 janvier 1864, le tsar libérateur Alexandre II institue par décret les« zemstva » (« zemstvo » au singulier). Dans ces assemblées locales russes, toutes les classes sociales sont représentées et la noblesse n'a plus le monopole du pouvoir...

suite de l'article
13 janvier 1898 : J'accuse

À Paris, le 13 janvier 1898, Émile Zola publie une lettre ouverte au président de la République dans L'Aurore sous le titre «J'accuse». Trois ans après la dégradation du capitaine Dreyfus sous l’inculpation de trahison, les intellectuels et les élites parisiennes se déchirent ; les uns invoquant l’erreur judiciaire, les autres rejetant toute mise en cause de la justice militaire.

Le capitaine étant de confession juive, l’Affaire s’accompagne de la première campagne antisémite importante en Occident ; d’autres suivront…

suite de l'article
13 janvier 1935 : Plébiscite pro-allemand en Sarre

Le 13 janvier 1935, un plébiscite se déroule en Sarre, une région frontalière entre la France et l'Allemagne, conformément aux dispositions du traité de Versailles. à une écrasante majorité, les habitants demandent leur réintégration au sein de l'Allemagne... sans prêter attention au fait que celle-ci est depuis deux ans passée sous la botte nazie !...

À Berlin, Hitler exulte. Le choix librement exprimé par les Sarrois cautionne son gouvernement, sa propagande et également ses succès économiques. Le Führer annonce peu après que son pays n'a plus de revendication territoriale à l'Ouest. Il renonce officiellement à toute prétention sur l'Alsace-Lorraine ! Ce discours rassure les pacifistes français et européens qui n'en demandaient pas tant.

13 janvier 1953 : Le « complot des blouses blanches »

Le 13 janvier 1953 éclate à Moscou l'affaire des « médecins empoisonneurs ». Un article de la Pravda accuse ces médecins - tous juifs - de préparer des assassinats médicaux à l'instigation d'une organisation sioniste. Plusieurs médecins sont prestement inculpés et déportés. Parmi eux le médecin personnel de Staline !

Selon sa tactique habituelle, le dictateur prévoit de faire condamner les médecins après leur avoir arraché de faux aveux, de les faire pendre sur la Place Rouge, de susciter des pogroms dans le pays, enfin, à l'appel « spontané » de personnalités juives du monde de la culture, de protéger les juifs soviétiques en leur offrant un « asile » dans les régions orientales du pays !

L'appel est déjà prêt, ainsi que l'explique l'historien Léon Poliakov (*) quand la mort surprend le « petit père des peuples » et l'empêche de mener à bien son dernier exploit...

13 janvier 2012 : Naufrage du Concordia

Le 13 janvier 2012, dans la nuit, le Costa Concordia s'échoue sur un récif près de l'île du Giglio (Toscane). Le commandant de bord Francesco Schettino voulait s'offrir une « parade » comme on en voit dans le film de Federico Fellini, Amarcord (1973).

L'échouage de ce somptueux paquebot de croisière avec à son bord 4200 passagers et hommes d'équipage se solde par la mort de trente-deux personnes. Le commandant, bellâtre déconfit, se disqualifie par sa couardise pendant les opérations de secours. Deux mois après l'éviction de Silvio Berlusconi de la présidence du Conseil, ce scandaleux comportement achève de consterner les Italiens…

Amarcord (Fellini, 1973)
C'est sa fête : Yvette

Le 13 janvier, on fête Sainte Yvette. Née à Huy, près de Liège, en 1158, elle fut mariée à 13 ans. Devenue veuve, elle se dévoua aux lépreux.

C'est sa fête : Hilaire de Poitiers

Issu d'une noble famille païenne de Poitiers, Hilaire se passionne pour les sages de l'Antiquité avant de découvrir l'Évangile et de se convertir. Bien que marié et père de famille, il est élu évêque de sa ville à 35 ans, en 350, puis porté à la tête de l'épiscopat gaulois.

À la différence des autres évêques gaulois, il lutte activement contre l'arianisme qu'a condamné le concile de Nicée. C'est ainsi qu'il réunit un synode pour excommunier le primat d'Arles, Saturnin, coupable de sympathie pour l'hérésie.

Mais l'empereur Constance 1er, fils de Constantin 1er et lui-même arien, fait exiler Hilaire en Phrygie. Hilaire en profite pour rédiger son ouvrage majeur, De trinitate (La Trinité). De retour en Gaule au bout de trois ans, il a enfin raison de l'arianisme et encourage le zèle évangélisateur de Martin, futur évêque de Tours.

Premier évêque de Poitiers et patron de la ville, saint Hilaire (315-367) a été proclamé en 1851 Docteur de l'Église.

Naissance
Pierre Drieu la Rochelle
13 janvier 1893 à Paris - 15 mars 1945 à Paris

Bouleversé par l'expérience des tranchées et de la Grande Guerre, l'écrivain Pierre Drieu la Rochelle en témoigne dans La comédie de Charleroi (1934). Anticlérical, libertin et fasciste, il adhère en 1936 au parti d'extrême-droite de Jacques Doriot, le Parti Populaire Français (PPF).

Pendant l'Occupation, il dirige la Nouvelle Revue Française (NRF), une prestigieuse maison d'édition, et prône la collaboration avec les nazis. À la Libération, il se donne la mort pour échapper à une condamnation.

Décès
Victor-Louis Baltard
19 juin 1805 à Paris (France) - 13 janvier 1874 à Paris

Victor Baltard, architecte moderniste adepte des structures métalliques, demeure célèbre pour une réalisation aujourd'hui disparue. Il livre en 1851 le premier des douze pavillons destinés à héberger le marché de gros de Paris, à l'emplacement des anciennes halles, au coeur de la capitale. Las, le public s'indigne de cette construction trop lourde à son goût. Louis-Napoléon Bonaparte, passé du statut de président à celui d'empereur, partage l'avis du public. 

Deux ans plus tard, il ordonne la démolition de la bâtisse et insuffle sa propre idée au préfet de Paris Georges Eugène Haussmann. Il esquisse lui-même la silhouette des futures halles, en charpente de fer et vitres, disant : « Ce sont de vastes parapluies qu'il me faut, rien de plus ». Haussmann se tourne vers Baltard, qui a été son condisciple au lycée Henri IV, et l'encourage à prendre sa revanche. C'est ainsi que l'architecte va proposer de nouvelles halles dans le goût de l'empereur.

Les halles Baltard, Paris (estampe, musée d'Orsay)

Ces halles d'avant-garde vont nourrir pendant un siècle Paris et son folklore. Émile Zola en fera en 1873 le héros de son roman Le ventre de Paris. Le marché de gros ayant déménagé en 1972 à Rungis, au sud de la région parisienne, elles ont aujourd'hui laissé place à un centre commercial comme il en existe partout. Deux des douze pavillons de Baltard ont survécu, l'un à Nogent-sur-Marne, près de Paris, l'autre à Yokohama (Japon).

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quel roi la ville de New York doit-elle son nom ?

Réponse
Publicité