Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Comprendre le malheur franais
Prsidentielles 2017
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Comprendre le malheur franais

Marcel Gauchet au chevet de l'Europe nolibrale


Dans le brouillard qui envahit les citoyens franais la veille des lections prsidentielles, ce livre de Marcel Gauchet apporte une lumire bienvenue sur la tempte qui se prpare...

<em>Comprendre le malheur franais</em>

Publié l'an dernier, aujourd'hui disponible en édition de poche, Comprendre le malheur français est un livre clair et synthétique dans lequel l'illustre historien analyse avec perspicacité les bouleversements des dernières décennies et les resitue dans l'Histoire longue.

Marcel Gauchet part du constat que les Français seraient dans l'ensemble plus pessimistes que quiconque sur l'avenir de leur pays. Sans doute mais ils ont des raisons à cela. En premier lieu le fait que leurs élites ont tourné le dos à la nation et à ce qui a fait sa singularité au cours des siècles : sa capacité à développer des solutions originales et performantes, transposables à l'univers entier.

« Les Français n'ont jamais vécu leur manière d'être comme une exception, mais bien plutôt comme quelque chose destiné s'universaliser. Le sentiment français n'a jamais été celui du village gaulois assiégé par les Romains. Ce que les Français ont toujours ressenti, c'est l'idée d'une singularité bonne, donc susceptible d'être désirée hors de France, d'être universalisée. (...) Les gens savent bien que le monde a changé, mais leur rêve serait que nous restions ce que nous sommes en devenant modernes. »

Rien à voir avec la nostalgie de la puissance perdue. « La France ne sera jamais plus une grande puissance, c'est entendu, et il n'y a effectivement rien à regretter de ce côté-là. Toutefois, elle [pourrait] encore avoir son mot à dire, modestement, dans une invention moderne qui est loin d'être terminée. »

Mais ce n'est pas le chemin qu'elle prend car ses élites ont délibérément choisi de s'aligner sur les modèles étrangers sans d'ailleurs mesurer leur enracinement historique et culturel, qui les rend difficilement transposables. Par exemple, « l'idée qu'il y aurait un modèle allemand dont les autres devraient s'inspirer est une plaisanterie ! Sa force est dans sa singularité. On ne crée pas à volonté une société industrielle de type allemand. »

Ces élites se sont aussi détournées de leur propre langue au profit du globish. « Au lieu d'une langue universelle, nous n'avons plus qu'un patois local. Pour être barman dans une station touristique, il faut savoir l'anglais ! » L'historien déplore aussi leur trahison républicaine : « La partie la plus active de l'élite intellectuelle se met à cultiver une image noire du passé français. Comme s'il y avait eu une réactivation de l'imaginaire révolutionnaire où le passé républicain se met à faire figure d'Ancien Régime ! »

Fin de l'exception européenne

Le désarroi français s'est manifesté avec éclat en 1992, avec le référendum sur le traité de Maastricht, validé d'extrême justesse. C'est qu'avec ce traité, la construction européenne a changé de nature et, de coopérative (Airbus, Arianespace, Schengen, Erasmus), s'est faite directive.

Marcel Gauchet, rédacteur en chef de la revue Le Débat« Le fait qu'à tout moment, dans quantité de métiers, une directive européenne soit introduite pour obliger à faire autrement qu'auparavant aboutit à écraser les uns et les autres sous des contraintes ubuesques. » Le philosophe donne en exemple une directive qui a mis fin à la profession d'infirmier psychiatrique, une spécificité française tout à fait appréciée, au profit d'une catégorie unique d'infirmier. « Comme si soigner un cancéreux en phase terminale et un schizophrène au long cours c'était la même chose ! »

« Alors que les gens avaient le sentiment d'avoir fait de considérables progrès dans toute une série de domaines, voilà que ces progrès semblent frappés de nullité par une insertion aussi incontrôlable qu'irréversible dans un monde extérieur qui les lamine. Avec au premier chef, l'injonction quotidienne et universelle de faire de l'argent à court terme. »

L'intuition de Marcel Gauchet rejoint nos propres observations : la civilisation européenne a tiré sa grandeur des qualités propres à chacune de ses composantes et à leur émulation. Tout le contraire de l'homogénéisation programmée par le traité de Maastricht. Au XVe siècle, les Portugais se sont lancés sur les mers avant que les Espagnols, puis les Hollandais et les Anglais ne viennent les concurrencer. Les Hollandais ont inventé le capitalisme, les Anglais la démocratie, les Français les droits de l'homme et du citoyen, les Allemands la science etc. Et le monde entier a pu profiter de ces différents apports.

L'émulation entre les nations européennes leur a été bien plus profitable qu'elle ne leur a coûté en guerres, si on fait la comparaison avec par exemple l'empire chinois, périodiquement ravagé par des guerres civiles plus meurtrières que les derniers conflits européens ! Toute la question est de savoir si cette diversité qui a fait notre richesse sera laminée par la rage normalisatrice de Bruxelles, comme la diversité chinoise l'a été par le Premier Empereur...

L'Europe, laboratoire du néolibéralisme

Marcel Gauchet voit l'origine de ce basculement dans l'émergence de l'idéologie néolibérale aux États-Unis, dans les années 1970.

Cette idéologie fait de l'économie l'alpha et l'oméga de la vie publique. Avec le triomphe de la démocratie et de la paix universelles, les États n'ont plus d'autre mission que de garantir l'épanouissement personnel des individus et la liberté des flux de personnes, de marchandises et de capitaux. « Tout le monde est persuadé, désormais, au sein des partis de gouvernement, que c'est l'économie qui commande, qu'il faut la laisser faire, et que le politique n'est là que pour encadrer sans diriger. » Et pour que les entreprises puissent croître et prospérer, il faut faire pleine confiance à leurs actionnaires, nécessairement intéressés à leur prospérité...

On s'apercevra très vite des limites de cette idéologie :

D'une part, note l'historien, le néolibéralisme conduit à une excroissance monstrueuse de l'État : il doit en effet réglementer, contrôler et judiciariser à n'en plus finir les rapports entre les individus livrés à eux-mêmes.

D'autre part, les actionnaires révèlent des intérêts à court terme opposés aux intérêts à long terme des entreprises, de leurs cadres et de leur salariés : soucieux de valoriser au plus vite leur mise, ils vendent les entreprises à la découpe et délocalisent les usines à tout va. La désindustrialisation et la perte de savoir-faire d'une bonne partie de l'Europe et des États-Unis sont le fruit amer de cette erreur de jugement.

Les États-Unis ont néanmoins toujours manifesté des réserves à l'égard du néolibéralisme. En 2009, quand le constructeur automobile General Motors s'est trouvé au bord du dépôt de bilan, le gouvernement américain l'a nationalisé sans état d'âme, et en 2016, l'élection de Donald Trump a signifié la fin de l'utopie néolibérale et de l'ouverture tous azimuts.

Curieusement, c'est en Europe, que le néolibéralisme a trouvé sa terre d'élection, en lien avec la déchristianisation du Vieux Continent selon Marcel Gauchet. L'historien est célèbre pour avoir défini le christianisme comme « la religion de la sortie de la religion », qui mène à la sécularisation de la société (Le Désenchantement du monde, 1985). Il observe que les États-Unis demeurent fortement structurés par la religion et la politique ; rien de tel par contre en Europe où l'affaiblissement des institutions tant religieuses que syndicales et politiques a rendu la société perméable à la nouvelle idéologie de l'individu-roi, défini par ses droits et ses intérêts.

« L'Europe devient tout autre chose que ce pour quoi elle a été conçue au départ, elle se transforme en laboratoire de la réalisation de l'utopie néolibérale dans son intégralité. Ce que les États-Unis, par exemple, ne permettent en aucun cas, en dépit de leur libéralisme constitutif à l'intérieur, parce qu'ils demeurent une nation et même aujourd'hui la nation par excellence, où le poids du politique, sous l'aspect du rayonnement américain, de la responsabilité extérieure, de l'ambition stratégique, est au cœur de la vie collective. » 

Le résultat est sans appel pour Marcel Gauchet : « La construction européenne telle qu'elle existe aujourd'hui est un échec. De plus, c'est un échec français, au sens où c'est l'échec d'un projet spécialement voulu par les Français, donc spécialement dur à reconnaître et digérer pour la France. (...)
Sur le plan économique, l'avantage compétitif de l'industrie allemande en matière de biens d'équipement est l'arbre qui cache la forêt. La monnaie unique et le libre-échange ne sont sûrement pas les instruments qui permettront à l'Europe de se tailler une place enviable dans l'économie mondiale de demain. (...)
Politiquement, le constat du déficit démocratique est devenu un lieu commun, ce qui ne veut pas dire que l'on s'emploie à le corriger. »

L'historien, comme nous, ne craint pas de faire un parallèle entre l'URSS marxiste-léniniste et l'Europe néolibérale à quelques nuances près. « Le discours sur l'Europe est toujours incantatoire ; il ne porte pas sur la réalité... (...) S'ajoute à cela le faut que l'Europe est la chose des élites. Le communisme, même si l'idée a été partagée par une partie des élites, a d'abord été l'objet des masses. (...)
Du côté des populations, joue une argumentation négative, rarement formulée comme telle mais d'une puissance considérable : la construction européenne est loin d'être une merveille, mais on ne peut pas en sortir. (...)
L'estime de soi, de la part des Français d'aujourd'hui, est tombée à un niveau tellement bas qu'ils pensent que nous ne pourrions pas nous débrouiller par nos propres moyens. Les Suisses en sont capables, les Norvégiens ou les Islandais aussi, mais pas nous ! Ce pays, dans les profondeurs, n'a plus confiance en lui. »

Englués dans l'impasse d'une Europe néolibérale, les réformateurs de bonne volonté ont motif de désespérer : « Il ne suffit pas de proposer des réformes, si pertinentes soient-elles. Il faut commencer par les rendre possibles en faisant sauter le verrou qui les promet à l'échec. »

Mais une sortie par le haut est encore possible comme veut le croire Marcel Gauchet : « il nous faut une nuit du 4 août de la nomenklatura française. (...) Le propos n'est pas de sortir de l'Europe, il est de la repenser de fond en comble, sur la base d'un bilan froid de ses acquis et de ses impasses. Celles-ci sont tous les jours sur le devant de la scène, les européistes grand teint concèdent eux-mêmes désormais qu'il y a sans doute pas mal de choses à revoir. À quand le moment d'en tirer les conséquences ? La France a été à l'origine du projet européen, l'Union européenne n'aurait plus de sens sans elle, et elle n'y pèse plus rien. Est-elle devenue incapable de reformuler un programme qui a dégénéré, au lieu de subir honteusement le joug de bureaucrates aberrants et de juges égarés ? »

Joseph Savès

Publié ou mis jour le : 2017-05-29 22:03:54

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Anacho (30-04-201717:55:50)

Tout fait d'accord, constatation terrible pour notre pays, tout est reprendre et il faut pour a en arriver Le pen ( incroyable) et Dupont Aignan (ok) souhaitons que par cette extrmit notre pays soit sauv face l'incroyable aberration des macronistes.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'vasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhrez aux Amis d'Herodote.net

Qui appela-t-on le Prince de la Peinture ?

Rponse
Publicité