Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Louis VI le Gros (1081 - 1137)

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Louis VI le Gros (1081 - 1137)

Aux origines de la nation française


En dépit d'un surnom avenant, Louis VI est un roi méconnu des Français. Tout juste est-il évoqué dans le film Les Visiteurs (1993) ! L'arrière-arrière-petit-fils de Hugues Capet vaut pourtant le détour.

Louis VI, fils de Philippe 1er et de sa première épouse Berthe de Hollande, né à Paris en 1081, témoigne d'une personnalité débonnaire, sans grand éclat, sans grand défaut non plus. Mais il rassemble mieux que quiconque les traits qui vont caractériser les rois capétiens, en particulier la volonté opiniâtre d'étendre le domaine royal par la guerre et le mariage.

Dès 1100, selon la tradition, Louis est associé au trône par son père. Celui-ci étant mort inopinément le 29 juillet 1108, il règne dès lors seul, après avoir été prestement sacré à Orléans par l'archevêque de Sens. Il a évité le sacre à Reims du fait que l'archevêque de la ville avait pris le parti du pape contre son père à la suite du remariage de celui-ci avec Bertrade de Montfort. Lui-même se marie à 26 ans avec Adélaïde - ou Adèle - de Savoie.

Roi batailleur et plein d'allant

Bien que premier des descendants de Hugues Capet à se prénommer Louis, le nouveau roi sera plus tard appelé Louis VI par les chroniqueurs de la dynastie pour signifier que celle-ci s'inscrit dans la continuité des Carolingiens (parmi lesquels cinq d'entre eux se prénommaient Louis)...

Au début de son règne, Louis le Gros ne peut guère s'aventurer sans escorte au-delà de trois lieues de Paris, selon un témoin de son temps. Conscient de sa faiblesse, il va méthodiquement détruire les repaires des seigneurs brigands du bassin parisien, tels Hugues de Puiset et Thomas de Marle, sire de Coucy. Ainsi agrandit-il le domaine royal en donnant de sa personne.

Le roi mobilise aussi ses grands vassaux contre les souverains étrangers, qu'il s'agisse du roi d'Angleterre Henri 1er Beauclerc, fils cadet de Guillaume le Conquérant, ou d'Henri V, empereur d'Allemagne et gendre du précédent. Louis VI ne craint pas, une fois, de provoquer en duel le roi d'Angleterre mais celui-ci, prudent, se défile.

Le drapeau rouge... de Saint-Denis

En 1124, l'empereur Henri V pénètre en Champagne et menace Paris. Louis alerte ses vassaux qui, tous, pour l'occasion, font taire leurs querelles. Le roi lui-même s'en va quérir sur l'autel de l'abbatiale de Saint-Denis, au nord de Paris, la bannière du saint, rouge du sang du martyr, pour la brandir en signe de ralliement. Il devient dès lors coutumier aux rois de France de brandir la bannière dans les heures de grand péril. Cette tradition sera reprise par les Parisiens sous la Révolution de sorte que le drapeau rouge deviendra aux XIXe et XXe siècles le symbole mondial des luttes révolutionnaires et ouvrières... jusqu'à être adopté par plusieurs États communistes dont la Chine !

La chronique rapporte aussi que, battant retraite après un dur combat, Louis VI doit son salut à un passage à gué qu'il reconnaît à la présence d'iris d'eau, fleurs aussi nommées lys. En souvenir de ce jour, le roi aurait fait de la fleur de lys sur un fond bleu rappelant les flots l'emblème de la dynastie (cette tradition héraldique est plus sûrement liée à un rapprochement avec le lys, symbole de pureté dans l'Évangile ; rapprochement inspiré à Louis VI ou à son fils Louis VII par Saint Bernard de Clairvaux).

Insouciant, joyeux, gaillard et sans façon, bretteur risque-tout, le roi Louis VImarche au combat avec un cri de guerre déroutant : « Meum gaudium » (« Mon joie ! »), d'où nous vient le célèbre « Montjoie et Saint Denis ! », Saint Denis étant le saint protecteur de la monarchie... et Montjoie, une écriture adoptée par les clercs en vertu d'une fausse référence au Montjoie de Terre sainte, d'où les croisés apercevaient pour la première fois le Saint-Sépulcre.

Las, enclin comme son père à l'obésité, Louis VI devient semi-impotent à l'approche de la cinquantaine et doit renoncer aux plaisirs de la guerre et de la table...

Franchises communales et renouveau urbain

Louis VI se fait assister au gouvernement par le moine Suger, fils d'un serf, qui a été quelque temps son camarade d'école à l'abbaye de Saint-Denis et va devenir abbé de celle-ci. Suger est le premier des grands ministres de la France. Il a pris une grande part au développement de l'art gothique. Reconnaissant, il va écrire une Vie de Louis VI le Gros qui demeure l'une des principales sources d'information sur l'époque.

Pour améliorer ses rentrées fiscales et affaiblir les seigneurs féodaux, Louis VI le Gros encourage le mouvement communal. Celui-ci remonte au tout début du Xe siècle. Éric Bournazel évoque ainsi une révolte malheureuse des habitants de Laon contre leur évêque. Le 25 avril 1112, une insurrection éclate dans la ville au cri de « Commune ! Commune ! » L'évêque, haï pour sa cupidité, est lynché. Mais la révolte est brutalement réprimée. Les choses se passent heureusement mieux ailleurs où des bourgeois achètent des exemptions de taxes à leur seigneur et certaines facilités en matière judiciaire.

Vers 1134, Louis VI octroie contre rémunération une charte aux habitants de Lorris-en-Gâtinais. Par cette charte, les habitants sont exemptés de taille ainsi que de corvée... Ils sont dispensés de guet et ne devront porter les armes au service de leur suzerain qu'à la condition de pouvoir revenir le soir même chez eux ! La résidence d'un an et un jour dans la paroisse confère la pleine liberté à tout serf ! Notons enfin que les habitants ne sont justiciables que du prévôt de Lorris. La charte de Lorris servira de modèle aux « franchises communales » ultérieures, à l'origine du renouveau urbain.

L'Hexagone en gestation

En 1119, dans une lettre au pape Calixte II, Louis VI se proclame... « roi de la France, non plus des Francs, et fils particulier de l'Église romaine ». Il s'agit de la première mention officielle du mot France. Jusque-là, les clercs et les poètes parlaient plutôt de la Gaule, de la Francie (ou Francia) ou du royaume des Francs...

Le fils aîné du roi étant mort suite à une chute de cheval, c'est son cadet qui lui succède sous le nom de Louis VII le Jeune. Son père, quelques jours avant sa mort, l'a marié à la duchesse Aliénor d'Aquitaine. Celle-ci lui apporte en dot la Guyenne, la Gascogne, le Poitou, le Périgord, le Limousin... Les frontières du royaume sont désormais repoussées jusqu'aux Pyrénées.

André Larané
La France des premiers rois capétiens

Cliquez pour agrandir
Pendant les deux premiers siècles, les Capétiens n'ont d'autorité que sur un petit territoire s'étendant de Paris à Orléans. Le reste du royaume demeure à la merci de seigneurs rebelles et turbulents. Les rois, de concert avec le clergé, n'ont de cesse de réduire la violence endémique...

Publié ou mis à jour le : 2016-02-07 09:41:35

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

NILOU (24-03-201614:54:53)

Merci pour ces intéressantes précisions.

J'espère trouver le livre en question

NILOU (24-03-201614:54:04)

Merci pour ces intéressantes précisions.

J'espère trouver le livre en question

Michel-André LEVY (29-04-201513:20:30)

Vous écrivez : "Bien que premier descendant de Hugues Capet à se prénommer Louis, le nouveau roi se fait appeler Louis VI, pour signifier que sa dynastie s'inscrit dans la continuité des Carolingiens".

En réalité à cette époque les rois ne portaient pas de numéro. Louis VI était simplement le roi Louis. Pour distinguer entre eux les rois homonymes ont avait parfois recours à des surnoms : Louis VI était donc Louis le Gros, et son fils Louis VII sera Louis le Jeune.

... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À qui devons-nous les notes de musique ?

Réponse
Publicité